55
Commentaires

New York Times : le "martyre" d'une éditorialiste conservatrice

En démissionnant avec fracas du New York Times où elle était embauchée depuis trois ans, l'éditorialiste Bari Weiss, venue pour faire exploser l'entre-soi idéologique de la rédaction, voudrait acter l'échec de la stratégie pluraliste du journal. Et promouvoir ses intérêts.

Commentaires préférés des abonnés

Bari Weiss défend ardemment la liberté d'expression, pourvu que ce soit celle de ceux qui partagent ses opinions. Tout au moins celles sur Israël (qu'elle critiquera très exceptionnellement quand ce pays interdira l'entrée à une jeune Juive américain(...)

On dirait tous ces "éditorialistes" sur BFM ou CNews qui, tout en sortant les pires horreurs à une heure de grande écoute sur une chaîne de télévision, expliquent qu'on ne peut plus rien dire et hurlent à la censure.


Ridicule !

Bari Weiss, championne de billard idéologique à à plusieurs bandes ? voyons par qui elle sera embauchée... Valeurs Actuelles lui a déjà fait savoir qu'ils ont d'excellents traducteurs...

Derniers commentaires

L'artiste urbain C215 (pseudo de Christian Guémy) sur Twitter :

Le portrait de Simone Veil, rue d'Ulm, près du Panthéon, qui avait été vandalisé, est restauré ! Je le referai chaque fois qu'on le détériorera, sans faillir. 

Il faut dire que Simone Veil était non seulement blanche, mais juive, ce qui est doublement rédhibitoire aux yeux des saccageurs.

Il y a un argument pour imaginer que ses saccageurs n'aiment pas les Blancs ?

De ce que je lis la dernière fois qu'il avait été vandalisé ils y avaient dessiné des croix gammées, ce que font plutôt des gens qui disent aimer les blancs.

Les croix gammées avaient recouvert les portraits de Simone Veil peints sur les boites à lettres du XIIIe arrondissement, par C215 en février 2019.

La vandalisation concerne ici la fresque de la rue d'Ulm. La nature des graffitis n'est pas précisé par l'artiste.
Mais il est probable, en effet, que les auteurs de ces dégradations soient issus de cette même mouvance de raclures antisémites. Même si à ma connaissance, ils n'aient pas été identifiés.

Cela dit, lorsqu'une "black" inculte bombardée porte-parole du gouvernement, annonce que "la meuf est dead", que des activistes dits "décoloniaux" déboulonnent des statues, arrachent les plaques des rues baptisées des noms de supposés esclavagistes, il semble que l'intolérance et le racisme ne soient pas uniquement l'apanage de l'extrême-droite.

Article intéressant comme d'habitude. 

Première impression : à bas ces horribles personnages alt right américains

Deuxième impression (après avoir lu 2 des articles de Bari Weiss cités, celui concernant Ansari et celui sur l'appropriation culturelle): le portrait dans l'article d'Asi relève un peu de la caricature quand même. 

Non elle ne défendait pas un violeur (l'histoire est bien plus complexe que ça). Et non elle ne défend pas l'appropriation culturelle mais se pose la question de jusqu'où on parle d'appropriation culturelle. Je crois être plutôt sensible à ces 2 problématiques (celle du consentement et celle de l'appropriation) et je trouve qu'elle apporte de la nuance là où on en manque de plus en plus. 

Après je ne peux pas me permettre de la 

juger sur 2 articles.... 

parler de "Maccarthysme de la bien pensance" quand on vit dans l'amerique de Trump qui fait disparaitre des manifestants par des milices paramilitaires non identifiées dans des vans banalisés; et où on retrouve des hommes noirs pendus à des arbres; avec la police qui conclue immédiatement à un suicide; c'est audacieux. Nous conservateurs à nous qui trustent tous les plateaux tv pour dire qu'"on peut plus rien dire" font la même chose en même temps.

Au fait, je n’ai pas compris ce que signifiait « woke ». Une nouvelle recette ?

On pourrait l’embaucher chez CNews. Ils cherchent du monde pour renforcer la pluralité zemmourienne et ne vont peut-être pas finaliser l’embauche de Marion Maréchal.

Cet article apparait neutre et objectif jusqu'à la formule


"cosigner une lettre ouverte flippée sur le spectre de la "cancel culture" dans Harper's "


A partir du moment où la lettre du Harper's (qui aurait 100 fois plus mérité un article d'@si que le cas de Bari Weiss, étant signée par des personnalités de renommée mondiale dont certaines très progressistes comme Noam Chomsky), est décrite sans autre forme de procès comme "une lettre ouverte flippée", je ne vois pas vraiment comment on peut prendre le reste de l'article pour un compte rendu sérieux plutôt que de la propagande pour un camp, dans le débat sur la cancel culture qui divise le monde intellectuel anglophone.

S'ouvrir à la pluralité, ah la bonne idée.


Mais pourquoi choisir Bari Weiss ? Ils l'avaient pourtant lue.


Manque de liberté d'expression, avec cette extrême extrémiste Bari Weiss à quoi pouvait-on s'attendre ?


A des reportages sur la vie des chatons  en Alaska ?


Démissionnaire de luxe, harcelée par ses collègues énervés, elle trouvera vite une autre adresse pour continuer ses aventures d'éditôcrabe ultra.  


Perso, je préfère une autre Weiss : Rachel.

Thibault is on fire this weekend !

tres bon article, merci.

Il touche a un point que je trouve extrêmement sensible qui est la dépendance editoriale a twitter..... @si n'en est pas exempt d'ailleurs. la multiplication d'articles volontier polémiques sur la forme,  plutôt vides sur le fond qui n'ont d'autres but que de buzzer sur twitter pour générer de l'acquisition d'abonnés est pour le moins troublante. 


Pour ce qui est du NYT, tous ces op-eds conservateurs sont une simple caution.....   ils donnent l'apparence  du pluralisme, du respect des opinions dissidentes et de la liberté d'expression mais la radicalité de ces prises de position sont en generale a la limite de la parodie .... et desservent les intérêts de ce ceux qui les portent. Je ne doute pas qu'il y ait une partie de vrai dans ce que dit bari weiss mais la polémique est effectivement complètement artificielle, elle peaufine son CV.


Tout ce débat ne fait que occulter une réalité beaucoup plus préoccupante qui est le manque de pluralisme a "gauche" au NYT......  On a vu une rédaction paniquée passer d'une  bienveillance vis a vis de Sanders lorsqu'il n'était qu'un outsider sans réelle chance a la dénonciation progressive de ses idées  après ses premières victoires aux primaires....  le tir de barrage anti Sanders  ( subtil , tout en insinuation au départ puis franchement appuyé ) par les éditorialistes  a révélé les orientations  du journal ou tout du moins de sa direction et son equipe editoriale : De centre gauche  dans ses idées et  son traitement théorique de l'actualité quotidienne mais fondamentalement de centre droit lorsque l'enjeu devient réel et  qu'il s'agit de passer a la mise en pratique. réflexe défensif d'une classe qui se sent soudain menacée.


le NYT et le WAPO (dans une certaine mesure) ont probablement fait beaucoup de plus mal a Sanders que ne l'ont fait tous les journaux conservateurs réunis.


On dirait tous ces "éditorialistes" sur BFM ou CNews qui, tout en sortant les pires horreurs à une heure de grande écoute sur une chaîne de télévision, expliquent qu'on ne peut plus rien dire et hurlent à la censure.


Ridicule !

Bari Weiss défend ardemment la liberté d'expression, pourvu que ce soit celle de ceux qui partagent ses opinions. Tout au moins celles sur Israël (qu'elle critiquera très exceptionnellement quand ce pays interdira l'entrée à une jeune Juive américaine soutenant BDS). Elle n'a pas soutenu celle de Marc Lamont Hill, renvoyé de CNN pour avoir tenu un discours pro-Palestiniens, non plus que lorsqu'il a été menacé d'être viré de son poste d'enseignant pour ce même discours. Elle n'a pas bronché lorsque Steven Salaita, un professeur américain d'origine palestinienne, a vu son contrat avec l'Université d'Illinois annulé (ça leur a coûté bonbon) pour avoir condamné le bombardement de Gaza par Israël. Elle n'a pas battu un cil lorsque Bahia Amawi, Américaine d'origine palestinienne résidant au Texas, spécialiste des problèmes de langage chez l'enfant, a été virée de son boulot au bout de neuf ans parce que son contrat annuel présentait de nouvelles conditions : ne pas participer à un boycott d'Israël présent ou durant le durée du contrat (en 2018, 26 états des USA exigeaient cet engagement de leurs fonctionnaires ou contractuels, et 13 autres états envisageaient une telle loi)…


Incidemment, Bari Weiss a tort à propos de Mirai Nagasu : ce n'est pas une immigrante. Elle est née en Californie. Ses parents, en revanche sont des immigrants. Et ASI a tort : ce n'est pas la première femme à réaliser un triple axel. Ce n'est même pas la première Américaine (Tonya Harding l'a fait avant elle). La première était la Japonaise Midori Ito, et il y en a eu beaucoup d'autres ensuite (curieusement, beaucoup de Japonaises, et des Américaines et Canadiennes d'origine japonaise). Mirai Nagasu est seulement la première Américaine à l'avoir fait aux J.O..

Un autre son de cloche sur le sujet :

Celui de la journaliste Françoise Degois.

Bari Weiss, championne de billard idéologique à à plusieurs bandes ? voyons par qui elle sera embauchée... Valeurs Actuelles lui a déjà fait savoir qu'ils ont d'excellents traducteurs...

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.