131
Commentaires

Guillaume Rozier, le capitalisme, et l'État

Commentaires préférés des abonnés


Le chômage qui grimpe. La réforme de l'assurance chômage qui va faire basculer de nombreux chômeurs dans la grande pauvreté,  1 million de pauvres en plus depuis le début de la crise.

Une caste qui se goinfre au sens littéral du terme chez un pot(...)

Le ministre de l'éducation ne serait-il pas lui-même une attaque contre le système éducatif??? 


Je vis pour la seconde fois l'école à distance en tant qu'enseignante, et vous savez-quoi???? Ben on l'a appris à la télé comme la dernière fois, on a(...)

Cette crise sanitaire aura mis en exergue un point cardinal de la société en France : nous sommes gouvernés par des crétins, aveuglés par leur intérêt personnel

Derniers commentaires

apparement les " attaques " se sont propagées 


ce matin a 5h30....sur https://www.moncompteformation.gouv.fr/espace-prive


Bravo, vous êtes extrêmement nombreux à vouloir utiliser le site moncompteformation en même temps ! 


Bravo, vous êtes extrêmement nombreux à vouloir utiliser le site moncompteformation en même temps ! 


j' en conclue que beaucoup de citoyens se lèvent tot pour faire un point formation avant de traverser la rue


Fermez les fenêtres

Sur la "pompe à phynances" un excellent article de Lordon sur le gorafisme devenu notre politique !

J'ajouterai un élément important concernant les réussites de Guillaume Rozier. Comme l'explique un autre article d'@si ce qui lui a permis de monter une application efficace aussi vite pour les vaccins, c'est qu'il a pu recruter en un temps record de nombreuses personnes compétentes sur des points où il ne l'était pas assez. Et pourquoi a-t-il pu faire cela? Parce qu'il fonctionne en mode ouvert (et gratuit) et que l'objectif est le bien général. Que les gens susceptibles d'y contribuer ne sont donc mues que par la volonté de construire ensemble un truc efficace, et non par celle de se placer mieux que son voisin, de se faire payer plus que son voisin etc. etc. Bref : c'est la victoire de la coopération sur la compétition. 

Il n'en demeure pas moins qu'il serait normal que ceux qui produisent une telle plus-value sociale soient rémunérés pour. Les dons permettront peut-être de le faire. Et ce serait juste.

C'est intéressant de voir avec quelle insistance les journalistes (du privés comme du public visiblement) s'époumonent à répéter qu'il y a 0 affaire, que c'est du flan, que c'est le 1er avril machin machin. Ces spécialistes des pétitions, des tribunes et de la signaturite aiguë refusent même d'un tant soit peu défendre leurs pauvres collègues de chez M6...


Sinon dans le rayon du délire quinquennal, on a du lourd ; après avoir imposé à tous un battage médiatique digne de Poutine en 2017, les heures et les heures de retransmission en direct des shows de notre Leader Suprême pendant le grand débat, des lives Insta gênants avec des inflenceurs entre 10 et 25 ans, devinez qui voilà... 


Sur M6 bordel. Heureusement je suis pas complotiste donc je ne dirai rien du choix de la chaîne.

Vous reprenez donc le récit médiatique unanime autour de la figure de Guillaume Rozier, le start-uppeur qui a mis à genoux l'État incapable depuis sa chambre. On est pas loin du discours libertarien con-con.


Mais bon, il faut bien faire soi-même son petit édito du matin, comme les éditocrates de France culture et Inter dont vous nous parlez tous les matins ! 

Quand j'écoute ou regarde lémédia... j'ai un très fort sentiment de décadence pourrie ou de pourriture décadente... nous glissons en surmultipliée vers la dictature ou l'anarchie... violentes toutes les deux... J'ai une petite préférence pour la seconde sauf que je n'aime pas la violence...

merci d'avoir évoqué la chronique de Frédéric Says sur FC,  j'étais inquiète de ne pas la trouver dans votre  l'édito d'hier .  Ce matin la question du jour sur  Poutine au pouvoir jusqu'à 80 ans c'était pas mal non plus. A bas la propagande grossière vulgaire d'un  RT France, n'est-ce pas madame Akerman? 


Non, rien, c'était jsute pour dire que j'avais rien à rajouter à ta chronique Daniel...tout à fait d'accord, du bon boulot quoi.

puisque l'on parle de vaccin, étendons le débat au passeport vaccinal avec cette très bonne ( et énervante ) émission de France culture 


avec un Gaspard Koenig  intéressant ( pas ma tasse de thé en général ) qui est beaucoup plus convainquant que le professeur en face de lui qui sort des énormités du genre :


"si le personnel hospitalier ne veut pas se faire vacciner par Aztrazeneca c'est parce qu'il à peur des piqures " 

ou encore

  " il faut le passeport médical généralisé pour que les gens comme moi qui sont vaccinés puissent retourner au resto et sortir au ciné et au théâtre "


 sans pour autant que le journaliste qui mène les débats ne lui fasse remarquer que :


1- ce n'est pas ceux qui refuse d'être vaccinés ou qui refusent le passeport vaccinal qui ont décidé de fermer les restau et les cinés ( mais bien une décision politique !

2- qu'en Israël, bien qu'ayant un passeport, il faut avoir un masque et garder ses distances si on va au ciné ou au théâtre (info France cu aussi )


enfin émission à écouter quand même :


https://www.franceculture.fr/emissions/le-temps-du-debat/faut-il-rendre-la-vaccination-obligatoire


je trouve au contraire de DS que c’est un exemple de ce que peut faire la puissance publique (mettre des données brutes à disposition) et permettre à des entrepreneurs, bénévoles dans ce cas ou pas, de les rendre utilisables facilement en s’adaptant à la demande des utilisateurs. 


L’état ne doit pas être un developpeur de logiciels (qu’il devra ensuite maintenir, adapter, enricihir, diffuser, assister, etc...). Il doit faciliter les conditions dans lesquels des developpeurs tiers (bénévoles et/ou commerciaux) vont permettre de fournir des produits gratuits ou commerciaux.  


Je ne dis pas que l’Etat gère bien cette affaire de vaccins. Je dis que je ne veux pas d’un état qui développe des logiciels.

Sinon par rapport à l'article d'hier:

Restaurant clandestin à BFM : une vingtaine de journalistes et des médecins surpris en plein repas

Publié le , mis à jour

Dans son édition du mercredi 3 mars, Le Canard Enchaîné rapporte qu'une vingtaine de journalistes du groupe Altice (BFM, RMC, SFR) ainsi que des médecins se sont retrouvés dans un restaurant clandestin à proximité du siège de la chaîne d'info en continu.

Un plaisir coupable qui aura coûté cher aux épicuriens. Comme le rapporte le Canard Enchainé dans son édition de mercredi 3 mars, la police serait tombée dans la nuit du 24 février, un peu avant minuit, sur plusieurs journalistes et médecins en train de dîner dans le restaurant “Aux 3 Présidents”.

Le contrôle a eu lieu dans l'établissement collé au siège de BFMTV dans le 15e arrondissement de Paris. Les murs du restaurant seraient, comme le rapporte le magazine Capital, détenu par Patrick Drahi, patron du groupe Altice (BFMTV, RMC...). Une sorte "d'arrière-cuisine de BFMTV" ironise le journal satirique.

D'après le Canard Enchaîné , des journalistes et des “consultants santé” de la chaîne d’info étaient présents ainsi que “des cadors de l’Assistance publique Hôpitaux de Paris et un gradé de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris”. Le chef du restaurant a été placé en garde-à-vue pour "mise en danger de la vie d'autrui" en raison de l'épidémie de Covid-19.

Fogiel dément

L'établissement qui se veut "à la mode" et "au carrefour des grands médias" n'aurait en réalité jamais fermé ses portes indique Capital.

Le directeur de BFMTV Marc-Olivier Fogiel a déclaré sur Twitter que “contrairement aux rumeurs de ces 24 dernières heures, je tiens à préciser qu’aucun journaliste ni consultant de BFMTV n’a été arrêté dans un restaurant clandestin à Paris fin février.”

Il pourrait en réalité s'agir de "techniciens de production d’Altice et des intermittents, des journalistes sportifs de RMC Sport et des ex de Mediapro, ainsi que des personnels médicaux, non pas consultants de BFMTV mais venant de l’hôpital Pompidou”, situé juste à côté, rapporte le Canard. Une vingtaine de personnes ont été verbalisées.

Théo Ruiz

Sinon

pa

au moins cette semaine on aura bien rigolé; entre Chalençon qui balance tout le monde photos à l'appui et les ministres pris la main dans le sac qui s'embrouillent; et le coup des hackers chinois qui attaquent les serveurs de l'EN (version ministre de "le chien a mangé mes devoirs").  comme dirait Didier Super; manipulez-nous mieux; respectez nous un minimum.

"à la différence des Zuckerberg, Niel, Bezos, et autres "entrepreneurs exemplaires", le profit n'est tout simplement pas son moteur."


Erreur, cela ne lui a nullement échappé. Les entrepreneurs, les vrais, ceux qui fabriquent du fric avec n'importe quoi, sont friands de ce genre de désintéressés: ils les pillent allègrement. 


Un de mes oncles, ingénieur par cours du soir, avait ainsi inventé un petit truc de rien du tout, primé au concours Lépine. Pas de brevet, bien sûr, mal renseigné, et aussi parce que ça coûte, de déposer un brevet. Le gars qui l'a pillé et déposé, lui, un brevet... est devenu un des grands noms de sa partie. Pas seulement, sans doute, avec l'invention de mon oncle, mais avec plein d'autres, je serais curieuse de savoir combien venaient vraiment de lui.

Alors attention tout de même aux raccourcis techniques, les choses sont toujours plus complexes qu’elles n’en ont l’air. Héberger physiquement des données sensibles en interne ministériel n’offre bien sûr pas la même si amabilité, la même élasticité que d’héberger une appli « qui fait le lien » mais ne contient pas forcément de données sur un cloud public en général aux USA, surtout dans un contexte international de tension sur l’approvisionnement des ressources physiques.

Sur le fond je vous rejoins dans la critique de la bureaucratie mais la souveraineté des données a un prix, il faut en être conscient.

"Louis 14 (je blague)" c'était Louis 16 ?

Avec la "conspiration contre la liberté publique et la sûreté générale de l'État" et tout ?

Vivement la fuite...

Je pense que la blague était sur le fait d'écrire en chiffres arabes au lieu de romains (faisant référence à une polémique récente sur le mode "on nivelle par le bas").

"Blague Inception", ou la blague dans la blague dans la blague :-D

Succulent. DS, vous êtes notre Jean-Christophe Leroy (blague).

Tout en étant raisonnable et circonspect ... 


Ras la casquette des moyens termes :


FAISONS TOUT PETER !!!

Qui fait quoi ?


Ce sont les collectivités territoriales qui financent et qui gèrent l'accès  à l'ENT.


l'éditeur  Kosmos  par exemple a crée un outil "Skolengo" qui a été choisi par  plusieurs Régions (lycées), départements (collèges) et aussi académies :  carte - 2019 -


La Région Aquitaine a ainsi  choisi la plateforme d'enseignement  Moodle .



A priori donc, pour l'ENT dans l'éducation, ce n'est pas l'Etat, mais les collectivités qui proposent leurs solutions .







Dans notre nouvel Ancien Régime, il y en a deux qui m'éclatent car ils ne peuvent cacher leurs origines.


Le gouverneur de la Banque de France dont j'extrais ci-dessous le pedigree qui figure sur sa fiche Wikipédia.

Un accélérateur de particules à lui seul :


François Villeroy de Galhau naît dans une famille de bourgeoisie ancienne originaire de Lorraine, issue de Simon Villeroy (mort v. 1675), bourgeois de Saint-Avold

Parmi ses ancêtres, figurent Claude Villeroy (1726-1800), directeur général des hôpitaux militaires, et Nicolas Villeroy (1759-1843), receveur de la vente étrangère des sels, capitaine dans la Garde nationale et fondateur de l'entreprise Villeroy & Boch.

La famille Villeroy est historiquement implantée entre la Lorraine et la Sarre, et François Villeroy de Galhau parle un allemand courant. Il est le fils de Claude Villeroy de Galhau et d'Odile de La Lande de Calan (fille de Pierre de La Lande de Calan).

 Il est marié à Florence Gilbert de Vautibault, avec laquelle il a cinq enfants.


Et Geoffroy Roux de Bézieux :

Jojo pour les intimes (sans rapport avec le Gilet Jaune du même nom).


Geoffroy Jacques Roux de Bézieux est né le dans le 15e arrondissement de Paris. Il est le fils de Bruno Roux de Bézieux, dirigeant de plusieurs sociétés nationales et multinationales, dont la Financière Truffaut, et de Véronique Le Vert.

Il est un descendant du couple Claude-Aymé Roux - Blanche de Bézieux, à l'origine de la famille Roux de Bézieux, et « comme Nathalie Kosciusko-Morizet […] d'Adrien Treuille (1842-1917), comte romain à titre héréditaire par bref papal et entrepreneur de la Manufacture d'armes de Châtellerault entre 1888 et 1895 ».

Geoffroy Roux de Bézieux épouse le Sabine Montet, avec qui il a quatre enfants.


Vous noterez que ce joli monde ce reproduit comme des lapins.

Noblesse oblige.


Merci pour la chronique :


A propos de la sortie de J.M.-Blanquer sur les attaques venues de l'étranger :

"Précisions mardi soir du ministère et du Cned : on ne parle plus d'attaques étrangères, mais simplement de cyberattaques, sans préciser d'où elles proviennent. L'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI) s'est saisie du dossier. Le Cned a annoncé qu'il aller porter plainte. La section cyber du parquet de Paris a ouvert une enquête, a appris mercredi franceinfo, des chefs "d'accès frauduleux à un système de traitement automatisé" et "entrave au fonctionnement d'un tel système". "

(source) - c'est moi qui souligne]


Mensonge donc. Pur. Un de plus qui n'aura pas de conséquence pour son énonciateur.

 

Et si ça se trouve,  si cyberattaque il y eut, ce sont peut-être des bébés Guillaume Rozier collégiens bien de chez nous qui ont allié le pédagogique utile (pratiquer le code) à l'agréable (tout faire pêter, ridiculiser les responsables). Je spécule à 100%, mais ça me ferait marrer. Et vu comme l'Etat semble à la ramasse...


Le ministre de l'éducation ne serait-il pas lui-même une attaque contre le système éducatif??? 


Je vis pour la seconde fois l'école à distance en tant qu'enseignante, et vous savez-quoi???? Ben on l'a appris à la télé comme la dernière fois, on a reçu la circulaire pour cadrer la semaine de "continuité" et l'organisation de la garde des enfants dits "prioritaires" le vendredi, on a aucun outil supplémentaire, aucune info, beaucoup de flou... et l'administration elle-même avoue sans le vouloir qu'il n'y a rien de prêt!!! 


Donc hier, je n'ai pas pu mettre en ligne le travail de mes élèves, les serveurs de ONE étant plantés, je n'ai aucune nouvelle de ma hiérarchie depuis vendredi.... 


L'organisation du travail à distance: il doit permettre de "poursuivre les apprentissages", démerde-toi avec ça! L'accueil des enfants de soignants: ils sont accueillis dans leur école. Qui accueille? Qui prend la responsabilité de l'organisation? Mystère... L'éducation nationale n'a pas été foutue de dire qui des collectivités ou des enseignants doit gérer ça...résultat on a tous bricolé à la hâte pour que ces enfants ne se retrouvent pas devant une porte close. Ils ont eux-même bricolé à la hâte une fiche à donner aux élèves jeudi et à récupérer le vendredi pour savoir qui avait besoin de garderie, alors qu'on avait même pas la liste des métiers prioritaires (en reconnaissant avoir agit dans la précipitation, ils ont donc reconnu en creux que rien n'avait été anticipé)! 

Et je dis garderie parce que la circulaire le dit comme ça: il s'agit d'un service de garderie, rien de trop lourd ne doit être proposé aux enfants. Je suis ravie de savoir que je suis animatrice de garderie....

Nous n'avons reçu aucun, je dis bien aucun, moyen supplémentaire pour notamment les familles qui n'ont pas de matériel informatique à la maison, ou pas de connexion. J'exerce en REP, on sait très bien que les moyens matériels des familles sont très limités, que les gamins n'auront pas les parents pour les aider (beaucoup de leurs parents sont allophones), et rien n'a été anticipé au ministère pour faire face à ces situations! Même chose pour les zones rurales et les zones blanches (oui je cumule, REP en zone rurale...).


Et le plus beau c'est le discours orwellien du ministre repris en cœur par son administration, jusqu'au niveau hiérarchique local: non les écoles ne sont pas fermées, elles sont ouverte jusqu'au 9 avril... Ce sont les propos de la DASEN (direction académique) de mon coin, relayant donc les ordres venus d'en haut. Blanquer ne voulait pas fermer les écoles, d'ailleurs elles ne sont pas fermées puisqu'il le dit. 


Ils sont convaincus que nous retournons à l'école le 26, et d'ailleurs nous étions bien embêtés pour répondre aux questions de nos élèves car nous ne savons absolument pas ce qui va se passer si les indicateurs sont encore dans le rouge fin avril. Est-ce qu'on reviendra à l'école? Est-ce qu'on prolongera l'école à distance? Demi-jauge? Roulement? Ben on sait pas, et probablement que Blanquer, dans son aveuglement et son déni de réalité, lui non plus ne sait pas. Lui ce qu'il veut ce sont des élèves en rang d'oignons, bien sages qui écoutent doctement un enseignant qui déverse sur eux quantité de savoirs fondamentaux (parce qu'il y aurait donc des savoirs non fondamentaux). Il a une vision de l'école rétrograde, violente, élitiste. Tout le contraire de l'école de la république qu'il vante tant. Et la crise sanitaire a été une formidable occasion de supprimer tout ce qui n'était pas fondamental à son sens: sorties, projets collaboratifs entre classes ou entre écoles, projets artistiques, culturels, scientifiques.... On a aujourd'hui des classes "distanciées socialement", tout est dit.


Les gamins n'en peuvent plus, ils vivent 6 heures sous la contrainte, ne voient plus leurs copains dans la cour (parfois ils sont contraints de rester à distance de leurs frères et sœurs, absurde), ne voient plus les visages de ceux qui les entourent. Les contraintes sanitaires ont créé des angoisses, parfois des phobies, de plus en plus d'enfants sont inquiets, stressés. Ils ont intégré "l'interdiction" de voir leurs copains ou leurs proches... Les dégâts psychiques vont  (sont déjà) terribles, et là encore l’éducation nationale n'a rien anticipé, rien mis en place!!!! 


La colère est grande dans le corps enseignant (il était temps, combien ce sont fait avoir par les sirènes du macronisme bon ton de 2017? combien n'ont pas vu?), tout le monde est épuisé par le manque de moyen, les mensonges, la propagande, les informations et les ordres contradictoires. C'est le ras-le-bol, et la maison n'est tenue que parce que les enseignants ont à coeur de ne pas lâcher leurs élèves, quitte à y laisser leur santé. Blanquer le sait et il en use.

"Louis 14 (je blague)"


Bien vu, j'ai ris

Sans vouloir jouer au complotiste de la dernière heure,  "L'affaire qui n'a jamais commencé" avec son lot (ou non) de ministres (ou pas) a complétement disparu de mon Google News alors qu'elle figurait en bonne place hier.

Il faut bien prétendre que le capitalisme va nous sauver de cette pandémie puisque c'est le capitalisme qui l'a provoquée avec la surexploitation et la destruction des milieux naturels dont il tire bénéfice, avec sa "mondialisation des échanges" et donc des transports, etc...

Déprimant... en utilisant VaccinTracker je me suis aperçu que je ne suis pas éligible à la vaccination avant au mieux 5 mois et probablement plutôt 7 à 9...

Salut la rédaction,


Je ne sais pas si c'est le meilleur endroit pour l'évoquer. Peut-être un courriel serait plus adapté, je ne sais pas. Mais si ça peut susciter une discussion ici, pourquoi pas.


Bref, je me demandais pourquoi le mot "capitalisme" de ce titre apparaissait si peu souvent dans les articles. Je sais que ce n'est pas le rôle premier de la critique média que de proposer. Pour les médias décortiqués ici, passés au tamis, hachés menu, ce mot est à la fois synonyme d'état de nature des activités économiques ET de la cryptonite. C'est sûr que remettre en question un état de nature c'est plutôt vertigineux. Du coup, c'est tabou et ça ne passera pas au crible d'ASI.


Pourtant vous avez commencé (enfin bien plus que ça) à braquer les projecteurs sur les réseaux sociaux (merci infiniment d'ailleurs. N'y ayant pas de compte, c'est une très belle ouverture ce monde-là) mais presque toujours pour y pointer les réactions hétérodoxes, comme on dirait en économie, de certaines personnes bien établies ou purement inconnues. Très rarement pour pointer le positif, l'action et pas la réaction, ce qui se construit et dont on crève de na pas discuter à grande échelle. Et en tout premier lieu les (la?) propositions de modèle alternatif au capitalisme. A mon humble avis, si on ne discute pas révolution, on n'avancera pas. Vous avez comme peu d'autres préparé nos oreilles à la réception de ces idées-là mais il est urgent qu'elles nous parviennent massivement. Et votre audience, ne faîtes pas les modestes, pourrait y participer. Et finalement s'arrêter sur ces images-là pour les opposer à celles méticuleusement déconstruites ici ne serait peut-être pas si éloigné que ça de la mission que s'est donné ASI.


Voilà, je suis peut-être à côté de la plaque, peut-être que vous avez raison de ne pas trop vous lancer là-dedans au risque de grignoter votre légitimité. Je ne sais pas mais ça me trottait dans la tête depuis un moment.


Mais qu'on soit clair. Quoi qu'il en soit, merci pour votre fantastique travail!


Le chômage qui grimpe. La réforme de l'assurance chômage qui va faire basculer de nombreux chômeurs dans la grande pauvreté,  1 million de pauvres en plus depuis le début de la crise.

Une caste qui se goinfre au sens littéral du terme chez un pote a Brigitte Macron au palais vivienne  pour 1/3 du Smic. Les forces publiques payées par nos impôts dépêchées par le château pour défendre le dit palais.

Un gouvernement qui a décidé de faire gérer la crise par la main invisible du marché,  McKinsey,  les numéros verts.

Les thèmes de l'extrême droite repris pour faire diversion a la déroute de cette gestion.

L'incompétence,  le mensonge, l'arrogance. L'impunité pour une petite caste. La répression pour le bas peuple.

ON VA OU ?



Pour les dysfonctionnements dans l'enseignement à distance, il me semble qu'il y a eu deux problèmes simultanés différents : le CNED d'un côté  ( "ma classe à la maison" ) , et l'ENT de l'autre : l'Espace Numérique de Travail qui permet aux enseignants de communiquer avec les élèves . 


Des attaques ont été évoquées pour le CNED .


Pour l'ENT , il a été fait mention de l'incendie à Strasbourg d'OVH Cloud qui par la suite a démenti ("Des regions ENT affectées et des applications indisponibles ne sont pas hébergées chez Ovhcloud")  : OVH est-l responsable de dysfonctionnements dans certaines régions ?


Un  éditeur d' ENT  : Open Digital Education  déclare que la charge "était trop colossale" : un manque d'anticipation donc pour ODE.


Y a-t-il d'autres éditeurs ?  


Y a-t-il eu des problèmes dans toutes les Régions ? 






Plutôt que de parler d’état, j’aurais précisé « l’Etat macronien ». Celui qui a participé à la destruction des services publics : Education, Santé, Recherche … (pas la police on ne sait jamais)

Après il ne reste plus qu’à glorifier le privé. Et alllumer un cierge pour Saint Guillaume


" La bêtise humaine est la seule chose qui donne une idée de l'infini  " (  Renan ,  qui pensait sans doute à un futur ministre de l'Education Nationale )

Cette crise sanitaire aura mis en exergue un point cardinal de la société en France : nous sommes gouvernés par des crétins, aveuglés par leur intérêt personnel

" Le bonheur est né de l'altruisme , et le malheur de l'égoisme " ( Racho Boux de Rézieux  ?... ou Boudda ).

je ne sais pas si Roux de Bezieux est un bon patron , par contre , il a un probleme génétique non? Enfin bon , tant qu'il ne fait pas de mal a ses employés .Quand a Blanquer , je rappellerais que Macron a accusé la Russie lors d'une élection , je me souviens plus laquelle .Ces gens sont plein d'eux meme , vous vous rendez compte , la Russie s'intéresse a eux ....Faudrait peut être le décalotté Blanquer , enfin je veux dire faire descendre le col roulé qu'il a sur les yeux , eh oh tu n'est rien ! calmos !

Mai 68, pas 58 ;-)

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.