70
Commentaires

Guetta, dernière

Commentaires préférés des abonnés

Bernard guetta le monde mais sa lorgnette était mal dirigée.

Il se regardait le nombril pour le service du Monde et du monde.

La société capitaliste a besoin de ces petits soldats maladroits pour ne rien expliquer, et pour noyer le poisson.

Un chien de (...)

  Bernard n'est pas un saint.

Plutôt , un chien de garde ( PLUTO )

quel intérêt , ses etats d'âme  sur le service public ?

jusqu'à la lie on boira leur beylisme dégoulinant 

Derniers commentaires

Cet article est bienvenu, j'aime bien Guetta

« Un tour du monde, deux mois minimum dans une quinzaine de pays, une petite collection chez Flammarion à l’arrivée. »

En gros, deux mois de vacances aux frais de l’éditeur.

"Il n'y a pas d'Hitler, il n'y a pas de Staline"


Jusqu'en dans ses moments de doute, Bernard Guetta nous assène ses certitudes, c'est vraiment incroyable ! Hitler comme Staline ne sont pas arrivés en disant "attention, je suis un monstre" ! En 1923, Hitler était un putschiste raté en prison, ancien simple soldat de la grande guerre gazé à l'ypérite. Avant d'être Staline, Djougachvili était ce "bandit géorgien". Guetta examine l'ambiance d'une époque à la lumière d'une autre déjà terminée et dont on sait donc comment elle s'est passée. Orban, Erdogan, Trump, Salvini ont-ils le potentiel destructeur d'un Hitler ou d'un Staline ? On sera sûr que non uniquement quand ils auront quitté le pouvoir, pas avant...

je pose ça là

http://www.liberation.fr/debats/2018/07/06/si-rien-ne-se-passe-le-cineaste-oleg-sentsov-va-mourir_1664746


Malgré les protestations d’Oleg Sentsov, qui crie aux juges qu’il n’est pas un «serf», et qu’ils ne peuvent pas «l’annexer» comme ils l’ont fait avec la terre, il est considéré et jugé comme citoyen russe, et condamné à vingt ans d’emprisonnement dans un camp de travail forcé, après un procès qualifié de «stalinien» par Amnesty International.

quel est le rapport avec Bernard Guetta?

Bernard Guetta, c'est la caricature du mauvais journaliste, plein d'idées préconçues,  de manichéismes... Selon lui, il y a les gentilles démocraties occidentales, la belle Union Europenne, modèle à suivre pour le monde entier. De l'autre côté, il y a entre autres le méchant Poutine et le boucher de Damas Bachar El Assad  qui lutte contre de gentils manifestants démocrates pacifistes.

Guetta encourage à aller faire la guerre pour propager la belle démocratie par les armes (comme si ça pouvait marcher).


Quand on veut connaitre la propagande de l'OTAN, il suffit d'écouter Bernard Guetta.





Parmi tous les Européistes béats, il s'en trouve donc au moins un qui va essayer de comprendre pourquoi l'Europe, le "rêve européen" qu'ils nous ont vendu - et nous vendent encore - à longueur de chroniques, s'est effondré. Il est bien temps. Il est bien seul. Et on s'étonne qu'il n'ait pas déjà compris par lui-même.

L'Europe politique est morte de son obésité, gavée comme une oie par des Britanniques poussant à l'élargissement maximum (Pour se carapater ensuite !). Elle n'est plus qu'un vaste marché ouvert à tous les vents du capitalisme le plus sauvage, dans lequel les pays membres se font une concurrence fiscale acharnée. Ce grand marché, Bernard Guetta nous l'a vanté sur tous les tons, (500 millions de consommateurs !) nous faisant croire, et croyant lui-même, qu'il était le tremplin vers une union politique. 

Son Europe est un désastre. Et il porte, comme tous ses copains VRP de la "grande Europe", sa part de responsabilité dans la montée des partis anti-européens. Les donneurs de leçons finissent toujours par être contre-productifs.

Bernard Guetta, vous avez été un bien mauvais porte-parole.

Dieu, qu'il est doux de lire qu'on n'est pas seul à s'être irrité jusqu'à l'exaspération des chroniques matinales de Bernard Guetta. Ce ton de clergyman monomaniaque, cette pédagogie impérative, cet européisme exacerbé au point de vous rendre parfois anti-européen malgré soi. Et tous ces partis pris schématiques, faussement nuancés. Ah, que cet  homme m'aura énervé, même si parfois il m'arrivait d'éprouver une sympathie pour cette obstination combattant le bégaiement d'alors qui le rendait plus fragile quand il se voulait toujours irréfutable. Eh bien, nous sommes nombreux à avoir éprouvé ce genre de sentiments, si j'en juge par ces commentaires. Je lui souhaite un bon retour sur le terrain, même si deux mois c'est bien court pour un tour du monde. Mais Guetta est ainsi, il approfondit vite.

Quand j'ai appris la fin d'Ebdo, j'ai été vraiment déçu.

Quand j'ai appris la fin de Guetta sur FI, j'ai repris deux fois des nouilles.

Très bonne initiative et surtout qu'il ne revienne pas. Quant à ses impressions sur papier qu'il en fasse des boulettes et qu'il se les mange. 

Vraiment il n'y a pas d'autres sujets que le départ d'un de ceux dont le ton péremptoire et l'avis définitif m'ont fait abandonner l'écoute de FI.

Il n'y a rien à attendre de cet individu ni de l'info ni une pensée originale, bof, que de la doxa.


Je ne  placerais pas Guetta dans les chiens de garde, parce qu'il y avait chez lui une grande part de sincérité, sans doute..


Et je lui accorde le bénéfice du doute quand il dit qu'il veut comprendre et aller voir, constater par lui-même...


C'est la meilleure chose à faire, même si au bout du compte, le monde et sa parole se trouvent sur internet.

S'il était eurolâtre, c'était plus de naïveté satisfaite que de perversité.

Maintenant qu'on est en train de se diriger vers une catastrophe industrielle, il se rend compte de son erreur. Ce n'est pas aisé pour un être humain de reconnaître qu'il s'est trompé. C'est tout à son honneur.


En tout cas, à l'écoute de ses chroniques,  malgré tout, j'apprenais énormément de choses, même s'il fallait faire disparaître le filtre pro-Europe pour réfléchir à ce qu'il avait dit. Il reste un très bon journaliste.


Pour ce qui est de Lanzmann, qui certes était un grand monsieur qui avait su faire de sa vie un destin, je ne suis pas d'accord sur le fait que la Shoah serait incompréhensible. Je  dirais plutôt qu'elle dépasse l'entendement humain, ce qui n'est pas pareil.  Humain dans le sens de bon, parce que l'humanité est clairement capable de tout, y compris le meilleur et le pire.

Mais la Shoahn'est pas incompréhensible : Hannah Arendt a bien expliqué son avènement dans les Origines du Totalitarisme.  L'enchaînement historique et politique qui a préludé à son existence est bien isolé et déterminé. C'était l'antisémitisme, mais c'était aussi l'effondrement politique, culturel et individuel massif, de sociétés entières qui se sont raccrochées à des délires de violence et de brutalité en se trouvant des boucs émissaires commodes et absolument pas en mesure de se défendre.

Pour ce qui est d'aujourd'hui, il faut parfois tomber très bas pour pouvoir rebondir. Mais il faut avoir conscience de son effondrement politique, collectif et individuel.


Nous sommes encore en train de marcher sur la ligne de crête, prudemment,  L'abîme nous sourit mais nous sommes encore plus forts que lui. Peut-être arriverons-nous à notre but, tout au sommet, avant qu'il ne nous engloutisse.

Mais pour cela, il faut regarder la réalité en face. Et ne surtout pas penser que les responsables, ce sont les autres...


Que sommes-nous, que voulons-nous ? Que pouvons-nous faire ?


"Mon pauvre pays" me dit mon amie italienne. Mais le monde est ce que nous en faisons....



Guetta pend ?

Ou Guetta pan !

c'est la chute du mur de berlin qui l'a provoqué, ce monde d'aujourd'hui... Dire que quand j'étais gamin et qu'a huit ans l'instit nous a expliqué ce qui s'était passé avec des larmes de joie je croyais qu'on serait la premiere génération qui ne verrait jamais la guerre. En fait on a juste éliminé la menace communiste. Du coup on a pu repartir sur du bon vieux capitalisme décomplexé a l'ancienne sans avoir peur de ce qui se passerait si on geulait un coup nous aussi.

Connais pas ! 


Mais s'il ne comprends plus le monde malgré tous les clignotants qui s'allument depuis 20 ans, c'est probablement qu'il est atteint d'une Cohnbendite aigûe. Ca s'attrape en côtoyant un peu trop les riches !

Bernard Guetta, produit de l'union improbable de Geneviève Tabouis et Saint-Granier...

Sincère, la détresse de Bernard??! Ben voyons!

Faut bien qu'il le tease son futur bouquin...

Ça fait des années que je me demande si tous les médias que je lis et écoute encore ont vraiment intérêt à continuer de me parler des médias que je ne lis et n'écoute plus depuis des lustres.

Ce que j'ai entendu ce matin, c'est une interminable hagiographie dans une pluie d'autosatisfaction de la part d'une personne qui s'est cru moderne en applaudissant la fin de l'union soviétique, dont il n'as d'ailleurs même pas compris la raison pour laquelle celle ci c'est arrêtée (non pas par "effondrement" mais juste parce que les élites Russes n'y croyaient plus et ont logiquement mis fin à la chose, pacifiquement).


Quoi qu'il en soit, nous avons eu droit à un Guetta qui ne voit aucun problème au massacre du droit social par le gouvernement, mais par contre se désole qu'il n'y ai pas eu plus de 200 personnes pour manifester contre Bachar Al Assad.  Ben oui, lorsque on s'allie avec des djihadiste fondamentaliste, ça ne plait pas au peuple de France.


Un Guetta qui justifie puis excuse la forfaiture Sarkozy sur le TFUE, un Guetta qui nous a redit que ce n'est pas l'UE qu'il faut changer mais son peuple parce que celui vote mal.


Un Guetta qui mèle Erdogan, Orban avec Poutine, alors que ce dernier n'as jamais eu de discours raciste ou xénophobe, et que n'en déplaise à ce crétin, la Russie est bel et bien une démocratie avec une raisonnable liberté de la presse (et une liberté sur internet dans les fait bien plus grande qu'en France). Et tout en faisant ces amalgames imbéciles, ne même pas mentionner Trump qui jette une lumière crue sur l'Amérique et sa dangerosité réelle.


Un Guetta pour se féliciter de l'indépendance de la Pologne qui lui as allègement permis d'en finir totalement avec la moindre idée de gauche dans le pays, d'en vider totalement la population éduquée et active, et de transformer le reste en une armée de bigots zombie réactionnaires . Le pays est mort de son indépendance Russe en se jetant dans une dépendance US qui est maintenant totale, et Guetta ne l'as toujours pas compris.


Bref un néoconservateur atlantiste du siècle dernier, dont la seule bonne nouvelle est qu'on ne vas plus l'entendre pontifier ses âneries pendant au moins un temps. 

très étonné de ce "chapeau" fait a ce champion du prêt a penser , enfonçeur de portes ouvertes , toujours du cotê du manche , quelqu'il soit .Oui , quelqu'il soit , d'ou mon étonnement devant cet article le désignant comme un "démocrate" convaincus . Comme si guetta propagé des idées .....Désolé D.S. mais je crois que vous lui prêtez beaucoup plus de conviction qu'il n'en a jamais eu .....Il a toujours était d'un tel conformisme qu'il va nous revenir avec un discours déja vendu , pré-maché , usé , vide . Comment je le sais...? Je l'ai écouté faisant son travail de chient de garde pendant des années . Vous aussi D.S....? Alors...? 

AVEC SHOAH, LANZMANN CONTRA SPINOZA


"Lanzmann lui-même, ne comprenait pas comment il avait fait ce film-là sur l'Incompréhensible. Mais lui, sans doute, avait posé d'emblée qu'il n'y avait rien à comprendre." 

 

Le génie ne va pas sans inconscience de son don. La plus merveilleuse, la plus généreuse fut celle de Lanzmann. Qui nous laissa découvrir qu'il y aura désormais ceci à opposer à Spinoza: à savoir que la compréhension* n'est pas le nec plus ultra auquel se confier dans l'appréhension des humaines actions . Car il est au moins un cas où compréhension signifierait approbation de ce qui ne saurait, même, être envisagé. L'incompréhensible en effet doit être laissé à son incompréhensibilité. Ainsi avec Shoah ne s'est-il pas agi de filmer, mais plutôt d'in-filmer, de donner à in-imaginer - ce qui signifie é-prouver l'horreur. Car si, ainsi que Braque le dit, "les preuves fatiguent la vérité", l'é-preuve, elle, l'authentifie. Ce qui, une nouvelle fois , permet de démontrer que le poétique: poéthique ne saurait cesser sur le mathématique - et à plus forte raison sur le politique - de l'emporter.



La formule en est, faut-il la rappeler: humanas actiones non ridere, non ludere, neque detestari, sed intelligere. (Tractatus politicus,I, § 4).

Daniel, on pourrait vous accuser aussi de vivre dans le passé, pour encore porter attention aux chronique de cet eurolâtre invétéré, qui aura réclamé pendant des décénies plus d'Europe sans nous dire laquelle.

"The Getaway", film de Sam Peckinpah (1972), connu en France sous le titre "Guet-apens".


Euh, voilà ...

Merci Daniel


très intéressant de pointer du doigt l'auto critique du "sachant". 



HS mais deuxième bonne nouvelle de la semaine (après l'échec au parlement européen du lobby des éditeurs): Le conseil constitutionnel consacre le principe de fraternité, abolissant pour de bon le délit de solidarité.

Tu sais, Bernard, les Français qui descendent dans la rue ont des préoccupations plus immédiates que celle de conchier Assad.

De plus, il y a peu de chances qu'il quitte le pouvoir, parce qu'effrayé par une foule manifestant à 4000 km à vol de missile de son palais.

A peu près autant qu'il y en a de voir Macron inléchir sa politique sociale, parce qu'on le lui réclame à l'aide de banderoles et de slogans...

À la lecture de tant de grands sachant(e)s-ricanant(e)s dans ce forum, autant faire court, en modeste apprenant: 

Merci Daniel!

N'étant pas auditeur régulier de France Inter j'ai peu entendu Bernard Guetta. Celles de ces chroniques  dont je me rappelle m'ont paru très peu percutantes.

Je me souviens de l'avoir entendu le 14 janvier 2011 espérer que Ben Ali puisse devenir un Jaruzelki tunisen (éférence internationale oblige) et assurer une tarnsition en douceur alors que le soir même il s'enfuyait ce qui autorisait  enfin Bernard Guetta  à dénoncer sans retenue la corruption du régime qu'il attribua à son épouse en  accordant à Ben Ali ll'excuse de la maladie!!!

Les bourgeois sont contre la démocratie, contre le vote populaire (2005), et comme d'habitude le peuple lui, accueille les refugiers, lui ouvre les bras 'Monsieur Trump en arrive à faire arracher des enfants des bras de leur mère par peur de l'immigration. Nous sommes fous".' Maintenant les bourgeois qui ont mis Le Pen (avec Mitterrand comme premier de cordé) en avant,  ce demande comme c'est possible , et bien parce que des mâles (et les femmes éduquées) se croient au dessus des autres et au lieu d'interroger leurs invités , ils leur font la morale, les journalistes sont passés d'interrogeur a moralisateur à curé, et toujours la meme morale, la chrétienne, qui dit que les bons sont au dessus, c'est de la fermeture aux autres, à leur problème, et de soutenir l'ouverture au commerce, a la consommation, que les pauvres ne font pas , eux n'ont pas le fric pour bousiller la planète (prennent pas l'avion) .. ces vieux nous ont emmener dans le mur et maintenant ils veulent comprendre; .. mdr , pour mieux moraliser, on va avoir droit a" MOI MOI MOI je me suis remis en question, alors je peut vous dire ce qui doit être pensé". Qu'a t'il fait en 2005 , et le vole de  votre vote .. au profit du contrôle de UE.

Ha

La dernière fois que je l'ai croisé, il était trotskiste

C'est dire qu'Alzheimer doit nous guetter, tous les deux

Il a donc raison de profiter des voyages


Merci pour la chronique, mais évoquer son bégaiement dans un tel message de bilan ? On est sur les remarques physiques, ici, désormais  ? Ben dites,  ça valait le coup de railler, il y a quelques jours,  les confrères qui le reduisaient à son statut de demi-frère d'un dj...

"Desplechins "

Ils sont plusieurs ?

Un des meilleurs journaliste de France inter. J'adore sa façon de parler. Et en plus, il défend de bonnes idées, même s'il est pas toujours clairvoyant (mais qui l'est?). Bon voyage à Bernard Guetta, même si, je pense, il aurait du le faire plus tôt. Un tour du monde tous les 5 ou 10 ans lui aurait fait du bien

Bernard guetta le monde mais sa lorgnette était mal dirigée.

Il se regardait le nombril pour le service du Monde et du monde.

La société capitaliste a besoin de ces petits soldats maladroits pour ne rien expliquer, et pour noyer le poisson.

Un chien de garde qui va courir le monde.

Qu'il n'oublie pas sa canne blanche pour ne rien voir!

quel intérêt , ses etats d'âme  sur le service public ?

jusqu'à la lie on boira leur beylisme dégoulinant 

 Dire que Lanzmann avait posé qu'il n' y avait rien à comprendre n'et pas tout à fait exact, même si Lanzmann a toujours dit  que l'ampleur du génocide empêchait  de comprendre. Dans les années 1970 , quand Lanzmann  a tourné son film , des témoins, des rescapés  étaient encore en vie et Lanzmann s'est appuyé sur les  travaux liés au procès d' Eichmann .  Lanzmann a tourné une partie de son film dans la Pologne communiste de la fin des années 1970. Justement ,hier au moment de sa mort ,j'ai pensé que cela avait dû être assez compliqué  de tourner dans la Pologne communiste. A peu près au moment  où Bernard Guetta  était correspondant du " Monde" en Pologne.

  Bernard n'est pas un saint.

Plutôt , un chien de garde ( PLUTO )

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.