83
Commentaires

Mélenchon, Blanquer : maudits moments de vérité !

Commentaires préférés des abonnés

Imaginons que JLM ait choisi "d'assumer" et de traiter en face Macron de "plus grand xénophobe de France", comme l'extrême-gauche regrette qu'il ne l'ait pas fait... Que ce serait il passé ensuite ? La grande presse aurait parlé de "clash" (au mieux)(...)

En effet, j'ai eu vent à la radio de cette rencontre (aucune jouissance affichée comme sur TF1 mais un sourire en demi-teinte de la propagande macroni$te sur Radio France Inter ou Info)

et moi-même j'ai trouvé aussi que cette miellerie était étrange e(...)

Au contraire, je pense que stratégiquement c'est pas si mal joué pour mélenchon.


L'opposition à Macron n'est plus à démontrer côté LFI. La différence de ligne n'est pas feinte et tout le monde le sait. Parler de l'aquarius et entammer un clash aussi d(...)

Derniers commentaires

Tiens, Mélenchon s'est étonné dans sa revue de la semaine qu'on ne soit intéressé qu'à la séquence sur la xénophobie, dont le second degré et l'ironie n'auront été relevés par pas grand monde (moi, je le voyais comme ça dans ces commentaires et avant la revue de la semaine), et pas à la séquence où les deux sont d'accord pour "ne rien lâcher". Je ne savais pas de quoi ils parlaient, Mélenchon dit qu'il s'agit de la volonté des allemands de remplacer Juncker par le patron de la CDU. Et si on parlait un peu des journalistes qui transforment des faits mineurs en buzz du siècle mais ne relèvent pas ce qui importe vraiment ? Et le matinaute qui surenchérit, ça me fait de la peine… Il peut ne pas aimer Mélenchon, mais que cela altère son analyse et le mène à suivre la meute, c'est dommage.

A 21min45 l'interessé donne son point de vue avec à la fin une petite phrase pour qui stimulerait Daniel dans son propre métier : "même quand on vous montre une image, il ne faut pas toujours croire ce que l'on voit, il faut vérifier"


https://www.youtube.com/watch?v=HwlcxEqsNgQ

 

La polémique à deux balles ...

JLM a été feinté; la cagade, il ne l'a pas assumée!

Blanquer et surtout l’ennemi des mathématiques. Avec sa réforme un bachelier de 2021 pourra

C'est facile quand on est bien au calme de trouver les répliques a envoyer au chef de l'état, et certainement plus dur a minuit, entouré de caméras, sans préparation. Au moindre faux pas, que les journalistes cherchent a provoquer, c'est le lunchage. Quand il n'y a pas de faux pas, c'est lunchage aussi.


Ça suffit pour moi, on veut de l'info, ou des réflexions au dessus du lot, on se moquer bien de  l'avis de l'auteur, qui le camouflé en prétendant dire ce que pensent les insoumis.

A l’EN un chef ne reconnaît jamais son erreur... jamais. Et qui oserait émettre l'idée qu’il y a peut être une erreur se doit d’etre bailloné.

[Message de service]

Vous savez que les tweets dont sont parsemés ces articles s'affichent moyennement bien dès que les différents outils de filtrage font correctement leur boulot et bloquent le https://platform.twitter.com/widgets.js ?

Sur l'accord du participe passé, je conseille cet article d'Eliane Viennot dans le monde des idées  : https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/09/04/eliane-viennot-pour-l-abandon-d-une-regle-incomprehensible-et-devastatrice_5350169_3232.html

Pour ma part, j'avais trouvé le moment où Mélenchon réplique "vous pouvez pas le croire, hein" au "ça m'étonnerait" de Macron, plutôt savoureux et de bon ton dans un échange de cette nature, où l'ironie et le second degré m'ont semblé prévaloir. Mais peut-être que je vois de la nuance là où il n'y a rien que de l'os. Après, quand les journalistes et politiques sont unanimes contre mon interprétation, ça me conforte dans mes possibles illusions.


Concernant le sujet sur le participe passé, j'aime bien les coquetteries de langage, alors si le motif n'est que la simplification de la langue je ne suis pas pour. Parce que sur ce motif, on pourrait aller très loin. Par exemple adopter l'Anglais comme langue nationale, ce serait le summum de la simplicité. Par contre, je suis plutôt pour une évolution vers l'écriture inclusive. Peut-être parce que ça complexifie (utilement) la langue au lieu de la niveler au bulldozer. Bref, il y a d'autres débats plus pertinents que celui-ci sur la langue. Et tant pis si parfois nous faisons des fautes.

A minuit une rencontre non officielle entre le PR et un député avec la chancelière Allemande plus ou moins dans les parages ne peut en aucun cas tourner au règlement de compte politique. Ce serait inadmissible !!!

Qualifier la dernière mouture de la loi asile-imigration de loi "xénophobe" et constater que l'aquarius a été victime d'un conflit italo-français qui dépassait ces pauvres gens me semble frappé au coin du bon sens....

Quel est le sujet du coup ?

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

J'avais atterri sur le début de l'info, et comme j'en ai ma claque des petites et grandes phrases, j'ai zappé. Je m’aperçois ici que j'avais bien fait. Les journaux télévisés  français sont de  moins en moins crédibles il n'y a que des faits divers, pas d'analyse sérieuse, seulement un catéchisme libéral distillé au fil des jours,  et ras-le-bol de ça.  Je reçois depuis quelque temps les journaux du monde entier grâce à la fibre optique,  ça apporte un air frais ,ça change des vieilles momies qui radotent en rond et ça oblige à compléter sur le net les infos de ces journaux étrangers. 


", le participe passé de l'auxiliaire avoir"


..non Daniel, le participe passé AVEC l'auxiliaire avoir, pas " DE l'auxiliaire avoir"


:-)


Quoi qu'il en soit, la règle est difficile à appliquer, n'apporte pas grand chose et n'est pas éternelle du tout...ça n'a pas toujours été ainsi et ça changera un jour.

La séquence Mélenchon-Macron est aussi révélatrice de la difficulté de Méluche à effectuer sa transition entre une posture de tribun au verbe haut et une posture de bourgeois respectable, leader d'un néo-PS "raisonnable" ("mais voyons, je ne suis pas un no-border") et prêt à gouverner. Il y a des fois comme ça où le marketing grésille et où la cohérence de façade se fissure...

Tout dépend du contexte dans lequel s'effectue cette "transition", il existe moult exemples où Mélenchon sait assez bien adapter sa rhétorique en fonction du milieu dans lequel il se trouve.

“C’est pas difficile” (sic) le participe passé, par contre des tournures de phrase negative, qu’il en a massacré...

Imaginons que JLM ait choisi "d'assumer" et de traiter en face Macron de "plus grand xénophobe de France", comme l'extrême-gauche regrette qu'il ne l'ait pas fait... Que ce serait il passé ensuite ? La grande presse aurait parlé de "clash" (au mieux) ou de "dérapage" (plus probablement) et se serait déchainée. Elle aurait "enquêté" pour déterrer chaque propos/acte non xénophobe de Macron, chaque propos pouvant être taxé de xénophobie de Mélenchon. Elle aurait éditorialisé sur "l'irresponsable agressivité de Mélenchon envers le président alors que l'heure est au front républicain contre les vrais xénophobes". Elle aurait psychanalisé et psychiatrisé la raison du "dérapage", employé des mots comme "colérique" et "jaloux". Elle aurait martelé ce sujet jusqu'à en faire Le sujet de la campagne ("êtes vous pour une ouverture raisonnable et modérée avec Macron, ou pour les délires d'un jaloux colérique et xénophobe qui ne veut qu'on accueille toute la misère du monde que si ça lui permet d'agresser le président élu ?"). Ça aurait parasité toute la campagne,  faisant oublier les vrais enjeux des européennes (qui n'ont rien à voir avec l'immigration, politiques qui se décident toujours au niveau des états faute d'accord commun).


Perso en tant que militant FI, je remercie à 200% Jean-Luc Mélenchon d'avoir évité ce piège, quitte à se prendre quelques remarques désobligeantes de notre aîle la plus radicale (ou de gens qui se présentent comme tels, mais en fait votent PS ou NPA) durant quelques jours. Tout bruit de sa part lors de cette rencontre allait de toutes manières être amplifié et déformé jusqu'à en faire un scandale. Il a choisi de parler le moins fort possible. C'était ce qu'il fallait faire pour donner le moins d'os à ronger à nos ennemis et je l'en félicite.

Au contraire, je pense que stratégiquement c'est pas si mal joué pour mélenchon.


L'opposition à Macron n'est plus à démontrer côté LFI. La différence de ligne n'est pas feinte et tout le monde le sait. Parler de l'aquarius et entammer un clash aussi direct avec Macron aurait été très incertain.


De quoi manque LFI ? De crédibilité, de présidentialité. La courtoisie a obligé Macron à dire qu'il aime discuter avec Mélenchon, en coupant court à l'amalgame FI FN et installe mélenchon dans un rapport d'égale à égale avec macron.

Que JLM ait reconnu que le mot "xénophobe" ne convenait pas ici, c'est tout à son honneur. 

Il faudrait aussi qu'il comprenne qu'accueillir les migrants depuis 2014 comme l'a fait l'Allemagne n'était pas une politique de classe contre les pauvres, et alors sa vision du monde changera peut-être.

Merci pour cette courageuse chronique, étoffée de quelques twits indispensables et qui plonge le fer du Pourchasseur de Vérité au coeur de l'actualité la plus brûlante et la plus importante qui soit.


Cher lider maximo, Mélenchon ça vous gratouille ou ça vous chatouille ?

C'est intéressant, mais dans le cas Mélenchon, je suis certain qu'il est sincère. Je pense qu'il n'envisage pas autrement la courtoisie Républicaine, et que c'est bien son héritage enracinée d'homme politique de "l'ancien monde". (Non, Macron c'est aussi l'ancien monde :>)


Mélenchon me parait vraiment trop surclassé à l'extrême gauche, c'est vraiment un programme, et une personnalité de l'aile Gauche. L'extrême gauche en général n'a pas cette courtoisie Républicaine. 


Quand à savoir si c'est révélateur de plus, je ne sais pas. 

En effet, j'ai eu vent à la radio de cette rencontre (aucune jouissance affichée comme sur TF1 mais un sourire en demi-teinte de la propagande macroni$te sur Radio France Inter ou Info)

et moi-même j'ai trouvé aussi que cette miellerie était étrange et j'aurais aimé que l'OM marque un but. La gueule du PSG.


Mais qu'a dit de faux ou d'exagéré Mélenchon :

«Le plus grand xénophobe qu’on ait, c’est quand même lui, monsieur le président de la République française, qui vient de faire voter une loi dans laquelle il est prévu qu’on peut tenir en centre de détention des familles, enfants compris, pendant 95 jours»

Cette loi est-elle imaginée?


Pour quelle raison les journalistes n'ont pas demandé à Macron : "Est-il vrai que vous venez de faire voter une loi dans laquelle il est prévu qu’on peut tenir en centre de détention des familles, enfants compris, pendant 95 jours" ? 


Quant au participe passé après le verbe avoir, je suis devenu "orthographiquement Belge". 

Et j'attends avec impatience, le tutoiement généralisé. La gueule de Macron si un journaliste lui demandait "Est-il vrai que TU VIENS de faire voter une loi....." ? 

Y’a des jours où j’ai du mal à saisir le propos du Matinaute. Nous sommes un de ces jours ...


J’ai vraiment du mal à voir le rapport entre une bourde de Melenchon et un ministre lambda qui essaie de nous la jouer à l’envers.

Vous êtes dur. Vous ne vous êtes jamais demandé, après une réponse à chaud peu satisfaisante "mais pourquoi j'ai dit ça, quel idiot, j'aurais dû lui dire..." et bla bla bla, on refait le dialogue dans sa tête pendant un temps plus ou moins long, ressassement inutile à moins que ça n'aide à ne pas louper le coche "la prochaine fois"? 


Mais surtout, quelle exigence d'être toujours à la hauteur, scout toujours prêt, avec le mot qui tue, alors même que, paradoxalement, vous vous faites l'avocat du "ben oui, quoi, chui comme tout le monde, j'ai mes faiblesses".

Melenchon : fort en gueule, mais de loin ; " hardi de la langue, couard de la lance ".

Blanquer : " l'arrogance est le courage des faibles et l'esprit des imbéciles "

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.