52
Commentaires

France 3 : deux journalistes agressées par des agriculteurs en Bretagne

Deux journalistes de France 3 Bretagne ont été violemment prises à parti lundi 18 février pendant une manifestation de producteurs de lait à Quimper. Les agriculteurs mécontents ont détruit leur caméra et blessé légèrement l'une des deux reporters de la chaîne publique. Une agression ordinaire ?

Derniers commentaires

[www.acrimed.org]

Un peu de lecture sur les rapports parfois houleux entre médias et manifestants. Extrait :

Les acteurs des mouvements sociaux, militants, syndicalistes ou simplement salariés en lutte rencontrent les plus grandes difficultés pour faire connaître leurs revendications par l’intermédiaire des grands médias, dont le moins que l’on puisse dire est qu’ils ne sont généralement pas à leur service.
ah!!!ça fleur bon la france profonde dans cette chronique!!!!! Les syndicats corporatistes sont un hériatge de la droite extrême à ma connaissance il y en a chez les commerçants,les paysans,les petits patrons pêcheurs ou autres ,les grands patrons et les syndicats autonomes de la police qui sont pas mal non plus .C'est aussi le cas des chasses p^che et traditions...enfin tout cela porte volontier la mariniere et le bleu horizon ou le kaki,se sent plus fort entre mec et avec un fusil et adore la merde et s'en prendre aux femmes.....Ce sont ces laches là qui violent ou tondent en groupe IL y en a de plus en plus en grèce ou ils attaquent les etrangers les syndicalistes et bien sûr les femmes! C'est jamais des banques auxquelles ils s'attaquent,ni des mairies,ni des fermes ou chateaux:ils en ont après l'ouvrier, le citadin le gitan et la sorciere designée par m'sieur l'curé.....
Bonjour
Producteurs laitiers, Tapie même combat contre les caméras de FR3.
Aucun de ces manifestants n’est capable de s’en prendre aux véritables responsables de leurs malheurs (qui ne sont pas minces : les suicides) : le Crédit Agrrricole, les conseillers du même nom, les rois de la grande distribution, les sociétés d’affameurs du genre Doux, les dirigeants productivistes de la FNSEA.

Aucun n’a lu Les paysans dans la lutte des classes, de Bernard Lambert, qui décrit très bien leur asservissement. Livre réédité à cause de son actualité. Livre d’un homme qui, à la différence de bien des paysans montés en graine syndicale, n’a jamais trahi les plus petits, n’a jamais fait fortune, ne s’est jamais renié en devenant ministre, à la Debatisse et à la Jacob, et bien sûr le Foll, vous savez, le type qui a fait toute sa carrière dans le monde agricole et qui dit ignorer la complexité des circuits commerciaux de la merde mangeable.

Aucun n’ira casser la gueule à Michel Leclerc, à la tribu Doux, aux patrons surpayés du Crédit Agrrricole, à Bridel*. C’est plus fastoche de cogner sur des femmes.

Que les éditocrates, qui jamais ne porteront une lourde caméra en marchant pendant des heures, s’essuient les mocassins sur les bottes des paysans, c’est un fait. On ne sache pas que ces deux femmes s’essuyaient de même les escarpins. Elles faisaient leur métier sans rien, sauf si on doute de leur parole, pour narguer éditocratement les manifestants, dont on sait bien que la colère rend aveugle. Les commentaires raillant sans faire de détail le corporatisme des journalistes, ici, me chiffonnent.

* Je connais l’histoire privée de quelques membres historiques de cette belle famille. Maupassant, à côté, avec sa nouvelle Aux champs, c’est de la bibine.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Aux_champs
Ca n'arriverait pas si l'on pacifiait la situation en écoutant les gens et en défendant l'intérêt commun. Les paysans, pressurés par les grandes surfaces, se SUICIDENT. On parle beaucoup plus de deux journalistes secouées que de tous ces paysans qui, étranglés par l'industrie agro alimentaire et les grands distributeurs, en arrivent au geste fatal.
Bonjour à tous,

en lisant l'article, j'ai eu l'impression d'avoir affaire à une dépêche A.F.P lapidaire. J'apprends que des manifestants (qui? représentent-ils une associations? quelles sont leurs revendications? ... Ah! "des producteurs de lait"? cela me paraît insuffisant.) ont commis des actes de violence à l'encontre de deux femmes journalistes venues sur place pour filmer.

Je ne sais rien des motivations profondes de ces gens-là (tout bords). Je ne sais rien non plus sur les ordres reçus par les C.R.S -qui-n'ont-pas-bougé-le-petit-doigt. (C.R.S, qui j'imagine, obéissent aux ordres avant de céder aux impulsions de leur coeur!).

Donc, et en fonction, je peut être amené à trouver les manifestants courageux, dégueulasses, je peux prendre parti pour les journalistes, dénoncer les puissants, .... enfin en gros en lisant l'article j'ai l'impression d'un vaseux "débrouille-toi avec ça". C'est particulièrement désagréable parce que je me retrouve avec une information sur les bras dont je ne sais que faire. C'est ce que j'appelle de la pollution informationnelle, parce que cela obscurcit mes idées et mon jugement.

Pour ne pas critiquer sans proposer, j'aimerais ajouter brièvement que ce que j'attends d'un tel article, c'est un traitement un peu plus en profondeur. J'aurais aimé en apprendre beaucoup plus sur les motivations des partis, en particulier. Peut-être pourra-t-on me rétorquer que c'est un travail long, d'investigation, qu'un tel sujet ne mérite pas. Dans ce cas, je me pose des questions sur la pertinence d'un tel article sur le site. En définitive: faut-il parler de "ce dont parlent les médias" à tout prix, quitte à ne pas être pertinent?

Veuillez m'excuser si je ne suis pas pertinent, et pour ma manière de faire à la fois les questions et les réponses. J'attends vos avis.

Cordialement, à tous,

Matthieu S
Sans préjudice sur le pourquoi du comment, et même à supposer que des méchants manifestants ont tapé sur les gentils journalistes, cette histoire ne m'étonne pas. Depuis des années, des abrutis de "journalistes" arrivent avec leurs idées préconçues et la conclusion de leur article, commandé, déjà en tête. Alors quand ont les voit débarquer, ce n'est guère étonnant de voir le résultat. Si ça pouvait apprendre leur métier à cette profession largement orientée, ce serait super. Et sinon, il faut recommencer à repousser la désinformation. Encore.

Il a des exceptions. Par exemple ArrêtSurImage, MediaPart et le canard enchaîné, pour citer les principaux. Sans publicité, il me semble, et (donc) sans donneur d'ordre. Les autres, financés aussi par la publicité, s'accrochent à nos impôts pour subsister. Qu'il crêvent. Et que leurs salariés retournent à l'école. Et que Google les dé-référence, mais bon, ils ont trouvé le moyen d'arnaquer l'État français, consentant, et ses "journalistes" sur commande pour recevoir un peu de lumière depuis Internet.

Je propose donc qu'ArrêtSurImage dépêche une équipe sur place pour voir comment ça se passe. Ce n'est pas son objectif, je sais, mais ce serait instructif.
quand Pujadas demande lors du JT à un représentant des ouvriers s'il regrette les violences de la journée, c'est culte car un pot de fleur, un écran plat, un bureau et un ordinateur, c'est rien par rapport à la cause ouvrière.

par contre quand c'est une caméra de journaliste...

ca devient consternant les enquêtes suintant et dégoulinantes de corporatisme
Les débordements extrêmes dans les manifs de paysans sont monnaie courante.

Et faiblement réprimés, c'est peu de le dire. se souvenir de l'incendie du Parlement de Rennes. Du saccage des bureaux de la ministre Voynet.

Calcul électoral, pleutrerie, et aussi l'idée commode que ces paysans, c'est tous sauvages et compagnie;

Donc, ils n'ont pas eu peur de deux femmes.

On aurait du leur envoyer Pascale Clark, une vraie journaliste, qui sait mater les syndicalistes terroristes, elle.
"...sur un camion Leclerc Drive, qui vient d'être forcé par les manifestants. Autour du véhicule, les agriculteurs pique-niquent avec les produits trouvés à l'intérieur et commencent à invectiver les médias présents. "Ils ont commencé à lancer du yaourt sur le camion Leclerc et à nous dire, "allez y filmez!".

et ils viennent d'où les produits industriels de m.. qu'ils balancent du camion:de leur propre exploitation surement!
Pendant ce temps, et avant, et ça va continuer... à NDDL, les jeunes qui sont du côté des paysans ont droit à des procès parce qu'ils étaient à poil devant les flics... d'autres sympathisants des Zadistes se sont retrouvés en justice pour avoir seulement collé des affiches...
Des syndicalistes ont été contraints de payer des amendes pour destruction de matériel de préfecture...
Mais les paysans de la FNSEA, euh, FDSEA, euh, des producteurs laitiers industriels, friqués, qui ont leurs entrées certainement à l'UMP, tabassent des équipes télé sans que les CRS ne viennent à la rescousse.
On pourrait m'expliquer la différence de traitement (juridique, médiatique, etc.) de ces "manifestations" ???
ben voyons,ces pauv'gens à 400 bêtes décornées parce qu' enfermées toute l'annéet nourries de soja et d'ensilage et d'antibiotiques à tel point que le fumier on évite de le mettre au jardin .....On se garde pour soi le lait des vaches au pré et leur fumier pour le jardin et on mange du bio toute l'année à pris coutant le reste est vendu aux gogos des villes, fumier compris, le reste va à la rivière,on va pas se gêner on est cheu nous....Cest des braves boeufs qui ont eu une montée de testostéronne à la vue de 2 filles de la ville......Vous connaissez Fernand Raynaud et son "chuis qu'un pauv'paysan"A ce propos une petite histoire:
..Ma grand mère cette vieille vache réussissait très bien à vendre la mëme semaine le lait le beurre la crème et le fromage avec beaucoup d'eau dedans....Nous on préférait le lait des chèvres tout bourru et tiede de la grand tante qui servait de boniche sans appointements.....Il y avait des cochons des lapins des poulets des patates des haricots un grand jardin plein de légumes, des noix pour l'huile des pommiers pour le cidre, de l'eau de source et du bois pour se chauffer.....mais à par ça mon père a manqué de lait dans son enfance, avec 8 vaches et des chèvres pardi c'était la guerre.....à cette époque mon autre grand mère qui n'avait qu'un jardin taillait une robe et la cousait contre 3 litres de lait....dont ma mère,elle n'a pas manqué....Devinez laquelle allait à la messe tous les dimanches parce qu'elle avait sans doute beaucoup à se faire pardonner?
Vous voyez que je féminise pas à tous crins....C'est une situation bien particulière que celle de femme au champs....surtout si on n'est pas la patronne...on n'est que de la viande sur pied....c'est pour ça qu'elles se tirent toutes en ville d'ailleurs....l'indépendance vis àvis du pater familias et vite....Je me souviens du 1er lait d'ensilage que j'ai bu.....maman il pue ce lait,il a un gout de pourri!!!! Ben oui le gôut du rendement, de l'agriculture industrielle, de l'argent ....Ben oui le fric pour moi a un gôut celui de l'ensilage de maïs que je retrouve souvent jusque dans le fromage!!!!!!
Cette odeur là me fait voir rouge et je sens des cornes qui me poussent tout au raz du front,comme à une vache suisse en colère....une bande de chiens en châsse,oui!!!!Qu'ils s'y risquent à brûler de la femelle pour voir, ces empoisonneurs, nous les femmes on les saignera comme des veirats,nom de dlà!!!!!!!!
Si la police n'intervient pas quand des riverains incendient les affaires de roms, peut-on sincèrement s'étonner qu'elle ne s'interpose pas entre un agriculteur énervé et une journaliste ?
"Face à ces débordements que personne ne veut assumer "
Sans dec. Ils étaient cagoulés, ceux qui ont agressé les femmes, ou clairement identifiés ?
Bah ouééé les enfants, une manif' de gens précarisés que personne n'écoute et qui crèvent la gueule ouverte, ça peut être parfois rude, voire dégénérer. Quel scoop ! La faute à qui, à une poignée d'excités pas malins, ou à un quarteron de caporaux médiatiques qui ont donné au fil des ans une image déplorable de la profession au point que ses petites mains en viennent à se faire rudoyer sur le terrain par de plus grosses ?
Le corporatisme sans recul revient vite comme un réflexe à chaque article sur les journalistes agressés*. Une fois évoqué ce qui est évidemment un acte déplorable, on peut aussi sortir de l'écume des choses et les voir un peu plus en profondeur, ce n'est pas interdit...

*Le photographe de l'AFP a reçu une pomme de terre sur la tête. Rassurez-nous vite sur l'état de santé de l'offensé en espérant qu'il survive à cet acte odieux...
Trop de flics du côté de Nantes, pas assez en Bretagne...
gamma
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.