232
Commentaires

Injonctions à tirer dans les coins

Et la palme de l'Insoumission revient à...

Derniers commentaires

"Et nous, ici, à Arrêt sur images ? Bien entendu, nous n'échappons pas à l'injonction à tirer dans les coins. Si nous avons donné la parole à l'abstentionniste Emmanuel Todd dans notre émission de la semaine, (reprise ici, sans citation de la source, par Guillaume Erner de France Culture), c'est évidemment pour inciter sournoisement au vote Macron, comme l'auront remarqué les plus perspicaces."

J'adore :)
Daniel... on est arrivé au point où l'on assimile les abstentionnistes aux tueurs de Charlie et du Bataclan... A Daesh et Al Al Qaida... cela va vraiment trop loin !
Je reprends ici et à toutes fins utiles un lien indiqué ailleurs par Salome Martin
Un texte de John Halle et Noam Chomsky
France, 2017, verbatim : "Lequel voter ? il y en a un qui est un businessman, et l'autre qui est normalement de l'extrême-droite, j'ai l'impression qu'elle est plus de gauche que Macron. Nous on fait partie du monde ouvrier, quelque part, on a besoin de protection. Alors on fait quoi ? On se demande. Moi en attendant ça serait plus pour Marine, par rapport à son programme de gauche. Moi je ne sais pas. On a été tellement déçus avec le gouvernement de Hollande dont Mr Macron faisait partie, il faut peut-être essayer Marine, parce qu'elle est là pour défendre l'ouvrier, les petites entreprises, l'autre, c'est les marcheurs. Les marcheurs ou les démarcheurs ? on ne sait pas."
https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/places-de-la-republique-18-lentre-deux-tours

Le bilan économique et social du quinquennat Hollande est certes un échec, mais ce n'est rien en comparaison des traces qu'il va laisser dans l'opinion publique...
En m'abstenant, je deviens complice si Le Pen arrive au pouvoir.

En votant Macron je serai complice de ses ordonnances de destruction du marché du travail.

Après avoir récupéré un bon nombre des aspirations de 68 (voir le livre de Boltanski & Chiapello), le capitalisme vient de faire d'un de ses slogans une réalité :

"Élections piège à c..."

Jamais l'offre électorale n'a été aussi piégeuse.
""Moi, je m'en fous. Je ne me soumettrai pas." martèle Todd. "Ça passe ou ça casse. Je prends le risque." Pourquoi une réponse aussi affirmée ? "Je pense qu'on est au début d'une crise historique.""

Todd pense
et donc je suis

Ceci étant, Todd part en retraite
et il s'en fout, lui
Et le moindre mal n'est pas celui qu'entrevoyait Hannah Arendt
car le choix n'est pas en ces termes

Le choix est entre la possibilité de créer les conditions de nouveaux Srebrenica,
et donc un mal incombattable, un mal radical qui s'infiltrera en nous à jamais

et de l'autre côté un mal détestable mais que l'on ne peut comparer bien qu'il faille le combattre car il est une véritable OPA sur notre droit de vote, et les traitres Hollande, Valls et autres devront en répondre devant le tribunal de l'Histoire, mais ce mal n'est pas en soi un renoncement à notre humanité, il est ce que nous devons combattre depuis toujours si l'on est du côté des moins bien nantis, mais il s'inscrit dans une possibilité d'éradication

La fille du premier facho de France change de papier à musique. La voilà écolo et fillonesque. Demain, reviendront dans sa gorge les mots de papa.
J-5

Entre le camp du "j'ai deja baisse mon froc" et celui du "faudra venir le baisser toi-meme" , les "discussions" continuent... ce qui agace le camp des "deja a quatre pattes", je cite : " ca va continuer encore longtemps ce cirque ? ils font chier, ils chipotent pour rien, on sait deja qu'on finira tous a quatre pattes et qu'on en redemandera".

On collectionne les plaidoyer touchant du camp "malgre moi" faisant campagne pour ce qui etait autrefois un adversaire.
Et on ne peut que constater l'irresponsabilité des "boudeurs", leur entetement a ne rien vouloir conceder, qui a eux seuls signeront la fin de la france, de l'europe, du monde civilisé et precipitera la chute de la planete terre.
1- Le "néocapitalisme" et son idéologie rationalisante, utilitariste et productiviste, produisent à terme du fascisme.
Cela semble même être sa maladie mentale préférée (Toujours à ce jour non traitée!)
On a jugé les criminels nazis mais on n'a pas pour autant arrêter la production des petites "voitures du peuple" volkswagen!...
2- La peur du fascisme nous oblige toujours à voter pour le "néocapitalisme"... :))
La perversité semble atteindre son comble non?

Arrêtons de nous faire du mal.
Si le fascisme est dans l'ADN du capitalisme, faisons une pause.

Ce qui paraît sain en tout cas c'est de ne pas être encore complètement "massifiés"
Si nous sommes encore des petits êtres fragiles et multidimensionnels alors on peut encore espérer échapper au fascisme!
C'est pourquoi au deuxième tour, en notre âme et conscience,
on fera... comme on voudra.
A cinq jours du second tour, Hillary Clinton toujours en tête face à Donald Trump.
message de service:
hé ducon, attends au moins d'être élu avant de taper sur la gauche et les "gauchisses"; t'as l'air d'avoir oublié que "ces cons là" sont sensés voter pour toi.
https://twitter.com/bismatoj/status/859345013301542912
Une angoisse m'étreint (de 16 heures 13).
L'héritière marchande de rancoeurs a vraiment viré écolo : elle fait du recyclage.
Selon l'IFOP (et contrairement à l'impression qui pourrait être tirée de la lecture des forums ASI) :

- Le "Front républicain" est plus pratiqué par les électeurs de gauche que par les électeurs de droite.
- On observe une érosion de la tentation Le Pen (19% à 14%) chez les électeurs de la France Insoumise (mais d'autres sources indiquent le contraire - peut-être à cause de ces fameuses injonctions qui commencent à agacer beaucoup de monde).

Source : https://www.franceculture.fr/emissions/la-question-du-jour/combien-seront-les-ni-le-pen-ni-macron
Je vais faire comme si ce forum n'était pas un cuchon mélenchonien et que l'on pouvait s'y déclarer macronien sans s'y sentir malpropre. C'est un acte de militantisme pour le pluralisme et la diversité d'opinions.

Frères et sœurs mélenchonien(-ne)s, insoumis(-es), je ne vous enjoins rien, vous voterez ou vous abstiendrez comme bon vous semblera, comme je l'ai toujours fait.

Si les vents hasardeux de l'histoire avaient soufflé un peu différemment, nous aurions pu avoir un deuxième tour Le Pen-Mélenchon comme ce fut l'espoir de bon nombre d'entre vous dans les deux semaines qui ont précédé le premier tour.

Dans ma petite tête, les idées auraient défilé: "Le mal, c'est le chômage, le réchauffement climatique, l'épuisement des ressources naturelles, l'arrogance des puissants, le désespoir d'un grand nombre. A coup sûr, l'arrivée au pouvoir de Le Pen ou de Mélenchon va aggraver le mal, la déception sera immense ... Je n'ai pas envie d'aller voter, il y a bien d'autres moyens pour faire bouger le monde dans le bon sens."

Je vois bien, aussi, quelques petites raisons qui m'auraient quand même fait voter pour l'un en souhaitant son succès, j'aurais pu voter, j'aurais pu ne pas voter.

Ce que vous allez faire dimanche prochain, à vrai dire, je m'en fous. Si vous voulez me faire plaisir, essayez, un jour par mois, de penser contre vous; Ce sera un bon début.
L'article mentionne en bas de page le site ASI (avec l'URL pointant sur l'émission) de cette manière :
---
"L'émission d'Arrêt sur images avec Emmanuel Todd et Olivier Tonneau."

et en intro :

"Absolument, le pari d’Emmanuel Todd, lequel pari a été résumé comme suit par l’intéressé dans une émission du site Arrêt sur images : « je prends le risque, je vais m’abstenir, dans la joie ». Evidemment, les mots importants sont « je prends le risque »."
Ayé, je me suis décidée !

Dans l'isoloir, je mettrai le bulletin le pen tout barbouillé de GROS FUCK SALE FN RACISTE DE MERDE dans une enveloppe, je mettrai le bulletin macron tout propre (que ce nom paraisse propre au moins une fois en 5 ans) dans l'autre enveloppe, je mélangerai les deux dans mon dos et encore une fois devant l'urne, et j'en mettrai un au hasard dans le bouzin, et comme ça, quoi qu'il arrive, je saurai jamais à quoi j'ai participé ou pas ou merde. C'est tout ce que mérité cette élection pourrie.
VENEZUELA. La dernière trouvaille de Maduro pour se maintenir au pouvoir : une "assemblée constituante citoyenne" !...
Réveillez -vous, La Pen au pouvoir c'est 5 ans de roucasseries
[quote=Daniel Schneidermann]Si nous avons donné la parole à l'abstentionniste Emmanuel Todd dans notre émission de la semaine, (...), c'est évidemment pour inciter sournoisement au vote Macron, comme l'auront remarqué les plus perspicaces.

À son accoutumée, le matinaute donne davantage à penser qu'il le semblerait. Bien davantage en l'occurrence dans ce 9:15. La confession finale de son apparente perfidie dans l'émission de vendredi: son évidente sournoiserie consistant à laisser prêcher Todd afin de retourner son prêche contre lui, révèle au contraire ce qui constitue le ressort du charme, non seulement de celui-ci, mais de nombre, sans doute, comme on peut le présumer, de tous ceux qu'il lui est arrivé de prononcer.

Mais commençons par le plus récent. À l'oreille qui a écouté l'émission avec un minimum de critique attention, n'a pu échapper que Todd s'y autocritique au moins trois fois. Une première fois en opposant son professionnalisme de démographe à ce ludisme politique dont son "hollandisme révolutionnaire" aura été le plus éclatant témoignage. Une seconde fois, illustrant cette opposition en établissant - et neutralisant - l'irresponsabilité de son abstentionnisme présent sur le total européiste du premier tour Macron+Fillon+Hamon. Une troisième en confessant, touchant Macron, qu'il y aurait lieu de distinguer "l'oligarchie" qui en a promu le nom et la personne qui pourrait décevoir celle-ci. De sorte que, finalement, quel que soit le vote des électeurs lors du second tour, il donnera raison à Todd: à son prêche si le Président Macron se révélait aussi bon instrument de pouvoir que "l'oligarchie" le souhaitait; et à sa confessante autocritique dans le cas opposé.

À justement y regarder n'avait-il pas pronostiqué de même bien qu'inversement touchant le scrutin présidentiel précédent: à son jubilant "hollandisme révolutionnaire" n'avait-il pas opposé explicitement le ridicule destin auquel l'actuel président finissant serait soumis s'il reculait devant la tâche qu'il lui avait assignée? Il faudrait vérifier dans quelle mesure il en fut ainsi dans ses autres engagements ou "prophéties". Mais même sans, ou avant de l'avoir fait, il faut reconnaître à Todd ce mérite: sinon de penser, du moins de donner à penser contre lui-même. Mais non sans expressément lui reprocher son irresponsabilité d'enfant arrogamment gâté de la sphère élitaire. L'art caché de la contretodderie ne saurait effacer le gâchis causé par son opposé: sa narcissique todderie.
Quand des humoristes comme Guillon nous ordonnent de voter Macron, j’ai des doutes... sur la pertinence de son injonction. Ca ne promet rien de bon quant à la suite, quand Macron et ses soutiens seront au pouvoir. J’espère que vous interprétez les propos de JLM en fonction de votre propre conviction. Peut il invitr à votr Macron en sachant, mieux que quiconque, ce que ça va supposer en matière de régression sociale pour des millions d’électeurs.
"Cette explication éclaire d'ailleurs d'un jour nouveau les têtes à queue du Grand Chef Insoumis depuis le premier tour, renvoyant dos à dos les deux finalistes le dimanche soir, puis au cours de la semaine appelant à faire barrage à Le Pen, mais sans appeler explicitement à voter Macron. Mélenchon connaissant parfaitement l'âme Insoumise, il s'agissait bien évidemment d'une vigoureuse incitation au vote Macron. Qui aura, comme d'habitude, échappé aux éditocrates."

Heureusement que Daniel est là, ça m'avait échappé aussi. Je ne l'ai même pas entendu appeler à faire barrage à Le Pen, dites donc !

Ah, décidément, les têtes à queue du Grand Chef Insoumis sont impénétrables à tous sauf un, et c'est le nôtre !

Quelle fierté je ressens pour notre bon pasteur ! Quel honneur que de se sentir guidés ainsi !
A chaque 2ème tour de la présidentielle, la valeur démocratique du suffrage universel se délite. Nous ne disposons plus que d'un vote contre au lieu d'un vote d'adhésion. Nous savons aussi que le programme pour lequel nous votons par défaut ne sera pas appliqué. Nous espérons que d'autres se saliront les doigts à notre place comme l'électeur insoumis dont Daniel parle dans cette chronique. En bref, c'est un jeu de dupes qui n'a que peu de rapports avec une démocratie puisque voter ne sert plus qu'a donner un pouvoir et une carrière à un politique dont nous n'approuvons pas les actions.
Le programme des Insoumis est le plus consistant à ce jour mais il faut le faire évoluer, ne pas être dévot derrière l'homme providentiel, chercher à comprendre par soi-même puis agir. Il y a du boulot !
Quant au patronat, qui votait Hitler en Allemagne contre le danger bolchevique, on vient de voir aujourd'hui qu'il vote de l'autre côté

Oui, mais ne vous en faites pas, si le deuxième tour avait vu Mélenchon, face à n'importe quel candidat, le patronat aurait sans hésiter appeler à faire barrage au bolchevisme. Il a suffi d'un remontée dans les sondages pour déclencher une véritable panique, alors un second tour, imaginez un peu....

ce qui est sûr c'est qu'une "démocratie" où on est obligé de voter pour un candidat n'est plus vraiment une démocratie...
Un très bon article qui défend le vote barrage contre le Pen : LMSI - Avec moi le 7 mai
Et qui ramène les "arguments" des abstentionnistes à ce qu'ils sont : de pures postures narcissiques.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

C'est un peu gonflant, ces stratégies de billard à 4 bandes.

Finalement, c'est Todd qui a formulé le mieux les choses. Soit on se moque du résultat (ce en quoi je suis bien d'accord avec lui), et on ne va pas voter, soit on y va.

Vous fustigez les sondages à longueur de temps (à juste titre) et là, vous nous faites toute un pataquès sur des stratégies basées sur les sondages ou sur les avis d'untel ou d'untel.

Que chacun se décide en conscience et qu'on parle d'autre chose.
Oui le Mélechonbashing bat son plein. La médiocratie au complet s’offusque, se scandalise, s’étrangle, s’époumone (Raffy toujours là, Virginie Le Guay (Paris Match !!), Hélène Pilichowski et tant d’autres). Ils sont partout. Le cirque affiche complet.
Mais une des palmes revient à cet obscur journaliste-écrivassier (illisible de surcroit), revenu de nulle part : Georges-Marc Benamou, invité de toutes les chaines d’info (bravo l’attaché de presse) qui n’a pas de leçon de morale assez dure contre Mélenchon. Mais qui est-il ce petit monsieur - pontifiant, arrogant et suffisant dont la gloire consiste à avoir fait son beurre avec Mitterand, poursuivre en courtisan de Sarkozy, candidat à la Villa Médicis (un comble !) et finir par cracher dans toutes les soupes - pour s’autoriser des propos aussi minables et réducteurs.
J’ai la rage contre tous ces faux experts omniprésents qui ne savent que bavasser sans nuances et sans intelligence. Hélas à prendre ou à laisser. L’alternative devient de plus en plus rare et difficile. Cela me fait repenser au temps béni ou Frédéric Taddei avec « Ce soir ou jamais » officiait 4 soirs par semaine et où l’occasion était unique de découvrir de nouveaux penseurs, des connus et des inconnus, qui avaient de vraies choses à dire, le tout dans une contradiction maitrisée et éclairée. Fini tout ça.
Une citation que j'ai vu passer je ne sais plus où : "Politiquement, la faiblesse de l'argument du moindre mal a toujours été que ceux qui choisissent le moindre mal oublient très vite qu'ils ont choisi le mal.", Responsabilité et jugement, Hannah Arendt.
Et je dirais même plus : chacun tendant à préserver l'image qu'il se fait de lui-même, on tend peu à peu à présenter un choix initial fait pour le moindre mal comme étant le bon choix puis le choix du Bien, et l'inverse comme le choix du Mal. Il faut bien que l'autre ait un défaut et on se met à parler des "têtes à queue du Grand Chef Insoumis" à défaut d'en faire un "dictateur de carton-pâte" comme a dit dernièrement Yann Moix. Sermonner, le vice des moralistes, du clergé médiatique faisant concours d'impeccabilité et votez Macron en rémission de vos péchés !
France Cul cite la source, avec un lien. Ils doivent lire @si. Si ils ont modifié leur billet, vous devriez faire de même.
Oui, mais pas dans l'audio diffusé à l'antenne.
Je cite Mélenchon au soir du 23 avril : "chacun sait en sa conscience où est son devoir" et aussi Antigone dans Sophocles (idée venue de la dernière ASI) :"Quand les choses sont au dessus de nos forces, il convient de ne pas les tenter"

Bon courage !
Ce que les insoumis prouvent, c'est que leur fameuse insoumission, qu'ils souhaiteraient à la hauteur des plus nobles valeurs humanistes et révolutionnaires, n'est qu'une réaction de gamins pourris gâtés qui ne mérite que mépris ou moquerie.

Oser avancer les appels aux votes des gens avec qui l'on n'est pas d'accord comme justification au fait de ne pas aller voter… Peut-on faire plus minable ?
Ce billet, et tous les débats qui tournent autour de cette question stratégique illustre bien la contradiction incontournable qu'il y a à chercher en tant qu'individu à produire un certain résultat collectif, sans vraiment savoir ce que feront les autres participants. C'est un genre de dilemme du prisonnier à l'échelle de plusieurs millions de personnes.
Des échéances importantes se jouent à l'aveugle, on s'inquiète des incertitudes du résultat, et après, les commentateurs rivaliseront de subtilité pour interpréter le vote en terme de sagesse du peuple ou de bêtise des foules. Quand on sait qu'un nombre non négligeable de votants, parfois incités en cela par les élites qui ont accès aux micros, mettent du second degré, voire du troisième ou du énième dans leur vote, on peut douter de la relation réelle entre ce qui est pensé et ce qui est exprimé.
Ce qui est sûr c'est que les modalités électorales de chez nous ne sont pas les plus favorables à une expression nuancée de la volonté collective (si tant est que cette expression aie vraiment un sens)
Personnellement, en quelques décennies de carrière de citoyen assidu, je ne crois pas avoir été dans un tel état d'indécision à quatre jours d'un vote.
L'impression désagréable de revivre Je suis Charlie :

- SOIS Charlie
- VOTE Macron
- MOUCHE ton nez
Et surtout, FERME ta gueule ensuite....
En lisant cette chronique, j'ai le sentiment qu'on fait comme si c'était encore excitant les élections, qu'il reste un peu de désir et de passion. Mais finalement, c'est juste laborieux.
Je ne sais pas vous, mais moi, depuis hier, je sature ! L'enjeu de l'élection a beau être de taille : ras la casquette !
J'ai envie de lire des bons bouquins, d'écouter de la bonne musique, de suivre des émissions culturelles ...
L'égalité de traitement des candidats (temps de paroles etc. ) n'est il pas en quelques sorte un fondamental de notre "démocratie" ? parce que depuis lundi j'ai l'impression que tout le monde a oublié ça !

Avant le premier tour on entendait ici et là parler d'inégalité des candidats ( fillon a plus ou moins de temps de parole, Mélenchon est victime des médias etc.) mais là plus personne pour constater que tous se mettent contre lepen... et ce sans aucun état d'âme. Ou peut être que je me trompe complétement...
Une seule interrogation:peut-on mettre en toute conscience un signe égal entre le fn et Emmanuel Macron?Il n'y a pas de troisième tour.
Finalement, DS, vous êtes un « immense provocateur » ;o). C’est déjà pas si mal !
Au chapitre « Marine Le Pen / Hitler / point Godwin», il faut sans doute ajouter l’intervention de Bertrand Delanoe sur RTL :
« l'extrême gauche n'a pas voulu choisir entre les sociaux-démocrates et les nazis. Hitler a été élu par le suffrage universel ».
Cela restera à n’en pas douter un des sommets de la campagne…
Bonjour
Ce que je trouve bizarre c'est que nos médiacarates ne s'offusquent pas que Micron refuse de faire des concessions (retirer l'appel aux ordonnances pour détruite le droit du travail) alors qu'ils criaient quand JLM refusait les diktats de Hamon avant le premier tour.
Ah on me dit dans l'oreillette que c'est normal, JLM est un homme à abattre et Micron l'homme à élire.
Je consulte tous les jours les sondages.......miraculeusement disparus des écrans ces derniers temps....au profit de la bête immonde qui monte,monte.....Et pourtant nous sommes toujours à 60/40 dans les sondages .Aucune progression significative du FN au delà de la marge d'erreurs.
A 6 jours, l'écart reste (et restera )à 20 points.....Marine Lepen n'a absolument aucune chances de gagner cette élection.
Donc à moins d'un sondage qui me prouve le danger,je considère que les injonctions molles,dures dans les coins à aller voter Macron ne sont là que pour valider le programme du paquet de lessive.....et il ne s'en cache(même) pas.
Ces injonctions sont l'une des dernières mâchoires du piège médiatique:
-on achète quasiment toute la presse
-on fait monter le Fn(burkini,Zemour etc etc)
-on nous vend(75 unes,des milliers d'heures d'antennes etc etc...) un produit révolutionnaire en tous points similaire au précédent.
-et maintenant l'appel à la soumission pour valider la manip.
On a tout devant les yeux....René Magritte :ceci n'est pas une pipe!.....on nous prend vraiment pour des pipes
L'idéal serait une victoire fragile de Macron suivie de législatives qui le privent de majorité. Puisqu'on ne peut plus avoir de gouvernement qui ne promettent des ravages pour le pays, il faut en avoir un incapable d'en faire beaucoup. Ca sera aussi un bon signal envoyé aux allemands s'ils veulent être intraitables dans les négociations.
Cher lider maximo, ça patine, ça pédale même sous l'effigie du camarade Léon *.
Quand ressortez vous le scooter ?

(*) Je n'ai pasvraiment compris ce qu'il foutait là ?
[quote=cet Insoumis déniché par France Inter ce mardi matin, qui attend le résultat de la consultation des Insoumis, prévu pour aujourd'hui, afin de...faire le contraire. Explication : si la majorité des consultés préconise de voter blanc ou de s'abstenir, lui ira voter Macron, pour éviter une déroute de Macron. Que la majorité des consultés, en revanche, préconise le vote Macron, et il pourra tranquillement s'abstenir.]

S'il en fallait la preuve, on constate que les sondages influencent effectivement le scrutin.

De là à penser que certains seraient enclins à les manipuler ...

PatriceNoDRM
Hier, JLM debout sur un banc boulevard Beaumarchais pour regarder le défilé, entouré d'une poignée d'Insoumis scandant "Mélenchon Matignon ! Mélenchon Matignon !" Le troisième tour est en route.
Erner, si j'ai bien entendu ce matin, fait d'ailleurs un contresens sur la position de Todd (puisque Todd accepte l'idée que MLP soit élue).
Des fois le premier degré, ça a du bon. Entendre dans les propos de Jean Luc (n'hésitons pas à l'appeler par son petit nom) une volonté de considérer ses électeurs comme des grands garçons et grandes filles responsables et libres n'est peut-être pas complètement à côté de la plaque.
Voter pour Marine le Pen 2017 ou Marine le Pen 2022, finalement, à quoi bon voter?
Et donc dimanche ce sera:
f**k you
f**k me
ou
f**k off

PS1: pourquoi toutes ces discussions stratégiques quand finalement tout se passe comme prévu: https://www.monde-diplomatique.fr/2016/01/HALIMI/54468
PS2: pas entendu sur France Inter : http://www.huffingtonpost.fr/alban-ketelbuters/lettre-de-linsoumis-que-je-suis-a-emmanuel-macron-qui-pense-que_a_22060088/?utm_hp_ref=fr-homepage
J'espère que cet édito est à lire au deuxième degré, sinon c'est à pleurer...

Par contre, celui de Th.Legrand sur France Inter ce matin était clairement au premier degré, et c'était insupportable.

En gros, s'il y a une petite 20n de % qui s'apprêterait à voter pour MLP, ce serait à cause du silence de JLM.
Evidemment, aux yeux de Th.Legrand, l'avalanche d'injonctions péremptoires de l'ensemble de la presse, des éditorialistes et des autoproclamés intellectuels n'y aura, en revanche, joué aucun rôle...
Euh DS...vous ne pensez pas avoir "legerement" epuise le sujet ? Vous allez continuer sur ce theme jusqu'a dimanche ?

C'est pas qu'on risque l'overdose, mais un peu quand meme...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.