23
Commentaires

"Il avait déjà une cible sur le front"

En moins de deux mois, StreetPress a publié plusieurs enquêtes sur les dérives racistes de la police qui ont donné lieu à l'ouverture de procédures judiciaires. C'est un officier de police judiciaire, Amar Benmohamed, qui a permis au site de révéler le comportement raciste de certains policiers chargés de surveiller les cellules du tribunal de grande instance (TGI) de Paris. Pourquoi et comment a-t-il décidé de témoigner en son nom et à visage découvert ? Entretien avec le rédacteur en chef, Mathieu Molard.

Commentaires préférés des abonnés

Merci à ce monsieur pour son courage et sa volonté de faire arrêter des pratiques indignes, quitte à en payer les conséquences. Bon courage à lui

lui dire merci ne suffit pas  ..comment l'aider ?

Avec l'attitude de la hierarchie a couvert les agissements pendant 2 ans  ET avec la carriere compromise de ce policier On a donc plus de doute 2 preuves fortes du caractère  institutionnel du racisme dans la police

Derniers commentaires

Le plus fort c'est que dans l'investigation de l'IGPN (qui ayant été "en cours" dès avant les révélations de Street Press est devenu l'argument favori des adeptes de la loi du silence attaquant le lanceur d'alerte) un des 6 policiers mis en cause n'est autre que... Benmohamed, officiellement pour le temps qu'il a mis à dénoncer ça (et en réalité pour avoir osé le faire en sautant les échelons hiérarchiques, comme l'a explicité un gradé dont Le Monde a publié le témoignage).

Edit : [s]un gradé dont le Monde a publié le témoignage[/s] je dis une connerie, ce que Le Monde a publié c'est un extrait du témoignage d'un gradé se plaignant de Benmohamed "ne faisant pas confiance à sa hiérarchie" à l'IGPN. Les gradés ça parle à l'IGPN pas à la presse sinon ils ne seraient pas gradés.

Il y a des gens courageux sur terre et M.A B en fait partie. Moi aussi, je me pose la question que faire pour l'aider et aider tous les lanceurs d'alerte de part le monde!

Etant donné que c'est l'IGPN qui fera  l'enquête,  ces flics racistes sont tranquilles,ils peuvent dormir sur leurs deux oreilles, l'IGPN va leur trouver des circonstances atténuantes..

L'offensive actuelle contre le terme "violences policières" m'inquiète au plus haut point. Suis-je le seul ? La police est un  État dans l'Etat, incroyable de permanence et de toute puissance. LaRem a renoncé à la changer, par lâcheté et calcul. 

Merci à ce Monsieur. Il est une fierté de la Police.

La Police n'est donc pas pourrie jusqu’à la moelle.

Avec l'attitude de la hierarchie a couvert les agissements pendant 2 ans  ET avec la carriere compromise de ce policier On a donc plus de doute 2 preuves fortes du caractère  institutionnel du racisme dans la police

Comme quoi, quand on est journaliste et que l'on veut trouver, on trouve.

Merci à ce monsieur pour son courage et sa volonté de faire arrêter des pratiques indignes, quitte à en payer les conséquences. Bon courage à lui

Arrêtez , vous allez saboter l'opération de communication vis-à-vis  de la police qu'est en train de faire le gouvernement.

Visite surprise, la nuit dans un commissariat où des flics de la BAC lui en ont raconté de bien bonnes, ça sert à quoi que Macron il se décarcasse.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.