30
Commentaires

Rebelles syriens ou islamistes radicaux en Une du Parisien ?

Derniers commentaires

pas pu finir l'oiseau bariolé, me fait trop penser à ce qu'il doit se passer, aujourd'hui, dans tant d'endroits dans le monde, en Syrie par ex.
Sur ce (très intéressant) vite-dit : Vogue complaisant avec Asma el Assad : la journaliste se justifie

Je tique, mais sans doute pas dans le même sens que "la plupart des gens", sur cette phrase :
Avec une bonne dose de culot, elle assure : "Je ne savais pas que j’allais rencontrer un assassin. Je n’avais aucun moyen de savoir que Assad, le doux ophtalmo un peu geek, tuerait plus de gens que son propre père, en torturerait des milliers d’autres, y compris des enfants. ..."

Bon d'abord, ce n'est peut-être pas du culot : elle bosse à Vogue, et en plus elle est journaliste, les deux ensembles ça fait le summum du QI de l'huître fumée : la (ça marche pareil avec "le") journaliste de mode. Donc elle est peut-être sincère : elle était juste ignare, comme tant de monde dans son domaine professionnel.

Mais c'est surtout cela qui fait tilter ma cacahuète interne : "en torturerait des milliers d’autres, y compris des enfants."

Depuis que j'ai appris ces cas de tortures d'enfants, je n'arrive pas à comprendre pourquoi ce serait le fait de l'équipe à Bachar. En effet, c'est clair de cet homme et ses sbires sont de beaux salopards, mais pour moi il me semble clair aussi que Barchar El Assad n'est pas un demeuré (lui). De plus, depuis le début de son règne et pendant de nombreuses années, il a montré une connaissance pointue de la manipulation du système médiatique (dont cet article dans Vogue n'est qu'un exemple) à son avantage.

Donc, comment affirmer que c'est forcément son camp qui commet ces horreurs, notamment sur les enfants ?
La logique me fait penser qu'il serait plus probable (mais certes, la réalité est parfois si improbable...) que ces tortures d'enfants soient le fait d'opposants au régime de Bachar El Assad, qui en faisant passer cela pour des actes du régime bacharesque, chercheraient ainsi à :
1/ monter fortement l'opinion internationale contre Bachar El Assad
2/ faire monter le maximum de haine dans la population syrienne contre le régime, haine viscérale et impossible à faire disparaitre quand on touche à des enfants

Barchar El Assad ne pouvait et ne peut ignorer la conséquence de tels actes sur l'opinion internationale et ses médias, et sur une part importante de sa propre population dont il a besoin, ne serait-ce que par un consentement tacite, pour rester au pouvoir.

Bref, je me dis que l'adage " A qui profite le crime ? " devrait faire réfléchir et faire que lémédias, et notamment @SI, soient plus prudent sur l'affirmation de qui est vraiment responsable de ces crimes (qui donne l'ordre, surtout), tant qu'il n'y a pas de preuves formelles (je parle de preuves de l'ordre, car malheureusement pour les tortures elles-mêmes il n'y a apparemment pas de doutes sur leur existence).
Allez lire ce texte écrit par Alain Chouet, ancien chef de service de renseignement de la sécurité de la DGSE, vous en apprendrez plus qu'en dix ans de médias mainstream sur la syrie :

http://dompaul2.unblog.fr/2012/07/23/tout-savoir-sur-la-vraie-situation-en-syrie/#
article : ... elles ne laisseront pas les djihadistes s'implanter durablement. D'autre part, "il n'y a pas, comme en Irak, un occupant pour les fédérer, ni une région intégralement sunnite pour les abriter".

T'inquiète ma poule, les USA ou l'un de ses toutous vont bientôt s'occuper de la créer, cette condition d'un occupant occidental honni...
Grrr m'suis planté : Al Banna est grand oncle de Ramadan pas grand père, désolé …
Je suis un peu affirmatif en disant qu’Ançar Dine est financé par le Qatar alors que c'est à prendre avec des pincettes...
.Et puis zut, Fabrice Balanche pourrait pas prendre un abonnement @si et venir nous expliquer tout ça…grrmmblblbl
Bref Les salafistes ne sont pas tous djihadiste, les djihadistes ne sont pas tous salafistes, les salafistes ne sont pas tous étrangers, les rebelles syrien ne sont pas tous salafistes, les extrémistes religieux ne sont pas tous sunnites et il n’y ’a pas que des sunnites en Syrie….
Ce travail de synthèse sur les journalistes dans la guerre civil syrienne est une mine d’information. Nos p’tits journalistes d’@si mettent un point d’honneur à être le plus précis et exhaustif possible.

Afin d’illustré en quoi l’attitude de Bachar el-Assad est une faute, je me permets (c’est mon post et j’y fais ce que je veux tel un dictateur) le cas de Louis XVI. Dans sa jeunesse ce dernier avait lu, raconté par David Hume, l’histoire de Jacques 1er décapité au sortir de la guerre civil Anglaise de 1641-49. Il a intériorisé selon l’historien Ran Halévi cette leçon de l’histoire comme quoi la pire des erreurs que puissent commettre un roi légitime était de faire la guerre à ses sujets. Jamais dès lors il n’a lâché ses troupes sur les parisiens… je ne souhaite pas du tout à Asma el-Assad le sort de Marie-Antoinette.


Bon un peu d’histoire sur les djihadistes de l’épée:

Le wahhabisme en premier est un mouvement politico-religieux saoudien fondé par un négociant Mr Wahhàb en 1745 inspiré de l’école hanbalite (il y a 4 écoles de droit sunnites celle-ci et les 3 autres, malikisme, hanafisme, chafiisme). De suite ses adeptes ont eu une propension à cassé les tombeaux historiques, ce qui rappelle l'histoire d' un calife fatimide (cad égyptien) un peu fou qui s’est mis à saccager en 1009 le St sépulcre, l'une des raisons invoquée par Urbain II pour lancé la première croisade des années plus tard. Les Muttawas, polices religieuses d’Arabie saoudites (Comité pour le commandement de la vertu et la répression du vice) seront les conseillers des Talibans, les motivant dans la destruction des Bouddhas de Bâmiyân. Le mouvement touareg Ançar Dine qui détruit en ce moment les mausolées de Tombouctou est financé par le Qatar wahhabites.
Durant le premier tiers du XIXe Le califat ottoman exaspéré par les wahhabites envoya directement l’armée égyptienne en Arabie saoudite pour mettre fin sans succès au wahhabisme. Et dès cette époque les différentes écoles sunnites et même chiites (2 écoles jafarisme et zaydisme) vont élaborer une contre argumentation éclairée de cette doctrine.

La chute de l’empire ottoman et les pétrodollars des années 40 aidant le wahhabisme s’implante finalement en Egypte.
Dans les années 30 un instit Mr El Banna (arrière grand père de la bête noire de Caroline Fourest Tarik Ramadan) fonde la fameuse confrérie politico-religieuse des frères musulmans résolument anti-occidentaux. l’Egypte est alors sous protectorat britannique. Saïd Qotb (Qutb) un intellectuel revenu d’un voyages aux states radicalise le mouvement et prône le Jihad. Le Hamas en est une émanation directe, rejointe par une formation libanaise plus ancienne mais qui se militarise au moment de la guerre civile : la Jamaa Islamiya.
Hal Zawahiri l’actuel leader du moribond Al Quaida est un ex- Frères musulman avant de fondé dans les années 70 le Jihad islamique égyptien. S’engageant en Afghanistan au côté des Moudjahidines durant la guerre contre les soviétiques il y fait une rencontre fatale…. 1er fait d’arme après son retour au pays, le terrible massacre des touristes de Louxor en 97.

Le salafisme devenu internationale remplace peu à peu le terme Wahhabisme plus localisé d’un point de vue géographique.
Il y a un caractère international dans ces mouvements mais certains sont des créations locales:

Le Hezbollah est une production libanaise montrant que le chiisme n’est pas en reste à l’époque de l'Ayatollah Khomeiny. Cependant la majorité des chiites attendent surtout le Mahdi, le 12ème imam, aussi leur activité guerrière reste le plus souvent régionale contrairement aux sunnites.

En Algérie nait une floppée de mouvements djihadistes.
Tout d'abord le Groupe islamique armé, GIA, il apparait avec son journal anglais al-ansar en 1992 après l’annulation de la victoire du FIS (front islamique du salut, qui a son propre bras armé l’AIS armée islamique du salut) aux élections législatives algériennes. Certains de ces tueurs étaient des anciens d’Afghanistan et de Bosnie. La fin de la guerre civile officialisée par la loi d’amnistie de Bouteflika a fini par endormir ses groupes armés.

Al-Qaida au Maghreb islamique ou AQMI anciennement connu sous le nom Groupe salafiste pour la prédication et le combat, GSPC, est une création algérienne avant d’être adoubé par Ben Laden.

Les Talibans apparaissent dans les camps de réfugiés au Pakistan pendant la guerre contre les soviétiques. Les jeunes se radicalisent dans les Madrasas, influencées par la doctrine appelé en ourdou: Déobandi, dont l’air d’influence est plutôt asiatique, courant affilié à l’école de pensée hanafite.

Au XIXè S Le soufisme du Caucase, ceux de la Naqshbandiya, fut lui aussi travaillé par le djihad, dans sa lutte contre l’expansion des russes entamée sous Catherine II..pour au final s'opposer sans succès aux nouveaux wahhabites issus des 2 guerres Tchétchènes.

Ainsi quelques-uns des mouvements djihadistes sont des créations locales dans un contexte de guerres, Liban Algérie Pakistan, alors il n'est pas exclu que la Syrie finisse par fabriqué ses djihadistes maison.
J'ajouterai que la réalité de la Syrie est probablement hors de notre compréhension au premier abord. Il ne s'agit pas d'un pays unifié de la même façon que le notre. On pourrait même dire qu'il est en guerre civile larvée depuis un moment, et que son histoire de conflits entre musulmans sunnites, alaouites et autres minorités n'est pas simple.
On a aujourd'hui une majorité alaouites et autre qui tient le pouvoir face aux anciens dominants les sunnites qui luttent pour le reprendre, je ne crois pas qu'il soit question de droits de l'homme là-dedans car bien que le régime soit autoritaire il y a fort à parier que si le pouvoir changeait de camp, il en soit de même dans l'autre sens, c'est à dire massacre des alaouites et cie.
Là dessus la position tout à fait hypocrite de l'occident (et le relai totalement stupide et à côté de la plaque des journalistes, dont il s'agirait d'étudier les sources et leur recoupage...) fait probablement plus de mal que de bien puisqu'il met de l'huile sur le feu en entraînant probablement plus de morts qu'avec les massacres du départ.

C'est très délicat, chacun se battra pour sa paroisse et son existence et l'occident pousse à un conflit dont je ne sais pas si on verra une fin un peu comme le liban il y a 30 ans.
Nous avons adoré les gentils talibans et le sympathique Ben Laden lorsqu'ils combattaient (avec l'aide des Etats-Unis) l'armée soviétique en Afghanistan.
Nous avons aimé les gentils "rebelles" lybien et le sympathique CNT lorsqu'ils combattaient (avec l'aide des Etats-Unis) Khadafi.
Nous soutenons donc la gentille Armée Syrienne de Libération et le sympathique chef d'al-Qaida, Ayman al-Zawahiri, lorsqu'ils combattent (avec l'aide des Etats-Unis) El Assad.
Et le sympathique émir du Qatar, qui soutient tous ces gentils rebelles en plus de financer AQMI (Al Qaida au Maghreb Islamique), est un grand ami de la France (et du PSG).
Comment distinguer un djihadiste d'un rebelle syrien?

Facile, le 1er est honni et le 2nd louangé par un célèbre philosophe français qui, comme on le sait tous, est de toutes les causes quand il ne petit-déjeune pas au Flore.
Suffit demander aux experts en barbus mangeurs de petits enfants.
En juin, Alain Gresh évoquait le risque d'extension d'un conflit confessionnel.
"Un appel qui arrangerait donc bien les Etats-Unis, peu enclins à aider les rebelles."
Je la trouve un peu rigolote cette phrase de la fin de l'article... Alors que depuis des mois, les Etats Unis et tous ses petits pays vassaux (dont la France) n'ont de cesse d'essayer d'arracher un mandat de l'ONU pour recommencer une opération copiée-collée de celle effectué en Libye l'année dernière.

La théorie de Thomas Pierret est pas mal non plus...

Au bout d'un moment il faut quand même se donner la peine d'ouvrir un petit peu les yeux et de se rendre compte qu'on assiste encore une fois à une énorme manipulation médiatique. Sauf que cette fois ci, comme la Chine et la Russie ne marchent pas dans le jeux, petit à petit les paravents sont en train de tomber.

Les gentils rebelles sont en fait des Islamistes, étrangers qui plus est. Et la grande majorité des massacres sont de leur fait. Depuis le début de la crise tous les témoignages crédibles vont dans ce sens...
Les islamistes sont partout, méfiance ...
Ils sont faciles à déceler: Un petit blasphème suffit.
Correction : Méfiance les Etats Unis et ses vassaux mettent des islamistes par tout...
Dans nos journaux télévisés c'est l'ennemi, dans les faits, ce sont les alliés de nos gouvernements et de nos services secrets...
Il n'y a plus que ceux qui ne veulent pas le savoir qui ne le savent pas...
Pas pareil... :)
Il faudra préciser à Ludivine qu'ils n'ont a priori pas l'intention de débarquer en France.
Ah ! il sont déjà là ?....
Il se dit des choses passionnantes au Bundestag, mais visiblement, ça n'arrive pas jusqu'à nous/vous... et nous en restons donc au fait que naaaaaan, y-a pas du tout Al Qaida en Syrie, naaaaaan, y-a pas du tout d'assistance occidentale et saoudienne et qatari à ces troupes là, et naaaaaan, vraiment, la résistance est gentille et le gouvernement est vraiment méchaâaant. On en arrive à un niveau de bétise dans nos médias et nos "chancelleries", ça en est risible, désopilant, pitoyable. Lire dedefensa est un impératif catégorique pour l'hygiène mentale.

http://www.dedefensa.org/article-pourquoi_pas_al_qa_da_dans_l_otan__25_07_2012.html

<<
Il apparaît que l’effet de ces révélations dans la presse et de la quasi confirmation du gouvernement allemand devant le Bundestag, ont été particulièrement et douloureusement ressenties dans la bureaucratie européenne, qui avait basé toutes ses analyses de la situation syrienne, à partir des consignes des directions politiques et de sources fort incertaines, sur la responsabilité massive du gouvernement Assad et de son armée. (Jusqu’à il y a un peu plus d’un mois, les analystes de la bureaucratie européenne n’étaient pas autorisés, par leur hiérarchie, à introduire dans leurs analyses l’hypothèse, et le fait encore moins, que les massacres pussent être de la responsabilité des rebelles.)

A ce niveau d’effet et de documentation des massacres et du rôle d’al Qaïda, cet aspect de la crise syrienne devient un élément politique important de plus, dans le désordre général de la crise et l’aggravation extrême de la tension. Pour l’information sur cette affaire, il y a l’article en anglais de John Rosenthal, qui dirige le site Transatlantic Intelligence. Le 23 juillet 2012, Rosenthal donne quelques indications préliminaires sur son site, puis renvoie à son article du 24 juillet 2012>D> sur Atimes.com.

«German intelligence estimates that “around 90” terror attacks that "can be attributed to organizations that are close to al-Qaeda or jihadist groups" were carried out in Syria between the end of December and the beginning of July, as reported by the German daily Die Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ). This was revealed by the German government in a response to a parliamentary question.

(...)
>>

Les russes sont complètement désabusés face à l'imbécilité des occidentaux dans cette affaire... Lire aussi ce billet du matin :

http://www.dedefensa.org/article-lavrov_psychanalyse_le_bloc_bao_suite_26_07_2012.html
Pour compléter l'analyse, il faudrait étudier la taille de la barbe, et la régularité de la coupe : un poil trop bien entretenu signifie l'utilisation de lames occidentales, une influence des contrées mécréantes et de ses publicités et de ses revues de mode, tandis qu'un poil long et touffu plus traditionnel trahira le djihadiste.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.