16
Commentaires

"Rebel rebel rebel" : Bsaz, clichteuse, de la COP 21 à Nantes

Commentaires préférés des abonnés

Total respect à la "clichteuse de rue", et merci +++ à Daniel pour cette chronique.  

Je ne sais pas pourquoi, je trouve cette chronique très émouvante.

Cette photo semble sortie d'un film gore sur une société future style "le labyrinthe". Le N&B la rend encore plus glaçante

Derniers commentaires

Phobie ou pas, quand on fait de la photo de manière régulière, on fait forcément de la technique, consciemment et de façon formelle, ou bien inconsciemment avec la pratique. Surtout quand on a acheté exprès  un Canon. Même Viviane Maier la maintenant célèbre photographe de rue dont ce n’était pas le métier, avait un très bon appareil photo et devait bien s’y connaître.

Mais si ça peut rassurer Bsaz d’imaginer qu’elle fait tout « à l'instinct », je n’irai pas la contredire.

Doit on jouer au jeu des différences entre les 2 photos de l'article ? 

Quand on part dans ses évasions de "classe moyenne", là où l'internet ne va pas, on rate  des chroniques comme ça et c'est dommage. Merci pour Lauryn Hill et surtout, surtout pour Bsaz la clichteuse.

Ses photos sont magnifiques, merci pour ce portrait (et merci à elle pour son travail) !

Voilà ce qui arrive lorsque Macron et Castaner lâchent la bride aux bourrins.

Mais qui sont-ils, sinon eux-mêmes des "bourrins", comme vous dites.

"lâchent la bride aux bourrins."


"Lâchent les chiens (en gueulant vas-y, attaque!)" aurait peut être été plus juste. "Lâchent la bride" sous entend qu'ils les laissent faire, alors qu'en vrai ils les commandent. 


Ya encore des gens pour penser que les flics sont seuls responsables de leurs actes?  

Disons qu'ils sont sur la même longueur d'ondes mais je crois à la responsabilité individuelle. Dans ce cas précis je ne pense pas que le policier était obligé de prendre cet homme à la gorge. Un fait ponctuel :

-  j'étais à cette manifestation

-  à 14h45 après une heure de défilé, arrivés cours Saint Pierre   quelques jeunes (20 à 30 sur 2000 manifestants) brûlent  quelques cahutes en bois.

- l'essentiel des manifestants tranquilles  dont moi étions à 150 mètres environ du brasier mais les CRS nous ont quand même balancés des lacrymogènes (qui est peu de chose quand même). 

- c'est bien suite à l'initiative d'un commandant de CRS ou d'un seul CRS qu'ils ont fait cela (approuvés par Macron et compagnie). Qu'ils essaient de neutraliser ceux qui mettent le feu c'est leur fonction mais le reste de la manifestations ne présentait aucune menace.

En définitive je pense qu'on est d'accord, on diverge sur l'expression à utiliser.

Oui, bien sûr, on est d'accord. 


Sur la responsabilité personnelle des policiers, bien sûr qu'elle reste entière. D'autant qu'il n'y a généralement pas d'ordre clair de se comporter comme des ordures, mais seulement un langage codé, très bien compris des destinataires, et finement analysé, entre autres, par Alain Dewerpe à propos de Charonne (Anthropologie historique d'un massacre d'état)


Prise dans ce sens, votre première formulation est exacte. Les dirigeants "lâchent la bride" en sachant très bien se qui doit se passer.

Cette photo semble sortie d'un film gore sur une société future style "le labyrinthe". Le N&B la rend encore plus glaçante

Je ne sais pas pourquoi, je trouve cette chronique très émouvante.

Total respect à la "clichteuse de rue", et merci +++ à Daniel pour cette chronique.  

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.