145
Commentaires

Police américaine : "Un racisme sans racistes"

Des États-Unis nous parviennent ces jours-ci des images nouvelles et surprenantes : des émeutes raciales qui à l'examen se révèlent multiraciales, des policiers qui par dizaines mettent genou à terre devant les manifestants et, dernière en date, un mur de grillages autour de la Maison Blanche. Que se passe-t-il aux États-Unis, et de quelle manière ces images américaines viennent-elles percuter en France les représentations des violences policières, du racisme dans la police et plus généralement du privilège blanc ? Questions avec nos trois invités : Maboula Soumahoro, maîtresse de conférence à Tours, spécialiste de la diaspora noire et africaine aux États-Unis (autrice de "Le Triangle et l’Hexagone. Réflexions sur une identité noire" sorti en 2020 aux éditions La Découverte) ; Romain Huret, historien à l'EHESS, spécialiste des inégalités sociales et économiques aux États-Unis ; et Arwa Barkallah, ancienne correspondante pour la BBC à Dakar.

Commentaires préférés des abonnés

je dois dire qu'expulser du discours sur les techniques potentiellement (et parfois réellement) mortelles d'immobilisation cédric chouviat parce que c'était un rouspéteur gueulard pas content (faut-il ajouter blanc ?), je trouve hallucinant. quoi ? i(...)

Si Castaner défend inconditionellement la police ce n'est pas à cause du racisme institutionnel (qui existe) mais parce que la police est le dernier rempart de l'ordre social que défend Castaner. Castaner et Macron pourraient être sincèrement anti-ra(...)

Ce qui est dit ici sur Nina Simone est factuellement inexact : son engagement pour les droits civiques est visible dès les débuts de sa carrière : sa chanson Mississippi Goddam sort en 1964 ! Extrait des paroles : 

"Don't tell me
I tell you
Me and (...)

Derniers commentaires

Toutes les personnes de l'émission m'ont fait bien pitié, fans des USA, qu'ils ont tous l'air de ne même pas connaître l'affaire Colin Kaepernick. Le joueur de NFL viré pour avoir mis genou à terre lors de l'hymne américain. Et vous vous appelez spécialistes ???? Daniel y compris....

Emission nullissime....

Martine Storti, féministe, prof de philo, journaliste et auteure sur Twitter :

Quand certains globalisent en "peuple" et en "conquérants" les "issus de l'immigration" d'autres globalisent les "Blancs" en altérité radicale et en entité raciste, à combattre sans faire de détails. le même logiciel est à l'oeuvre, les uns sont le miroir des autres.

Le problème du racisme "anti-noirs", de la ségrégation, du combat pour les droits civiques sont des phénomènes typiques des USA même si le racisme est présent ailleurs. Il aurait été intéressant de faire intervenir E Todd qui en étudiant la société américaine, son anthropologie a une réponse intéressante sur la question. De la même façon il avait prévu l'élection de Trump ce que peu d'observateurs avançaient.

Quant au lieu commun sur la différence entre Démocrates et Républicains sur le sujet, ce n'est pas simple. Un Bill Clinton qui jouait de la clarinette dans les clubs de jazz avec les noirs est celui qui en 1996 baissa les aides sociales qui allaient affecter essentiellement la population pauvre noire. IIl y a quelques personnalités qui se sont réellement engagés comme Robert Kennedy mais le terme de Démocrates est insuffisant pour départager. Les postures ne suffisent pas. Les actes comptent.



http://www.slate.fr/story/191511/blog-sagalovitsch-blanc-juif-coupable-victime-categories-domination-discriminations


"Je suis perdu. Il faudrait que je m'excuse d'être blanc mais en même temps, en tant que juif, je voudrais recevoir des excuses de ceux que j'aurais offensé. Comment faire? J'appartiens aux classes dominantes –du moins c'est ce qu'on m'affirme; moi personnellement j'en doute encore et mon banquier encore plus– mais en même temps je suis un enfant du ghetto. J'ai déjà été supplicié, déporté, gazé un bon millier de fois tandis que fort de ma blanchitude je ne compte plus les innombrables crimes dont je suis responsable."

C'est un peu autodidacte, mais la prise en compte des caractéristiques ethno-raciales dans les études/sondages ne sont pas "interdites", mais "réglementées".

"(...)le citoyen qui a des propos racistes à l'égard d'une police manque de l'élémentaire révérence démocratique parce que si la police est parfois imparfaite, c'est précisément parce que le citoyen n'a pas non plus le respect qu'il doit donner à la police(...)"


Philippe Bilger sur Sud Radio le 10/06/2020


(Source : https://youtu.be/xb77xAQcJmA?t=808)


Tout est dit.

Je viens de parcourir une op ed du NYT dont le titre est "The police is rioting. We need to talk about it". J'ai vu hier une vidéo de l'humoriste Stephen Colbert, animateur d'un night show, dans laquelle il pose le débat sur l'usage excessif de la force, les policiers sans matricule... Du coup j'ai une idée d'émission pour ASI : Les média mainstream US ont-il été plus réactifs à évoquer les violences policières que les médias mainstream français? Proposition de plateau : David Dufresne, Samuel Laurent - un des journalistes au Monde qui a participé à l'enquête exposant la violence de la doctrine du maintien de l'ordre contre les GJ le 8 décembre 2018, et soit Gaspard Glanz soit Taha Bouhafs - JRI victimes de violences policières. Ne me remerciez pas.

Daniel, l'Amérique ce sont le Mexique, le Canada , le Costa Rica,  Panama , Vénézuela, Colombie, Pérou, Brésil, Chili, Argentine, L'ile de Guyane, le Guyana, le Salvador, St Pierre et Miquelon,  Veuillez préciser les étasunis, pour sortir d'un amalgame colonial.

Sur le whitewashing, au sens littéral du terme, quelque chose qui m'a frappé seulement a posteriori: la comparaison entre le visage d'Assa Traoré, naturelle (dans l'émission à 34 minutes 13), et chez Bourdin (dans l'émission à 34 minutes 16) est simplement incroyable. On justifiera la chose par les besoins de maquillage, et on y verra aussi une conséquence de l'éclairage. Il n'en reste pas moins que, contrairement à ASI, pour passer chez Bourdin, Assa Traoré a été blanchie, ce qui en dit long sur la perception du corps noir à la télévision...
Sinon, une bien belle émission

Habitant soit en Amérique du Nord,  au Canada je vois depuis l'affaire Rodney King qui a été capté à la caméra en 1991 ce qui me fait dire que ce n'est pas le fait que George Floyd a été capter sur Smartphone que la preuve est irréfutable et que c'est grâce à sa! Non des captures sur écran Iphone ou autres il y en a eux des centaines depuis 91 et qu'aucune impunités de la par de la Justice USA ! Voilà que c'en est trop et l'addition de Trump n'aide pas et n'a pas aider alors il est à souhaité que cela est devenu une Bombe Sociale et pour le bien des générations vieillissantes Justice exemplaire et expéditif. Voila !

Je me suis souvent fait cette réflexion, que depuis le debut de ASI dont je suis une auditrice assidue, je n’y ai jamais vu de noirs parmi les journalistes et chroniqueurs . Quelqu’un partage t’il cette reflexion? DS lui même pourait il s’en expliquer ?

Sur le flou télé :


Dans les années 1960, on a vu la guerre du Vietnam par exemple ; dans les années 1990, on a vu la guerre en ex-Yougoslavie (grâce à la BBC entre autres) ; maintenant comme avec la guerre en Syrie, les images sont avant tout téléchargées sur Youtube et floutée : on ne voit plus la guerre soit-disant par respect de la dignité des personnes (en réalité on "respecte" plus le spectateur que la victime).


Ce qui est scandaleux, ce n'est pas de ne pas flouter, c'est de flouter certains et pas d'autres. Et plus généralement d'occulter les violences - de guerre ou de la police par exemple - par un trucage qui donne bonne conscience. Si à un moment on ne voit pas (avec tous les risques de voyeurisme et diffusions en boucle que cela implique), on ne peut pas réagir.

"Mon visage

je n'ai rien fait de grave

s'il vous plait

..............................

S'il vous plait, je ne peux plus respirer

..............................

S'il vous plait quelqu'un

..............................

Je ne peux pas respirer

......................................................

Peux plus respirer chef

lève-toi

s'il vous plait, le genou sur mon cou

merde, je ne peux plus respirer

je

je ne peux pas bouger

maman

...................

Je ne peux pas

mes genoux

mon cou

ça y est

..................

Je suis claustrophobe 

j'ai mal au ventre

j'ai mal au cou

j'ai mal partout

de l'eau, quelque chose 

officier,je ne peux plus respirer

ne me tuez pas

vous allez me tuer

allez

ils vont me tuer

....................................

S'il vous plait, monsieur

..............................
.............................

S'il vous plait, je ne peux plus respirer





Derniers mots de George Floyd (sur AVAAZ)






















j'ai trouvé cette émission quelque peu brouillonne, notamment les interventions de Maboula Soumahoro . 

Peut-être est-ce un peu trop tôt pour analyser sereinement ce mouvement inédit ... ???

Par exemple : https://twitter.com/BFMTV/status/1269154338917748743

Merci une nouvelle fois pour une très intéressante discussion


Le fait qu'elle soit accolée à l'actualité m'a empêché de la suivre totalement tout en appréciant les multiples réflexions

et c'est pour cette raison que je vais la télécharger afin de la réécouter dans quelque temps, une fois la distance prise, les problèmes n'ayant pas été réglés entre temps


Le problème de l'endémique, celui de la militarisation de la police US et Française et dans une moindre échelle Britannique ou Allemande, le problème de l'aveuglement volontaire des autorités Françaises quant à l'existence du racisme d'état dans une République vaccinée par ses trois principes aux frontons des mairies, etc... voilà autant de pistes entrevues et que cette émission a précisées


Le floutage de George Floyd : c'est vrai que n'ayant vu que des vidéos Américaines, la question n'a pas surgi et que j'aurai dû y être sensible pour leur diffusion en France

à ce propos, je veux souligner l'incroyable attitude Américaine qui va jusqu'à remplacer les mots d'injure par des sons de sifflet ou des initiales suivies de plusieurs astérisques (récemment encore j'entendais Amy Goodman expliciter les deux coups de sifflets entendus sur une vidéo d'un reportage de Democracy Now sur le meurtre de Ahmaud Arbery que c'était pour remplacer le F word et le N word dit par le tueur)

mais aux USA cette éthique linguistique qui frôle pour certains mots la pudibonderie ne s'accompagne d'aucune retenue en ce qui concerne les images sauf de l'avertissement qu'elles peuvent choqué

Pas de floutage. Pas de floutage des victimes et pour être tout à fait vrai quelle que soit la victime comme ce vieil homme à Buffalo New York

Qu'en a t il été du floutage de ces dernières images sur la télévision Française ?


La question du floutage renvoie à la question de savoir si les images auraient pu avoir la même force de dénonciation de cette violence.

Je vais commencer à visionner cette vidéo mais en préambule je voudrais témoigner de l'esprit dans lequel je vais la visionner :


- au cours de ces manifestations, des journalistes ont été attaqués, gazés avec du gaz poivre, blessés, maltraités et éborgnée pour une et cela en direct devant les caméras

- des convois de camions militaires passent devant le Musée national de l'histoire et de la culture afro-américaines de Washington

- des "policiers" (? milice ?) interviennent lors des manifestations : ils ne portent aucun signe identifiant, aucun symbole du corps auquel ils appartiennent


Les USA vont ou viennent de passer en dictature (tout dépend de l'état notre conviction en leur capacité à se redresser)


et au même moment :

 Sénateur Cory Booker et sénatrice Kamala Harris doivent défendre la législation anti lynchage le jour où est commémorée la mémoire de George Floyd contre l'opposition des Républicains



Pour aller dans le sens de Arwa Barkallah.


A chaque fois, je suis énervé lorsque, lors d'interviews, un antillais, un arabe, un asiatique ou un africain a "droit" à des sous titres alors que son français est parfaitement clair.


Par contre, un français de chez français dont je pige à peine le langage, lui ne sera pas sous titré. 


Une forme de racisme réflexe "blonde platine" ? Pour sûr, vieux gars !!!

Je me demande à quel moment ceux qui nient que le racisme soit "systémique" dans la police en France le considérerait-il  comme tel ? Faudrait-il qu'il y ait des lois racistes, un système d'apartheid légalisé ? Ce n'est pas le cas, à ma connaissance, aux Etats-Unis. Pourtant, beaucoup d'entre eux n'hésitent pas à le dire pour les Etats-Unis. Les institutions ne flottent pas comme des abstractions au-dessus de ceux qui les investissent, elles sont aussi et peut-être avant tout l'expression des individus qui les composent...

Excellente émission dans laquelle j'ai pu retrouver beaucoup de mes ressentis tout au long de ma vie professionnelle (dans l'audiovisuel privé et public)... et où je vois que rien n'a changé !

J'aime ces émissions avec des invités jamais vus avant et plein d'intelligence ! Merci.


La notion de « corps »  qui a été évoqué est la clef de la réflexion à mon avis. Prendre conscience que nous réagissons différemment à la vue d’un corps chétif ou imposant, négligé ou apprêté, jeune ou vieux,  gros ou maigre, blanc ou noir. 

Puis se demander ce qui a fabriqué nos réactions instinctives inconscientes, apparemment acquises. 

L’éducation (famille) /  les institutions (école) / le cercle amical / la culture.


Ensuite concernant les policiers : n’importe quel être humain à qui on donne un POUVOIR sur un autre humain SANS CONTRÔLE va forcément en ABUSER.


Tout comme les politiques, les flics ont choisit un métier qui vous attribue un POUVOIR, alors qu’à l’intérieur de l’uniforme se cache un corps jugeant influencé par son milieu, son éducation, sa culture, ses collègues....


Au niveau institutionnel il faut un contre pouvoir qui empêche les flics de se prendre pour des cow boys, mais au niveau humain nous pouvons aussi changer les choses en regardant en face nos propres limites pour essayer de les déconstruire. Le texte du morceau «retrouve toi seul » de Rocé m’a beaucoup aidé lorsque j’ai besoin de me détacher de mes jugements et de mes « artifices ».


 

Ce qui est dit ici sur Nina Simone est factuellement inexact : son engagement pour les droits civiques est visible dès les débuts de sa carrière : sa chanson Mississippi Goddam sort en 1964 ! Extrait des paroles : 

"Don't tell me
I tell you
Me and my people just about due
I've been there so I know
They keep on saying 'Go slow!' "... 

Selon un sondage de Castaner 9 familles de policiers sur dix ont une bonne opinion de la police :


Neuf Français sur dix ont une opinion favorable de la police et de la gendarmerie"... Pourquoi faut-il regarder les chiffres de Christophe Castaner avec prudence ?


Le ministre de l'Intérieur fait référence à l'Enquête nationale sur la qualité du lien entre population et force de l'Intérieur (EQP19). Celle-ci, commandée par le ministère, a été réalisée par le pôle enquête de l'Université Savoie Mont Blanc, en collaboration avec l'École nationale supérieure de police (l'école qui forme les commissaires de police et qui vire les enseignants qui lui déplaisent...)


Le premier problème dans l’utilisation de ces données par Christophe Castaner, c’est que le ministre de l’Intérieur a utilisé le nombre d'inscrits à la place de celui des répondants.

S'il y a bien eu environ 48 000 personnes inscrites dans le cadre de cette enquête, seules 12 000 d'entre elles ont répondu (soit le total des commissaires et des officiers de police), sont allées jusqu'au bout du questionnaire, et ont donc été prises en compte pour les calculs. Christophe Castaner a donc exagéré le nombre de répondants.


La phase d'enquête de l'étude s'est déroulée pendant l'année 2019. Utiliser ces chiffres est donc hors de propos lorsque Christophe Castaner les emploie dans le cadre des manifestations en soutien à la famille d'Adama Traoré.


France info ne précise pas exactement où étaient placardées les 8000 affiches - ce n'est pas beaucoup - invitant à répondre à cette enquête. Dans les cantines des commissariats par ex. ?


Encore une castarinade, à moins que ce soit une commissaironerie ? Gros enfumage. La propagande, une autre forme de lacrymo ?


Émission enrichissante

J'avais un peu de mal à saisir ce qu'est le racisme institutionnel, mais les intervenant-e-s m'ont permis de m'en faire une idée plus précise.

Je suis assez choqué par les propos de Mme  Barkallah  en fin d’émission et le peu de réaction des autres protagonistes. Donc d'après elle on ne peut pas parler d’Afrique si on n'est pas noir (elle ne dis pas africain hein mais noir !) ! Donc tous les noirs sont africains (les afro-américains, les antillais et même les européens de couleur noir vont être content de l'apprendre! ). Elle qui est française se considère d'ailleurs comme africaine avec pour seul argument la couleur de sa peau !  Et inversement on ne peut pas être africain et blanc ?! ah ouais quand même... un essentialisme digne du 19e siècle ! bravo! Alors quoi :  un ou une noire ne pourrait donc pas parler de la France dans ce cas ? c'est une façon stupide et raciste, n'ayons pas peur des mots, de voir les choses. C'est dommage de venir défendre une cause juste mais de déraper ainsi ! c'est dommage de venir pour dénoncer le racisme et de tenir des propos qui tombe dans la même dérive. 

Un bourgeois à particule, ça s'appelle un aristocrate.

Bonjour ASI, je ne sais pas comment vous contacter alors je passe par les commentaires.


J'ai développé un petit outil informatique (c'est un proto) qui permet de faire des décomptes d'article sur les grandes plateformes d'informations. Cela permet de savoir quand est-ce qu'un sujet est traité dans les médias (ou pas). Voici le résultat sur la thématique des "violences policières".  Je pense que cela pourrait vous être utile. Si vous voulez, je peux vous donner ce programme.



Bonne émission qui donne des points de vue  dont je ne percevais par forcement toutes les nuances jusqu'ici , avoir un invite activiste des droits civiques américain aurait été un plus je pense (mais bon pas forcement facile en ces temps troubles et puis la traduction des propos s’avère souvent périlleuse)



2 moments que j'ai relevé et qui m'ont un peu choqué : 


DS - : "si vous allez demander aux gens de mediapart ou de liberation si ils se vivent comme racistes ils  vous répondront bien sur que non"


et si on interroge les journalistes d'@si j'imagine qu'ils  répondront pareil ?quelle conclusion faut il en tirer ?

niveau diversité de l’équipe, même en comptant les anciens on a fait mieux quand même non ? 

Chaque média peut toujours se cacher derrière un média plus gros ou ayant plus de moyen mais je ne suis pas certains qu'un vrai travail d'introspection soit fait quelle que soit la taille.



 DS - 1:09:06 : "vous savez qu'il y a beaucoup de gens dans nos forums qui vont dire elle a tenu un discours raciste"


pourquoi vous planquez vous derrière les commentateurs de ce forum dont pas un par ailleurs n'a commente sur ce point. Il me semble que ces propos que vous prettez potentiellement aux forumeurs sont les votre et il faudrait creuser pourquoi a ce moment la précis vous avez l'impression d'un racisme anti blanc qui consciemment ou inconsciemment vous interpelle au point de lui en faire la remarque ? 





Daniel, j'aime beaucoup ta coiffure pétard. mais bon sang tiens toi droit tu te bousille le dos à te tenir vouté comme ça. :-)

Sinon Joe Biden EST SENILE; donc discuter de lui, bof...


Sur le floutage de George Floyd

Je suis persuadé que si floutage il y avait eu, nous serions tous entrain de parler d'autre chose en ce moment et que la vague mondiale d'indignation n'aurait jamais existé.


Durant l'émission, il n'y a pas eu débat. Le plateau semble unanime pour déplorer qu'il n'y ait pas eu floutage.


En visionnant les 9 mn de la mise à mort de George Floyd, j'ai vu la mort dans ses yeux, je me suis vu mourir par procuration. 

Et je suis persuadé que si cette émotion violente et cathartique a frappé les esprits du monde entier, c'est précisément parce qu'il n'y a pas eu floutage.

je me suis fait la même réflexion. Je ne suis pas loin de penser que c'est le floutage qui a quelque chose "d'inhumain", en supprimant le regard et la l'identité de la personne, en faisant d'elle une sorte d'exemple anonyme. Ce qui retire à la vidéo une bonne part de sont poids d'affect — d'émotion, et ce n'est pas un gros mot l'émotion, c'est une grande part de notre humanité. 

Je déteste qu'on abuse de cette émotion, qu'on la banalise, qu'on balance à tour de bras des images de barbarie, mais si on les diffuse, si on les regarde, faut-il qu'elles soient édulcorées, banalisées, rendues plus supportables ? Faut-il apprendre à les supporter ?

"Ce qui retire à la vidéo une bonne part de sont poids d'affect — d'émotion, et ce n'est pas un gros mot l'émotion, c'est une grande part de notre humanité. "


Je suis d'accord avec votre commentaire et celui de Météor. Le floutage aurait été déshumanisant. C'est plutôt nous qui avons peur de voir ça. Sans compter que personne ne nous oblige à regarder. J'ai aussi une pensée pour la personne qui a filmé, sans faiblir, 8 minutes d'affilée. On pourrait, selon le point de vue, parler de voyeurisme... ou d'héroïsme. 


En tout cas, sans elle, ou avec floutage, bien des mobilisations n'auraient pas eu lieu. 

Entièrement d'accord, de toute façon le photographe ne pouvait rien faire d'autre,il ne pouvait pas le défendre,il serait mort,il ne pouvait pas appeler la police...,la seule aide post-mortem était d'envoyer ces images au monde entier. Il ne fallait pas non plus flouter,car on n'aurait pas vu le genou. L'indignation mondiale n'aurait pas eu lieu,et l'assassin serait libre et toujours en poste.

floutage ou non floutage, c'est la différence entre la morale et la politique. Le non floutage est dans ce cas précis politique et doit passer avant la morale d'évidence. Le politique c'est de la morale à un niveau supérieur. Respecter George Floyd c'est nous mettre devant l'évidence et l'insoutenable de son agonie pour que nous nous décidions à changer les choses.

Une question qui m'obsède depuis quelques jours. J'ai des éléments de réponse en tête mais j'aimerais avoir vos avis : en 2014, Eric Garner décède dans les mêmes circonstances que George Floyd. Il prononce les mêmes mots ("I can't breathe") alors qu'il est en train de mourir. La scène est filmée, relayée, diffusée. Comment peut-on expliquer qu'à la suite de sa mort, les manifestations n'aient pas eu l'ampleur ni la résonance de celles que l'on voit à l'heure actuelle ? Que le débat sur le racisme systémique, aux États-Unis et ailleurs, n'ait pas "pris"? Comment se fait-il que nous soyons plus disposé.e.s maintenant qu'il y a six ans ?

c'était effectivement choquant de voir la vidéo du meurtre de George Floyd sur France 2 au jt; même par bribes, et d'ailleurs j'aurais préféré qu'ASI ne la diffuse pas du tout, j'avais réussi à ne pas la voir jusqu'à ici.

Excellente émission, meilleure composition de plateau depuis bien longtemps, écouter Maboula Soumahoro est toujours un plaisir, et la découverte d'Arwa Barkallah et Romaaain Huret n'était pas moins réjouissante.


Et rassurez-vous, Daniel Schneidermann, vos abonnés ne sont pas tous des buses, et n'iront certainement pas traiter Arwa Barkallah de raciste lorsqu'elle déplore le racisme dans les attributions de certains postes. Au contraire, pour ce qui me concerne, j'applaudis tant à son discours qu'à la variété des exemples déployés.

Excellente émission. J'ai été très impressionné par la qualité du propos de Maboula Soumahoro qui sans jamais s'énerver touche du doigt toutes les tares du racisme institutionnel. Bravo !

Aux dernières nouvelles le "knee down" est bien une simple image ! 75 ans , poussé par un ACAB , et laissé au sol inanimé !

Selon Emmanuel Todd le vote des Afro-Américains pour Jo Biden est du à leur antisémitisme. 

Est ce que c'est systémique dans la police ??? Il est légitime de poser la question, mais juste un petit témoignage d'un ancien de la bac du 20ème que je connaissais bien et qui à mes yeux était quelqu'un de bien. Petite précision, il s'agit d'un noir antillais (afin de préciser d'où l'on parle). Un jour dans nos discussions il lâche : "A chaque fois que je croise un Z (Zaïrois), je le contrôle. Il finira par avoir quelque chose de pas légal sur lui ...". Voilà pourquoi on peut dire que le racisme est systémique. Car il change les manières de penser et d'agir. Si ce policier reste quelqu'un qui fait des choses bien, il n'empêche qu'en prenant son service, il devient "un con de de raciste" ... 


Ce petit exemple pour illustrer ce que des discours, des ordres, des directives, des sanctions peuvent engendrer comme comportement.


La bonne nouvelle c'est que c'est que ces discours, ordres, directives, sanctions peuvent être employer à d'autres fins ... mais faut il encore que la volonté politique soit là.

je dois dire qu'expulser du discours sur les techniques potentiellement (et parfois réellement) mortelles d'immobilisation cédric chouviat parce que c'était un rouspéteur gueulard pas content (faut-il ajouter blanc ?), je trouve hallucinant. quoi ? il est agressif avec les flics, alors bien fait, il a eu ce qu'il méritait, tant pis si lui aussi meurt par fracture du larynx, il était plus "coupable" que les autres ??? distinguer traoré et floyd d'un côté et chouviat de l'autre, c'est un non sens total, parce que tous pointent depuis leurs tombes le fait que les flics sont formés comme des GI Joe patrouillant à kaboul, et qu'aucune sanction n'est jamais venue leur rappeler qu'ils ne sont pas en guerre, mais au service du peuple.

Merci à chacun des participants, une remarque cependant: dans une émission consacrée au racisme, - et j'ai aussi entendu le mot « classisme » - on n'hésite pas à utiliser le mot « bourgeois »: n'est-ce pourtant pas là une forme de discrimination ? La dernière forme de discrimination légale et culturelle en France ? Je suis curieux de connaître le point de vue de la rédaction à ce sujet. Merci.

Très belle émission une fois de plus, et la Laélia Veron en pleine forme cette semaine comme la semaine dernière.
Bravo !

Merci à chacun des participants pour l'intelligence et le recul des propos échangés.

ça fait un bien fou.

Si Castaner défend inconditionellement la police ce n'est pas à cause du racisme institutionnel (qui existe) mais parce que la police est le dernier rempart de l'ordre social que défend Castaner. Castaner et Macron pourraient être sincèrement anti-racistes sans que cela change en rien leur soutien à la police.

Avec "Barkettedelu Arwa Barkallah et Maboula Soumahoro et Romain Huret", peut-on lire dans la colonne de gauche sur la page présentant l'émission.  

On ne l'a pas beaucoup entendu(e), Barkettedelu. Timidité, ou bouche pleine ?                                  

Pour la question de la diffusion de l'agonie de George Floyd, la diffusion des images semble être beaucoup questionnée. Il me semble que la décapitation des journalistes par Daesch n'a pas posé autant de question lors de la non diffusion des images.

Et si Maboula Soumahoro vous a intéressés, allez voir l'émission que lui a consacré Hors-Série (https://www.hors-serie.net/emission.php?id=390).

Fort heureux de ce numéro ! De nombreux points d'entrée vers des lectures à venir , merci à tou.te.s !

Merci de déconfiner aussi l'orthographe.......bien a tous

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.