58
Commentaires

Un reportage moutonnier derrière Montebourg

Lundi 26 novembre. Le ministre du redressement productif est attendu dans l’usine de verre Duralex près d’Orléans. Mais de l’usine, vous n’apprendrez rien. L’actu est restée rivée sur le coup de balai de Montebourg poussant Mittal vers la sortie, gros titre des Echos du matin. L’éconaute était sur place. Sur Duralex, elle n’a rien appris non plus. Sur le métier de journalistes, si.

Derniers commentaires

Au risque de me répéter: merci Anne-Sophie pour ce reportage moutonnier vraiment bien tourné et qui donne envie d'en lire plus.
Vous avez un réel talent de conteuse!

Dans mes souvenirs le verre Duralex reste inséparable du "sirop" de grenadine légèrement teinté de rose, si étendu d'eau qu'il
était à peine sucré, qu'on nous servait jadis en colonie de vacances, accompagné d'un morceau de pain et une barre de chocolat noir.
La preuve par l'image. Anne-Sophie et Arnaud Montebourg (et ses moules) sont à 1mn20.
Pour Noël, on pourrait envoyer chacun 1 verre Duralex à Anne-Sophie, exclusivement pour usage professionnel : on les verrait sur la table de l'émission, et celui qui est le plus jeune dans son verre introduit le sujet, ou conclut l'émission, ou a un gage ...
Tweet du député Lionel Tardy, reçu il y a quelque temps par @si, à propos du parti croupion de Fillon :
Ce groupe sera dissolu dès que les nouvelles élections auront été organisées.
Lionel, s'il a su séduire ses électeurs, c'est aussi parce qu'il cause aussi correct le français que le patois haut-savoyard.
Tiens, le taulier du Monde a passé l'arme à [s]droite[/s] gauche.
Je parie qu'on va avoir une breaking news spéciale demain matin sur @SI.
Dîtes Anne-Sophie, 6% des coûts salariaux, ça fait combien ? 0,7% des coûts totaux ?
Je rêve de lire ce genre de reportages tous les jours sur la presse écrite (ou même dans l'autre presse audiovisuelle)...
On rigolerait bien tout de même ! Ca m'a rappelé l'épisode de Sarko à cheval en Camargue, et le troupeau des journalistes traîné dans une charette... en plus triste ;o(
Bravo, super article !

Je ne suis pas d'accord, je crois qu'il faut éduquer la population. "Légiférer" on apprend ça en classe de troisième, et il faut des piqûres de rappel pour que les gens apprennent, retiennent et assimilent, ce que sont les navettes parlementaires etc. au lieu de ça, les gens subissent, se farcissent trois fois "la taxe est supprimée au Sénat" puis le lendemain "remise par amendement par l'AN" puis le surlendemain "resupprimée en deuxième lecture" puis etc. etc... alors que c'est très simple de comprendre le travail parlementaire avec un peu d'analyse des forces politiques. Bref, votre collègue tourrangeau n'écrit que pour des lecteurs du niveau de paris match, c'est dommage que son ambition se limite à cela, et je pense à la sortie de Patrick Cohen sur les journaux régionaux...

Moi, j'apprends surtout que JP Sueur n'est plus bon qu'à sucrer des fraises ! Son pathétisme lui aura fait perdre sa mairie d'Orléans, mais la République est bonne fille, de s'être assis sur ses rapports d'information lui aura permis d'avoir in extremis le train de sénateur

[quote=Jean-Pierre Sueur, lequel demande à Montebourg de s’engager solennellement à ne boire que dans des verres Duralex]
Manque quand même un élément vital dans ce (très bon) reportage, qu'Anne-Sophie a totalement omis et que je trouve plus grave que les cadeaux acceptés, à la limite de la faute professionnelle. Montebourg était là, et pas une seule question sur l'origine de sa rupture avec Pulvar !? Qui garde l'appartement/qui part, qui garde le clebs ou le chat, comment se partagent ils la téloche grand écran ? "Le pouvoir change les gens" c'est énigmatique, je me triture les méninges, je ne saisis pas et j'espérais une délivrance...
Ben j'approuve vos collègues qui ne s'intéressent pas à Duralex.
Ici, à Mouzon, Arcelor, c'est 130 emplois. On reçois des bobines d'acier passés par les laminoirs à froid de Florange (la filière rentable) et on les transforme en pièce d'acier galvanisé pour l'automobile Allemande. A Dudelange, au Luxembourg, Mittal a une usine qui fait la même chose. Il y a concurrence à l'intérieur du même groupe entre différent sites. Pour l'instant, on serre tellement la ceinture qu'on arrive à battre les Luxembourgeois qui sont en très mauvaise posture.
Mais si Montebourg fait une nationalisation-punition de tout Florange, y compris la filière froide, est-ce que Mittal ne va pas déshabiller Mouzon pour habiller Dudelange ?
Les ouvriers ont a vraiment la trouille même si tout le monde comprend bien que ça peut pas continuer comme ça.
Bon article Anne-Sophie, mais si je peux me permettre (mais allez-y cher ami faites-donc), la Chapelle-St-Mesmin c'est à l'ouest d'Orléans, au bord de la Loire. La Loire est dure, mais c'est la Loire.

Ah zut, grillé par Malead.
Au moins, aura t'il ( peut être ) appris le secret des numéros au fond des Duralex ???

... http://www.arte.tv/fr/l-objet-le-verre-duralex/6783070,CmC=6783074.html
Traîtresse!
Vendue!
Anne-sophie Jacques , le peuple aura ton fiacre!

Je me désabonne, d'ailleurs je suis en train de le faire Crtl+Alt+Supp.
merde, ça marche pas
"Il nous conduit jusqu’à l’usine Duralex située au nord d’Orléans, à la Chapelle-Saint-Mesmin, et qui attend la visite du ministre du redressement productif Arnaud Montebourg."
Chère Anne-Sophie, la Chapelle-Saint-Mesmin n'est pas au nord mais à l'ouest d'Orléans... cela ne change pas grand chose, je suis d'accord, mais tant qu'à faire...
Chère Anne-Sophie,

Il n'y a, pour moi, rien de comparable entre le cadeau que vous avez accepté de Duralex et le cadeau d'Orange à vos confrères.
Les journalistes présents à la Chapelle Saint Mesmin étaient là (en principe) pour parler d'une entreprise en difficulté alors que ceux présents chez Orange devaient, à la suite de la présentation d'un nouveau produit, en faire une critique objective.

Plus que la valeur du cadeau, ce sont les circonstances qui sont différentes.
Pour Duralex, les journalistes ne sont pas là pour donner leur opinion sur l'entreprise ou ses produits alors que pour Orange, leur rôle était précisément de donner un avis critique sur le nouveau service ou produit présenté le jour même.
L'acceptation d'un cadeau jette un doute sur leur impartialité.

Cessez de vous flageller...:-)
Au diable les scrupules et l'éthique journalistique !
Si c'était pour faire un reportage sur une société en difficulté, j'aurais plutôt choisi Peugeot.
Avec l'espoir de repartir au volant d'une 608 offerte par la direction.
Bon, ne parlons donc que de Duralex, pour rendre justice au verrier de notre enfance.
Avoir le "2" à la cantine, c'était pas seulement la honte .. mais la certitude d'être de corvée éponge car elle tombait le "le plus jeune" !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.