26
Commentaires

Kechiche, Le Monde et les copinages : notre solution

Et c'est reparti pour un déballage cinématographique, comme on les aime.

Derniers commentaires

Dans le lien donné par Muriel Adèle résume tout. Après sur le film chacun se fera son idée. Sur la polémique je pense que le petit éclairage de Kechiche nous permet de bien contextualiser les éreintements du Monde à son égard.
Après concernant les critiques de cinéma si j'ai bien compris le matinaute voudrait en faire des équivalents du grand JM Apathie avec les hommes politiques c'est a dire les rendre incorruptibles et indépendants, vaste programme !
Il faudrait quand même rappeler que Kechiche est depuis dix ans le cinéaste français le plus célébré par les critiques, par la presse en général, par la profession (Césars en pagaille et tout le tintouin...). Ce qui rend sa posture de victime du système difficile à défendre. Mais bon, c'est comme ça avec certains artistes mégalos: il faudrait non seulement célébrer leur oeuvre mais aussi ne jamais questionner le comportement de l'homme, les méthodes de l'artiste. Son attitude face aux polémiques récentes me déçoit en tout cas: toujours un peu dur d'avaler que quelqu'un dont admire le travail soit sans doute par ailleurs un parfait connard.
Quant au "copinage", je ne vois pas trop le rapport avec la choucroute, ni ne vois en quoi obliger les critiques à voir le film le jour de la sortie (et pas deux semaines avant) permettrait de résoudre un quelconque problème. Sous l'humour, pointe là la tendance populisto-rafikienne (à bas les critiques et l'intellectualisme à la française!) de DS dès (c'est à dire les très rares fois) qu'il est question de cinéma ou d'art en général. (M'est avis que DS n'y comprend rien et en est très fier.)
Une autre "victime" des médias auto-proclamée (mais c'est plus justifié en ce qui le concerne) a fait le buzz l'éclair ces derniers jours et suscité cet excellent papier. Une émission serait la bien venue!
Et ben là je suis sur le cul de cette solution de derrière les fagots...
Mais c'est vraiment pas bêtes cette idée!!!
Et vous savez quoi? Je me demande si ça ne pourrait pas s'appliquer à un média qui fait la critique du journalisme... Non, n'importe quoi... Ca doit être complétement différent...
Bon, il va falloir que j'aille voir ce film. Trois heures de cul, c'est un peu longuet. J'emporterai le " dictionnaire Martin Heidegger", au fond de la salle avec une loupiote.
non, 10-12 minutes de scènes de cul, ratées à mon avis, sur 3h de film. Le reste est très bien, j'ai pleuré comme une madeleine.
Exactement du même avis. Les scènes de cul sont ratées (pour le coup, on sent que ça a été laborieux) et le reste est très bien, lacrymal à souhait, j'en avais la morve qui me coulait du nez comme l'héroïne.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Il y a tout de même un bémol qui met en l'air la "solution" proposée par le matinaute : l'enquête du Monde ayant suscité l'ire de Kechiche n'est pas une critique, c'est une journaliste (travaillant au service culture du Monde après être passée par le service politique et d'autres). Pour la connaître personnellement, ses liens avec le milieu sont limités à son travail pour le service culture du Monde justement. La solution proposée s'applique donc peut-être au chef du service cultture du Monde, mais si on l'applique aveuglément elle signifierait qu'un journaliste ne pourrait enquêter sur un sujet dans un domaine sur lequel il a déjà travaillé et donc forcément lié des liens avec des acteurs de ce milieu. Bref, qu'un journaliste ne puisse travailler de manière continue dans un service spécialisé. Je doute que ce soit souhaitable.
L'idée du conflit d'intérêts devrait être encore plus largement partagée.
Il y a un mais :le caractère ,le style de recrutement des journalistes.Essentiellement du copinage,du népotisme ,au même titre que les patrons boulangers qui lèguent leur fond de commerce a leurs enfants.
Donc difficile de sortir de ce cercle qui n'est pas forcément vertueux.
" les cinéastes tyranniques continueront de tyranniser les plateaux pour le bien de l'oeuvre,"

les rédacteurs en chef tyranniques continueront de tyranniser les rédactions pour le bien de l'info,

les directeurs de labo tyranniques continueront de tyranniser les équipes pour le bien de la recherche,

les n'importe quoi tyranniques continueront de tyranniser les n'importe quoi pour le bien de n'importe quoi,
J'ai une copine qui a tourné avec Kechiche, elle n'a jamais fait allusion à un gars tyrannique, mais bon, ce n'était qu'un rôle de figurant.
Tiens, il est visible ici La Graine et le Mulet.
Si Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos ont été réellement victimes des mauvais traitements révélés par elles plusieurs mois après le tournage (les fameux "Frappe-la, Frappe-la encore... Embrasse-la, lèche sa morve" de l'interview au Daily Beast), leur acceptation de ces humiliations en dit long sur leur degré de soumission au réalisateur.
Bonjour
C'est quoi Le Monde ?
"la seule solution consisterait à recruter des critiques de cinéma n'ayant aucun lien avec le milieu,"
Revoilà Étienne Chouard !
Sur Monsieur Kechiche, on peut relire mon article ici :

http://harmoniques-nuances.blogspot.fr/2013/05/et-la-palme-d-or-du-culot-est-attribuee.html

Après avoir lu son numéro de Caliméro furibard sur Rue89*, je ne changerais pas une ligne à ce que j’ai écrit. J’en rajouterais plutôt.

* Ne pas rater le message de Grandyeye, notamment la dernière phrase.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.