53
Commentaires

Saint-Cricq : "Vous prêtez aux médias plus de pouvoir qu'ils n'en ont"

Nathalie Saint-Cricq, cheffe du service politique de France 2, participait vendredi 19 avril à une projection-débat de Première campagne, documentaire sujet de notre émission du 12 avril. ASI a assisté à la rencontre.

Commentaires préférés des abonnés

C'est quand même exceptionnel.
Les sondages nous disent quelque chose
On envoie un journaliste non pas pour vérifier l'information, mais pour filmer une illustration pour le sujet sur le sondage.
Le journaliste, qui a une heure pour sortir son image nou(...)

La dernière phrase fait peur: "Les sondages montraient que Hamon se cassait la gueule, et que certains de ses électeurs se détournaient de lui par vote utile, j'avais besoin d'illustrer cela, je ne vois pas où est le problème." 


Bah voyons je voi(...)

"De toute façon si les gens pensaient qu'on était un affreux organe de propagande, ils ne nous regarderaient pas."

Toutafé. On est combien à ne plus regarder  surtout en période électorale tellement c'est insupportable ?

(...)

Derniers commentaires

"Et puis je ne comprends pas bien cette focalisation de la critique sur le journalisme politique : les journalistes sportifs n'ont rien vu du dopage sur le Tour de France pendant des années, et ça ne pose de problème à personne. "


Je crie au mensonge éhonté de la part de Saint-Cricq. 

Une fois que la justice s'en est emparé le dopage du tour de France a provoqué un tollé et tous les journalistes et tous les médias spécialisés ont morflé. Les audiences du tour ont plongé, les rédactions qui suivaient le tour étaient gravement décrédibilisées et il a fallu plusieurs années pour remonter la pente.

Non seulement son argument est débile, ce n'est pas parce que les journalistes sportifs s'en tireraient que les journalistes politiques devraient échapper aux critiques, mais surtout, et c'est le plus piquant, les journalistes sportifs n'ont pas été accusés de ne pas avoir vu, mais bien d'avoir su et de s'être tu. Et ça a posé beaucoup de problèmes.


Je dirais que c'est un lapsus spiritūs qui lui fait avouer que tous les journalistes politiques savent la vérité.

ce que cette dame(saint criq) n' pas l'air de comprendre c'est qu'illustré un sondage par des images qui montrent que les électeurs de Hamon vont chez macron ce n'est pas l'illustrer, c'est appuyer( a grand coup de marteau) la prophétie autoréalisatrice des sondages.

"De toute façon si les gens pensaient qu'on était un affreux organe de propagande, ils ne nous regarderaient pas."


Dont acte.

" je ne vois pas où est le problème" c'est un peu la phrase de l'époque j'ai l'impression...

Les médias n'ont pas "fait" Macron mais ils ont beaucoup contribué en axant des reportages sur lui alors qu'il n'était pas candidat, en suggérant qu'il pourrait être candidat, en le testant dans les sondages... tout celà alors qu'il n'avait pas présenté l'embryon d'un programme.


Ce n'est pas forcément de la propagande consciente plutôt n intérêt pour le sujet à la mode, un peu nouveau...

Pinaillage vocabularesque.

Ne ne prête pas du pouvoir aux médias. 

Ils n'ont pas besoin qu'on le leur prête, ils l'ont pris.

"Les sondages montraient que Hamon se cassait la gueule, et que certains de ses électeurs se détournaient de lui par vote utile, j'avais besoin d'illustrer cela, je ne vois pas où est le problème."


Dans la tête de St-Cricq, si des électeurs se détournaient d'Hamon , c'était pour voter Macron... et pas Mélenchon.

Les résultats du premier tour de la présidentielle lui ont donné tort. Mais elle ne voit pas le problème...

Qu'elle soit inconséquente ou manipulatrice, NSC participe bien à la désinformation.

Nathalie Saint-Cricq:

"De toute façon si les gens pensaient qu'on était un affreux organe de propagande, ils ne nous regarderaient pas." 

Je propose à Arrêt sur Images de faire un petit micro-trottoir et de trouver dans la rue un témoignage d'une personne qui ne regarde pas France 2 et qui pense que France 2 est un affreux organe de propagande

Ce que dit Nathalie Saint-Cricq sur les sondages est faux, si le reportage a bien été diffusé début mars comme vous l'indiquiez dans l'émission. La côte de Hamon était supérieure à celle de Mélenchon et à cette époque-là elle ne s'était pas du tout effondrée (la baisse commence plutôt vers fin mars). Voir le détails des sondages ici :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_sondages_sur_l'%C3%A9lection_pr%C3%A9sidentielle_fran%C3%A7aise_de_2017#Effectu%C3%A9s_avant_la_publication_de_la_liste_officielle_des_candidats


La mémoire de Nathalie Saint-Cricq peut lui jouer des tours. Mais du coup la question reste : pourquoi avoir choisi cet angle ?

Nathalie Saint Fric chienne de garde deu régime du banquier d'affaires de l'Elysée elle va nous donner des leçons !! La misère intellectuelle quand tu nous tiens .

Quand elle dit que les médias n'ont pas élu Macron, c'est vrai. Premièrement parce que les médias n'existent pas en tant que corps uni et uniforme.

Deuxièmement, ces médias institutionnels que sont France 2 et d'autres, s'ils n'ont pas fait l'élection, ont amplement participé à la création dun climat  (le ni/ni, Hamon l'utopiste, L'équivalence des extrêmes,...) qui a abouti au mot d'ordre suivant "votez utile dès le premier tour, parce que marine sera au second". 

De plus ces mêmes médias (sus-cités) ont essentiellement orienté les débats autour des appareils et des personnes, au lieu de les orienter vers les programmes.

Donc pas coupables, mais responsables.... (Sic.)

 > "Je découvre le film, je redoutais un peu, mais ça m'a beaucoup plu, c'est très poétique."


ça fait écho à ça :


> Je n'ai pas vu votre émission, mais on m'en a beaucoup parlé, et je n'aime pas beaucoup le fait que vous mettiez en question le travail de Jeff [Wittenberg] sans qu'il soit sur le plateau pour répondre


non ?


quelque part j’espérais que Saint Cricq montre une image différente en petit comité et fasse preuve d'autocritique (on peut rêver)  mais  si je me base sur les propos que vous rapportez (qui j’espère illustre ses responses en globalité) elle reste droit dans ses bottes .....  Aveuglement, endoctrinement ou malhonnête difficile de trancher.  


Il y a quelque chose de comique dans sa defense du travail réalisé par Jeff [Wittenberg]  .... Ca n'est pas lui qu'elle defend mais elle meme, il ne fait guère de doute que Jeff est lui aussi est conditionné/formaté pour monter des reportages qui respecte le "cahier des charges" dicté par sa cheffe , son indépendance doit être a peu prêt aussi limitée que celle d'Astrid sur le terrain.


ses remarques sur le tour de France ou sur  hamon  sont collectors. Il faut être sacrement le nez dans le guidon pour croire que les journalistes du tour ne sont pas au courant du dopage systémique .... mais comme Astrid qui tourne sa sequence sur macron au ski sachant pertinemment que c'est une operation de com , les journalistes du tour  se limitent a commenter les paysages du tour pour contenter leur direction en faisant fi des réalités et de  leurs états d’âmes (en admettant qu'ils en aient).


merci pour le suivi  en cas , j'aurais donne cher pour y être !

Le monde parle également du film et réalise un interview d'Audrey Gordon. J’espérais la encore qu'elle fasse preuve de clairvoyance surtout après la mise en abîme d'@si  ... mais non : 


Alors qu’elle est sur le terrain, Astrid Mezmorian ne semble pas proposer de sujet à sa rédaction. La chefferie lui passe commande, elle part en reportage en sachant à l’avance ce qu’elle doit trouver…

Oui, il y avait le sujet du jour. J’imagine qu’Astrid avait des échanges avec la rédaction en chef, et elle pouvait aussi affiner sur le terrain. En termes de temps, il n’y avait pas vraiment d’autre solution. Pourtant Astrid me semblait tout le temps prête à affronter l’imprévu. De mon côté, avec l’ingénieur son du film, on restait toute la journée à ses côtés, comme des petites souris. J’avais tout le temps la caméra sur les genoux. Astrid mettait le haut-parleur quand elle était au téléphone avec France 2, pour éviter d’avoir l’oreille qui chauffe, donc j’entendais tout et je pouvais réagir.

Dans votre film, on ne voit jamais la journaliste de France 2 poser une question de fond à Macron, alors qu’elle s’est beaucoup documentée sur le candidat… Comment expliquez-vous cela ?

Il faut resituer le contexte : on est plutôt sur la fin de la campagne, dans le jeu entre les candidats. Les journalistes relaient le théâtre politique. Avant, elle pouvait poser des questions de fond. Dans la dernière ligne droite, pendant qu’elle est sur le terrain, d’autres journalistes de la rédaction passent des coups de fil – comme Astrid le leur demande lorsqu’il faut préparer un sujet sur le service militaire annoncé par Macron.




Vraiment glaçant de penser aux suites de cette émission, "racontée" et discutée dans le microcosme de France 2. Réinterprétée par le filtre normalisant de cette culture d'entreprise-là, pour laquelle il n'y a pas de problème à chercher sur le terrain l'illustration/confirmation d'une thèse (approche qui rend un ethnologue fou de rage), pour laquelle le "militantisme" est dans exclusivement dans l'a-priori des autres, pour laquelle l'héroïque "penser contre soi" est la concessions aux piétinement pragmatique de l'ethique journalistique, et pour laquelle il y a disqualification immédiate dès soupçon de sympathie ruffinoise ou mélenchonienne.


L'émission avait été terriblement violente, intéressante et triste, avec cette espèce de gifle amenée par le contraste de "J'veux du soleil" qui suivait une première moitié fière et enthousiaste autour de "Première campagne". Sentiment d'un passage un peu trop rude du podium au tribunal, et fracture d'une image de soi assez glorifiante, sans doute bien nourrie jusque-là (et par la suite) par l'entourage des deux journalistes. Quelle réaction à ça ? Quelle suite à l'agressivité défensive de Mezmorian et à l'aspect pensif et préoccupé de Gordon ? Des remises en questions, ou le baume de Saint-Cricq, de France 2, de ceux-qui-savent dans le référentiel socio-professionnel de Mezmorian ? On est tous tellement dépendants de nos référentiels, des autorités morales qu'on se choisit ou qui s'imposent à nous, de celles qui nous flattent, nous confortent, et nous promettent de nouvelles tapes dans le dos. Et partant de là, si prompts à disqualifier le reste, à partir d'une bulle d'autant plus polarisée. 


Le "système" de la machinerie journalistique audiovisuelle est puissant, ne se déstabilise pas facilement, et si ça ne vacille même pas devant les béliers bourdieusiens, le malaise suscité par un documentariste "militant" ou par une émission de Schneidermann s'époussète d'autant plus facilement (je garde en tête le mépris parlant avec lequel Elisabeth Quin avait réagi à une évocation d'Arrêt sur Images dans son "28 minutes"). J'ai dans l'idée que trois mais-non-mais-non de l'univers Saint-Cricq ont vite stérilisé tout début de réflexivité. Mais j'ai développé une vision très pessimiste des mécanismes par lesquels se perpétuent les visions du monde. Peut-être trop déterministe.


Les mécanismes qui assurent les dialogues de sourds, d'autant plus implacables quand les rouages en sont l'argent et la respectabilité dans les strates supérieures. Très illustrés dans les plaintes croisées de Gilles Perret et Astrid Mezmorian : Est-on bien vu ou pas, quand on travaille pour France 2 ? L'important, c'est d'être bien vu par les gens qui "comptent pour nous". Je suis sceptique quand on joue au martyr déconsidéré par les "gilets jaunes" tout en profitant de la respectabilité des institutions, et quand on invisibilise cet avantage. Une autre façon d'invisibiliser les "problèmes".


Je ne suis pas du tout anti-journalistes (c'est une mode qui m'horripile, chez Trump ou chez Mélenchon), mais un meilleur journalisme nécessite une meilleure distanciation de ces mécanismes. Dire qu'on fait de son mieux dans un cadre absurdement contraignant est plus crédible quand les problèmes liés à ce cadre sont reconnus. Ils sont ici niés, donc non, ce n'est pas un bras-de-fer avec les contraintes pratiques : c'est, ici, l'aveu qu'on n'essaye même pas.


Il y a du meilleur journalisme que ça. Celui qui, pour de vrai, "pense contre lui-même". Oui, la récupération rhétorique de cette formule méthodologique, et son emploi à contre-sens, m'a vraiment énervé.

Je relève trois choses : la première, ce propos : « les journalistes sportifs n'ont rien vu du dopage sur le Tour de France pendant des années, et ça ne pose de problème à personne ». Si, moi, je ne regarde plus les retransmissions de courses cyclistes, encore moins sur France Télévisions, depuis 1998... La seconde : Elle prétend que les médias n’ont pas fait l’élection de Macron. Ce que je veux bien admettre si je repense à 2005 et le positionnement de tous les médias lors du référendum Constitution Européenne et son résultat dans les urnes. La troisième : Le vote utile après la contre-performance de Hamon lors du premier débat qui a effectivement eu lieu, mais, marrant de la voir choisir une couverture chez Macron, alors que pour une grande part, si ce n’est pas la totalité, il est allé chez Mélenchon. En fait, si la logique politique est respectée, il est certain qu’elle trouvera chez Macron, le reste des socialisants qui dans le secret de l’isoloir seraient allés à Macron ; se souvenir pour cela des appels à voter Sarkozy plutôt que Royal en 2007 de la part de pas mal de pontes du PS.

"Finalement, le journalisme, c'est comme les réformes impopulaires, il suffit d'une bonne dose de pédagogie pour résoudre le malentendu. " bien dit ! ^_^

Ca me facine de voir à quel point les élites médiatiques et politiques sont stupides.

stupides ou serviles?

Pourquoi "ou"?

Bonjour: j'ai écrit "ou" dans le sens "ou plutôt" serviles.... mais oui, ça pourrait être stupide ET serviles quoi que...je ne pense pas que Mme St Cricq soit stupide; ça serait trop facile car ça pourrait ne pas être de sa faute d'être servile!

elles ne sont pas stupides puisqu'elles gagnent à chaque fois.

C'est quand même exceptionnel.
Les sondages nous disent quelque chose
On envoie un journaliste non pas pour vérifier l'information, mais pour filmer une illustration pour le sujet sur le sondage.
Le journaliste, qui a une heure pour sortir son image nous préviens que la réalité ne correspond pas au sondage.
On le pousse à trouver l'image dont on a besoin.
Le film montre qu'on guide la réponse de l'interviewé finalement trouvé pour correspondre à l'angle recherché.
On ne voit pas le problème a posteriori.
Je n'avais déjà pas beaucoup d'estime pour N.Saint-Cricq, mais là, j'en reste coi.

Cette femme là déshonore le métier de journaliste, la déontologie elle en n'a rien à foutre cette une pourriture. 




Le probleme incarné nous dit "  je ne vois pas où est le problème  " ...

ou quand le virus ne voit pas où le mal de rendre le corps malade, puisque c'est sa fonction.


La sainte patronne des garagistes  a encore frappé.


Elle est la roue de secours  de la république en marche ( arrière ), et je crains qu'elle pète une durite. 

La dernière phrase fait peur: "Les sondages montraient que Hamon se cassait la gueule, et que certains de ses électeurs se détournaient de lui par vote utile, j'avais besoin d'illustrer cela, je ne vois pas où est le problème." 


Bah voyons je vois pas où est le problème, quand sa propre journaliste n'en trouve pas et que miraculeusement il en tombe un on lui fait répéter son texte. 

Et dans le 20h on nous vend le truc comme s'il y en avait plein ! Sans une seule nuance en voix-off.
Du coup ça illustre bien ce que les sondages disaient elle a pas tort en fait, y'a pas de problème tout va bien circulez y'a rien a voir !


Cheffe du service politique de FR2 ....

"De toute façon si les gens pensaient qu'on était un affreux organe de propagande, ils ne nous regarderaient pas."

Toutafé. On est combien à ne plus regarder  surtout en période électorale tellement c'est insupportable ?

Il faut traquer ceux qui ne sont pas Saint-Cricq.


Sinon, très bon papier sur l’oligarchie en action en 2019 ; pas encore sûre d'elle pour refuser des invitations à débattre.

Merci pour le suivi. Pas trop de rancoeur de la part des deux jeunes journalistes ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.