52
Commentaires

Le Monde publie une "note interne" sur la gouvernance des insoumis

Le Monde révèle une note interne envoyée par des membres de la France insoumise critiquant le fonctionnement interne du mouvement. En face, certains, dont Didier Eribon et Henri Maler, dénoncent un parti pris du journaliste.

Commentaires préférés des abonnés

Comment on construit un "grand" parti qui a perdu les élections Européennes et se place derrière le diable, le parti de la fille de Le Pen, le FN (faut appeler les choses par leur nom) :


- d'abord on met tout le feu des médias ailleurs, on ne dit pas (...)

LFI a eu le tord de faire 20% a la présidentiel , il  leurs reste deux ans pour détruire LFI complétement , Méluche a su prouver qu'il était fin stratège , j'espère que la France Insoumise reprendra  le dessus , mais en face ils ont telleme(...)

Approuvé 12 fois

Ce qui est absurde c'est de comparer les deux comme si les européennes étaient une présidentielle bis. Les enjeux n'ont rien à voir.


1) On compare une élection majoritaire à deux tours à une proportionnelle à deux tours.

2) On compare une élection d'un(...)

Derniers commentaires

On est sur Mediapart ici ?

Tout bien considéré, ayant lu à la fois la note interne intégrale et le texte de Charlotte Girard avec une partie des commentaires, je ne pense pas que ce soit si négatif pour la FI, ce qui se passe. 


D'abord, comme certains l'ont bien fait remarquer, quand on est face à (ce qu'on considère comme) un échec, il est normal et souhaitable d'ouvrir le débat. Peut être même est-ce un peu tard (mais trop tard? on verra), car il me semble avoir repéré que ça flottait pas mal dans les rangs, et que, comme je l'ai lu je ne sais où, des militants partaient "sur la pointe des pieds" précisément pour éviter ce qui se passe, la curée de la part de ceux qui ne perdent pas une occasion de dénigrer la FI. 


Or, si cette discrétion peut se comprendre ("ne pas désespérer Billancourt"), elle est en même temps mortifère ("le dernier qui sort éteint la lumière"). On connaît le processus, au terme duquel un grand parti historique n'a même pas atteint les fatidiques 5% qui lui auraient donné un élu. Sans parler des autres... 


Loin, très loin, d'être inconditionnelle, je me range pourtant parmi les plutôt amis de la FI, et je lui souhaite bon vent, l'ouverture des portes et des fenêtres ne pouvant que favoriser une salutaire aération.

Je pense qu'il faut lire la note d'explication et d'adieu au mouvement de Charlotte Girard.

https://www.facebook.com/AvecCharlotteGirard/posts/1096052570592850

LE classique des rats qui quittent le navire.

Le plus beau c'est quand "les rats"  prennent une voie d'eau pour un naufrage...

Épisode classique de la vie de tous regroupement humain.

Bof!

Tous ces Bobos 30% qui voulaient faire la Révolution ne vont pas tarder à pleurer leur mère... :-)

Je ne vois pas en quoi cette note interne tombe au pire moment. Il me semble qu'après un échec, c'est bien le moment de faire une autocritique, de déterminer les causes, de lancer une réflexion sur un changement de stratégie, non ?


Quel serait le bon moment ? Celui de la victoire ? Comment y arriver sans tirer les leçons de l'échec ? Il faudrait laisser du temps, lécher ses blessures et attendre une cicatrisation ? Mauvaise idée : on a souvent tendance à oublier les blessures une fois la cicatrisation faite.

"Notre résultat est très décevant" 


Telle  fut la première réaction de Mélenchon à l'annonce des résultats aux Européennes le soir du 26 Mai .


Là où le Front de gauche envoyait 3 députés en 2014, La France Insoumise en a envoyé 6  en 2019 .


D'aucuns auraient considéré ce résultat comme une victoire, mais il  fut vécu par les militants de LFI comme une très grande déception . 


Quelles étaient les attentes ? quel était l'objectif fixé ?   une vingtaine d'élus ? 


Pourquoi, attendre un tel score sinon à cause du résultat de Mélenchon au 1er tour de la présidentielle de 2017 ?


La crise dont il est question dans l'article trouve son origine là .






J'ai l'impression de faire face à une Kremelinologie inversé. La LFI est tellement l'enfer et Mélenchon Satan que je doit quasiment faire des pratiques de pithie, interpréter les signes dans la fumée pour savoir si il y a vraiment quelque chose de gènant, problèmatique ou grave, voir rien.
Depuis le début je suis convaincu que Mélenchon se merdait dans un premier temps avec la structure cherchant à empècher les guerres de courant. Que ça allait être globalement dur de maintenir le compromis entre la gauche identitaire et le "populisme de gauche". Mais impossible de savoir la gravité et la profondeur de la crise à la base, et l'environement exterieur est tellement hostile qu'il aggrave forcément la crise.

Génial! on glisse gentiment vers le parti unique, avec le soutien enthousiaste de l'éditocratie dominante! quelle belle époque...


Sinon, en effet il s'agit de braquer les projecteurs sur le score, certes faible, et les difficultés (sans doutes réelles) d'un mouvement de gauche.... tout en faisant oublier la débâcle absolue de la droite (qui s'effondre sous nos yeux), la disparition maintenant actée de la gauche socialiste et le score minable de la majorité (au regard de l'énergie déployée et du contexte de montée en puissance du RN). 


Si on regarde en nombre de voix c'est encore pire, l'effondrement concerne tout le monde, les deux partis "vainqueurs" en premier lieu. Mais chut! Mélenchon patine et c'est ça qui compte!

Le parti pris de Mestre est évident depuis longtemps. Vous dites : "Le journaliste parle plus tard "d'estocade" sur certaines citations et explique que, bien que n'étant pas nommés, ce sont Jean-Luc Mélenchon et Eric Bompard ("dirigeant statutaire" de LFI) qui sont visés. "


Bien sûr, Mestre ne falsifie pas de citations (heureusement non ?) mais plusieurs signataires de la note ont démenti cette "explication".

La question ne se poserait peut-être pas si LFI avait obtenu le même score qu'à la Présidentielle  : Il est  donc en fait question du bilan des Européennes .  


Tous les partis ont perdu des électeurs  sauf les Verts qui ne présentaient pas de candidat à la Présidentielle . 


Pour comparer l'évolution de chaque parti entre 2017 et 2019 , c'est le résultat par rapport aux électeurs inscrits qu'il faut considérer .


Le parti de Le Pen perd 5 points 


Le parti de Macron perd 7,5 points


Le parti de Wauquiez  perd 10,5 points 


Le parti de Mélenchon perd 11,8 points 


Et les verts donc gagnent 6,4 points



juste après la défaite aux élections européennes où la liste emmenée par Manon Aubry a recueilli 6,31 % des suffrages

dixit A. Mestre.


En pourcentage, ce sont des résultats identiques à l’élection européenne de 2014. Et LFI a obtenu plus de sièges que le Front de gauche (6 contre 4).

En revanche, le PS et LR se sont effondrés.


Abel Mestre est depuis longtemps spécialiste des droites extrêmes (il a un blog). Pour quelle obscure raison lui a-t-on attribué le suivi de LFI?

C’est le coup des extrêmes qui se tripotent?

"C’est le coup des extrêmes qui se tripotent?" c'est plutôt le coup du "plutôt Hitler que le Front Populaire" devenu consensus généralisé, à mon avis!

Comment on construit un "grand" parti qui a perdu les élections Européennes et se place derrière le diable, le parti de la fille de Le Pen, le FN (faut appeler les choses par leur nom) :


- d'abord on met tout le feu des médias ailleurs, on ne dit pas un mot sur le score minable de LREM à reculons

- ensuite on met la grosse Bertha et les V2 en direction d'un parti sans importance dont on a revêtu les habits et dont on partage désormais l’ambiguïté (entre droite extrême et droite classique leur cœur balance), et surtout on dézingue une cible facile, un peu comme rater un éléphant dans un couloir

-  pour finir on met le projecteur sur FI qui de toute façon n'était pas assuré de faire un bon score aux Européennes et dont on ne s'était pas privé de réduire l'importance tout en rehaussant celle du FN

- mais, surtout, surtout, on ne dit pas un mot du score minable de Macron, et cela malgré le fric mit dans la propagande, les heures de médias consacrées à ses marathons risibles du Grand Débat, ses autres passages forcés à la télé

vraiment ridicule .... 6% aux européennes , des departs qui s'accumulent et ils continent avec la stratégie de victimisation. peut être temps de faire un petit travail d'introspection et d’arrêter de soucier de ce que la presse dit et d’écouter la base militante qui est en train de se déliter.



Ils leur suffiraient de donner plus de pouvoir à la base et les critiques se tairaient. Comment croire qu'ils vont appliquer ça à l'échelle nationale s'ils ne le font pas à leur niveau ?
Au final, si j'ai bien compris, le fonctionnement de LFI ressemble au grand débat de Macron. "Parlez mais on décide"

en tout cas cela montre la crainte que LFI inspire c'est vrai qu'il y a peu pour être au deuxième tour en face de Lepen....

LFI a eu le tord de faire 20% a la présidentiel , il  leurs reste deux ans pour détruire LFI complétement , Méluche a su prouver qu'il était fin stratège , j'espère que la France Insoumise reprendra  le dessus , mais en face ils ont tellement de moyens médiatiques et financiers..ça va être dur! Plus d'erreurs Méluche !

"Eric Bompard" vous êtes sûre?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.