70
Commentaires

Iran : sites fermés, journalistes expulsés, incertitudes sur le sort de Moussavi

Les médias internationaux étaient au centre de critiques contradictoires, dimanche 14 juin, deux jours après la présidentielle iranienne, remportée par le sortant Mahmoud Ahmadinejad. Le président réélu les a accusés de favoriser son rival, Mir Hossein Moussavi, présenté par de nombreux médias étrangers comme "réformateur", tandis que CNN, à l'inverse, était accusée par des internautes de ne pas suffisamment couvrir les manifestations, à Téhéran, accusant l'élection d'avoir été truquée.

Derniers commentaires

Les USA et leurs alliés ont atteint leurs buts : briser la cohésion nationale iranienne et monter une campagne de désinformation massive
@ Arthur, pour ce petit tour du Web, je cite Reporters Sans Frontières en effet. RSF est une source comme n'importe quelle autre organisation. Je ne comprends peut-être pas bien votre question ?
C'est une source RSF maintenant?
Ahmadinejad - Moussavi... Y-a t-il vraiment une si grande différence ?

J'ai lu quelque part que ceux qui prenaient les vraies décisions étaient encore et toujours les mollahs, et entre autres Ali Khamenei, le "Guide suprême"...

La liberté d'expression n'est pas pour demain, ni en Iran, ni dans beaucoup d'autres pays du monde, nous-mêmes en France, nous avons Mollah 1er et sa clique, qui est en train de rogner peu à peu les libertés individuelles, dans l'indifférence quasi générale des 3/4 des français, qui ne pensent toujours qu'à remplir leurs caddies au supermarché... C'est dire...
tout ce battage médiatique fait bien le jeu des occidentaux (USA en tete) et les sionistes se régalent. Comment diaboliser un pays, et fabriquer un ennemi pour pouvoir ensuite l'attaquer.

Quel est le but de mettre l'accent sur des mécontents du vote en Iran, quand il y en a dans tous les pays !! Même en france, souvenez vous des emeutes post elections, c'était bien pire...


Et quelle est la part des services secrets etrangers dans ces troubles ? Mussavi soutient "l'occident", qui soutient Moussavi ?




La paille, la poutre, le didon et la farce...
Sous titre perso, "ou une date de discours pas choisie au hasard...."


Israël, le Premier ministre offre un discours politique très attendu dimanche dans lequel il [s]pouvait[/s] pourrait se servir de la réélection de l'Iran du président de ligne dure de renforcer son argument selon lequel Téhéran pose une plus grande menace à la paix Proche-Orient que son refus de souscrire à un État palestinien.

Benjamin Netanyahu a [s]repoussé[/s] supporté cet argument, il défie publiquement le Président de Barack Obama en appelle à geler la construction de colonies de peuplement en Cisjordanie et à commencer à négocier la création d'un Etat palestinien.

La réélection vendredi de la ligne dure président iranien Mahmoud Ahmadinejad et [s]de la rue par les opposants[/s] les manifestants dans les rues qui pensent que le vote a été truqué feront l'audience plus réceptive à la position de Netanyahou sur l'Iran, l'Iran a déclaré David Menashri expert.

"Pour Netanyahu, il ne pouvait pas être mieux. Le monde sera plus en mesure d'accepter la position de Netanyahou sur l'Iran, après avoir vu les images provenant de l'Iran au cours des derniers jours", a déclaré Menashri, qui dirige le Centre d'études iraniennes à Tel Aviv University.

Ahmadinejad [s]revient[/s] est perçu en Israël pour dire à maintes reprises le pays doit être "rayé de la carte" et pour son mépris des demandes internationales pour lutter contre son programme nucléaire. Ahmadinejad "représente le visage de l'Iran, Israël essaie de dépeindre», a dit Menashri.

Israël, comme les États-Unis, ne croit pas [s]que Téhéran affirme[/s] les affirmations de Téhéran que son programme nucléaire est destiné à produire de l'énergie, pas des bombes. Netanyahou a dit qu'Israël ne tolérerait pas un Iran nucléaire et l'on pense [s]être mulling[/s] à une frappe militaire.

Un sondage d'un think tank israélien a publié dimanche a montré que 59 pour cent du public juif serait favorable à une attaque militaire d'Israël devraient s'assurer que Téhéran possède l'arme nucléaire. Mais moins d'un cinquième ont dit qu'ils envisagent de quitter [s]l'Iran, Israël[/s] Israêl si L'Iran doit développer des armes nucléaires, a déclaré l'Institut de la National Security Studies à l'Université de Tel Aviv.

L'enquête a interrogé 616 adultes juifs et d'une marge d'erreur de 3 points de pourcentage.

Mais, alors que Netanyahu considère l'Iran et son anti-israélien des procurations au Liban et à Gaza comme le nœud du problème du Proche-Orient, Obama pense que des efforts sérieux en vue de résoudre le conflit israélo-palestinien pourrait affaiblir Téhéran.

Le dirigeant israélien a été soumis à d'intenses pressions de Washington à entamer des négociations sur un État palestinien et de mettre fin à toute expansion des colonies en Cisjordanie - et il s'oppose à [s]des[/s] ces positions dont l'adoption serait presque certainement fracture belliqueux son gouvernement de coalition.

Netanyahu a essayé de parer cette pression, en tentant de réorienter l'attention loin de la paix avec les Palestiniens et à l'égard du programme nucléaire iranien.

Mais les Etats-Unis [s]n'a pas été acquis à[/s] n'ont pas ce point de vue, et 4 Juin, dans son adresse au monde musulman, Obama a demandé avec force pour un Etat palestinien et l'arrêt de la construction de colonies de peuplement qui s'est révélée être un obstacle majeur au rétablissement de la paix.

Le discours de Netanyahou, qui est prévue pour 1700 GMT (1 h HAE), est considéré comme une réplique à l'adresse Obama.

Obama's positions ont [s]beaucoup en Israël riled belliqueux du camp[/s] vigoureusement combattues. cette Nuit, des affiches de lui porter un chapeau palestinien semble dans certaines parties d'Israël, portant les mots ", Barak (sic) Hussein Obama. Antisémites Juif-ennemi".

Avant l'intervention, certaines aides Netanyahu ont déclaré ne pas attendre le dirigeant israélien à approuver explicitement l'État palestinien. Ils ont parlé à la condition de l'anonymat parce que le dirigeant israélien a été gardant le silence sur le contenu de son discours.

Certains ministres ont cependant prédit qu'il explicitement accepté de négocier la création d'un Etat palestinien.

Netanyahu a déclaré aux ministres au Conseil des ministres hebdomadaire du dimanche que son discours serait «claire», mais le ministre de la Défense Ehud Barak a déclaré à d'autres ministres du parti travailliste plus tôt qu'il s'attendait à ce que le discours de Netanyahou à être vagues et leur conseille de diminuer les attentes, les ministres ont dit.

Commentateurs politiques ont estimé que Netanyahu pourrait tenter d'apaiser Washington - l'Etat juif du début allié - réaffirmant par la réticence d'Israël à l'égard de l'US-backed "feuille de route", un plan pour l'État palestinien par Israël et les Palestiniens, approuvé en 2003. Il est également prévu de réitérer son appel à reprendre les négociations immédiatement.

Cisjordanie-fondé le Président palestinien Mahmoud Abbas, qui a passé plus d'un an de négociation avec le prédécesseur de M. Netanyahou, Ehud Olmert, a dit qu'il ne voulait pas reprendre les négociations de paix avec Israël, sauf si elle cesse d'expansion des colonies et accepte de négocier un État palestinien.

Netanyahou a dominé le discours de la presse israélienne et les ondes, avec des attentes élevées à venir de sa comparution devant une foule d'alliés à l'Université Bar-Ilan, le milieu universitaire d'Israël, bastion de l'aile droite.

[s]"Le critère de sa vie"[/s] "The test of his life,", le journal Maariv claironné sur sa page de couverture.

Les Palestiniens du Hamas dans la bande de Gaza décidé Netanyahu a rejeté le discours avant qu'il ne lui est donné.

"Netanyahu va essayer, dans son discours à induire en erreur l'opinion publique internationale», a déclaré Fawzi Barhoum, un porte-parole pour le gouvernement du Hamas. "Quiconque pense que les extrémistes de son gouvernement de droite va proposer quelque chose pour les Palestiniens est erronée."

Tôt dimanche, des avions israéliens ont attaqué des tunnels le long de la frontière entre Gaza et l'Égypte à Gaza par des militants de contrebande d'armes et autres marchandises de contrebande dans leur blocus du territoire. Les militaires ont dit les attaques en représailles de tirs de roquettes des militants sur le sud d'Israël, le samedi.

Toujours dimanche, l'ancien président Jimmy Carter, 85, se sont réunis avec les colons en Cisjordanie, ce qu'il a décrit comme une chance pour «écouter» et de faire connaître ses vues.

Carter, qui a négocié l'accord de paix historique entre Israël et l'Égypte en 1979, à dos de nombreux Israéliens avec son livre 2007, "Palestine: Peace Not Apartheid", dans laquelle il a fait valoir que Israël doit choisir entre la cession de la Cisjordanie aux Palestiniens ou le maintien d'un système de l'inégalité ethnique semblable à celle du régime de l'apartheid en Afrique du Sud.

Carter s'est entretenu avec des colons leader Shaul Goldstein et d'autres à la pastorale colonie de Neve Daniel, au sud de Jérusalem.

Traduction Google améliorée de http://www.washingtontimes.com/news/2009/jun/14/iran-vote-could-bolster-netanyahu-speech/?page=1
Beau boulot monsieur Klein !
Yep, chouette article !
on appelle ça comment déjà? une dictature non?
C'est un système simple (et efficace)...

T'es pas content pépère ?

Tiens ! Prends ces coups de matraque dans la tronche et 20 ans de prison par dessus le marché,

Histoire de te montrer qu'on ne conteste pas impunément les "forces de l'ordre" !

***
Bien des médias occidentaux ont voulu qu'Ahmadinejad parte, alors que l'élection de Mousavi serait pire pour les iraniens. Faudrait bien songer à ce que signifie "réformateur", de nos jours. On sait depuis un moment que les décideurs et médias ne se soucient plus de ce qui conviendrait le mieux au peuple, mais seulement à un fragment puissant de ce peuple. Si on va par là (et ce est très large), pour moi les présidentielles françaises de 2007 ont également été "truquées", pas moins que les récentes européennes, et il faut à ce moment-ci se demander si on parle de truquage parce que le résultat nous déplait, ou parce qu'une somme d'éléments contribue à l'idée selon laquelle ce fut éventuellement truqué.

RSF ferait bien de s'occuper de ce qu'il se passe en France, au lieu de systématiquement détourner le regard et si possible évidemment, seulement vers certaines nations, ça aussi ça serait pas mal...

L'Iran n'a pas son Saddam, alors il a fallu pister Ahmadinejad ainsi que tronquer ses déclarations. L'Iran n'a pas de précieux Koweït à proximité, alors il a fallu inventer un danger nucléaire. L'Iran n'a pas de totale légitimité démocratique au regard de l'occident, alors il faut créer une rumeur d'élection truquée. Sérieusement, ras-le-bol de toutes ces inventions storytellées...
La BBC ajoute qu'au cours de sa conférence de presse, le président "a critiqué la presse étrangère qui refuse d'accepter le résultat du vote parce qu'il ne lui plaît pas"

Pas parce qu'il ne lui plait pas, mais surtout parce que le scrutin a été falsifié ! Voir ce billet du blog d'un Iranien ayant émigré au Canada (personne de confiance, et que j'ai déjà rencontré dans la vraie vie). Les chiffres ont l'air d'avoir été bidonnés d'une manière grossière.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.