77
Commentaires

Communautarisme : aux origines d'un concept baladeur

Alors que deux musulmans ont été grièvement blessés dans l'attentat islamophobe de Bayonne lundi 28 octobre, les médias et politiques n'ont cessé de s'inquiéter de "la menace communautariste", sans jamais définir précisément le terme. Mais d'où sort ce néologisme? Et quand a-t-il surgi dans le débat public? ASI retrace son histoire.

Commentaires préférés des abonnés

comment fair pour rester intelligent , pour essayer de continuer a comprendre les autres quand on nous déverse sans arrêt sur la tête le contenu de ces fosses septiques que sont BFM , LCI , TF1 .J'en passe et des meilleures , cela ressemble beaucoup (...)

Il y a un communautarisme assez peu spectaculaire mais sans doute beaucoup plus nocif que les autres communautarismes. 

Monique et Michel Pinçon-Charlot en ont décrit les modes de vie dans nombre de leurs ouvrages.


On peut en contempler quelques r(...)

Vous jugez qu'un instrument d'infériorisation d'un sexe par rapport à un autre, n'est rien de plus qu'un banal morceau de tissu ? 

Ne vous étonnez pas que je ne sois pas étonné 


Bien sur que c'est un banal morceau de tissu je me fiche absolum(...)

Derniers commentaires

La tribune d' Abdelghani Merah dans "Le Point" contre l'islam politique et sectaire.


Je m'appelle Abdelghani Merah et je suis le frère du tristement célèbre Mohammed Merah. Je veux aujourd'hui lancer un appel : notre laïcité et notre cohésion sociale sont menacées par un islam politique et sectaire qui ne parle qu'en son nom, un islam dévoyé qui ne représente pas les musulmans français, qui, on l'oublie parfois, sont si nombreux à aimer et à respecter la République.

Il faudrait être aveugle pour ne pas voir l'évidence : ce problème s'aggrave de jour en jour, quoi qu'en disent les porte-parole autoproclamés. Si je n'ai pas suivi la voie de mon frère, c'est parce qu'il y avait en moi cette croyance : liberté, égalité et fraternité. J'y croyais. Et j'y crois encore. Je crois à une France où la police serait perçue comme une protection et non comme un ennemi à abattre. Une France qui aurait à cœur de protéger sa jeunesse des prédateurs religieux, notamment grâce à une école républicaine fière de ses valeurs. UneFrance qui ne laisserait pas dormir dehors des vieux, des femmes et des enfants.

Certains politiques semblent aujourd'hui inconscients – ou font mine de ne pas le voir – du danger qui plane sur la France, je veux parler de l'islamisme et de tous les obscurantismes qui se font concurrence sur la misère et le dénuement. J'ai voulu marcher pour témoigner, pour que jamais on n'oublie les victimes de Mohammed Merah, ces trois militaires, comme ses insoutenables assassinats perpétrés sur des enfants et un père, parce que juifs. Pendant ce terrible mois de mars 2012, mon frère a semé les graines d'une guerre contre les valeurs de la République. Ces graines ont germé et je suis aujourd'hui saisi d'effroi lorsque je vois de jeunes Français servir les bourreaux de Daech, attaquer leurs propres valeurs, leurs propres amis, au prétexte qu'ils vivraient dans un pays dans lequel ils n'ont jamais pu, ou su, se reconnaître.

                                            

Aidons-les à nous aider !

Tant que la devise inscrite au fronton de toutes les mairies ne sera pas celle de tous les enfants de la République, où que l'on habite dans le moindre recoin de ma très chère France, rien ne changera. Il y a dans nos quartiers des sacrifiés du modèle social français pourtant fidèles à la France… Aidons-les à nous aider ! C'est ensemble que nous pourrons gagner ce combat contre les idéologies mortifères. Il faut lutter contre l'islamisme et ceux qui le propagent, des Frères musulmans aux mouvances wahhabo-salafistes.

Cette préoccupation personnelle peut, je le crois sincèrement, être celle de tout un pays sans que le moindre débat tourne à l'affrontement des identités qui s'exacerbent. Simplement, n'oublions jamais que l'islamisme, dans les pays où il a prospéré, n'a apporté que mort et désolation. Les Algériens, qui ont payé le lourd tribut de 200 000 morts savent de quoi il en retourne. Algériens, Tunisiens, Marocains, Français… n'oubliez jamais que ceux qui ont tué les vôtres étaient proches des Frères musulmans et des mouvances wahhabites. N'oubliez pas non plus que la laïcité n'est pas une religion, mais bien un rempart contre l'extrémisme.

Je veux aussi adresser ce message au président Macron : sachez que de nombreux Maghrébins se battent, dans l'ombre, contre ces phénomènes religieux, malgré la peur et le sentiment terrible d'abandon qui peuvent étreindre certains. Notre part de vérité tient dans notre amour pour la France. En dénonçant depuis tant d'années le danger des prédicateurs incontrôlés, nous n'avons eu de cesse d'alerter sur l'action sournoise de ceux qui sont en train de voler le cœur des Français, le cœur de ceux qui sont partis en Syrie combattre leur propre pays, comme le cœur de ceux qui, demain, se tourneront vers des partis xénophobes et populistes qui ne savent que se nourrir de la colère.

                                            

Alors, Monsieur le Président de la République, s'il vous plaît, assumez votre rôle et sauvez nos enfants, et faites triompher la devise républicaine et les valeurs républicaines, universalistes, émancipatrices et humanistes. Je pense tout particulièrement aux femmes et aux petites filles qui sont les premières cibles de cet obscurantisme. Car nous pouvons tous encore croire à ces valeurs grâce auxquelles, moi, Abdelghani Merah, j'ai grandi à l'abri de toutes les horreurs qui m'étaient pourtant si proches.


Ce que j'apprécie dans ce texte d'Abdelghani Merah, ce n'est pas seulement sa condamnation sans appel des islamistes.

C'est aussi sa préoccupation du sort de Maghrébins luttant, comme lui, contre l'obscurantisme, tout en éprouvant, selon ses termes, "la peur et le sentiment terrible d'abandon".

Ces laissés pour compte de la République, rejetés, détestés à la fois par les plus radicaux de leurs coreligionnaires, et par les racistes pour qui Arabe est synonyme de pestiféré.

C'est enfin son attachement aux valeurs républicaines et laïques qui l'ont construit et préservé des "horreurs" familiales. Ces valeurs oubliées, critiquées, bafouées par tant de Français se prétendant de gauche.

Sa lucidité force mon admiration, comme elle a séduit Didier Maïsto, l'un des esprits les plus libres et ouverts du monde médiatique, grâce auquel j'ai découvert ces lignes.


Bah, que l on dise "islamophobie" ou "communautarisme", c est toujours pour cibler l arabe, le noir. Mais ça fonctionne très  bien pour récupérer une gauche laïque, voire parfois laicarde (érection en religion de la laîcité). 

Sous couvert de celle-ci, la "bête immonde" (au sens de crétin) fait son nid et nous recrée un ennemi de l intérieur, comme à une époque très sombre qui a vu la France s attaquer à ses propres enfants pour leur culture et/ou leur religion. Remplaçons le beau mot de "musulman" par le beau mot de "juif", de "voile" par "kippa" et peut-être nous ouvririons les yeux sur ce que nous devenons parfois à notre insu.

On me dit parfois "c est différent", mais en grattant le vernis, je suis triste de voir à quel point les défenseur de la laïcité, du féminisme se sont laissés berner par les racistes, les intégristes catholiques  (je suis chrétien agnostique), les margoulins opportunistes qui savent les prendre à leurs valeurs progressistes.

On croit se rendre meilleurs en se drapant des "vertus" de la République, mais on patauge dans la fange avec les pires ordures, soit-disant au nom de la liberté. Et se sont les valeurs socialistes, humanistes qui se font étouffer et ainsi laisse ouvrir un nouveau boulevard au scénario Macron-LePen II le retour, en plein fourvoiement de la gauche "républicaine" (cocorico les pieds dans la merde).

On peut aussi regarder ce qu'écrivent les linguistes sur ces questions. Voir ici : https://www.fabula.org/actualites/penser-les-mots-dire-la-migration_87101.php

"L. Calabrese, M. Venlard (dir.), Penser les mots, dire la migration", 2018.

bonjour

Voir cette émission du Média, avec en dernière partie le fameux sénateur de Moselle, apparemment passablement ivre (ce qui ne l'empêche pas d'être raciste) : https://www.youtube.com/watch?v=-2nu9YPZz38

Intéressant article, et il est toujours utile de se pencher sur le sens et l'utilisation des mots. Il est donc dommage d'y utiliser de manière aussi désinvolte le terme "islamophobe" qui mériterait bien lui aussi une analyse et de son sens, et de son utilisation.

Une infinité de communautés :


la communauté des Amish, 


la communauté des Samis,


la communauté des biens, 


la communauté de communes, 


la maison commune des communes de la communauté de communes, 


la communauté des fabricants en bas de soie de la ville de Lyon,


la communauté locale,


la communauté nationale,


la communauté Européenne,


la communauté internationale,


la communauté sportive,


la communauté scientifique,


la communauté des plumassiers-panachers, bouquetiers et enjoliveurs de la ville de Paris,


la communauté Emmaüs,


la communauté de l'Anneau,


la communauté des bibliophiles, 


la communauté des maîtres marchands bonnetiers de la ville, faubourg et banlieue de Chartres


...../....



et peut-être, avec un peu de chance :


la communauté des lauréats du concours Lépine (?)









vieux parisien on m'a toujours dit que le quartier montparnasse était la petite bretagne !! ma doué ! un exemple de communautarisme en plein paris, avec cidre et galettes !!!

Pendant tout le début de l'article, je n'ai cessé de penser à l'inverse au communautarisme des riches si bien démontré par les sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot. Et voilà que la fin me coupe justement l'herbe sous le pied.

Faites l'exercice de relire l'article en le transposant  pour analyser la sécession des riches, leur repli dans certains quartiers ou certaines banlieues, vous verrez, ça marche très bien et c(est instructif.

Je me réjouirais presque des réactions négatives que mes commentaires anti-voile ont suscitées, en ce qu'elles révèlent de l'adhésion de mes contradicteurs aux pratiques religieuses les plus rétrogrades et misogynes.

Sans surprise, ces spécialistes de l'inversion des valeurs aimeraient me faire passer pour un intégriste de la laïcité, un opposant radicalisé à leur idéologie, sans réfléchir une seule seconde à l'image consternante qu'ils offrent d'eux-mêmes.

En réalité, ce que leurs opinions sur le sujet reflètent de notre époque, n'a absolument rien de réjouissant.


Ma fréquentation de certains réseaux sociaux est instructive. Elle me renseigne sur la montée des extrémismes politiques et religieux. J'en débats parfois ici, avec le résultat escompté.

Mais dans mon quotidien, j'ai la chance de pouvoir m'abstraire de ces discussions, grâce à un environnement familial où la question de l'égalité homme-femme ne s'est jamais posée. 

Elle ne se pose pas non plus au sein de la religion à laquelle je me suis converti : le pastafarisme.

Le port de la passoire n'est pas une prescription de l'Evangile du Monstre en Spaghettis Volant. Chacun(e), homme ou femme, est libre de la porter. Ou de ne pas la porter. Et un aucun cas, elle ne sert à soustraire le haut de la tête des adeptes féminines au regard concupiscent de mâles libidineux en rut.

On sait se tenir dans notre Eglise.


Merci pour cet excellent article. C'est ouf quand même... Certains sont persuadés que la civilisation occidentale est en danger et haïssent tous ceux qui ne sont pas, à leurs yeux, culturellement et /ou cultuellement acceptables et d'autres qui soufflent sur des braises déjà bien rouges, afin de détourner l'attention sur le fait que c'est la civilisation humaine entre autres, qui est en danger à cause d'un système qu'ils ne veulent pas remettre en cause pour des raisons idéologiques (d'aucun dirait pragmatique). 

C'est vraiment le moment de croire en l'humanité et en la capacité des peuples (nous) à faire tomber des régimes, le seul espoir que je vois c'est que c'est mondial. Bon après, tout dépend de qui chope le pouvoir au passage, mais ça...

Merci bien.

Je réserve 3 jours pour lire tous les liens. ;)

La menace communautarisme, la laïcité en danger,  les musulmans radicalisés,  l'islam sans gêne, la France et ses musulmans, la France et le voile, résister à l'intégrisme...



Voila de beaux débats où s'affrontent des partisans de l'extrême-droite contre ceux de... la droite extrême ! Mais toujours au nom de la laïcité et des principes républicains.


Après le soft power, la soft law, les soft skills... voici venu temps du soft racism.

Une info complémentaire concernant les membres du CFCM reçus à l'Elysée par Macron, qui (comme indiqué dans cet article) les a invités "à combattre, au côté de l'Etat le communautarisme et l'islamisme".

En guise de réponse, ces progressistes (qui ne représentent qu'une minorité de musulmans) ont réaffirmé leur position sur le voile : il s'agit, selon eux, d'une prescription religieuse.

Il y a un communautarisme assez peu spectaculaire mais sans doute beaucoup plus nocif que les autres communautarismes. 

Monique et Michel Pinçon-Charlot en ont décrit les modes de vie dans nombre de leurs ouvrages.


On peut en contempler quelques représentants dans les allées de la Villa Médicis, si l'on a ses entrées à la Villa Médicis.

On trouve également leurs noms dans les conseils d'administration des grandes entreprises.

Pourquoi ne pas tenter un parallèle entre "démocrates musulmans" et "démocrates chrétiens" ?

J'imagine que leur appelation vient de cette inspiration-là...

D'ailleurs, que sont devenus ces derniers ?

D'après wikipedia, la dernière fois qu'on les a vus en France, c'était à l'UDF...

https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mocratie_chr%C3%A9tienne

comment fair pour rester intelligent , pour essayer de continuer a comprendre les autres quand on nous déverse sans arrêt sur la tête le contenu de ces fosses septiques que sont BFM , LCI , TF1 .J'en passe et des meilleures , cela ressemble beaucoup quand meme a une campagne en vu des élections présidentielle prochaines , des fois que les gilets jaunes et le reste des électeurs seraient tentés de voter LFI ....

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.