302
Commentaires

Des islamo-gauchistes et des lapins

Commentaires préférés des abonnés

Comment faire ? J'aurais bien une idée mais elle risque de déplaire à beaucoup.

Elle consiste notamment à ressortir les pieux, les fourches et la Veuve pour faire passer à nos "élites" d'aujourd'hui le même message qui dut être passé à nos "aristocrat(...)

Depuis quelques semaines je suis dans un état de sidération devant la dérive idéologique du gouvernement. Je pensais que la répression des gilets jaunes était un climax mais en réalité c’était seulement un cap qui a été passé. 

Les milliers (...)

Sinon le matérialisme historique ça marche bien aussi Daniel.


Il n'y a malheureusement rien de surprenant à ce que le "centre" se rabatte sur les pires pulsions fascistes quand le système vacille.


Ce n'est pas comme si ça ne s'était pas déjà produit da(...)

Derniers commentaires

L'islamiogauchisme pour les nuls et cadeau pour les forum ASI...
https://www.youtube.com/watch?v=0TsZx7I-iGY

Encore un effort, et les électeurs du Front pourront dire: "les démocrassistes avaient raison, j'ai voté LePen, et on a eu le fascisme!"...Punaise, ça me donnerait (presque) envie de voter!

L'exemple chimiquement pur de la presence de l'islamo-gauchisme à l'université :

https://www.iremam.cnrs.fr/spip.php?article2816&lang=fr

"le mouvement.ong" considère que les associations, déjà bien malmenées par les baisses de subvention drastiques, sont menacées expressément par cette loi qui change de nom tous les jours du coup je sais plus comment l'appeler. 


Où est le leurre? Qui est le lapin? Quelle est la véritable cible? Ou bien y en a-t-il plusieurs?

À propos du "manifeste des 100"


J'ai lu avec attention la liste des 100 signataires : 

71 d'entre eux sont des retraités (émérites ou honoraires). 

Je n'ai rien contre les retraités de l'EN, j'en suis un, bien que 

ni émérite ni honoraire. 

N'est-il pas singulier qu'un manifeste des 100 ait besoin

de 71 retraités pour atteindre le nombre de 100 signatures

pour parler de l'université actuelle ?


Ok voila mon experience qui n'a rien avoir avec l'accusation d'islamo-gauchisme envers les sciences sociales universitaires.


Il y a quelques annees, je travaillais dans un laboratoire scientifique dans une universite francaise.

Une etudiante musulmane a demande a mon chef si elle pouvait faire ses prieres quotidiennes dans la petite salle de repos/restauration de l'equipe. Mon chef a refuse.

On peut supposer que d'autres dans des situations differentes auraient accepte cette demande. 

On ne peut pas dire que c'est de l'islamo-gauchisme mais quand meme, ca reste une importation de l'islam dans un laboratoire publique de recherche francais dasn un espace qui ne lui est pas dedie.


Autre experience. 

Je n'habite plus en France et je travaille dans un tres gros campus americain avec une grande salle de priere mixte pour toutes les religions accessible en 5-10 min a pied selon votre localisation sur le campus.

Malgre cette disponibilite, j'ai deja vu des personnes musulmanes s'isoler et prier dans le couloir ou d'autres pieces du batiment. 

La encore, je pense que c'est une importation de la religion et en particulier l'islam (car les tres nombreux autres religieux ne faisait pas ca) dans un lieu ou il ne devrait pas etre present.

Bonjour et merci pour cette chronique salutaire. 

J'y ajoute deux éléments nécessaires, à mon avis : 

- la tribune, signée par plus de 2000 universitaires, qui a suivi le petit appel des 100. C'est dommage de pointer davantage vers ce dernier que vers la magistrale réponse (parmi d'autres) : 

https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/11/04/les-libertes-sont-precisement-foulees-aux-pieds-lorsqu-on-en-appelle-a-la-denonciation-d-etudes-et-de-pensee_6058482_3232.html


- l'analyse dans le Média  des stratégies actuelles du pouvoir, qui se rapproche de Le Pen : 

https://www.lemediatv.fr/emissions/2021/le-pen-macron-deux-faces-dune-meme-piece-debunkage-dun-faux-debat-96PiGCCeRDeb_sQAZN-6Eg

Bah oui Daniel... je compatis... tout ça est bien épuisant, vain et inutile. Depuis un bon moment nos gouvernants scient la branche sur laquelle.... le gros problème étant qu’elle va se rompre sous peu et qu’ils continueront de dire qu’ils n’y sont pour rien. Il y a les gilets jaune, les islamogauchiste, les populistes, les communistes, les militants... bref toute la clique de méchants habituels depuis des lustres. J’entendais Melenchon parler de Mac Carthysme cet après-midi. L’est pas tout à fait à côté de la plaque.

Marianne est optimiste en disant "Un bon laïque est un laïque mort"
Pour ASI, ca ne suffit plus. Il faut qu'il soit soumis d'abord.


https://www.marianne.net/agora/humeurs/affaire-didier-lemaire-un-bon-laique-est-un-laique-mort

Je me souviens qu'en 68, on (pardon à droite) on dénonçait le péril trotskiste dans les établissements d'enseignement en ébullition, lesdits trotskistes prenant facilement le contrôle des AG lycéennes ou universitaires grâce à une technique éprouvée de "viol des foules". Horresco referens ! Le diable est toujours là, seul son nom varie. Ce serait drôle si on avait le cœur à rire devant tant de bêtise hystérisante

Les ASInautes sont malins ; on ne la leur fait pas à eux.
Ils sont intelligents eux et se congratule de leur suppériorités morale.
C'est toujours distrayant de lire la gogoche hors-sol qui est aveuglé par sa haine de soi (ie, de la France) et se trouve des alliés objectifs de tout poils.


Dans toutes les universités du monde, le meme phénomène : le gauche diversitaire radical (et raciste) prend le controle des instances decisionnaires et des programmes.
C'est un train qu'il faut arreter avant qu'il ne soit lancé ; c'est trop tard en suite (peut-etre, ca l'est déjà)

Les gogos de ASI qui ne sont pas militants de la cause, mais juste idiots utiles auront le reveil difficile.
D'ailleurs, ce seront eux qui sauteront en premier : DS (sale homme blancs de plus de 50 ans), tu es en sursi, on verra ta tete quand dans 2 ans tu te fera accuser de je ne sais quoi par une stagiare qui réclamera ta tete et prendra le controle de ASI.


Pendant queles femmes de Sciences-Po révèle le visage du machisme politique français le plus crasse, Frédérique Vidal ouvre-t-elle un contre-feu pour sauver le soldat Duhamel et ses potes de bamboche ?

âgisme asinautique?



Récent octogénaire moi-même (80 ans 6mois exactement), votre moquerie touchant: "le folklorique octogénaire Elkabbach" me fait m'interroger: l'âge serait-il en train de devenir, sinon déjà devenu, un critère de disqualification sinon de stigmatisation sur @si? Critère applicable au tout venant ou seulement aux politiques "opposants"? Dans la première hypothèse  j'aurais sérieusement à m'inquiéter, alors que dans la seconde, il semblerait que je pourrais encore en l'occurrence espérer: pour avoir rédigé et rassemblé des signatures sur un texte s'opposant au renvoi des lycéennes "voilées" de Creil : mais c'était, il y a déjà si longtemps? 







Merci M. Schneidermann. On n'est pas des lapins pris dans les phares :-). Macron n'est pas vraiment le type le plus subtile du monde. Il a amorcé sa stratégie "Opération Buisson-Bis Repetita" en septembre, en klaxonnant. 


Par contre, jusqu'aux régionales puis aux présidentielles, à part s'indigner à chacune de leurs basses tentatives de siphonnage/polarisation LREM-RN, on n'est un peu condamné à prendre notre mal en patience et espérer que la gauche s'unisse ou qu'un mouvement de gauche s'impose clairement. 


Ça me pince un peu le coeur quand même de voir un parti centriste sombrer et se complaire dans la fange des pseudo-concepts, de la haine, de l'anti-intellectualisme à ce point.

Bien sûr que c'est une diversion. Cette gauche qui passe son temps à attaquer ceux qui luttent pour la laïcité et contre l'islamisme est l'idiot utile parfait pour la droite. 

Non seulement elle est un repoussoir pour l'opinion et va empêcher la gauche de revenir au pouvoir pour longtemps, mais elle permet à la droite de faire sa politique tout en se présentant en défenseur des valeurs républicaines

Je sais que beaucoup vont le nier, mais la démonstration est là.

Poursuivons les liens : loi sécurité globale, loi sur le séparatisme, Trappes et le dénigrement de son maire Ali Rabeh, ...

N'y aurait-il pas de la cohérence ?


"islamo gauchistes , terme qu'il conviendrait de laisser aux animateurs de CNews et à l' extreme droite qu l' a popularisé" ont ecrit les presidents d' université

 Bref pour une ministre des universités  vous n' avez ni recul, ni neutralité,  vous   vous nourrissez à ce que vous semblez combattre .   z 'etes pas à la hauteur ...

et si l'idée était de lier l'idée de gauche à l'islam pour les élections de 2022. Vous etes francais , vous ne pouvez pas voter islam, vous etes juifs pareil, vous êtes chrétiens pareil .

Nous sommes claireement dans une démarche "tout  sauf la gauche "

La mission incluerait-elle la recherche des universitaires militants en économie et en sciences politiques? Après tout, l'économisme n'est-il pas un séparatisme? Sans parler des menaces contre l'Etat voire la Nation que font peser les libéristes radicaux, cette alliance de Xi Jinping et Tamim ben Hamad Al Thani, avec des complices comme Alain Minc.


Finalement c'est facile d'invectiver!

Eh oui... comment faire ? 

Comment résister à ce trio infernal "argent.pouvoir.corruption" 

- qui se déchaîne (hubris des grecs) au mépris de tout ce qui ne va pas dans son sens et dont l'idéologie du mérite est celle d'une classe-caste emmurée dans ses certitudes adossées au veau d'or,

-  qui essaie de se cacher derrière le mensonge mais le nez qui s'allonge est de plus en plus visible, 

- qui  nous enfume afin que l'on ne voit rien nettement mais les écrans de fumée sont de plus  en plus minces ou bien ils se déchirent brutalement, 

- qui agit "cruellement" comme un "rapace"en haut de la chaîne alimentaire en oubliant que le vrai rapace dépend pour sa survie de tout ce qui est sous lui et dont l'appétit sera forcément régulé,

- qui, tel le serpent Kaa, nous hypnotise et donc nous endort avec de vaines promesses pour mieux étouffer notre vigilence afin de détruire tout esprit critique ...

... Cette liste n'est pas exhaustive et c'est à chacun de la compléter ou de la reformuler pour la rendre encore plus percutante...

Et donc, "comment faire", appelle des réponses déterminées face à cela, à savoir,

- intérieurement, rejeter viscéralement tous les mots-prisons (islamogauchiste par ex.) en refusant de se laisser piéger par le langage dominant,

- émotionnellemment, cesser d'avoir peur et de penser que tout ce qui n'est pas "serpent" est "lapin"  (et vice-versa)

- avant de passer à l'action, quelle qu'elle soit, s'armer de pensées fortes du type "Ne plus faire confiance, mais alors, plus du tout" à tout ce qui vient d'en haut, des sphères du pouvoir, et rester critiques-vigilents face à tout ce qui vient  des intermédiaires, ceux qui relaient les analyses d'en  haut et sutout ceux qui sont payés par les dominants en cause !

- ne pas oublier que plus un peuple est éduqué, plus il représente un danger pour les dominants-déchaînés qui en ont peur tout en le méprisant...

...Ici aussi, liste non exhaustive...

Et pour la route, une dernière formule, laquelle n'est dernière que sur mon commentaire : avant l'action, "armer ses pensées pour mieux penser ses armées" (je ne reventique pas la paternité de cette formule !)


On va pas se mentir Ehkabasch est un immense journaliste indépendant et Vidal une ministre qui laissera son nom dans l´Histoire pour son action en faveur des étudiant.es.

Depuis 40 ans on assiste à la montée de représentants  politiques de plus en plus "caractériels" , pour ne pas dire "très suspects" voire pathologiques,  que le peuple français met au pouvoir. - sans aller voir  ni leur CV ni leur pedigree ! -  sans se poser de question quant à la poursuite de leurs buts. Il est connu que tout pouvoir obtenu doit se garder,  avec quelques zestes de paranoia, une giclée  de terreur,  une rasade de projections, de blabla,  et un grand tour de prestidigitation pour faire croire que nous n'y connaissons rien en matière de  "modernité" qu'ils servent avec zèle..!! tout en remplissant leur propre coffre fort de retraités..seul avantage de leur position....

....Comment faire, pour ne pas rester éternellement des lapins dans les phares ?


c'est très simple

D'abord, ne pas se comporter, aveuglés, de lumière, comme le font les lièvres....

paralysés au milieu de la route.

Ce serait le meilleur moyen de se retrouver dans l'assiette de nos dirigeants actuels

pour clôturer un "conseil de guerre" à la Macron...


La solution est d'être un lapin, courant de manière désordonnée devant le char de l'Etat,

meilleur moyen d'attirer celui-ci dans le fossé qui borde sa route...


Don Michel

la site de France culture propose une mise en perspective historique très instructive, sur les rapports de l´intelligentsia francaise des années 60-70 (Foucault, Sartre, Fanon) avec les opposants iraniens de l´époque et Khomeny en particulier. 

L´université noyautée par Khomeny ?

https://www.franceculture.fr/histoire/luniversite-noyautee-par-layatollah-khomeyni-a-la-racine-dun-vieil-epouvantail


Diversion ? Why not ? Mais il y a 36 façons de faire diversion. 


Pourquoi toutes les tentatives de diversion actuelles pointent-elles toujours dans la même direction ?


Difficulté à l'école... débat sur l'Islam ; problème à l'université... l'Islam ; des quartiers en souffrance... l'Islam ; meurtre dans une église... l'Islam ; agression devant une mosquée... l'Islam. Etc. 


Dis-moi comment tu fais diversion, je te dirais qui tu es.


Veni, vidi et reparti.

"Cette stratégie du choc permanent, nous la connaissons pourtant. Comment faire, pour ne pas rester éternellement des lapins dans les phares ?"



La stratégie de la diversion est probablement enseignée aussi bien dans les écoles militaires que dans les centres de formation des avocats, dans les écoles de commerces que dans les équipes de sports collectifs  ( au football on a plus de chance de marquer sur un coup de pied arrêté si des co-équipiers font par ailleurs diversion)


Cette stratégie est probablement étudiée dans les écoles de communication , en psychologie sans doute aussi  ?


Et à sciences po ? 


Pour qui maîtrise bien la théorie, peut-être - dans le flux de l'actualité - faut-il permettre au cerveau de procéder aux associations  en   l'interrogeant : pourquoi ceci maintenant ?

Soyons précis. On parle de trotsko-sunnisme ou de stalino-chiisme ? A moins qu'il ne s'agisse de mao-soufisme...

On s'y perd.. 

Sinon le matérialisme historique ça marche bien aussi Daniel.


Il n'y a malheureusement rien de surprenant à ce que le "centre" se rabatte sur les pires pulsions fascistes quand le système vacille.


Ce n'est pas comme si ça ne s'était pas déjà produit dans l'histoire !


Il est incontestable que, pour la plupart, ils ne partagent pas les pulsions racistes, homophobes, et autres saloperies du FN. Reste qu'au moment de faire barrage à Mélenchon, ils seront les premier à mettre un bulletin Marine !


Au passage, on appréciera que nous étions nombreux, à l'époque, à mettre en garde contre le fait de faire le castor. On ne fait pas barrage à l'extrême-droite avec ceux qui mènent une politique favorisant sa montée dans "l'opinion publique".


Vous vous êtes peut-être donnés bonne conscience (oh mon dieu pas le FN !), mais maintenant c'est nous tous qui sommes dans la merde (et le certains encore plus que les autres).


Bref.

Si en plus, les mots accolés à "gauche", "gauchisme" et "gauchistes" pouvaient effrayer, ce serait super non ? 

Hier, l'ultra-gauche, aujourd'hui les islamo-gauchistes... 

On prépare le terrain pour les présidentielles ?

Geoffroy de Lagasnerie dans son dernier livre Sortir de notre impuissance politique : "Agir politiquement ne doit consister ni à faire la fête, ni à nous mettre en danger, ni à nous faire souffrir nous-mêmes. Agir veut dire : faire souffrir celles et ceux qui nous font souffrir. C'est la seule façon de les faire céder."

D'une part, il est vraisemblable que le Gouvernement y voie dans tous les cas une intéressante diversion et qu'il n'y ait pas grand chose derrière. C'est le plus probable.


Mais, d'autre part,  il faut quand même bien rappeler que le milieu intellectuel est caractérisé par une cécité avancée sur certains problèmes. Il y a de nombreux exemples assez lourds à ce sujet : position sur le communisme durant la seconde partie du XXème siècle, une libération des moeurs à la même époque qui a tenté de normaliser la pédophilie et une absence complète d'anticipation de la vague djihadiste et des attentats en Europe Occidentale plus récemment. 


Bref, ça ne veut pas dire que le Gouvernement a raison mais qu'il faut être un peu prudent.

Je n'ai pas les éléments pour juger précisément et donc je veux bien croire DS, mais en restant l'oeil ouvert quand même.

Depuis quelques semaines je suis dans un état de sidération devant la dérive idéologique du gouvernement. Je pensais que la répression des gilets jaunes était un climax mais en réalité c’était seulement un cap qui a été passé. 

Les milliers de morts imputables à Macron par son hubris (avoir raison contre les scientifiques  spécialistes des épidémies), la loi contre le séparatisme, les certificats anti-chlore, les chaises rouges, les universités islamogauchistes, etc  

Et sans jamais apporter la moindre preuve !

Tellement de chose que je me retrouve démuni face à un trumpisme à la française. 

Le Monde présentait les 100 professeurs et chercheurs signataires de la tribune, publiée quelques jours après la décapitation de Samuel Paty, comme étant "de diverses sensibilités". 

Mais en réalité, comme le précise DS dans cette chronique, ils sont tous "conservateurs".

Et plus rédhibitoire encore, ces Universitaires se font une idée totalement fausse de la situation dans leurs Universités. Ce sont tous de dangereux idéologues.

Comment faire ? J'aurais bien une idée mais elle risque de déplaire à beaucoup.

Elle consiste notamment à ressortir les pieux, les fourches et la Veuve pour faire passer à nos "élites" d'aujourd'hui le même message qui dut être passé à nos "aristocrates" d'hier. En substance : "barrez-vous de là, bande de jean-foutre et de malfaisants".

Vous allez me dire "mais non la violence c'est mal, il faut discuter et débattre". Bon ça fait grosso modo 40 ans qu'on discute et qu'on débat avec ces peigne-cul pour tenter de leur expliquer et de leur faire comprendre que non, leurs politiques ne sont soutenables ni socialement ni écologiquement ni même économiquement et qu'il faudrait qu'ils s'arrêtent de n'en faire que selon leur bon plaisir pour s'en foutre plein les fouilles en faisant celles de 99% de la population. Et ça fait 40 ans qu'ils nous répondent par des niveaux de violence notamment d'état de plus en plus élevés.

Alors... au bout d'un moment... Et je dirais même que je trouve qu'on a été bien patients.

C'est à peu près ce que dit Geoffroy de Lagasnerie dans son dernier livre Sortir de notre impuissance politique : "Agir politiquement ne doit consister ni à faire la fête, ni à nous mettre en danger, ni à nous faire souffrir nous-mêmes. Agir veut dire : faire souffrir celles et ceux qui nous font souffrir. C'est la seule façon de les faire céder."

Ca me semble assez évident : tant que ce petit jeu est payant ou même tout simplement sans conséquence pour elles, je ne vois pas pourquoi nos "élites" s'abstiendraient d'y jouer.

arretez vos grands blabla ca vous empêche d´envisager des solutions concrètes et viables.

Eh bien soit... je me tais et je vous écoute (enfin... je vous lis...).

Quelles sont donc ces solutions concrètes et viables que vous proposez ?

Je ne suis ni prophéte ni grand commandeur. Debrouillez-vous, les offres politiques sont assez variées pour ne pas aller chercher du coté des années de plombs.

C'est un peu facile de me reprocher de ne pas envisager d'autres solutions sans en proposer vous-même... d'autant plus que vous ne savez pas si je n'ai pas déjà étudié d'autres solutions avant de les rejeter parce qu'elles ont déjà été tentées sans aboutir à rien ou qu'elles ne semblent pas être effectivement possibles... mais admettons.


C'est curieux quand même de considérer que toute forme de violence quand elle est issue de la majorité de la population n'est pas acceptable alors que tout forme de violence de la part des "élites" l'est.

Vous avez donc même un terme pour dénigrer l'éventuelle violence des opprimé-e-s : les "années de plomb". Mais quel terme utilisez-vous pour la violence concrète, quotidienne, avérée, factuelle des dominants ?

Mais pourquoi voulez-vous que je vous dise ce que vous devez faire ? Vous semblez savoir mieux que quiconque. Je conteste et je réfute vos idées de violence, cela ne m´oblige pas à vous proposer une solution clé en main. Je vous laisse le soin d´avoir le dernier mot, si vous en avez l´envie. Cordialement.

Je ne m'attends pas à ce que vous me disiez quoi faire, de la même manière que je n'oblige personne à prendre les armes dès demain... mais j'espérais au moins que vous avanciez d'autres arguments que "violence = caca" parce que ça, ça conteste peut-être mais ça ne réfute rien du tout.

Mais visiblement j'en demande trop.

Bonne journée à vous.

Sans une election encore à peu près transparente des dirigeant nationaux ils n'ont plus la légitimité nécéssaire pour tenir le systhème, par contre elle leur donne la légitimité pour réprimer militairement les "factieux". Si on a la masse critique pour prendre le pouvoir ar la force, vu que c'est eux qui ont les armes, on l'a pour le prendre par le vote, et comme ça on aura moins de mort, ne serais-ce que dans nos rangs.

La légitimité par le vote ? Je croyais que cette fiction avait définitivement volé en éclats depuis le référendum sur le traité instituant une constitution européenne.


Et puis... vous devriez vous livrer à l'exercice de pensée suivant : que pensez-vous qui adviendrait si jamais Mélenchon ou un-e autre était élu-e sur un programme ne serait-ce que vaguement de gauche ?

Ou même sur ce qui se passerait si Mélenchon ou un-e autre commençait à acquérir une vraie crédibilité comme gagnant-e possible des élections ?

Ça débuterait rapidement par de la violence économique et financière de la part de os "élitesé et si jamais ça en suffisait pas ça escaladerait bien vite.

" La légitimité par le vote ? Je croyais que cette fiction avait définitivement volé en éclats depuis le référendum sur le traité instituant une constitution européenne. "
Et non, c'est bel et bien ce qui explique que ça tienne. Le référendum de 2005 n'a pu être enterré que par une autre légitimité élective (les légistaltives de 2007).

" Et puis... vous devriez vous livrer à l'exercice de pensée suivant : que pensez-vous qui adviendrait si jamais Mélenchon ou un-e autre était élu-e sur un programme ne serait-ce que vaguement de gauche ? "
Tout opposant (mur de l'argent, etc.) aurait deux problèmes, le fait d'affronter la légitimité institutionel et le fait d'avoir face à lui ceux disposant de la plus puissante arme qui soit, la loi.
Mais je suis parfaitement d'accord qu'il faut que se soit soutenu par un puissant mouvement populaire capable de faie une pression inverse du mur de l'argent.

" Ça débuterait rapidement par de la violence économique et financière de la part de os "élitesé et si jamais ça en suffisait pas ça escaladerait bien vite. "
Oui, mais l'état actuel de la finance ne leur donne pas une si grande marge de manoeuvre. Tout tiens sur la banque centrale, et la Banque de France est une propriété de l'Etat, ce qui fait que la question du rapport de force européen est central (la BCE est une co-propriété de la Banque de France, et si ils nous poussent, on peu la réarmer à tout moment.
Et les inerdictions de mouvements de capitaux, comme ça c'est passé pour chypre, et les expropriations, comme ça arrive encore régulièement quand on veux faire passer une autoroute, c'est parfaitement légal. Et déplacer une usine ça s'empêche facilement, forcer le redémarage d'une usine arrêté c'est aussi facile légalement...

Si ça dégénaire plus loin c'est nous qui aurions la légétimité de la violance, et l'unité de l'apareil militaire contre nous ne sera pas du tout la même dans cette configuration.

Ca fait désormais allez disons 20 ans minimum qu'on nous sert ce même discours et qu'on nous propose ces mêmes solutions.

Quand UNE d'entre elles a-t-elle jamais fonctionné de manière un peu pérenne ???


Vous attendez toujours une raison de plus, une justification de plus. Et quand elle se présente, non, allez, encore une de plus.

Vous repoussez sans cesse le moment de vraiment passer à la contre-attaque parce que vous espérez... je ne sais trop quoi.

Et en attendant vous ne cessez de reculer et en face ça se renforce plutôt que ça ne s'affaiblit.



"Et déplacer une usine ça s'empêche facilement "

Alors :

1) Vous plaisantez j'espère ? Il n'y a souvent même pas la volonté politique de nos "élites" de le faire... parce que c'est "normal", c'est comme ça, c'est inéluctable comme la gravitation.

2) Quand bien même, ce n'est pas déplacer une usine en particulier qui est le problème ; le problème c'est la possibilité même de pouvoir le faire.

" Ca fait désormais allez disons 20 ans minimum qu'on nous sert ce même discours et qu'on nous propose ces mêmes solutions. "
Voter PS et voter à gauche c'est la même chose pour vous? Vraiment? Non, on a jamais essayé. Les néolibéraux, rose ou bleu, altenrnent depuis 1983.

" Quand UNE d'entre elles a-t-elle jamais fonctionné de manière un peu pérenne ??? "
Si, il y a plein d'exemples historiques, en fait tout l'occident durant les 30 glorieuses. Et même, on y est plus et ils n'ont pas réussit à achever la Sécu.

" Vous attendez toujours une raison de plus, une justification de plus. Et quand elle se présente, non, allez, encore une de plus. "
De mémoire on a jamais causé enssemble de ce sujet, mais non, je fait évoluer ma position selon les circonstances, comme d'autres.

" Vous repoussez sans cesse le moment de vraiment passer à la contre-attaque parce que vous espérez... je ne sais trop quoi. "
Qu'est-ce que vous définissez comme des contre-attaque ou non? Par ce que se faie défoncer gratuitement en passant pour des dangereux, je n'appel pas ça une contre-attaque, j'appel ça un cadeau à l'ennemis.

" Et en attendant vous ne cessez de reculer et en face ça se renforce plutôt que ça ne s'affaiblit. "
Non, ils ne seraient pas entrain de lancer ce genre d'attaques paniques sur les "islamogauchistes" en pleine pandémie si c'était le cas.

" Il n'y a souvent même pas la volonté politique de nos "élites" de le faire... parce que c'est "normal", "
Oui, l'adversaire contrôle les institutions, c'est exactement ce que je dis, il nous faut cette arme pour avoir de vrais chance de victoire donc on doit chercher à l'obtenir.

" Quand bien même, ce n'est pas déplacer une usine en particulier qui est le problème ; le problème c'est la possibilité même de pouvoir le faire. "
Oui, et on peu rendre ça illégal, même les flics qui votes FN serons ravis de faire respecter ça.

Si, il y a plein d'exemples historiques, en fait tout l'occident durant les 30 glorieuses.


Uniquement parce que le bourgeois était littéralement terrorisé par le Bloc de l'Est !


Voilà pourquoi il faut à nouveau retrouver un moyen de les effrayer.

Songez donc aux Gilets Jaunes et comment ils leur ont filé les chocottes...  ;-)

Là je suis d'accord, par contre leur faire peur ce n'est pas la même chose que faire la guerre civile; :)

Todd préconise aux "jeunes" d'investir l'Élysée par l'électronique...

Mouais, il est toujours possible de couper physiquement les conections, et ce qui se pose derière c'est qui a le plus de puissance de calcule. Encore une fois, les institutions montrent bien que ce n'est pas nous, on a qu'à voire l'exemple chinois.

En plus de la réponse de Frédéri Pochard ci-dessus, j'ajouterais que nous n'aurons probablement plus jamais cette "masse critique par le vote" tant celui-ci est démonétisé.

Il n'est donc peut-être pas inutile de réhabiliter la bonne vieille idée d'avant-garde agissante, ne serait-ce que dans un premier temps afin de réveiller les consciences et convaincre par les actes (propagande par le fait !) de la possibilité de résister...

Si on est pas capable d'avoir la masse critique pour le vote, on ne l'aura pas pour quelquechose de plus couteux, comme une révolution, il ne faut pas rêver.

Ça se discute ! Regardez les Gilets Jaunes. Qui l'aurait cru possible trois jours avant ???

Un vote ou une révolution, ça demande de l'organisation, et les gilet jaunes ont bien montré aussi les limites de forces désarticulées.

Certes, mais ils ont surtout montré à quel point le feu couvait sous l'épaisse couche de cendres qu'on croyait froides.

Pour ma part, je n'y croyais plus du tout...

Non seulement la violence c´est mal mais elle se retourne systématiquent contre ceux qui l´invoque. Et puis essayez déjà de tuer de vos mains le poulet ou le cochon du dimanche que vous consommez avant de faire le malin.

J'en connais qui s’entrainent déjà avec les moustiques et la blattes. Les résultats son encourageants.

Parfaitement d'accord avec vous : voilà des décennies que la violence des "élites" s'exerce sur les 99 autres pourcents de la population, il est grand temps qu'elle se retourne effectivement contre elles.

"Elle consiste notamment à ressortir les pieux, les fourches et la Veuve ".


Faisons confiance à l'Histoire. Elle a toujours su surprendre ses contemporains :-(

"L'Histoire", ainsi que vous faites usage de ce terme, ça n'existe pas.

"L’Histoire" ne fait rien, elle ne surprend pas, on n'a pas à lui faire confiance ou à s'en défier,ce n'est pas un agent, elle n'a pas de volonté, c'est juste l'ensemble des événements passés.

C'est à nous seuls d'agir, en prenant des décisions, en les mettant en œuvre et en en acceptant les conséquences ; et, oui en nous appuyant sur notre connaissance de l'histoire pour alimenter notre réflexion, orienter nos décisions et les mettre en œuvre.

Si surprise il y a, elle sera seulement un conséquence de nos actes.


avoir une idée c'est bien, la mettre en pratique c'est mieux : vous appelez à la lutte armée : montrez l'exemple !

Il faut d'abord que cette idée fasse son chemin : nos "élites" ne lâcheront rien sans qu'on les y oblige et en dernière instance il faut s'attendre à devoir faire usage de violences pour les contraindre... parce qu'elle-mêmes en font déjà usage sans que ça leur pose le moindre problème de conscience... et quotidiennement !

Une fois que cette vérité factuelle aura fait son chemin et que nous serons suffisamment nombreux-euses (parce que c'est là que se situe notre force au moins au début) alors vous pourrez compter sur moi.

Je faisais un emploi métaphorique de ce terme. Je ne suis pas en désaccord avec vos commentaires, même si mon erreur de smiley a pu vous amener à penser le contraire.   :-)

Personellement, le raport de force entre des Famas, obus et missiles sol-air et les fourches me font penser que ce n'est pas la méthode la plus fonctionelle, on voit déjà ce que ça donne avec de simple LBDs...

Je pensais qu'on aurait bien compris que les piques et les fourches relevaient de l'image. :-)

Vous tombez là dans un  cercle vicieux dont vous ne pourrez sortir : "ils" ont effectivement les armes donc il ne faut pas faire usage de violences mais comme il n'y a aucune raison qu'ils rendent les armes sans qu'on les y force y compris par l’usage de la violence, c'est donc cuit d'avance et il faut se résigner.

Pour info, le cœur de la stratégie des Black Blocs est justement d'éviter à tout prix l'affrontement direct, qu'ils savent à tous les coups totalement déséquilibré.

Il faut harceler et se disperser aussitôt que le rapport de force devient trop inégal. La bonne vieille guérilla en somme, qu'elle soit urbaine ou non.


Relisons donc Giàp et Guevara pour commencer...

Guevara  ? Relisez donc les écrits d´un de ses compagnons de route Regis Debray et vous comprendrez peut être l´inanité de la guerilla portée par Guevara.

Debray, le bourgeois qui trahit depuis toujours ? Non, merci !

La stratégie militaire de Guevara était la bonne. C'est plutôt sa naïveté et un zeste de méconnaissance sociologique qui lui furent fatals...

Ha le mot stigmate est laché, bourgeois. Un peu l´équivalent de gauchiste à l´opposé.  Autant dire que c´est un peu dérisoire et ridicule car ne voulant pas dire grand chose comme toute insulte.

Mais racontez donc votre histoire. Celle de Regis Debray est documentée. Il a mouillé la chemise de la Révolution, lui, et on ne peut pas lui dédire cela.  Et vous qu´avez vous à raconter ? un t-shirt Che ou son poster dans votre chambre d´étudiant ne fait pas de vous un révolutionnaire.

C'est peu être parfois mal utilisé, mais bourgeois a une substance et est définissable, on parle d'une classe sociale. Quelques illustres personnages de la gauche en fesait parti, Marx, Jaurès, etc.
L'équivalent de "gauchiste" c'est tout simplement "droitard".

J'appelle un chat un chat, c'est tout. Que des bourgeois aient grenouillé dans des aventures révolutionnaires ici ou là ne change rien à leur extraction sociale vous savez. Chacun a la crise d'adolescence qu'il mérite...  ^^


Quant au Che, il fut victime de sa naïveté quant aux arbitrages géopolitiques (sabotages, absence de soutien logistique et politique, etc.) et d'une certaine méconnaissance de la sociologie paysanne bolivienne.

Ses compétences militaires, mises en application lors du succès de la bataille de Santa Clara ou lors de l'échec de l'expérience congolaise, ne sont pas en cause.

Je n'ai pas dit de faire usage de violence STUPIDEMENT.

L'assaut frontal est effectivement, au moins initialement, voué à l'échec.

C'était juste une précision. On est absolument d'accord sur le fond...  ;-)

J'avais compris la métaphore ;)
Mais ça ne change pas qu'avec l'armement actuel, les équipements dont peuvent disposer les civiles, même en étant imaginatif au niveau bricolage (drones, équipements industriels...) ne font pas du tout le poids face aux équipements militaires, et on connait les votes des militaires et leur sens de la loyauté institutionelle, dans la configuration actuelle, si ça part comme ça on ne joue pas une partie gagnante.
"Le peuple de gauche" n'est qu'un tiers de la pop, on peu convaincre, mais si on y arrive, ils ne pourrons pas faire grand chose pour nous empêcher de prendre l'état selon la constitution. C'est d'ailleur pour ça qu'ils cherchent à saper notre image publique avec les gros plans sur une pobelle qui crame ou ce délirs sur les "islamo-gauchistes.

Donc il faut se résigner (cherchez plus haut ma réponse quat à al solution du "vote populaire")

Non, certainement pas, mais comme je vous ait mis plus haut je ne suis pas d'accord avec votre analyse de la situation.

Il y a des "penseurs" qui se sont déjà exprimés sur ces "alternatives", et vous avez raison de souligner le problème de la masse critique de révoltés lucides à atteindre : pour l'instant, on est (encore ?) dans le bain des grenouilles qui chauffe à petit feu.... Probablement que beaucoup pensent qu'ils ont encore trop à perdre.


Au Chili, il a fallu attendre la 3e génération... (1. répression très intense, 2. paralysie en découlant, 3. "plus rien à perdre")



Il y a trois sortes de violence 

La première , mère de toutes les autres , celle qui légalise et perpétue les dominations , les oppressions et les exploitations , celle qui écrase et lamine des millions d’hommes dans ses rouages silencieux et bien huilés
La seconde est la violence révolutionnaire qui naît de la volonté d’abolir la première
La troisième est la VIOLENCE RÉPRESSIVE qui a pour objet d’étouffer la seconde en se faisant l’auxiliaire et le complice de la première violence celle qui engendre toutes les autres

Il n’y a pas de pire hypocrisie de n’appeler violence que la seconde en feignant d’oublier la première qui la fait et la troisième QUI TUE

(( Dom Helder CamaraÉvèque brésilien – théologien de la libération ))


 

Shivam Mishra  

Not all battles are fought to win. But to simply tell the future that we were there when everyone was spectator (tous les combats ne sont pas forcément menés pour vaincre. Mais pour dire simplement que nous étions là quand tout le monde était simple spectateur)



merci ! je ne retrouvais plus cette citation de DOM HELDER CAMARA. 


Peut-être est-ce d'ailleurs vous qui l'avait précédemment postée sur ce forum

Je l'ai trouvée sur un forum (ici ou "là bas..."), et j'en ai fait ma "citation de chevet" que j'ai toujours sous la main !

Avant de saisir vos fourches et faire face aux FDO armées jusqu'aux dents pour défendre le pouvoir, mobilisez pour le vote. Si tous les abstentionnistes sont mobilisés, une force de gauche devrait arriver au pouvoir l'année prochaine.

Je me permets de vous recopier ici la réponse que j'ai faite à Alexis Robert:


"La légitimité par le vote ? Je croyais que cette fiction avait définitivement volé en éclats depuis le référendum sur le traité instituant une constitution européenne.


Et puis... vous devriez vous livrer à l'exercice de pensée suivant : que pensez-vous qui adviendrait si jamais Mélenchon ou un-e autre était élu-e sur un programme ne serait-ce que vaguement de gauche ?

Ou même sur ce qui se passerait si Mélenchon ou un-e autre commençait à acquérir une vraie crédibilité comme gagnant-e possible des élections ?

Ça débuterait rapidement par de la violence économique et financière de la part de nos "élites" et si jamais ça ne suffisait pas ça escaladerait bien vite."


Vous reprochez plus ou moins aux abstentionnistes de s'abstenir car sinon affirmez-vous la gauche (quelle gauche d'ailleurs) gagnerait.

Je vous repondrez que peut-être ces abstentionnistes (ou au moins certain-e-s d'entre eux/elles) ont bien compris que voter dans le cadre d'un système représentatif prétendûment démocratique (mais dans lequel voter signifie seulement renoncer à tout contrôle sur ses élu-e-s) n'est pas une solution valable.

Je ne suis pas sûr d'être pour la même gauche que vous. J'admire l'orateur / le professeur Mélenchon mais il n'a effectivement pas d'espace pour mener une politique comme il l'entend. L'élite n'a pas les moyens d'être violent sans les FDO et le pouvoir de son côté, par contre les structures de l'Union Européenne et de la Banque Centrale joueront contre sa politique. 


Pour moi, le meilleur espoir de justice sociale passe par le mouvement écologiste. C'est le seul à pouvoir faire entendre à nos voisins, et à l'Allemagne en particulier, que l'interventionnisme étatique est la solution la plus rationnelle dans la perspective d'un développement durable. Si la France apparaît devant ses partenaires le couteau entre les dents, il ne se passera rien.

" par contre les structures de l'Union Européenne et de la Banque Centrale joueront contre sa politique. "
D'où l'importance du plan A/plan B. Le seul truc qui peu encore les faire bouger c'est la peu de la rupture de l'UE, il y ont beaucoup à perdre.

" Pour moi, le meilleur espoir de justice sociale passe par le mouvement écologiste. C'est le seul à pouvoir faire entendre à nos voisins, et à l'Allemagne en particulier, que l'interventionnisme étatique est la solution la plus rationnelle dans la perspective d'un développement durable. "
Abandonner toute perspective de rapport de force? C'est presque impossible d'avoir un quelconque résultat. Même des sociaux-démocrates bon tein italiens et espanioles se sont fait mépriser, je ne vois vraiment pas pourquoi les écolo auraient plus de résultats. Par contre, comme l'a montré l'efficacité de Hulot au ministère ou les déclarations de Jadot à géométrie variable selon l'auditoire, la probabilité qu'ils se couchent face au rapport de force est très élevée. Il n'y a qu'à voir les politiques soutenues par les verts allemands, autrichiens ou autres.

" Si la France apparaît devant ses partenaires le couteau entre les dents, il ne se passera rien. "
On a déjà testé l'inverse et on a vu le resultat, on a plus qu'une seule solution pour sauver l'Europe et c'est bel et bien le rapport de force.

Peut-être. Pour aller dans votre sens, il y a quelques exemples que l'on peut prendre comme démocratures de l'est d'Orban et Duda. Les européens se montrent impuissants à combattre leur politique illibérale mais laissent passer les dérives au fond car c'est l'Hinterland si cher au système productif allemand.


Peut-être la situation la plus proche serait la tentative populiste italienne avec l'alliance M5S - Ligue du Nord. Un attelage bien étrange s'il en est. Qu'en reste-t-il aujourd'hui? Quelle politique? Quelles avancées? Rien. Le spread de l'Italie s'est envolé menaçant l'Italie d'étranglement budgétaire. Les technocrates ont repris le pays en main bon an mal an. Tout est rentré dans l'ordre... 


Cela peut être différent avec la France qui est le partenaire le plus important de l'Allemagne, mais la France s'est tellement affaiblie économiquement, politiquement face à l'Allemagne, que je ne vois pas comment cela pourrait marcher. Ils tiennent les cordons de la bourse, la monnaie.

" Peut-être la situation la plus proche serait la tentative populiste italienne "
La tentative la plus proche mais tout de même très éloigné, vu que intégralement mené par des partis de droites ayant une idéologie très libérale au niveau économique. Le ministre de l'économie proposé, très critique de l'euro, avait même été invalidé par le président avant même sa nomination. Autant dire qu'il n'y a pas eu de tentative.

" Ils tiennent les cordons de la bourse, la monnaie. "
Si on veux que sa tienne, il n'y aura pas de choix, passer d'une monaie unique à une monais commune. Une monaie unique ne peu marcher qu'avec au moins 20 pourcent du PIB en budget fédéral redistributif. Toutes solutions maintenant la monaie unique sans ça ne fait qu'agraver les déséquilibres d'années en années.

"Si on veux que sa tienne, il n'y aura pas de choix, passer d'une monaie unique à une monais commune. Une monaie unique ne peu marcher qu'avec au moins 20 pourcent du PIB en budget fédéral redistributif. Toutes solutions maintenant la monaie unique sans ça ne fait qu'agraver les déséquilibres d'années en années."


Je crois que c'est ce qu'on appelle "une union de transfert". Il me faudrait creuser ce sujet que je ne maîtrise absolument pas... De ce que je comprends, on s'y dirige de fait depuis la pandémie, au corps défendants des pays du nord. 

Oui, c'est ce qu'on appel une union de transfère, mais les évolutions actuelles concernent uniquement des garenties banquaires avec surveillance des réformes structurelles, autant dire que non, les pays du nord tiennent encore bien leur doctrine.

Si vous voulez, pour bosser l'économie, il y a cette super chaine de vularisation. Il a fait une assez longue série sur la crise de l'euros.

Merci je connais. Je regarderai ce qu'il a fait. Mais je préfère les livres perso. :-)

*la possiblilité de rupture avec l'UE

" Je vous repondrez que peut-être ces abstentionnistes (ou au moins certain-e-s d'entre eux/elles) ont bien compris que voter dans le cadre d'un système représentatif prétendûment démocratique (mais dans lequel voter signifie seulement renoncer à tout contrôle sur ses élu-e-s) n'est pas une solution valable. "
Pourtant ça a un beau passif, le programme du CNR n'aurait jamais été appliqué sans le rapport de force électoral de 1946. Même un jeu pipé vaux mieux que pas de jeu du tout.
L'idée générale c'est qu'il faut une masse critique de gens, si une partie refuse la stratégie, peu couteuse en engagement, d'une autre partie, le vote, alors ont continue à se retrouver avec des divisions empêchant la masse critique nécéssaire quelque soit la tactique choisis au final. Et si le vote ne marche pas, la masse critique serait déjà réunis pour passer à autre chose, et ce avec d'autant plus de légitimité que l'impossibilité de passer par le vote aurait été démontré.

En divisant leurs votes en au moins 4 candidats (NPA, LFI, PC, EELV/PS) ?!?

Je ne crois pas non...

si le NPA et le PC veulent gâcher la fête, oui l'arithmétique n'aide pas. J'envisage plutôt deux blocs LFI / EELV-PS.

C'est le plus probable, pour le premier tour. Mais pour gagner, que se soit le second tour ou les législatives, il faudra que les écolos et la FI s'entendent, sans doute en fonction du rapport de force au premier tours des présidencielles.
Mais si c'est la FI qui est en second, il n'y aura pas de rapport de force européen, donc, comme le disait les écolo, on ne cherchera pas à sortir des traitées. Impossible de finance un vrais programme de gauche dans ce cadre, on le voit bien en Espagne et au Portugal.

"J'envisage plutôt deux blocs LFI / EELV-PS"


Même à supposer qu'au lieu de s'émietter en 4 ou 5 confettis, les forces dites "de gauche" se contentent de se couper en deux, EELV/PS d'un côté, LFI de l'autre, ça nous promet un second tour LR/LREM ou LR/FN, ou LREM/FM. Rien que du bonheur. .

Il faut voir, la capacité des autres à ce diviser est tout aussi réelle.

Si c'est le cas, alors ce sera une loterie.

Oui, nous sommes d'accord.

Même avec seulement deux blocs, c'est déjà mathématiquement mort...

Mais en plus, on est à peu près sûrs que le NPA et le PC n'iront pas avec LFI.

Pas sure, ça va dépendre du vote des militants, il y a 5 ans les militans PC ont choisis d'invalider le choix notional de ne pas soutenir Méluche

Ceux que je connais n'en peuvent plus, ni des Insoumis, ni du PS. Ils veulent y aller seuls, quitte à faire un gros flop à la Robert Hue...

J'espère qu'ils ne sont pas représentatifs !

Oui, je ne peu qu'être d'accord.

enfin des commentaires qui pêtent  , charmante évolution sur ce forum...

Groupe policierEffectifAnnée
Police nationale101 6552011
Gendarmerie100 0002020
Police municipale23 8942020
Total225 549....

a ça vous ajoutez quelques forces armées , les fameux 1 % et quelques gardes de sécurité privée .A ça il faut soustraire la hargne du peuple poussé a bout , et leurs missiles on leur les mets vous savez où?....

20 % a l'ED, 20 % droite tradi , 25 % startup nation, 30 % a gauche qui sont incapable de s'entendre pour une election.

La revolution violente  c'est bien mais pour mettre qui a la place ?

Logiquement, ca serait la premiere force d'opposition en France et qui est largement soutenu par forces de l'ordre, cad l'extreme droite ?


L'affrontement revolutionnaire pour virer macron, il y a definitvement bien plus a perdre a gagner.

Bien malin celui qui peut raisonnablement chiffrer de cette manière les différentes composantes politiques de pays où l’abstention atteint presque deux tiers de la population...


Mais de toute façon, une telle révolution violente balaierait également l'extrême-droite puisqu'elle celle-ci se retrouverait nécessairement du côté de l'ordre !

Sauf si c'est justement Macron qui est perçu comme le désordre face à une extrème droite de l'ordre...

Oh le mensonge.

Avec 37 millions de votants au premier tour on est largement au dessus de la moitie de la population francaise tout ages confondus.


La revolution est un etat transitoire. L'ordre suivra. 

Vous voulez parier sur quelle force politique pouvoir ?


-La droite conservatrice ? probablement pas, elle est compose de vieux.

-La gauche pacifiste faite d'etudiants et de fonctionnaires ? peu de chance

-La gauche revolutionnaire ? Jeune et tres active mais egalement tres faible en nombre, je ne parie pas sur elle.

-L'extreme droite compose des classes ouvrieres d'age moyen qui n'ont pas grand chose a perdre ? Point bonus, les FDO la soutienne. Bingo.


Les banlieux ne sont pas politises et vont surement se complaire dans le bordel revolutionnaire ce qui va accelerer l'alliance de l'argent et celle de l'ordre que proposera l'ED.

Avec 37 millions de votants au premier tour on est largement au dessus de la moitie de la population francaise tout ages confondus.


Disons que je ne parlais pas seulement de l'élection présidentielle, la seule à mobiliser plus de la moitié de l'électorat.


Vous voulez parier sur quelle force politique pouvoir ?


Je ne raisonne pas vraiment en ces termes. Si un évènement de type Gilets Jaunes, donc largement dépolitisé au sens partisan du terme, se cristallisait de nouveau et finissait par être entraîné dans un conflit un peu plus violent, aucune force politique constituée ne maîtriserait vraiment le mouvement.

Et chacun y ferait ses "courses" sans doute...

je veux pas être méchant , mais vous prenez pas en compte le niveau de vie des protagonistes , ex: celui qui est content de la politique de larem , si si il en reste ... vont pas sortir du canapé .En Syrie par exemple toute la population n'était pas combattante et ce sera pareil chez nous , il ne restera que les énervés et les crapules du soutien  gouvernemental. De toute façon il faudra un électrochoc très violent pour faire bouger les lignes ...On y est peut être avec le covid , il est temps de nettoyer les écuries d'augias et il n'y a pas été avec la serpillière le mec hercule .....

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.