43
Commentaires

Une "bataille des petits fours" révèle l'évolution de la LICRA

A la suite d'un accrochage sur les réseaux sociaux entre la Licra et le journaliste et militant Taha Bouhafs, ce dernier a découvert que le directeur de la communication de l'association antiraciste était également référent lyonnais du Printemps républicain. Au-delà de ce cas particulier, la Licra accentue depuis quelques années son combat pour une version stricte de la laïcité, la poussant à se retrouver très régulièrement à partager tribunes, idées et militants avec ce même Printemps républicain.

Commentaires préférés des abonnés

J'ai ri deux fois:

- "Nous sommes et nous avons toujours été universalistes". Enfin, "universaliste" dans le même sens que les féministes universalistes, c'est à dire contre l'islam (en gros). Et puis quelle prétention de qualifier d' "universali(...)

Pourquoi parler de "laïcité dure" pour des positions qui vont à l'exact inverse de la laïcité ?

Approuvé 12 fois

Pourquoi parler de "laïcité dure" pour des positions qui vont à l'exact inverse de la laïcité ? 


Le mal est fait malheureusement, dans le langage courant et grâce au travail de lobbying  de ces sinistres le principe de laïcité est compris pa(...)

Derniers commentaires

Sur les réseaux sociaux il y a les organigrammes des ces institutions anti racistes soit disant, aucun "racisé dans les organigrammes, uniquement des bourgeois qui n'ont pas la moindre idée de ce qu'est le racisme. Par ailleurs ca fait des années qu'ils dépassent les bornes par des tweets racistes dirigés contre les musulmans. Les bourgeois qui exploitent l'enti racisme on n'en veut plus. Leur virulence vient du fait qu'ils sentent bien qu'ils n'en n'ont plus pour très longtemps à monopoliser ce combat à leur profit.

Au passage une enquête plus générale, sur les évolutions / orientations actuelles / relations des orgas de la "bande des 4" (comme on les appelait à une époque dans le monde militant, les assos quasi institutionnelles de l'antiracisme/humanisme MRAP, LICRA, LDH, SOS) serait intéressante. Elles ont certainement un poids et nombre de  militants toujours important (si je pense en net déclin ces 20 dernières années), mais on en entend bien moins parler ces derniers temps que des néo-"antiracistes" divers qui représentent, a priori, bien moins de monde.


Il me semble à vue de nez, que SOS et la LICRA sont devenues des pôles de plus en plus opposés en leur sein, leurs soutiens s'accusant à demi-mots de communautarisme pour l'un et d'islamophobie pour l'autre, tandis que le MRAP est très divisé et louvoie entre les deux (s'accordant avec la LICRA sur la reconnaissance du racisme anti-blanc, avec SOS sur l'importance à donner à la dénonciation de l'islamophobie), et que la LDH profite de son coté plus généraliste pour se tenir à l'écart des débats qui divisent les autres. Mais je ne saurais dire dans quelle mesure ce résumé est exact.

La LICRA a exactement les mêmes positions qu'elle a toujours eu. Il y a un durcissement du débat, mais c'est lié au nouvel anti-racisme politique, incarné par les décoloniaux, les indigènes de la République, Rokhaya Diallo, etc. qui noyautent les associations anti-racistes, féministes, LGBT. 

Il y a 10 ans, on ne parlait pas de "racisé", de blancs privilégiés, etc. donc c'est pas la LICRA qui a changé, c'est le monde associatif autour d'eux. La LICRA, elle choque au contraire parce qu'elle reste dans son ancienne idéologie.

Je suis loin d'être un fan de la Licra, je ne suis pas un soutien du Printemps Républicain, pourtant la lecture de cet article totalement à charge, lourd d'accusation de racisme (où il n'y en a pas) soutenu par de nombreux commentaires ici qui reprennent ces accusations, me consterne. Tout le mode semble oublier à quel point le militantisme pro-islamique (et non pas simplement anti-raciste ou défenseur des musulmans) de Taha Bouhafs est latent, à quel point ses contributions sur les réseaux sociaux sont haineuses, violentes et injustes (il suffit d'aller les voir). Êtes vous bien sûrs de ne pas vous tromper de combat ? N'avez vous à ce point pas réalisé à quel point la laïcité et l'universalisme républicain sont des outils majeurs pour protéger le peuple français dans son ensemble, quel que soit sa confession (ou son absence de confession), quel que soit son origine ?

"Militantisme islamique" de Taha Bouhaf ? Ouarf ouarf ouarf.

Votre post montre à merveille ce que nous sommes nombreux à avoir bien compris. Tous les grand discours sur l'antiracisme et la défense de la laïcité du
PR et consorts ne sont que l'expression socialement acceptable de la bonne vieille haine de l'Arabe.

Cette haine qui trouve ces racines dans ce "passé qui ne passe pas", cette guerre d'Algérie perdue dans le déshonneur des viols, des tortures et des massacres.

La haine de l'arabe, carrément... Comment expliquez vous alors que de très nombreux "arabes", "maghrébins", musulmans, ont exactement le même positionnement idéologique que celui que j'essaie d'expliquer ? Seraient-ils fous au point de se détester eux mêmes ? Seriez vous aveugle au point de ne pas voir que les premiers victimes de l'islamisme politique et de ses dérives violentes et liberticides sont les musulmans eux même ? Beaucoup de monde aujourd'hui s'indigne à juste titre de l'attentat en Nouvelle Zélande. Mais combien parmi eux se sont indignés de tous ceux ci ?

Liste d'attaques terroristes islamistes


Je ne sais pas ce que vaut cette liste mais elle montre bien l'entendu des dégâts et des victimes, partout, et en premier lieu chez les musulmans. Et sans aller sur le terrain du terrorisme on sait bien à quel point une religion poussée dans ses extrêmes, et transformée en idéologie politique conduit à l'oppression et aux privations de libertés. Tout ça pour vous dire : rejeter ces extrêmes et ces dangers n'est pas synonyme de rejeter les croyants eux même et les individus partageant ces origines. Tenter de lutter contre la propagande de cette idéologie meurtrière n'est pas du racisme. Les premiers à faire croire le contraire sont ceux qui en bénéficient et sont nos vrais ennemis à tous.

"Je suis loin d'être un fan de la Licra, je ne suis pas un soutien du Printemps Républicain "

Comme dirait Dylan en 1966 : "Je en vous crois pas."

Ou bien, vous êtes sincère et je vous l'annonce :vous pourriez être un fan de la Licra et  un soutien du Printemps Républicain.

Sinon, je pense que ce qui protégera le peuple quel que soit sa confession (ou son absence de confession) est une société plus égalitaire débarrassé du neoliberalisme et de la violence d’État.

Vous m'auriez annoncé que je pouvais être un soutien du FN ou autres infréquentables cela m'aurait posé un problème. Apprendre que les idées que je défends sont compatibles avec d'autres personnes qui se revendiquent de gauche et républicains ne me semble pas franchement honteux (ou alors il va falloir m'expliquer pourquoi). Une société plus égalitaire ? Évidemment je souscris également, mais l'un n'empêche pas l'autre.

 le Printemps Républicain est de droite dure, et la manoeuvre de s'approprier le champ politique de l'antiracisme qu'il détourne pour en faire une machine d'exclusion anti-arabe, anti-musulmane est dans sa logique. L'appropriation du "JesuisCharlie" est dans cette ligne qui derrière la dénonciation du terrorisme vise surtout la population arabo-musulmane.

Il est vrai qu'il serait possible de se contenter de les accuser d'islamophobie.

Par contre faut plus vous plaindre d'être essentialisé comme islamophobe quand vous caricaturez  Taha Bouhafs  en "militant pro-islamique" sans plus d'élément que 3 ou 4 tweets.

Du peu que je connais Taha Bouhafs, j'ai constaté qu'il soutenait sans difficulté de vrais militants islamistes, comme par exemple dans "l'affaire Etam" (où l'on est de façon pratiquement certaine face à une provocation totalement calculée de la part de cette jeune femme). Et à l'inverse, je le vois à peu près systématiquement dénigrer voire insulter tout opposant à cette idéologie extrémiste, réduis à des "islamophobes racistes" . Donc peut être qu'il n'est pas volontairement militant pro-islamique, et j'avoue avoir joué un peu la provocation en utilisant ce terme (on ne m'en voudra pas, vu le nombre de fois où j'ai été accusé de crime et autres suite à mes quelques modestes interventions ici). Mais dans les faits, vu ses écrits et son comportement, cela revient exactement au même. Peut être peut-on le considérer comme un idiot utile de cette cause, s'il ne réalise pas les dégâts qu'il fait. Dans le même genre on pourrait parler de Madjid Messaoudene... mais on va encore m'accuser de dire du mal d'un "arabe". Heureusement qu'il y a de nombreux "non arabes" pour les relayer (et de nombreux "arabes" qui n'en peuvent plus de ce genre de personnages, et savent bien à quels dangers ils nous exposent).

Du peu que je connais Taha Bouhafs, j'ai constaté qu'il soutenait sans difficulté de vrais militants islamistes, comme par exemple dans "l'affaire Etam" 


Voilà ! Au moins les choses sont claires ! Vous êtes tellement raciste que vous ne pouvez même pas imaginer qu'une musulmane voilée puisse chercher du travail comme n'importe quel citoyen sans que cela ne soit la marque d'un complot islamiste.

 Et vous pourrez citer autant d'amis arabes que vous voudrez cela n'y changera rien.



Est ce qu'il serait de lire de votre part des arguments et non pas des invectives ? Sur Etam, avez vous pris la peine d'observer de plus près ce qui s'est passé ?

Bouhaf, c'est le petit fumier qui a dit "dehors les fachos" quand François Cocq s'est fait ignoblement allumé par Mélenchon. Encore un qui doit trouver que le  voile islamique est "féministe". Pouark.

Rappel des faits : le tweet supprimé auquel cité dans l'article ne posait pas problème par son "ton condescendant" mais parceque son auteur, en bon beauf raciste, trouvait approprié de s'adresser à un arabe en petit nègre. 

Le pire est que ces gens s'offusquent à la moindre évocation des racines coloniales du racisme en France.


Dans le 63 aussi on remarque une reprise en mains de l'association avec au bureau des personnalités très connues  municipalement il y a encore peu (si j'ose m'exprimer ainsi) au point que la pqr titre même ce 21 février  " la licra réactivée en Auvergne", alors...

Comment faire pour rétablir le sens du mot laïcité et empêcher des imposteurs de le détourner ? Est-il encore temps ?

J'ai ri deux fois:

- "Nous sommes et nous avons toujours été universalistes". Enfin, "universaliste" dans le même sens que les féministes universalistes, c'est à dire contre l'islam (en gros). Et puis quelle prétention de qualifier d' "universaliste" une doctrine qui n'est le dogme que d'une classe, d'une élite occidentale... 

- "L'Observatoire s'est discrédité par des positions non-conformes à l'épure de la loi de 1905 ". Alors maintenant la Licra est devenu gardien de l'interprétation de la loi de 1905. Ah bon... La Licra vérifie la conformité de toute pensée, toute opinion, toute action avec son interprétation de la loi de 1905!! Magnifique! En tant que juriste, je viens de l'apprendre. On connaissait le contrôle de constitutionnalité, de conventionnalité, de légalité, et la Licra a inventé le contrôle de laïcité... Le contrôle étant assez simple: tout ce qui peut être, de près ou de loin, lié à l'islam est non conforme (à l'épure de la loi de 1905 )!

Des Ayatollah de la loi de 1905 en somme... oups...

je viens de vérifier le bureau de la Licra , un club de blancs traitant du racisme ... marrant non ? Enfin moi je trouve  , 

Pourquoi parler de "laïcité dure" pour des positions qui vont à l'exact inverse de la laïcité ?

J'ai de plus en plus de mal avec les articles qui trouvent leur origine dans des clash issus des réseaux sociaux. Qu'apportent-ils de plus, dans le fond, que l'objectif que leur avaient (inconsciemment ?) administré leurs auteurs : le sacro-saint buzz autour du faire-parler de soi !

Je suis toujours stupéfait par la capacité de nuisance du Printemps Républicain. 

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.