61
Commentaires

SNCF : "beaucoup d'éditorialistes ne maîtrisent pas le fond du dossier"

Avec la grève des cheminots et le mouvement étudiant, le traitement médiatique des mouvements sociaux est particulièrement contesté par les acteurs et actrices de ces luttes, qui interpellent parfois directement les médias. Ceux-ci rendent-ils compte correctement de ces mobilisations ? Pour y répondre, Axel Persson, secrétaire général de la CGT-cheminots de Trappes, Emmanuel Lechypre, éditorialiste économie sur BFM, et Jaspal De Oliveira Gill, présidente de l'Unef à l'université Paris-I. Notre chroniqueuse Mathilde Larrère est également sur notre plateau.

Commentaires préférés des abonnés

Trop fort : Lechypre défend le principe de délégation de service public avec VEOLIA et qui dit que l'eau est pas chère ?????!!!!!! WTF !!!! Quel gros boulet !!! Il est pas au courant des gabegies des boss de VEOLIA et des factures de l'eau qui ont bo(...)

Le débat dans son ensemble fait la part belle à l'éditorialiste de droite de BFM, Emmanuel Lechypre. Comment est il possible que, sous prétexte de laisser le droit à la parole à ce journaliste de droite, Daniel Schneidermann  ne réponde quasimen(...)

excellentissime émission!


malthide Larrère, je t'aime!!!!

ton éclairage historique est  saisissant, clair, implacable!

comme ta démonstration des mensonges et du mépris de Thomas Legrand sur France Inter. 

Comme ton soutien bienveillant à ta vo(...)

Derniers commentaires

Comme s'il y avait besoin d'être copain de Drahi pour être un valet du "grand capital" comme il dit ! Continuez à nous prendre pour des idiots !! Et d'accord avec les commentaires ci-dessous... on ne peut pas dire que vous contredisiez beaucoup ce monsieur Lechypre dans toutes ses assertions à l'idéologie sous-jacente plus que claires...

Sur l'histoire du chemin de fer en France, il aurait quand même fallu signaler qu'avec le système de la concession de service public (en gros, l'Etat organise les expropriations, définit le cahier des charges des lignes et fournit des garanties financières, puis des compagnies les font fonctionner), et dès le départ, l'Etat (et notamment les élus locaux, déjà) ont poussé à la construction de  "lignes électorales" économiquement injustifiables, notamment sous le 2nd Empire, mais pas seulement. C'est l'une des causes de l'augmentation de l'endettement des compagnies.


Cela pouvait "tenir", et même s'avérer très rentable tant que d'autres lignes plus rentables compensaient largement. Mais tout n'était pas rose pour autant : la Compagnie des chemins de fer de l'Etat, qui provenait de la faillite d'une compagnie privée (celle de l'Ouest) avant la Première guerre mondiale, vient le signaler. Les relations Etat/compagnies privées étaient, dès le départ étroites et pas très saines. Il aurait été bon de le signaler.


Autre oubli majeur, qui découle du premier : la Première guerre mondiale a joué le rôle d'accélérateur industriel de l'histoire des transports en "lançant" véritablement les constructeurs automobiles et la concurrence nouvelle du transport routier, camions et autocars plus que les voitures à l'époque. Cela a changé la donne radicalement. La baisse générale de la rentabilité et les pertes engendrées par des lignes ferrées qui ne justifiaient pas a alors joué à plein contre les compagnies, pas très bien gérées qui plus est, mais pour des raisons plus complexes que "privé caca public sympa". C'est l'une des raisons majeures de la création de la SNCF. 


Voir ici : 

https://www.usinenouvelle.com/article/sncf-le-statut-a-ete-fabrique-en-1920-pour-remercier-les-cheminots-de-leur-engagement-pendant-la-grande-guerre.N664369

Très bonne émission bravo! Même s'il manquait un contradicteur pour relever les conneries de Monsieur Lechypre. 

Il va de soit que Monsieur Lechypre et Monsieur Drahi n'ont pas besoin de se rencontrer pour savoir qu'ils ont la même vision du monde! Lors de son embauche, il a du montrer patte blanche... Pense-t-il vraiment qu'on ne sait pas de quel côté il est? Et il veut nous faire croire qu'il ne fait que de l'économie,  pas de politique! Mort de rire.  

Les graphiques de la SNCF censés illustrer les taux de participation au mouvement de grève des cheminots, semblent souffrir d'une trrrès légère distorsion d'échelle.

Se contraindre à refaire la démonstration que l'immense majorité des médias soutiennent les réformes gouvernementales depuis des décennies, ça m'a tout de suite rappelé la réflexion de Christine Delphy qui explique que les gens critique, de "gauche" et/ou contestataires sont toujours sommés par leurs adversaires (ou par leur camp parfois) de refaire sans cesse des démonstrations de choses évidentes et/ou déjà démontrées à maintes reprises. 

Cela nous coûte tellement de temps et d'énergie ! Nous devrions refuser ces sommations, refuser de rappeler ce genre d'évidences, et renvoyer aux travaux déjà effectués sur le sujet : ASI, Acrimed, Fontenelle, Cyran/Brygo, Roberts/Garrigos, S.Gontier, LMSI, LeMondeDiplomatique, etc.

Après 17 minutes, je suis au bord de l'overdose. Que vient faire BFM TV sur ce plateau ??? Vous croyez que cela va changer sa manière de traiter l'info ? Que peuvent dire les intervenants contre un professionnel des médias ? Même Daniel me semble mou... Ça vaut vraiment la peine de la regarder jusqu'au bout ? 

Au bout d'une heure d'émission, Monsieur Lechypre nous ressort l'argument invraisemblable : "Patrick Drahi ne m'a jamais appelé pour me dire ce que je dois dire à la TV". C'est épuisant ! Une bonne fois pour toute, il faut faire entendre à ce genre d'individu que s'il occupe le poste qu'il occupe c'est justement parce que Patrick Drahi n'a rien à lui dire. Il est là parce qu'il est ce qu'il est : un éditocrate favorable à la "réforme" qui n'a pas besoin qu'on lui dise quoi dire. Je ne comprends pas que ce type d'argument puisse encore passer comme une lettre à la poste sur ASI.

Bonne émission dans l'ensemble, avec plusieurs GROS bémols tout de même. 


- Beaucoup de mensonge ou de fake news dite par M. Lechypre (qui n'est pas là pour défendre BFM hein... Allez pas croire... S'il y avait des critiques  a faire sur le travail de ses collègues, il serait tout disposé) et finalement assez peu repris (mention spéciale tout de même a Mathilde)(Mathilde bientôt chroniqueuse sur BFM... Ou pas ;-P )

Pas repris non plus sur les arguments foireux : ni lui, ni les éditorialistes et économistes de droite n'ont eu de consigne de la part de M. Drahit. Sérieusement ? Personne ne sait pour qui a voté Ruth Elkrief. Ah ben j'en ai une petite idée tout de même moi. Je doit être extralucide...


- Et surtout quitte a traité ce sujet, @si aurait put faire son boulot jusqu'au bout... On se tape une journée a regarder BFM (seul point ou je suis d'accord avec M. Lechypre, une journée c'est assez restrictif tout de même. Il a effectivement beau jeu de dire que la veille ou l'avant-veille les invités aurai été autre...)

Mais admettons une journée sur BFM... Combien d’éditorialiste de droite ? Combien de représentant du gouvernement ou favorable au gouvernement ? Avec quel temps de parole ? Combien de représentant syndicaux en face ? Avec quel temps de parole ?  a répondre a quelles questions ? (Ben oui ; si le représentant du gouvernement passe son temps a expliquer pourquoi la réforme est souhaitable et que le représentant syndicale doit passer le sien a (encore une fois) expliqué que les avantages des cheminots sont pas si délirant que ça...) 

Et puis tant qu'a faire le boulot on analyse aussi les horaires : qu'est-ce que voit un téléspectateur qui regarde BFM entre 6-9h / 12-14h / 17-21h ?

Bref une vrai analyse factuel sur l'objectivité de BFM. Pas juste le service minimum qui consiste a compter les émission ou les représentants syndicaux sont là ou pas. (Juste une petite parenthèse de plus pour dire que BFM n'est pas la cible en particulier : TF1, LCI, CNEWS, et autre franceinfo sont bien a  mettre dans le même panier. Il se trouve que là,  vous avez fait le boulot -ou du moins une partie du boulot- sur BFM)


Monsieur Emmanuel Lechypre  se targue de neutralité, se vante d'origines populaires, mais peut-être aurrai-il fallu lui rappeller certains faits. Déjà il est impossible d'être neutre puisque le point de vue que l'on as du monde social est caractérisée par notre possition sociale, notre trajectoire, l'anticipation de notre trajectoire future et bien d'autres choses, tels que démontrer par Bourdieu dans la Distinction. Si ce monsieur veut dire le contraire sans contredire de façon péremptoire le résultat d'une enquête scientifique, il peut au choix opposer aux arguments développés dans ce livre les arguments qu'il aurras trouver dans un autre travail de recherche et montrer en quoi les arguments qu'il présente sont meilleurs ou mener lui même une recherche avec la méthodologie scientifique et venir nous la présenter. Faute de quoi cet homme est au choix non exclusif dans la position du menteur, du sophiste, de l'ignorant ou du croyant opposant sa foie aveugle aux avancées de la science. De plus cet homme est dans le who's who ce qui n'est absolument pas socialement neutre.

D'autre part, je ne sais pas si il est bien utile d'inviter un représentant de l'idéologie dominante sans lui opposer un contradicteur expressément dévolu à démontrer en quoi son activité est nuisible pour la société, comme vous l'aviez très bien fait en invitant Monique-Pinçon Charlot face à Hubert Védrine. Bien que Matilde Larrère ai fait un magnifique travail historique de défance contre l'idéologie anti-grevistes et finalement anti-classe ouvrière (et elle m'as appris beaucoup de choses), elle n'as pas réelemnt attaquer ce monsieur et son mépris de classe masqué par une "neutralité-axiologique" factis de demis-habile. Je comprends bien que vous aviez fait cette émission pour parler d'autre chose et votre démarche était par ailleurs intéressante; cependant ce genre de "journalistes" font beaucoup de mal au quotidien. Je comprends bien l'importance du pluralisme, mais il n'en reste pas moins que le type de discours que ces gens développent est une des armes principales de la grande bourgeoisie, avec laquelle elle mêne une guerre contre les peuples. Ces discours sont archidominants dans leur diffusion comme dans leur réception ce qui détruit de facto le pluralisme, donc en réalité, se battre pour le pluralisme, c'est ce battre contre eux. C'est pourquoi je penses qu'il aurrait-été plus judicieux et plus coérant avec la démarche dans laquelle s'inscrit arrêt sur images d'être plus insisif contre cet homme et son discours.

Ce-ci dit, j'ai trouver cette émission très enrichissante.

Dommage que DS n'ait pas contredit Lechypre sur Véolia :

https://www.arretsurimages.net/articles/face-a-cash-investigation-veolia-tente-un-contre-feu

"Au menu de Cash : les fuites d’eau dans les canalisations, véritables siphons à euros. Mais aussi les coupures aux ménages modestes opérées par le groupe Saur, n°3 français du secteur, dans l’agglomération de Nîmes (malgré une loi qui interdit lesdites coupures d’eau). Et enfin, les soupçons de corruption et de trafic d’influence dans les attributions des marchés publics de l’eau "

Je me souviens aussi de reportages qui dénonçait des conflits entre Véolia et des maires de petits villages sur la qualité médiocre de l'eau.

C'est Bien Foutu Ma TV, je l'ai retourné, de l'autre côté c'est passionnant !https://youtu.be/7Hg6j_u7u3s

A la treizième minutes Emannuel Lechypre dit que son confrère a raconté

 une information erronée car il n'avait pas eu le temps pour développer.

Et ça se dit journaliste ! Si sa direction ne lui donne pas le temps nécessaire, il n'a qu'à fermer sa gueule.


La chronique de Mme Larrère sur la nationalisation de la SNCF est tout à fait saisissante, bravo. D'un coup tout s'éclaire alors que l'on veut nous faire croire que la question est trop technique pour le citoyen. L'émission aurait pu rester focalisée sur l'explication du conflit de la société des chemins de fer. Le conflit étudiant est tout aussi intéressant mais aurait mérité un traitement à part et une mise en perspective du même calibre. Malheureusement le sujet fil rouge de l'émission était tout à fait éculé, il faudrait arrêter avec ça maintenant. Nous public d'ASI savons depuis longtemps que les médias ne sont pas objectifs et sont au service de leurs possédants, à quoi bon vouloir le démontrer, encore et encore, jusqu'à la nausée ? Par contre utiliser les représentations véhiculées par ces médias pour les détricoter et les remettre dans le fil de l'histoire à l'aide de vos invités, oui ! Ce devrait être l'objectif de l'émission, alors que là cela ne semble être qu'un bénéfice collatéral. Et s'il vous plait laissez les Lechypre à leurs loisirs ! Qu'apporte à l'émission un individu qui n'a rien à dire, et qui de plus enorgueilli de le bien faire en n'étant que la caricature de lui-même ? Allez chercher des sachants svp, nous de l'autre côté de l'écran, on a besoin de comprendre. Et si vous n'en trouvez pas, tant pis, mais n'essayez pas le remplissage. En matière de vide, l'original vaut mieux que la copie. La bise à toute l'équipe.

Si je résume Mr Lechypre, les règles de déontologie du journalisme professionnel et démocratique (contrairements aux organes de terrain, qui ne sont que de la communication), c'est le respect strict des durées de chronique (j'ai 3'30, je ne peux dépasser). Puisque quand on lui fait remarquer qu'un commentaire est biaisé, il se cache derrière la règle intransgressible du temps disponible - entre deux pages de pub -. Euh, la pub, ce n'est pas de la communication ?

En 1995, on invite Bourdieu, en 2018 on a Emmanuel Lechypre..............

Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas regardé d'émission. C'est vraiment dommage cette histoire de contenant, parce que le contenu est toujours de qualité. Mathilde Larrère y est, il me semble, pour beaucoup... Mais le plateau était aussi très bien.


Une réflexion quand Emmanuel Lechypre  dit qu'on est forcément mécontent d'un média quand il ne va pas dans le sens que l'on souhaite, mais que déontologiquement lui travaille rigoureusement de façon neutre et objective. C'est vrai, on l'a bien lors de la dernière présidentielle. Je n'ai plus la télé, mais à chaque fois que je suis passé à côté d'un écran où il y avait BFM, il y avait la tronche à Macron. C'en était même impressionnant.


La presse est un outil de manipulation politique. Emmanuel Lechypre n'a jamais reçu de consignes quant à ce qu'il doit dire ou faire, mais ce n'est même pas la peine. La déformation de la réalité par les toutologue n'est plus à démontrer. Spéciale dédicace à Patrick Cohen et Jean-Pierre Pernaut qui me doivent toujours respectivement un autoradio et une télé.


Ce que je retire de cette émission, c'est la défiance envers les médias qui me semble parvenir jusque chez les étudiants. C'est, je pense, une bonne chose. Il faudrait que les jeunes se méfient aussi des réseaux sociaux. Parce que vouloir flouter les images médiatiques tout en étalant sa vie sur les réseaux sociaux, ce n'est pas très cohérent.

Emmanuel Lechypre a raison, le fond est absolument sans intérêt médiatiquement, surtout s'il faut le résumer dans une chronique de 55s. Faire passer une émotion (au hasard un usager en colère) c'est tellement plus facile et percutant. Si en plus on a l'image qui va avec...

Je ne comprends rien à ce que dit la représentante des étudiants de Tolbiac.  

En ce qui concerne Hassan Séhef et la privatisation.... moins un service est fourni par une entreprise publique, plus les factures augmentent, tandis que, ô miracle du libéraliseme,  l'entretien des réseaux (VRD, pour les connaisseurs)restent à la charge de l'Etat, donc de nous tous (car nous sommes TOUS des contribuables - TVA, vous connaissez?)

" Là bas si j'y suis " 

, par Denis Petitpierre

Témoignage recueilli, en accompagnement psychologique, là où je travaillais autrefois : Didier, "pilote de locomotive" comme il disait : "On est entre 6 et 15 jours par mois loin de chez soi. On a des horaires tantôt de nuit, tantôt de jour, ça dépend des semaines. On est lancé à 100, 150, 200 km/h sur des "échelles" sans fin, la nuit, le jour, parfois on ne peut éviter un suicidaire, un animal, une charrette ou d’autres objets. Y’a de la honte. De la culpabilité, même quand nos responsables nous disent : "Tu n’y pouvais rien"... c’est même pire à ce moment là. Mais... on n’a pas trop le droit d’en parler... c’est comme si y’avais personne au guidon ! On n’en parle même plus entre nous - d’ailleurs on se voit peu - là j’arrête. J’en peux plus. J’ai 53 ans... je sais pas ce que je vais faire".


Mais non...! L'eau est très chère en France, c'est pour cela que les citoyens se mobilisent avec leur maire. En Angleterre les billets trains correspondent 10 à 16 % du salaire. Il parait que les 25 compagnies privées reçoivent 46 Milliards de la part de l'état chaque années. 
https://www.dailymotion.com/video/x6hhrgo
Info.
https://mobile.francetvinfo.fr/replay-radio/c-est-comment-ailleurs/c-est-comment-ailleurs-les-tarifs-du-train-en-grande-bretagne_2074693.amp?__twitter_impression=true 

La privatisation du chemin de fer japonais est toute relative. Seul 27 % du réseau est opéré par le privé (ôtemintetsu) et sur des lignes peu rentables, le gouvernement japonais encadrant très strictement les tarifs. La légendaire ponctualité c'est le secteur public qui l'assure.

Il ment beaucoup le monsieur de BFM.

"En 95 on montrait le soutien des usagers à la grève" -> totalement faux et M. Schneidermann aurait dû le reprendre puisqu'il a lui-même à l'époque invité Bourdieu et participé au détricotage de la fabrication d'une opposition à la grève dans les médias. Les micro-trottoirs avec uniquement des gens crachant sur les cheminots occupaient l'espace, comme aujourd'hui.


La logique est toujours la même : le journaliste ne vient pas chercher des avis d'usagers en général mais son patron lui a dit "Coco ton angle c'est la colère des usagers en galère, tu me prends que ça". Ou comment construire un prisme très biaisé de l'opinion publique et tenter d'orienter celle du spectateur.

Assez frustré par cette émission qui a enchaîné les approximations et laissé dire des contre-vérités par Emmanuel Lechypre sans beaucoup de contradiction.


C'est dommage qu'un dossier plus solide sur le cas "chaînes d'info" n'ait pas été constitué par l'équipe. On y trouve des éditorialistes de gauche, dixit Lechypre, mais en quelle proportion ? Un syndicaliste est parfois présent en plateau, mais par combien de pro-réforme SNCF est-il entouré ? J'ai souvenir d'une émission sur LCI avec un malheureux représentant des cheminots cerné par De Clausets, un autre "expert" favorable à la réforme, une journaliste visiblement très agacée par la grève et un Pujadas brandissant l'avis de l'opinion publique comme un totem désapprobateur. 


Et quid des fréquents JT de ces chaînes et de leur message ? Quel temps d'antenne consacré au ras-le-bol des usagers, aux sondages mesurant l'adhésion de la population, au taux de participation des grévistes jour par jour, à l'analyse de la moindre phrase d'un membre du gouvernement, bref aux effets périphériques de la grève ? En comparaison, quel temps passé à informer le télespectateur sur les vrais enjeux de fond à un peu plus long terme que les deux prochaines semaines de mobilisation ?


Quelques chiffres dans ce sens n'auraient pas été de trop.

Voyons quel type de mensonge gouttez-vous.


A propos du 19-6.


Le journaliste généraliste qui transforme une règle (ne pas) en sa sanction (sinon) ;


ou le syndicaliste spécialiste qui énonce une règle (ne pas avant 06 heures ou après 19 heures) en passant sous silence sa sanction (en cas de dépassement d'horaire escarcelle congé) pour traiter le généraliste de con pétant (:-)).


Extrait des échos ; je n'ai pas vérifié, mais ça sent le succès ?


"Cette disposition complique la planification des emplois du temps. De surcroît, elle a un corollaire, explique un expert du secteur : « Si un conducteur finit après 19 heures, même si ce n'était pas prévu - lorsque le train est en retard, par exemple, alors la journée qui suit est considérée comme un jour de congé. " Au total, d'après ses calculs, le 19-6 ferait perdre 4 jours de travail par an et par agent, sur une population de 20.000 agents."


https://www.lesechos.fr/01/06/2016/LesEchos/22203-078-ECH_le-19-6--ce-sujet-qui-fache-dans-l-organisation-du-travail-a-la-sncf.htm


De la différence entre syndicaliste et expert ; moi je suis de longue date une anti-syndicaliste post guerre ;-).

Ah , au fait , un truc peu connu , l'externalisation des formations...au Maroc ! http://www.cheminots.net/forum/topic/40876-indemnit%C3%A9s-formation/


Merci pour cette explication historique : cela permet de comprendre pourquoi les cheminots ont tant s'avantages qui étaient surement justifiés à l'époque

Electricité , eau , chemins de fer japonais , inévitablement je me souviens de Fukushima et de l'évacuation des riverains de la centrale , les tarifs des trains y sont tellement chers qu'un bon nombre a eu de grosses difficultés à s'enfuir du monstre !

Doz ne connaît pas son PS4R ni son P4 !


Déçu par cette émission comme souvent en ce moment. Ce plateau était complétement déséquilibré. Pourquoi inviter Lechypre qui a table ouverte partout pour répandre des idées qu'on connaît que trop? En face de lui, des jeunes gens forts courageux mais qui n'ont pas l'épaisseur et l'expérience pour se frotter à ce genre d'individus roué, menteur, manipulateur..et malheureusement, Daniel Schneidermann n'a pas aidé à équilibrer le "débat". Heureusement Mathilde était là....Elle sauve cette émission. Lechypre ose parler des bienfaits de Veolia sans contradictions...et pourquoi pas la privatisation des autoroutes aussi....."là on dérive sur le fond"......mais oui M. Lechypre le problème c'est bien le traitement du fond par votre média pourri...BFM fait un traitement politique en permanence en faisant croire que nous devons être des homo œconomicus avant d'être des citoyens...Face à ce genre d'individus, il aurait fallu au moins un économiste atterré.....pas dispo peut être.....En tout état de cause, je n'ai pas pu aller au bout. Mon échéance approche et je m'interroge.

Je ne pensais pas pas en commençant à regarder cette émission qu' Emmanuel Lechypre me ferait autant rire. Je ne vais pas reprendre la vidéo pour pointer les extraits, mais quel festival ! Dire que beaucoup croyaient jusqu'ici que BFM avait un angle partisan. Que nenni. Ils invitent aussi des syndicalistes. Mazette, quel exploit ! Les notions d'angle, de traitement ? Sans doute des amusements pour journalistes en formation, histoire d'avoir des copies à corriger...


Le gars qui reproche aux cheminots une vision idéologique du projeeeeet. en arguant qu'il ne faut pas s'opposer sur des critères politiques ! (c'est un résumé très concentré, mais le Monsieur comprendra, on manque tous de temps pour être précis.) Euh, gars, un gouvernement a une vision politique. C'est son job. Ne pas être d'accord avec cette politique et s'y opposer est un droit. En démocratie.


Et si, il a bien dit au sujet des craintes de menace sur les étudiant·e·s "c'est des conneries". C'est pas comme si on pouvait utiliser les images pour ficher les gens, les identifier et ensuite leur pourrir la vie. Pas en France. Pas dans notre beau pays. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Sauf à Notre Dame des Landes. Là, c'est autre chose. 


Quelle marrade. Bravo asi pour le casting. Je vais essayer de m'en remettre !

excellentissime émission!


malthide Larrère, je t'aime!!!!

ton éclairage historique est  saisissant, clair, implacable!

comme ta démonstration des mensonges et du mépris de Thomas Legrand sur France Inter. 

Comme ton soutien bienveillant à ta voisine , étudiante de Tolbiac, qui est un peu intimidée au début... mais une fois qu'elle est lancée... chapeau!

Chapeau également au cheminot cgt qui réfute tous les argument de l'éditorialiste de BFM avec un calme.... que je lui envie.


Un régal!

... un peu amer quand on compare les audiences de bfmtv et d'ASI.


Le moment ou  Le Chypre glisse à axel, le cheminot: "au passage, vous serez mieux payé chez transdev" au mépris de tout ce qui vient d'^tre expliqué avant, est un monument d'hypocrisie, manipulatrice libérale....


Bravo pour la parité et merci à toute l'équipe!


Minute 19:47 de l'émission : la parenthèse ouverte par le représentant des cheminots avait sa place dans le débat , contrairement à ce que pense l'éditorialiste de BFM , malheureusement approuvé par Mr Schneiderman . 

au final chacun protege son image et contrôle sa communication :bfm , les flics, les syndicats , les étudiants...... c'est dans l'air du temps.


Emission intéressante  mais qui reste un peu en surface,  les 2 ptits jeunots sont mignons comme tout, ils ont encore cette innocence qu'on ne retrouve malheureusement pas chez l'éditorialiste qui est un peu une caricature de l'editocratie a lui tout seul.


En tout cas la mise en scene d'@si est intéressante  : le vieux réac d'un cote et les jeunes progressistes de l'autre, un communiquant ne s'y prendrait pas autrement pour faire passer un message.


Sinon l'histoire du chien et du peuple ca serait bien d'approfondir un peu parce que je trouve pas grand chose sur le sujet. 


https://i.ytimg.com/vi/6Ni78ddJ4dM/maxresdefault.jpg



Le débat dans son ensemble fait la part belle à l'éditorialiste de droite de BFM, Emmanuel Lechypre. Comment est il possible que, sous prétexte de laisser le droit à la parole à ce journaliste de droite, Daniel Schneidermann  ne réponde quasiment rien aux énormités qu'il ose proféré au fur et à mesure que le débat s'engage. 

D'abord prudent et poli, monsieur LeChypre s'enhardit au fur et à mesure qu'il s'aperçoit que ses contradicteurs ne sont pas à la hauteur pour le rembarrer lorsqu'il profère les énormités de plus en plus grandes (sur Véolia, sur la SNCF, sur les journalistes, etc.)

J'aurais par exemple eu plaisir à entendre Daniel Schneidermann reprendre Lechypre pour lui demander s'il pouvait filmer l'intérieur de la cuisine de la salle de rédaction de BFM (au lieu de réclamer ce retournement introspectif de caméra uniquement pour les étudiants).

Encore une fois, l'idéologie libérale a pu s'exprimer par l'intermédiaire d'un journaliste de BFM très habile à laisser bouche bée les contradicteurs bien trop polis avec lui. 

En effet, pourquoi être poli avec un rhétoricien faussaire comme Lechypre. Il faut des claques verbales ! Et nous avons eu de la mollesse en face de ce monsieur qui a même pu vendre le point de vue de Macron sur la SNCF sans trop rencontrer d'opposition.

Par ailleurs, Prenez le temps de réécouter ses propos sur les journalistes de son bord, qui, comme lui, n'ont jamais rencontré Drahi. Il y a de quoi tomber de sa chaise devant une telle mauvaise foi. Et là, O Stupeur, personne sur le plateau pour hausser le ton, et lui faire comprendre qu'il faut qu'il arrête de croire qu'il s'adresse à des gentils mal informés et pas combatifs pour oser dire que n'ayant pas rencontré personnellement Drahi, il n'est pas le toutou de son maître. Comme si le fait de rencontrer Drahi été la seule manière de se présenter comme son valet. Qui peut croire ici, sur ce site, que Madame Ruth Elkrief est de gauche sous prétexte que personne ne peut savoir pour qui elle a voté?


Et Personne ne lui répond vraiment. Passé les 15 premières minutes, ce monsieur sait dès lors qu'il a le champ libre et ne s'en prive pas.

La faute en revient à Daniel Schneidermann qui semble très assoupi et sans intérêt véritable pour le débat qui aurait pourtant permis d'asticoter le journaliste collaborateur et faire tomber ses pauvres raisonnements de pacotilles.

Où sont les contradicteurs d'Acrimed pour permettre aux spectateur de dévoiler les supercheries rhétoriques de ce très habile journaliste de BFM ? Et je dis habile pour bien signifier qu'il a surtout senti rapidement la faiblesse de ses contradicteurs.

Bref, il me semble que Daniel Schneidermann n'a pas été à la hauteur dans ce débat et n'a pas su être à même d'aider ses invités à rentrer dans le lard du laquet de service de BFM.

Encore une occasion ratée. En faudra t il encore beaucoup d'autres pour réduire Arrêt sur Image à un robinet d'eau tiède?


Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Trop fort : Lechypre défend le principe de délégation de service public avec VEOLIA et qui dit que l'eau est pas chère ?????!!!!!! WTF !!!! Quel gros boulet !!! Il est pas au courant des gabegies des boss de VEOLIA et des factures de l'eau qui ont bondi depuis 20 ans sans AUCUNE justification ?????

Et il oublie de préciser que VEOLIA n'est pas un opérateur privé qui s'est construit par des entrepreneurs qui se sont retroussés les manches ... On a pillé la Cie Générale des eaux qui était un opérateur public !!!


Y'en a vraiment qui se foutent de la gueule du monde !!!

Émission remarquable, cours d'histoire essentiel (encore merci à Mathilde Larrère), devrait être diffusée à une heure de grande écoute sur les Chaînes de télé...publiques !! quand au journaliste de BFM par ailleurs à l'air sympathique : il fait sourire, Drahi n'interdit pas certains sujets ? certaines promotions ? le rôle de la pub ?...(je devine pour qui il vote : et c'est son "droit" !)...ces chaînes camembert disparaitrons petit à petit tant elles ressassent et qu'elles lassent...

Extraits légèrement détournés:
- Ok le sujet du plateau c'est "Macron va-t-il enfin se débarrasser de ces feignasses de chemineaux" mais on a invité le délégué CFDT ça va quoi !
- Ah bah oui on dit n'importe quoi sur les jours de congés, mais on a pas le temps, mieux vaut dire n'importe quoi que rien du tout.
- Brunet c'est un polémiste, c'est pas pareil, il a le droit d'être grassement rémunéré pour dire des horreurs à longueur de plateaux.
- J'ai travaillé chez Capitaliste magazine, Ultra libéral hebdo, Medef matin et Bourgeoisie TV, et jamais on ne m'a dit qu'il ne fallait pas parler communisme.
Ça suffit ! Casse toi ! Il faut disqualifier tous ces blaireaux qui font semblant de ne pas comprendre ce qu'on leur reproche. Quand parfois un syndicaliste ou militant les mets face à leurs contradictions (trop rare puisqu'on invite plutôt les secrétaire généraux, cadres de partis, etc.) ils sont incapables de répondre, s’énervent, beuglent comme des veaux, et on devrait encore leur accorder une légitimité à diriger des débats et tout "expertiser" ? (Merci d'ailleurs à Mathilde d'avoir tenté le coup)

Pour info sur le transfert de personnel à la SNCF c'est la confusion absolue et aucune enquête n'est faite sur le sujet. Le gouvernement garantie la "sanctuarisation" du statut mais SNCF Réseau prétend que de toutes façons seuls les autres EPIC seraient concernés par les transferts. Pourtant SNCF Mobilité affirme la même chose à ses salariés. Sauf que la destruction de la SNCF à déjà commencé depuis des lustres et des postes de travail sont supprimés régulièrement et conduisent les cheminots à changer de métier et donc parfois d'EPIC pour ne pas retourner a des postes fictifs ou éphémères. Et dans tout ce bordel il faudrait faire confiance à la communication du groupe et du gouvernement ?

Dsl si c'est hors sujet, mais je suis bluffé à chaque fois par la grande maitrise de son sujet chez Mathilde Larrère, elle lit à peine ses notes, et hésite très peu, sur des sujets complexes,  datés, chiffrés.

Franchement chapeau.

La tete que fait Mathilde quand Lechypre a cité les Grandes gueules comme émission, CEST COLLECTOR  je kiffe trop !!! AHAHAHAHAH

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.