42
Commentaires

"Dernière sommation pour les journalistes!"

Alors que l'Assemblée examine le texte depuis mardi, opposants et défenseurs de ses dispositifs rivalisent de stratégies pour occuper l'espace médiatique. Quitte, comme le ministre Darmanin, à verser dans la fake news. ASI était dans le cortège le 17 novembre.

Commentaires préférés des abonnés

Macron et Bayrou démontrent que Vichy n'a pas été un accident de l'histoire.  


Ne pas oublier Bayrou. Sans son soutien, la dérive fascistoïde actuelle serait impossible.


Aucun régime fasciste ne serait parvenu au pouvoir sans le soutien du centre (...)

super article, très complet et précis, merci !

Le recours est le juge national. 

Le moyen, l'exception d'inconventionnalité. 


" Il faut de plus noter que le Conseil d'État, au travers de la décision Nicolo de 1989, à fait savoir qu'il n'incombe qu'aux juges judiciaires et administratifs d(...)

Derniers commentaires

"Protéger ceux qui nous protègent" 


Ah, l'ambigüité du "nous" dans les langues latines... C'est un "nous" inclusif ou exclusif ? C'est "nous tous, avec vous" ou "nous, mais sans vous" ? J'ai tendance à entendre "protéger ceux qui nous protègent de vous"...


(l'indonésien fait la distinction entre le "nous" inclusif (kita) et le "nous" exclusif (kami))

Merci pour ce très bon article. 

Atteintes flagrantes aux droits de l'homme, autoritarisme, mensonges d'etat, racisme d'etat, incompétence dans la gestion des affaires publiques... L'extrême centre n'a plus grand chose à envier à l'extrême droite depuis un moment.

Je m'attendais à un mandat moisi, mais j'avais malgré tout sous estimé leur pouvoir de nuisance... (Comme pour le coronavirus 😯) 

Une question: au nom de quoi les policiers (âge de départ à la retraite à 52 ans d'ailleurs, pourquoi?) disposent d'une représentation syndicale? 


depuis l'attribution de grades en ce qui les concerne (capitaine, commandant machin et sous machin) leur organisation est donc militaire -grades militaires et non civils -  comme la gendarmerie, comme l'armée, qui eux n'ont pas de représentation syndicale, puisque organisation et grade militaires. 


Interdire les syndicats de police semble une urgence vitale pour notre démocratie.

Le vote sera-t-il public ?

Aura-t-on les noms des enflures qui vont voter ça ?

bonjour, merci pour l'article. 

quid des Verts (vous mentionnez PS et LFI)?

sinon il semble manquer un mot  dans la phrase ci dessous "Ce 17 novembre, nouveau soubresaut de Darmanin, qui tentait cette de légitimer le texte en évoquant "plus de 20 agressions par jour de policiers" en France. "

Une petite pensée pour les castors en ce jour ils doivent être fier d'eux.

Une belle loi pleine de petites bombinettes avec une grosse bombe au milieu. Si l'opinion proteste fort on supprimera la bombe mais on fera avaler en douceur toutes les bombinettes qui finiront un jour par nous exploser en pleine poire.

Vous avez rien compris ,vous êtes des petits joueurs , il suffit de changer le logiciel du robot cop ! Eh ouais d'abord !Vous êtes au niveau 1. , level 1!!!!!!Dès que vous passez au niveau deux vous allez voir ce que vous allez voir , tu peux changer le LBD contre un M16 , et puis plus tu monte de niveau plus les armes elles sont grosses d'"abord , la plus mieux c'est L AR15 , bon y' en a qui préfère la kalshnikov  , mais ça dépend quel camp tu prends ...

A noter que les journalistes des médias télévisés font l'impasse sur le sujet, gros tabou, alors que le fondement même de leur métier est remis en cause par ces lois que l'on auraient crues impossibles il n'y a pas si longtemps encore. Aucun gouvernement de droite de De Gaulle à Sarkosy en passant par Giscard et Chirac, ne se sont aventurés dans cette fange législative.


J'ai un espoir, que les journalistes soient suffisamment courageux pour s'affranchir de cette régression, pour continuer à nous informer, quitte à risquer la garde à vue afin de provoquer un tollé dans l'opinion publique.


En effet, nous allons entrer en campagne électorale dès le printemps prochain, et ce pour deux années avec trois importants scrutins qui vont se succéder, dont les régionales pour commencer.

super article, très complet et précis, merci !

L'article 24 et 22 sont clairement scandaleux par contre je dois avouer que je ne comprends pas trop le probleme avec l'article 21 qui permet principalement aux autorités de rendre publiques les images issues des « caméras piétons » portées par les policiers et gendarmes dans certaines situations. Cette publication sera autorisée dans un but d'« information du public sur les circonstances » des interventions .


plus de 20 agressions par jour de policiers" en France. Vérification faite par La Croix, le ministre aurait mélangé "blessés en mission" et "agressés" 

AH mais c'est encore pire alors, darmanin a largement sous estime le nombre d'aggression...

"l'article 21 qui permet principalement aux autorités de rendre publiques les images issues des « caméras piétons »"


L'objectif n'est peut être pas de rendre publiques les images, mais de se constituer un fond d'archives de photographies d'emmerdeurs. Ya déjà une assez jolie collection d'ADN de militants... résultat d'une loi que nous avons laissé passer sans protester, vu qu'elle concernait (héhé!) les pédophiles.

Je comprends bien le risque qui n'est pas a prendre a la legere et qui a mon avis peut etre mieux encadre que l'ADN.


L'interdiction de filmer les policiers (article 24) est justement pour eviter que certains face des photographies d'archives de flics emmerdeurs.


Comment on peut etre contre filmer dans un sens et pour dans l'autre ?

Parce que les yeux crevés et les mains arrachées.

J'imagine qu'il est vain de vous dire que les policiers ont des devoirs, des responsabilités que n'ont pas les citoyens. Vous faites plutôt partie de ceux qui pensent que les policiers ont des droits que n'ont pas les citoyens. 


Il s'agit de notre police, c'est nous, citoyens, qui la payons, elle doit nous protéger, pas nous mutiler. Et nous, nous devons la surveiller. Pas l'inverse.

Encore une fois vous etes caricatural.


OUI les policiers ont des devoirs (redondant avec responsabilites) que n'ont pas les citoyens mais ils ont egalement des droits que n'ont pas les citoyens. 


Droit de verifier votre identite

Droit de vous mettre une amende

Droit de vous passer les menotes

etc....


Le terme « police » désigne de manière générale l'activité consistant à assurer la sécurité des personnes, des biens et maintenir l'ordre public en faisant appliquer la loi

Donc OUI la police a le devoir de nous surveiller. 

La reciproque est vrai.


Il y a enormement d'abus et de violence injustifiable de la police et une protection de ces abus par confraternite. Violence qui a fortement augmente ces dernieres annees. La police doit etre reforme en profondeur et ca serait bien que des gens de gauche  aille dans cette institution a tous les echelons pour la changer en profondeur au lieu de l'abandonner a l'extreme droite et geuler ensuite que la police travaille mal.


Malgre ma vision que j'ai sur la police (violente, bete et mechante), aucun de vous ne m'a convaincu dans le fait que dans une recherche de verite plus complete, les policiers n'aurait pas la possibilite d'utiliser leur droit de reponse en utilisant des cameras pietons.


Le vieux documentaire de David Dufresne sur les manifestations anti-CPE est excellent.

En fait ca me fait penser a l'affaire adama traore.


Il y a clairement eu des abus policiers qui sont abjectes et qui doivent etre denonces.

Mais je trouve tout aussi abjecte le fait que son entourage et des militants cherchent a diminuer le fait qu'Adama etait un putain de connard qui meritait, de croupir en prison. 

Comment on peut etre contre filmer dans un sens et pour dans l'autre ? 


Parce que policiers et simples citoyens ne sont pas sur un pied d'égalité.



Ben le problème est : est-ce que c'est le rôle de la police que diffuser des images qui sont sensées ne l'être que dans un cadre judiciaire ?
Car les manifestants ne filment pas les policiers pour les filmer mais pour avoir des preuves concrètes de violences policières si besoin (preuves qui généralement ne servent à rien). A l'inverse les policiers filment pour se disculper et uniquement pour se disculper. S'ils sont en cause les caméras piétons disparaissent, les caméras de surveillance étaient en panne, etc.

S'ils veulent rendre publiques les images des caméras piétons, très bien, mais qu'ils rendent toutes les vidéos publiques et pas uniquement celles qui les arrange dans le seul but de faire le com.

Sinon je n'ai pas compris la suite de votre message et votre histoire de sous-estimation du nombre d'agressions.

Le problème que me semble poser l'article 21 c'est que son utilisation servirait à des fins de propagandes principalement. En celà il me parait dangereux car les médias poussent déjà pas mal dans un certain sens et les vidéos sur internet peinent à faire contre-discours car elles manquent encore de visibilité.


Donc permettre à la police de faire de la propagande avec des images bien choisies me semble apporter un gros déséquilibre des forces (media + police vs pécors dans la rue)


20 blessures en mission ne signifie pas forcement plus de 20 agressions.

Prenons le cas par exemple d'un policier qui se blesse tout seul ou dont la blessure viendrait d'un collègue, ça fait une agression en moins dans le nombre. Ensuite il y a le cas où la violence est illégitime du côté du policier, qui se sera peut-être blessé dans une réponse à cette violence illégitime. Enfin il y a aussi le cas où un groupe d'individus agressent vraiment des policiers, ça peut vite faire 20 blessés pour 1 seul évènement. Ca ne dit rien de l'état de la société ni du risque quotidien partout en France (ça peut être très localisé). Sans parler du gonflage potentiel de chiffres.


En l'absence de données détaillées on ne peut pas vraiment juger de ce nombre ni de ce qu'il représente.

Le nombre de Violences à dépositaires autorité est d'environ 3000 par mois.

Celui de Outrages à dépositaires autorité  est d'environ 2500 par mois.


Les chiffres sont presents et sont comme attendus bien superieur a ceux des blesses.

Comme je l'ai indiqué, ce nombre ne dit rien. Si vous vous contentez du nombre mais pas de la qualité des évènements, vous risquez d'apporter des mauvaises réponses car vous aurez des données incomplètes et vos décisions ne seront pas prises en réaction à des faits, mais en réaction à ce que vous imaginez être les faits.


Outrage et violence ça n'est pas une information qualifiée.


Je vais vous donner un exemple personnel : lors d'une perquisition, un des 3 policiers s'amusait à me provoquer en m'insultant et en me rabaissant à la moindre occasion. Moi je ne disais rien. Mais aurais-je un autre caractère j'aurais pu être dans les statistiques d'outrage et de violence.


Ce nombre ne sert à rien d'autre que montrer la tension croissante entre la police et la population. Mais il ne dit pas d'où vient le problème ni ne donne de piste sur comment le résoudre.

C'est outrage ou violence.

Je concois que l'outrage est assez facile a provoquer et que l'insulte par frustation peut partir rapidement. J'ai plus de mal avec la violence, beaucoup plus.


Je trouve assez amusant, quoique, quand on parle de la violence subi par la police, les chiffres sont contestes (vous n'etes pas le seul). Alors que quand on parle de l'augmentation de la violence, le fameux ensauvagement, d'un coup la stabilite des chiffres officiels est brandis en etendard.


 La conclusion que j'en fait est que peu importe les chiffres quand on a un spectre politique.

Un peu comme un scientifique malhonnete qui choisit de montrer que les resultats allant dans son sens.

Non vous comparez deux choses incomparables : on peut lire l'évolution des chiffres pour apprécier le niveau de tension dans une société. Ainsi avec des chiffres aussi vagues vous pourrez dire : 


- si la relation police/population se détériore ou pas

- si l'exposition à la violence augmente pour les citoyens (qui permet donc de dire s'il y a vraiment ensauvagement ou pas)


Mais c'est tout, vous ne pourrez rien faire de plus avec ces données.


Mais vous ne pourrez pas faire une loi pour corriger une tendance car dans les 2 cas vous n'aurez pas les informations permettant de dire : ça augmente à cause de ceci ou de cela.


Or là ce qui est fait en ce moment, c'est sortir une loi en brandissant des chiffres qui ne veulent rien dire en guise de justificatif. 

En pariant sur le fait que les citoyens vont faire marcher leurs préjugés idéologiques dans le bon sens (avec un peu l'aide des médias quand même).


Si le contexte français vous gêne, imaginons HongKong où l'on dirait : la violence contre les policiers augmente, donc on va sanctionner les publications de vidéos avec des policiers. 

Là on se poserait plus facilement la question de ce qui est la cause de cette violence : est-ce que les citoyens sont devenus plus agressifs ou est-ce qu'il y a un contexte politique et une répression qui entraine une augmentation de la violence de la part des citoyens ?


Je pense que la seule position raisonnable c'est de demander des données qualifiées pour savoir comment résoudre le problème.

Ne vous inquiétez surtout pas, "pour information du public" veut dire "si une contre-propagande s'avère nécessaire face à là propagande islam-gauchiste"... Mais c'est pas cool de l'écrire comme ça dans une loi. 

La question que je me pose désormais est : quels sont les recours ? Est-ce que cette loi peut être retoquée par le conseil constitutionnel ? Parce que j'ai un gros doute sur l'efficacité de la pression de la rue, là, voyez... Bon dieu, quel gâchis! Tristesse sans fin pour notre démocratie morte...

Macron et Bayrou démontrent que Vichy n'a pas été un accident de l'histoire.  


Ne pas oublier Bayrou. Sans son soutien, la dérive fascistoïde actuelle serait impossible.


Aucun régime fasciste ne serait parvenu au pouvoir sans le soutien du centre .


Macon ne commémore pas assez Bonaparte qui est le créateur du fascisme. 


Il a détourné à son profit personnel et celui de la bourgeoisie la Révolution ; comme l'ont fait plus tard Lénine et Staline avec celle de la Russie pour une nomenklatura. 


Qu'il s'agisse d'hier ou d'aujourd'hui, d'ici ou d'ailleurs, ces exemples montrent ce que donne une société de lèches-culs.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.