55
Commentaires

New York Times : le "martyre" d'une éditorialiste conservatrice

En démissionnant avec fracas du New York Times où elle était embauchée depuis trois ans, l'éditorialiste Bari Weiss, venue pour faire exploser l'entre-soi idéologique de la rédaction, voudrait acter l'échec de la stratégie pluraliste du journal. Et promouvoir ses intérêts.

Commentaires préférés des abonnés

Bari Weiss défend ardemment la liberté d'expression, pourvu que ce soit celle de ceux qui partagent ses opinions. Tout au moins celles sur Israël (qu'elle critiquera très exceptionnellement quand ce pays interdira l'entrée à une jeune Juive américain(...)

On dirait tous ces "éditorialistes" sur BFM ou CNews qui, tout en sortant les pires horreurs à une heure de grande écoute sur une chaîne de télévision, expliquent qu'on ne peut plus rien dire et hurlent à la censure.


Ridicule !

Bari Weiss, championne de billard idéologique à à plusieurs bandes ? voyons par qui elle sera embauchée... Valeurs Actuelles lui a déjà fait savoir qu'ils ont d'excellents traducteurs...

Derniers commentaires

L'artiste urbain C215 (pseudo de Christian Guémy) sur Twitter :

Le portrait de Simone Veil, rue d'Ulm, près du Panthéon, qui avait été vandalisé, est restauré ! Je le referai chaque fois qu'on le détériorera, sans faillir. 

Il faut dire que Simone Veil était non seulement blanche, mais juive, ce qui est doublement rédhibitoire aux yeux des saccageurs.

Article intéressant comme d'habitude. 

Première impression : à bas ces horribles personnages alt right américains

Deuxième impression (après avoir lu 2 des articles de Bari Weiss cités, celui concernant Ansari et celui sur l'appropriation culturelle): le portrait dans l'article d'Asi relève un peu de la caricature quand même. 

Non elle ne défendait pas un violeur (l'histoire est bien plus complexe que ça). Et non elle ne défend pas l'appropriation culturelle mais se pose la question de jusqu'où on parle d'appropriation culturelle. Je crois être plutôt sensible à ces 2 problématiques (celle du consentement et celle de l'appropriation) et je trouve qu'elle apporte de la nuance là où on en manque de plus en plus. 

Après je ne peux pas me permettre de la 

juger sur 2 articles.... 

parler de "Maccarthysme de la bien pensance" quand on vit dans l'amerique de Trump qui fait disparaitre des manifestants par des milices paramilitaires non identifiées dans des vans banalisés; et où on retrouve des hommes noirs pendus à des arbres; avec la police qui conclue immédiatement à un suicide; c'est audacieux. Nous conservateurs à nous qui trustent tous les plateaux tv pour dire qu'"on peut plus rien dire" font la même chose en même temps.

Puisque vous êtes un lecteur assidu de Marianne, pouvez-vous nous indiquer le nombre de tribunes, chroniques et/ou articles favorables au combat d'Aissa Traoré qui ont été publiées dans ce magazine ?


Juste pour qu'on savoir quelles sont les opinions réellement censurées, et ceux qui menacent réellement la liberté d'expression...


Chiche.

Je ne suis pas un lecteur assidu de Marianne, le magazine fait seulement partie de ceux (journaux, journalistes, artistes, humoristes... etc.) que je suis sur Twitter.

C'est de cette manière que je prends connaissance de certains de ses articles, parfois incomplètement comme c'est le cas ici, puisque je ne suis pas abonné.


Etant donnée sa ligne éditoriale, Marianne n'a pas vocation à prendre la défense d'Aïssa Traoré. Si son cas a été évoqué dans le magazine, c'est très probablement de manière critique. Enfin je suppose. 



Assa Traoré.

C'est moi qui ai fait une erreur en ortographiant mal son nom, toutes mes excuses.

Autant pour moi; comme vous citez souent Marianne sur ce forum, j'en vais dédui que vous étiez un lecteur régulier.


Etant donnée sa ligne éditoriale, Marianne n'a pas vocation à prendre la défense d'Aïssa Traoré. Si son cas a été évoqué dans le magazine, c'est très probablement de manière critique. Enfin je suppose. 


Donc ne trouvez-vous pas complètement hypocrite, de la part de Marianne, de dénoncer une prétendue "menace contre la liberté d'expression" alors qu'ils sont les premiers à passer sous silence certaines opinions ? Surtout des opinions qui ne sont pas absentes que de Marianne, mais aussi de la plupart des grands média ? Et alors que les opinions soit-disant censurées par la "cancel culture" s'étalent en long, en large et très régulièrement dans les grands média, dont Marianne ?

Marianne qui relaie des appels à la censure des universitaires qui ne pensent pas comme ils aiment, cela dit en passant.

Les grands médias, majoritairement de droite, assurent la promotion des idées de droite et critiquent les idées de gauche. Logique.

La "cancel culture" n'est pas la critique des idées de droite, mais le refus du débat. C'est opposer le ridicule "You are cancelled" à ceux qui les diffusent.

Les 150 signataires de la tribune du Harper ont compris le danger contreproductif d'une telle attitude infantile.

Auriez-vous apprécié qu'à votre commentaire, je me sois contenté de répondre stupidement : "vous êtes annulé" ?


A la réflexion, les tenants de la "cancel culture" ne prétendent pas "annuler"(!?) uniquement les idées de droite, mais les idées qui leurs déplaisent et qui ne sont pas forcément de droite. Entre autres exemples, l'appropriation culturelle.

Les grands médias, majoritairement de droite, assurent la promotion des idées de droite et critiquent les idées de gauche. Logique.


On peut donc logiquement en déduire que les opinions qui sont réellement censurées



La "cancel culture" n'est pas la critique des idées de droite, mais le refus du débat.


Parce que le débat existe quelque part ? Vous venez de dire que les média veulent promouvoir les idées de droite, et donc veulent pas de débat (du moins pas de débat équitable).


C'est opposer le ridicule "You are cancelled" à ceux qui les diffusent


Personellement, je n'ai jamais vu cette expression être employée ... à part par les gens qui dénoncent la soit-disante "cancel culture".



Auriez-vous apprécié qu'à votre commentaire, je me sois contenté de répondre stupidement : "vous êtes annulé" ?


Vous êtes libre de répondre ce que vous voulez.


Fin de la premièe phrase: 



On peut donc logiquement en déduire que les opinions qui sont réellement censurées sont les opinions de gauche.


Merci l'interface pourrie d'ASI

Vous vous étonnez qu'un média de droite ne propose pas de tribune à des intervenants de gauche ? Vous êtes sérieux ?

En l'occurrence, il ne s'agit pas de censure, mais de cohérence éditoriale.

Les médias de gauche n'agissent d'ailleurs pas différemment.


Pour vous faire une idée de ce que représente la cancel culture, allez faire un tour sur Twitter. Vous vous rendrez compte qu'il ne s'agit pas d'un fantasme de droite, mais d'une nuisance manifeste. A ce propos on n'écrit pas soit-disante, mais soi-disant. L'expression est invariable et réservée aux personnes. Dans le cas de la cancel culture, il vaut mieux employer prétendue (pour ceux qui, comme vous, doutent de sa réalité).


Enfin, plutôt que "vous êtes annulé" traduction mot à mot du terme anglais, j'aurais pu écrire : "je vous boycotte", ou encore "vous êtes indigne de débattre avec moi".

Ou toute autre forme de rejet propre aux cancellers.

Vous vous étonnez qu'un média de droite ne propose pas de tribune à des intervenants de gauche ? Vous êtes sérieux ?


Non. Je pointe leur hypocrisie quand ils parlent de censures, de "on ne peut plus rien dire", "ouin ouin nos idées réacs ne sont pas assez présentes dans les média" ou la dernière variante à la mode "les SJW de la cancel culture veulent nous censurer".


 

Les médias de gauche n'agissent d'ailleurs pas différemment.

Faux. Comme je le disais, ils sont beaucoup plus enclin à inviter des intervenants "de l'autre bord". D'ailleurs, on est en train de commenter sur le cas du NYT, journal de gauche (ou du moins qui se revendique comme tel et est perçu ainsi aux USA) qui avait invité une personne d'extrême droite à publier régulièrement dans ses colonnes.


Pour vous faire une idée de ce que représente la cancel culture, allez faire un tour sur Twitter. Vous vous rendrez compte qu'il ne s'agit pas d'un fantasme de droite, mais d'une nuisance manifeste.

Bof. D'après ce que j'ai vu, sur twitter comme ailleurs on trouve beaucoup plus de fachos et de réacs que de progressistes. C'est d'ailleurs du côté de l'extrême droite qu'il y a le plus de "nuisances manifestes". Et de loin. Curieusement cette réalité n'est pas abordée par l'article de Marianne que vous avez mis en lien...


A ce propos on n'écrit pas soit-disante, mais soi-disant.

Merci pour la leçon de grammaire, mais dans le même temps je n'ai pas un grand respect pour l'orthographe ou la grammaire. Donc je continuerai d'écrire comme je veux (en plus des fautes que je fais régulièrement par inadvertance).



j'aurais pu écrire : "je vous boycotte", ou encore "vous êtes indigne de débattre avec moi".

Je le répète: vous être libre d'écrire ce que vous voulez.

Je n'ai pas un grand respect pour l'orthographe ou la grammaire. Donc je continuerai d'écrire comme je veux. 


Il fallait l'oser, celle-là ! :-)
Mais au moins, la forme sera raccord avec le fond.

Je considère que tant qu'elle ne nuisent pas à la compréhension, les fautes de grammaires ou d'orthographes ne sont pas importantes.


Et elles permettent a minima de repérer ceux qui, n'ayant aucun argument de fond, se contentent de critiquer l'orthographe.


On attend toujours ce que vous avez à dire sur l’hypocrisie de Marianne ou le fait que les fachos sont bien plus nombreux (et plus nocifs) que ce que vous appelez la "cancel culture".


Sur le fond, je vous ai vu à l'œuvre au cours d'interminables débats autour de Raoult. Des arguments réitérés jusqu'à plus soif, et un mépris total pour ceux de vos interlocuteurs. 

Vous pourrez bien sûr continuer à écrire et à débattre "comme vous voulez", mais plus avec moi.


Vous voulez parler des interminables débats entre les partisans de la méthode scientifique, qui fournissaient de multiples arguments étayé par des sources solides, et les raoultiens qui n'étaient pas capables de produire autre chose que des sophismes ? Surtout qu'au final, les faits ont donné raison à ceux qui, comme moi, défendaient la méthode scientifique.


Enfin bon, je vous donnerai juste un petit truc: si vous débattez honnêtement, je vous respecte. Si vous enchaînez les sophismes, je les repère très facilement. 


Par exemple là je repère que vous tentez d'esquiver les questions que je vous ai posé et que vous tentez de faire diversion.

 

Vous pouvez à la place répondre honnêtement à la question: que pensez-vous de l'hypocrisie de Marianne sur la question de la censure de certaines opinions politique ?

Je vous soutiens totalement.

Vous avez raison.


Comme vous, je crois que la méthode scientifique doit nous débarrasser du doute qui obscurcit l'horizon de chacune de nos décisions. 

Quelle perte de temps, d'énergie et d'argent !

Le problème en France c'est précisément qu'il n'y a que la tendance Marianne/Causeur, déjà un brin suspecte à gauche du fait de ses obsessions sur l'Islam, qui tente de lancer ce débat (et en plus en faisant mine d'ignorer qu'un des principaux mouvements à donner dans la cancel culture en France est le Printemps Républicain, si on ne réduit pas arbitrairement celle ci à celle pratiquée par les wokies).


Dans le monde anglophone la chape de plomb a un peu sauté, du fait de la reconnaissance par Chomsky et d'autres personnalités qu'on peut difficilement soupçonner d'être des sous-marins conservateurs, du phénomène, et des nombreux témoignages qu'ont accumulé les courageux journalistes / critiques des médias comme Jesse Singal ou Cathy Young, qui s'intéressent au sujet depuis déjà quelques années.


Ou peut être aurais je dù écrire 'avait' un peu sauté, par malheur ensuite il a fallu que Trump reprenne l'expression à son compte dans un discours, entrainant par réflexe pavlovien tous les moutons de la Reeeesistance à rejoindre le parti pro-cancel, mettant fin au début de débat.


Je crains un peu que pour certains lecteurs de ce forum voir Fourrest en faire son cheval de bataille soit un peu l'équivalent (certes c'est méchant pour elle).

Je ne parlerai pas de tendance Marianne/Causeur, tant les choix éditoriaux des deux journaux m'apparaissent éloignés. 

D'un côté Causeur et sa journaliste emblématique Elisabeth Lévy, ex d'ASI, égérie névrosée de la droite réac. De l'autre Marianne et sa directrice de rédaction Natacha Polony, une des analystes politiques les plus pertinentes et talentueuses du monde médiatique.

Prétendre que les journalistes de Marianne sont obsédés par l'islam est tout à fait faux. La manière dont ils traitent de l'islamisme (et non pas de l'islam) les désigne à la vindicte de ce que vous nommez gauche, mais qui n’en est qu’une frange insignifiante.

Caroline Fourest, éditorialiste de l'hebdo, a fait l'objet de nombreux débats sur ce forum, débats auxquels j'ai très souvent participé. C'était au temps de son affrontement avec Tariq Ramadan. A cette époque, certains intervenants prenaient fait et cause pour le frère musulman, homme de dialogue supposé, et conchiaient son opposante. Où sont-ils, aujourd'hui, ces farouches défenseurs du faux-cul, prédateur sexuel piégeur de groupies ? 

Si quelques représentants de cette gauche égarée, ressurgissent de leur retraite, toute honte bue, pour trouver de nouveaux motifs de dénigrement la concernant, c’est plutôt une bonne nouvelle. Pour elle.

Au fait, je n’ai pas compris ce que signifiait « woke ». Une nouvelle recette ?

On pourrait l’embaucher chez CNews. Ils cherchent du monde pour renforcer la pluralité zemmourienne et ne vont peut-être pas finaliser l’embauche de Marion Maréchal.

Cet article apparait neutre et objectif jusqu'à la formule


"cosigner une lettre ouverte flippée sur le spectre de la "cancel culture" dans Harper's "


A partir du moment où la lettre du Harper's (qui aurait 100 fois plus mérité un article d'@si que le cas de Bari Weiss, étant signée par des personnalités de renommée mondiale dont certaines très progressistes comme Noam Chomsky), est décrite sans autre forme de procès comme "une lettre ouverte flippée", je ne vois pas vraiment comment on peut prendre le reste de l'article pour un compte rendu sérieux plutôt que de la propagande pour un camp, dans le débat sur la cancel culture qui divise le monde intellectuel anglophone.

S'ouvrir à la pluralité, ah la bonne idée.


Mais pourquoi choisir Bari Weiss ? Ils l'avaient pourtant lue.


Manque de liberté d'expression, avec cette extrême extrémiste Bari Weiss à quoi pouvait-on s'attendre ?


A des reportages sur la vie des chatons  en Alaska ?


Démissionnaire de luxe, harcelée par ses collègues énervés, elle trouvera vite une autre adresse pour continuer ses aventures d'éditôcrabe ultra.  


Perso, je préfère une autre Weiss : Rachel.

Thibault is on fire this weekend !

tres bon article, merci.

Il touche a un point que je trouve extrêmement sensible qui est la dépendance editoriale a twitter..... @si n'en est pas exempt d'ailleurs. la multiplication d'articles volontier polémiques sur la forme,  plutôt vides sur le fond qui n'ont d'autres but que de buzzer sur twitter pour générer de l'acquisition d'abonnés est pour le moins troublante. 


Pour ce qui est du NYT, tous ces op-eds conservateurs sont une simple caution.....   ils donnent l'apparence  du pluralisme, du respect des opinions dissidentes et de la liberté d'expression mais la radicalité de ces prises de position sont en generale a la limite de la parodie .... et desservent les intérêts de ce ceux qui les portent. Je ne doute pas qu'il y ait une partie de vrai dans ce que dit bari weiss mais la polémique est effectivement complètement artificielle, elle peaufine son CV.


Tout ce débat ne fait que occulter une réalité beaucoup plus préoccupante qui est le manque de pluralisme a "gauche" au NYT......  On a vu une rédaction paniquée passer d'une  bienveillance vis a vis de Sanders lorsqu'il n'était qu'un outsider sans réelle chance a la dénonciation progressive de ses idées  après ses premières victoires aux primaires....  le tir de barrage anti Sanders  ( subtil , tout en insinuation au départ puis franchement appuyé ) par les éditorialistes  a révélé les orientations  du journal ou tout du moins de sa direction et son equipe editoriale : De centre gauche  dans ses idées et  son traitement théorique de l'actualité quotidienne mais fondamentalement de centre droit lorsque l'enjeu devient réel et  qu'il s'agit de passer a la mise en pratique. réflexe défensif d'une classe qui se sent soudain menacée.


le NYT et le WAPO (dans une certaine mesure) ont probablement fait beaucoup de plus mal a Sanders que ne l'ont fait tous les journaux conservateurs réunis.


On dirait tous ces "éditorialistes" sur BFM ou CNews qui, tout en sortant les pires horreurs à une heure de grande écoute sur une chaîne de télévision, expliquent qu'on ne peut plus rien dire et hurlent à la censure.


Ridicule !

Bari Weiss défend ardemment la liberté d'expression, pourvu que ce soit celle de ceux qui partagent ses opinions. Tout au moins celles sur Israël (qu'elle critiquera très exceptionnellement quand ce pays interdira l'entrée à une jeune Juive américaine soutenant BDS). Elle n'a pas soutenu celle de Marc Lamont Hill, renvoyé de CNN pour avoir tenu un discours pro-Palestiniens, non plus que lorsqu'il a été menacé d'être viré de son poste d'enseignant pour ce même discours. Elle n'a pas bronché lorsque Steven Salaita, un professeur américain d'origine palestinienne, a vu son contrat avec l'Université d'Illinois annulé (ça leur a coûté bonbon) pour avoir condamné le bombardement de Gaza par Israël. Elle n'a pas battu un cil lorsque Bahia Amawi, Américaine d'origine palestinienne résidant au Texas, spécialiste des problèmes de langage chez l'enfant, a été virée de son boulot au bout de neuf ans parce que son contrat annuel présentait de nouvelles conditions : ne pas participer à un boycott d'Israël présent ou durant le durée du contrat (en 2018, 26 états des USA exigeaient cet engagement de leurs fonctionnaires ou contractuels, et 13 autres états envisageaient une telle loi)…


Incidemment, Bari Weiss a tort à propos de Mirai Nagasu : ce n'est pas une immigrante. Elle est née en Californie. Ses parents, en revanche sont des immigrants. Et ASI a tort : ce n'est pas la première femme à réaliser un triple axel. Ce n'est même pas la première Américaine (Tonya Harding l'a fait avant elle). La première était la Japonaise Midori Ito, et il y en a eu beaucoup d'autres ensuite (curieusement, beaucoup de Japonaises, et des Américaines et Canadiennes d'origine japonaise). Mirai Nagasu est seulement la première Américaine à l'avoir fait aux J.O..

Bari Weiss, championne de billard idéologique à à plusieurs bandes ? voyons par qui elle sera embauchée... Valeurs Actuelles lui a déjà fait savoir qu'ils ont d'excellents traducteurs...

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.