229
Commentaires

Charlie contre Mediapart : bien joué, les attardés !

Une semaine déjà que je ne vous ai pas parlé de LA guerre. Parce qu'il y a une guerre

Derniers commentaires

Daniel semble découvrir aujourd'hui, avec une certaine amertume, que Nicolino ne se réduit pas à l'écolo de service que ASI avait choisi d'embaucher...
Joli morceau de "subjectivité honnête". :-)

Ça donne de l'énergie à ceux/celles qui fatiguent de faire de même. Merci.
Ce matin sur France Culture, le présentateur, Guillaume Erner, avait invité l'historien Patrick Boucheron, pour, a-t-il dit, fêter le le 25e anniversaire de Charlie Hebdo et accessoirement tenter de relancer la querelle Charlie-Médiapart*. Sans succès ! Effacées, sans vergogne, les années 1970-1992, du Charlie- Hebdo né avec la mort de De Gaulle ?
Mises en valeur celles du "rédactoriat" Vals ? Pftt..

*tiens, anecdotiquement, on a appris qu'il écrivait sur Charlie.
Désigner Fabrice Nicolino comme "l'éclopé du 7 janvier 2015" est de très mauvais goût.
Les explications et les regrets de la rédaction de Médiapart : https://www.youtube.com/watch?v=H0Jp7s-YxYA

Je les trouve bien indulgents, d'autant que les dessins et éditos racistes de Charlie étaient, ainsi que la bonne foi commande de le dire, bien antérieurs à la tuerie de 2015.
Autre contribution au débat, nettement plus utile : https://marwen-belkaid.com/2017/11/21/charlie-hebdo-mediapart-et-lhysterie-triomphante/
Manuel Valls : "Tous les pays souffrent d’une crise d’identité culturelle en raison de la mondialisation, de la crise politique, des réseaux sociaux, des réfugiés ; des problèmes apparaissent, par ex dans la société française, le problème lié à l’islam, aux musulmans".

Ah ben voilà ! Quand je pense que y'en a qui sont payés à sociologiser alors qu'en 2 coups de cuiller à pot, c'est analysé : c'est la faute à Cui-cui et aux réfugiés, s'il y'a une "crise d'identité culturelle" (kesako ?) et des problèmes "liés" aux mahométans. À mon avis, la "pénurie de beurre", c'est encore un coup des rézosocios.
Vous faites semblant de refuser un uniforme en prétextant d'une neutralité qui n'existe pas, car ce qui transpire de la chronique, c'est le désaccord avec Nicolino, et une harmonie avec Plenel.
Pas un désaccord sur le principe de l'enfilage d'uniforme non, un désaccord de fond, un vrai, sur la querelle sévissant entre les deux journaux.
D'un côté Médiapart, non pas proche des combats des minorités comme vous le suggérez mais proche des musulmas porteurs d'un projet politique qui s'habille avec les vêtements de l'inclusion pour mieux fabriquer la scisson identitaire qu'ils prétendent par ailleurs détester (PIR, Ramadan, R. Diallo - différents et semblables à la fois, par les effets des discours).
De l'autre Charlie, dont la moitié (la meilleure) de la rédaction est morte pour avoir osé publié des dessins moqueurs, pas plus rudes que n'importe quel autre dessin visant n'importe quelle autre communauté, mais offensant des fous furieux jusqu'à la mort, manifestement.
Ils jouent le combat qu'on retrouve entre une gauche insoumise et multiculturaliste et une gauche de type chevènementiste, sur la question culturelle et républicaine.
Votre ligne éditoriale depuis deux ans est claire non ? Vous êtes Médipart, et pas Charlie - vous pensez comme Todd que Chalie chie sur la religion d'une minorité pauvre, alors qu'ils chient sur une religion dont trop de fidèles sont aujourdx'hui fanatisés (mais ici, on pratique plus, c'est amusant, lepadamalgam. On simplifie, on assimile, c'est vachement mieux).

Bref vos critiques Daniel, ne s'adressent qu'à Nicolino, pas à Médiapart. Ne faotes pas semblant de n'avoir pas choisi.
C'est pas grave hein, pensez ce que vous voulez. Simplement, assumez le, ça vaudra mieux pour vos lecteurs. On appelle ça l'honnêteté intellectuelle.
Au fait, est-ce que quelqu'un a pensé à dire à Nicolino que les infâmes Badiou et Todd l'avaient précédé sur le plateau de "C politique". À mon avis, ce Karim Rissouli, il est pas net :-p
plateau exceptionnel ce soir dans l'émission C POLITIQUE, avec des invités qui disent, (en substance hein :)), que "l'affaire" PLENEL-RISS n'est qu'une "affaire" pour le fameux microcosme parisien ! pas mieux !!
que les français de province (pauvre de nous ! :)) sont plus occupés par le massacre à la tronçonneuse que notre Jupiter national est en train d'effectuer sans ménagement pour tout ce qui faisait le tissu social dans ce pays (retraite, sécu, aides sociales, etc...) tout en enrichissant vitesse grand V les déjà très riches de ce pays !! et bizarrement sans que personne ne bouge vraiment ?!!
perso il n'y a que sur @si que j' ai entendu parler de cette affaire, alors tout pareil : l'affaire RISS-PLENEL on s'en cogne !
qu'@si se concentre un peu plus sur tout ce dont les médias ne parlent pas : les esclaves en Lybie, les CRS en poste pour empêcher la moindre manif, la casse de la sécu, des aides sociales, les cadeaux aux riches (genre ISF !), etc etc ! bref tout ce qui ne fait pas le 20 heures !!!
RISS, enfin CHARLIE HEBDO, doit continuer à pouvoir faire ses caricatures, et PLENEL, enfin MEDIAPART, ses enquêtes ! et pour le reste,la fameuse gueguerre par édito interposé, eh bien ma foi, qu'ils le règlent entre eux !
et que la justice s'occupe de RAMADAN !!...
Romain Rolland et Stefan Zweig 30 ans d'amitié.

https://www.franceinter.fr/emissions/ca-peut-pas-faire-de-mal/ca-peut-pas-faire-de-mal-29-avril-2017
Où êtes-vous enrôlé ? Quand cherche-t-on à vous faire endosser un uniforme ? Je viens enfin de me procurer le Charlie de cette semaine. Votre licenciement y est cité comme exemple des agissements de Plenel au Monde, en aucune manière pour vous embrigader d'une quelconque manière. Ce n'est pas vous faire injure que dire que votre personne joue un rôle passif dans son texte. Oui, vous avez été licencié du Monde par Plenel. Oui, vous avez été, en l'occasion, une de ses victimes. Pas de quoi en faire un plat.
Même réaction que Daniel en lisant le texte de Nicolino qui n'a même pas le souffle d'un bon pamphlet car écrit sans talent dans un style, lourd, répétitif et sans envergure. C'est celui d'un accusateur au petit pied. Dans sa charge féroce, Nicolino tente de remuer tout ce qui pourrait discréditer définitivement Plenel, Romain Rolland est appelé maladroitement et longuement à la rescousse. Il cite la formation idéologique de Plenel par le courant trotskyste lambertiste,réélle, mais qui se noie dans les sables, car elle n'apporte rien à sa chronique. Suit une digression oiseuse sur l'entrisme de l'OCI à Force Ouvrière dont on se demande ce qu'elle vient faire ici. Le texte finit par une pompeuse leçon de morale à Plenel entonnée par un Nicolino sentencieux et qui se voudrait l'arbitre des haines recuites.

Cavanna doit se retourner dans sa tombe, en écoutant cette guéguerre narcissique qui ne vaut pas qu'on s'y attarde et qui donne envie de donner un coup de pied au cul des 2 protagonistes Plenel et Riss, Nicolino, ne faisant qu'aboyer en écho. Un Plenel qu'on a vu mieux inspiré que sa phrase absurde "Charlie fait partie d'une campagne générale de guerre aux musulmans" que rien ne justifie et un Riss écorché par l'attentat de ses compagnons le 7 janvier 2015 et qui voit ressurgir le spectre des sicaires de l'islamisme inepte. Aveuglé par le ressentiment et peut-être la peur, ce qu'on peut comprendre,il cloue Plenel au pilori.
Quelle drôle d'idée de renvoyer les deux dos à dos. Quoi que l'on puisse reprocher à Plenel, tout de même, Charlie est un journal raciste, point. Aucune alliance possible avec ce torchon islamophobe, sauf à considérer que certaines causes sont supérieures à d'autres et peuvent légitimement les faire passer au second plan.
Oui un peu de distance dans ce bizarre combat ne fait pas de mal.
"Dans bien des guerres (pas toutes) vient un moment où personne ne sait plus pourquoi on se bat. On se bat d'abord parce que le sang a été versé. Et puis, de sang en sang, on se bat parce qu'on se bat. Bien joué, les moyen-âgeux."
Oui on peut se battre aussi pour noyer le poisson, par exemple... pour freiner le décryptage d'une montée sournoise en "dictature" ou parallèlement l'analyse d'une véritable remise en cause de l'ordre établi?
Auxquels cas, on ne sait trop qui de Charlie ou de Médiapart, tous deux parangons de vertus de "la presse libre dans un monde démocratique"(!) pourraient bien recevoir la palme de l'enfumage.
Le compte Twitter de Corinne Rey, dite Coco, n'apparait plus parmi ceux que je suis.
Elle se serait, semble-t-il, retirée des réseaux sociaux.
Une méthode plus efficace que la censure : les injures et les menaces de mort.
Cher D. S.
Je viens de lire l'article de C. Hebdo et si certains faits qu'ils mentionnent sont vrais, je comprends qu'ils soient en rogne.
Passons sur le procès façon Staline intenté à E. Plenel par F. Nicolino. Il y a pleins d'éléments dedans que je ne connais pas assez et qui a mon avis auraient dû être mentionnés ailleurs. Dans une analyse de la personnalité de E. Plenel, par exemple.

Mais restent deux propos de Plenel fortement indigestes.
- Le " la haine ne peut pas avoir l'excuse l'humour". Diantre! Charlie Hebdo n'est pas Dieudonné. Charlie Hebdo est un journal bête et méchant qui tape sur tout le monde. Sans sous-entendus. Et qui se prend à l'occasion des procès quand il débordent. Comme du temps de Choron.
- le "La Une de Charlie Hebdo fait partie d'une campagne générale (...) de guerre aux musulmans". Diantre (re-)! Si je me fie aux caricatures du dernier Charlie, ils mènent aussi une campagne contre les gosses, les handicapés, les animaux de ferme, les catholiques, le Vatican, les rohingyas, les hamsters, les pandas, R2D2, Riss, etc.

En temps de paix, avoir de tels propos serait assez critiquable : on dirait les délires d'un Zemmour. Mais en la période instable dans laquelle nous nous trouvons, quand n'importe quel allumé a tendance à prendre une kalachnikov ou un kit d'explosifs pour faire sauter tout ce qui critique l'islam de près ou de très loin, c'est de l'inconscience pure et dure! Et parler ainsi d'un journal qui a déjà fait les frais d'un massacre en règle, c'est ce demander dans quelles hautes sphères éthérées, fort loin de la réalité, flotte l'auteur de ces propos. Puisque le point Godwin a déjà été atteint, E. Plenel me fait penser à ce brave Sacha Guitry qui passa la guerre de 39-45 qu'en ne s'occupant que de la défense de la culture française et en ne comprenant rien à la réalité qui se cachait derrière les beaux uniformes et les propos courtois des officiers Allemands. À la Libération, il fut le premier "prévenu"...

On peut légitimement trouver dommage le quasi procès stalinien fait à Plenel par Nicolino sur deux pages. L'impact en est dilué, on ne sait pas vraiment qui ils attaquent : Plenel en général ou le crétin qui a balancé deux phrases irresponsables.
D'un autre côté, vu le contexte actuel et les menaces de mort régulières que reçoit Charlie, on peut comprendre qu'ils n'aient pas la plume sereine...

Quand à Plenel, loin de moi de vouloir lui interdire sa liberté d'expression. Mais qu'il le fasse dans le cadre ad-hoc. Dans un spectacle comique où il commencerait par ironiser sur lui même. Pas en tant que représentant de Mediapart, LE journal qui est perçu comme celui qui dit la vérité avec un journalisme d'investigation de qualité.
Le compte Facebook de Laurent Bouvet a au moins un mérite, celui de donner accès au papier de Nicolino sans acheter Charlie Hebdo.

C’est... comment dire, lamentable de veulerie, et de réglements de comptes inter-professionnels qui n’ont rien à faire là. C’est une espèce de délire paranoïaque plein de rumeurs, de surinterprétations et de procès d’intention (reprocher à Plenel de ne pas avoir demandé à ses équipes d’enquêter sur l’OCI des années 60-70, que du bonheur).

Pour connaître un peu l’histoire du Monde, l’importance de la responsabilité qu’il donne à Plenel dans la débâcle du journal au cours années 90-2000 me semble un tantinet exagérée. Daniel, vous qui avez vécu cette période de l’intérieur, sa description est-elle juste ?

Parce que, comment dire, dépeindre Plenel en Machiavel capable de manipuler aussi bien la CGT que Minc en propulsant la marionnette Colombani pour mieux se vendre à Beffa et Lagardère, c’est... étonnant.
Du coup, sur l'échelle des guerres ridiculement inutiles, à quel niveau se situe la bataille D. Schneidermann versus F. Bonnaud ?

plutôt très haut, non ?
Ai-je bien compris ? La guerre ce serait mal ? Ben….oui elle a raison miss france
C'est évidemment l'écolo historique et sans concession, que nous avons recruté. Pas l'éclopé du 7 janvier 2015. J'ai voulu croire qu'on pourrait dissocier les deux.

"L'éclopé" !? C'est tout ce que vous avez trouvé comme terme, pour qualifier un homme qui a échappé par miracle à la tuerie, a vu ses amis tomber sous les balles des kalachs, massacrés un par un juste à côté de lui ? Un homme cruellement meurtri dans son esprit et dans sa chair ? Traumatisé à vie ?
Il faut croire que nous n'avons pas exactement la même vision ni le même souvenir de cette tragédie.
https://www.politis.fr/articles/2017/11/islamo-gauchisme-un-mot-pour-interdire-le-debat-37941/
En tant que parano de service, je pense que cette querelle picrocholine a une autre portée que ce qu'on peut en voir, et surtout de la façon dont les médias mainstream font mousser tout cela. Et je pense que c'est à raison que Plenel et Mediapart ont arrêté les frais.
Il y a deux contextes stratégiques majeurs.
Le premier est celui de Charlie Hebdo qui a été touché dans la chair même de ses journalistes, et avec quelle cruauté, par des adversaires qui ne supportaient pas son opposition à l'Islam. Et qui donc réagit très violemment et très émotionnellement vis-à-vis des islamistes, et particulièrement par rapport à Ramadan, personnage troublé et troublant, et manipulateur. On va laisser de côté Caroline Fourest, parce qu'elle est à Marianne, et plus du tout à Charlie. Si elle est directement concernée par Ramadan, la querelle est entre Mediapart et Charlie.
Gauche allergique aux islamistes, et en partie à l'Islam et aux musulmans pratiquants, contre gauche qui ne veut pas mettre tout le monde dans le même panier : la querelle est légitime bien qu'un peu fanée, les derniers attentats ayant également fait des victimes parmi les musulmans, et en grand nombre.
Mais par contre, il existe un second front, beaucoup plus actuel et primordial.
C'est le problème de la gauche.
Les dernières élections ont vu l'effondrement du PS qui peine à se retrouver, l'émergence d'un centre-droit qui s'est présenté comme de gauche, alors qu'il ne l'était pas du tout (je parle du macronisme, évidemment) et qui va s'effondrer à son tour.
De ce champ de ruines politiques, il ne va rester que la France Insoumise à gauche.

Petit à petit, il est probable que la FI va occuper tout l'espace politique à gauche, non par ses qualités intrinsèques, qui sont limitées, mais par absence de concurrents.
D'où le FI bashing, tellement caricatural quelquefois, que ça en ferait presque rire si ça n'était pas aussi atterrant.
Et plus généralement, il faut décrédibiliser la gauche en général, surtout anti-libérale, puisque les mesures qui sont prises actuellement vont être catastrophiques et que le libéralisme ne s'en remettra pas.

Faire mousser une sorte de conflit entre gauche islamo-gauchiste, totalement fantasmée, contre une gauche qui ne le serait pas, ça décrédibilise bien la gauche anti-libérale en général. Et ce sont les médias mainstream, Le Monde, Libé, le Figaro, BFM, et j'en passe, qui ont un discours qui structure ce débat qui est obsolète depuis longtemps. Et sans parler de Valls, qui est tout, sauf de gauche, qui a besoin de se faire mousser alors que tout le monde sait qu'il a été le fossoyeur du PS. Mais on voit bien comment cela sert leurs intérêts de faire comme di...

Charlie fait de la caricature, et Mediapart du journalisme, et à en croire Plenel, il a juste croisé Ramadan,et basta.
Même si un petit nombre de "gauchistes" est assez stupide pour penser que les djihadistes seraient une nouvelle génération de damnés de la terre, et que les dominés sont par essence gentils, c'est une minorité, Je ne suis pas certaine que Plenel n'ait pas à un moment pensé ainsi, mais ce n'est plus le cas, aller le chercher pour si peu, c'est d'une mauvaise foi évidente.
Et évidemment, surtout depuis les attentats de Charlie, du Bataclan et de Nice, le débat est clos.
Le problème de la gauche en général, c'est qu'elle croit qu'elle ne peut pas être manipulée.

Alors qu'elle l'est tout le temps.
Excellente chronique Daniel, qui pourrait se conclure sur du Prévert : "Quelle connerie la guerre."
Bonjour ,pour ma part je n'ai pas lu Charlie...mais j'ai vu l'intervention de Nicolino dans C politique,ça rhétorique m’afflige .Autant je l’apprécie comme écologique radical ,autant je le trouve peu fiable sur ce type d'analyse.Je suis heureux de votre edito ,car oui ! tout cela est ridicule ,une pure polémique Parisienne. On se sait même pas de quoi il parle au juste ,d'ailleurs alors cette émission,il débute par un droit à l'humour et la satire comme s'il y avait pas de message politique dans la caricature..."je suis Charlie" n'est qu'un slogan rien de plus ,un concept opérationnel . Pauvre CHORON il doit se retourné dans sa tombe....ou leur pisser dessus ,s'il est au paradis ....
« … Je cherche les mots pour simplement dire ce qu'on voit. Je ne les trouve pas. Alors je me tais. »
C’était un bon départ et cela aurait pu (dû) s’arrêter là. ;o))
A quand une chronique sur la vraie vie des gens ?
Je comprends le ton désabusé de DS devant cette guéguerre stérile, mais faudrait pas non plus faire croire que Nicolino a passé ces 15 derniers jours à fourbir ses armes contre Médiapart, délaissant l'écologie. Car dans le Charlie de cette semaine, en plus du long article hostile à Plenel, Nicolino a écrit 3 autres articles sur l'écologie (cad sa pleine page hebdomadaire) : sur l'empreinte carbone de l'Europe qui augmente si on tient compte des importations, sur la Bolivie de Morales (très peu écolo en réalité) et sur le nuage brun asiatique.
merci pour se superbe texte Daniel.

Cordialement.
Donc, si je comprends bien, DS nous pond une chronique où il fait semblant de s'interroger à la suite de Fourest et Valls sur ce que savait Médiapart des agressions sexuelles reprochées à T. Ramadan, et se réveille 1 semaine plus tard en se demandant pourquoi cette "guerre" ? Il s'étonne aussi d'être convoqué et récupéré par Nicolino. C'est vrai, quoi, c'est vachement super bizarre, pas du tout dans la manière habituelle de Nicolino, non, non.

On ne peut pas décemment renvoyer dos-à-dos Médiapart et Charlie/Valls/Fourest, désolée.

D'un côté on a une entreprise de dénigrement politique (Plénel a 100% raison là-dessus) orchestrée par Valls et sa bande, qui n'en ont strictement rien à foutre des violences sexuelles sauf quand elles sont commises par des musulmans (ah, les tournantes dans les sous-sols des cités, ça faisait longtemps, tiens !), et qui comptent sur le soutien des réacs de tous bords (enfin, surtout de droite : Polony, Sophie de Menton, celle qui estime que Nafissatou Diallo a eu la chance de sa vie de se faire agresser pendant qu'un de ses comparses explique qu'elle est "moche comme un cul", etc), de l'autre, un média qui lui, enquête, même si ce n'est pas parfait (laisser Bonnaud se répandre pendant des heures sur le pauvre Bertolucci, le pauvre Polanski, le pauvre Brisseau... Pas terrible), avec toute la presse dite généraliste à dos (souvenez-vous du "Des preuves !" de J-M. Aphatie, mais c'est pas grave, hein, il sévit encore sur le service public) et qui a eu une attitude sournoise vis-à-vis de la France Insoumise et particulièrement complaisante avec Macron (peut-être parce qu'il n'a pas fait campagne sur le burkini et autres conneries, on ne peut pas avoir tous les défauts non plus, hein).

Non, dans cette affaire, c'est Plénel qui a raison, point barre.

Espérons qu'ASI continuera de parler d'écologie. Isabelle Attard, youhouuuuu ?
Et merde, conséquence collatérale possible, plus de Nicolino sur ASI ?

Faites vraiment chier, les attardés !
Naïvement, je pense que beaucoup de combats pourraient les rapprocher. Le climat. Les pesticides. Les abus sexuels. Les minorités. La corruption. La formidable révolution de la prise de parole des femmes. Et des réflexions, aussi. L'urgence d'une réflexion sur l'intelligence artificielle et le transhumanisme. Bref, des choses aussi futiles que la planète et l'humanité

Et moi de même. Merci Daniel.
Charlie ne serait-il pas une caricature???
Spinoza "Ne pas railler, ne pas pleurer, ne pas détester, mais comprendre."
La mauvaise foi de Niccolino en débat avec Arfi sur un plateau (je ne me souviens plus duquel) m'a répugné.
Phillipe Val, sarkoziste et vallsiste, est encore pire.
stop
Cette guerre est probablement le témoignage de la dérive groupusculaire de la gauche. Plus on est petit, et plus on est jaloux de ses différences.
Extrait de Malaise dans la civilisation de Freud, texte qui commence en s'intéressant au "sentiment océanique" qu'invoquait Romain Rolland (plus mystique que stalinien comme idée...) et qui dit cette petite chose pouvant coller à ce qu'il se passe :

"Il n'est manifestement pas facile aux humains de renoncer à satisfaire cette agressivité qui est leur; ils n'en retirent alors aucun bien-être. Un groupement civilisé plus réduit, c'est là son avantage, ouvre une issue à cette pulsion instinctive en tant qu'il autorise à traiter en ennemis tous ceux qui restent en dehors de lui. Et cet avantage n'est pas maigre.
Il est toujours possible d'unir les uns aux autres par les liens de l'amour une plus grande masse d'hommes, à la seule condition qu'il en reste d'autres en dehors d'elle pour recevoir les coups.
Je me suis occupé jadis de ce phénomène que justement les communautés voisines et même apparentées se combattent et se raillent réciproquement ; par exemple Espagnols et Portugais, Allemands du Nord et du Sud, Anglais et Écossais, etc.
Je l'ai appelé «Narcissisme des petites différences», nom qui ne contribue guère à l'éclairer.
Or, on y constate une satisfaction commode et relativement inoffensive de l'instinct agressif, par laquelle la cohésion de la communauté est rendue plus facile à ses membres.
"
Je n'interviens pas souvent, mais je suis à 100% d'accord avec cette chronique.
Merci !
Idem. Pitoyable de remplir autant espace avec ces clowneries.Mediapart aurait eu beau jeu de traiter tout ca par le mépris avec un démenti de 3 lignes plutôt que susciter la création d'un champ de bataille prévisible en partie. J'espère qu'@SI en restera a cette chronique éloquente sur ce "sujet", bravo et point final svp.
Et si c'étaient les Russes, sournois et maléfiques comme chacun sait, qui étaient à l'origine de cette guéguerre?
Le dessin de couverture de Charlie Hebdo cette semaine ne fait référence ni à Plenel, ni à Ramadan. Mais aux ministres Hulot et Schiappa. Cocasse. Ou pas.
Il y a un massacre et Daniel Schneidermann joue la non-intervention. C'est compréhensible ; Il n'a ni armée de twittos ni relais stratégiques bien établis dans les mondes médiatique et politique. Arrêt sur Images étant un peu la Suisse du PAF (paysage altermédiatique français), DS a tout intérêt à rester neutre. Mais est-ce à son honneur ?

Pour commencer, il est tout aussi mystificateur de parler de "guerre" (des gauches) entre Charlie et Mediapart que de "conflit" entre Israël et la Palestine. La répartition des ressources financières, humaines et symboliques entre les deux parties est clairement déséquilibrée, et les responsabilités dans le lancement des "hostilités", différenciées.

1/ D'un côté, nous avons un journal-martyre, quasiment intégré au patrimoine national et bénéficiant de la "sympathie" spontanée de beaucoup d'entre nous, dont l'équipe dirigeante est proche d'un ancien premier ministre en pleine reconquista médiatique et, plus largement, bénéficie de nombreux relais et amitiés politiques. Ce journal invoque un droit à la caricature désormais sacré pour se défendre lorsqu'il est mis en cause.
Il y a deux semaines, ce journal fait une Une affirmant sans ambiguïtés : Plenel savait pour les crimes sexuels de Tariq Ramadan, mais il a voulu le protéger. Vous réalisez la violence de l'attaque Daniel ? Charlie fait de Plenel (et de l'ensemble de la rédaction de Mediapart), sans aucun élément de preuve, le complice d'un criminel sexuel. Puis s'abrite derrière le droit sacré à la caricature. Ce procédé ressemble un peu à celui, très prisé des fachos de bas étage, consistant à faire une grosse blague sexiste ou raciste, puis à dire "hinhinhin mais on a plus le droit de faire des blagues ??", et laissant donc en suspens la question de l'identification du locuteur à son propos. Le problème, c'est que tout propos raciste, blague ou pas, abaisse symboliquement les racisés et a pour fonction de rappeler voire de reproduire les privilèges du locuteur non-racisé.
Là, sous-entendre que Plenel a couvert les crimes sexuels de Ramadan, c'est reprendre la petite musique, particulièrement prégnante dans la période actuelle et fredonnée notamment par Manuel Valls, d'un Mediapart complice du prédicateur et, plus généralement, ambigu avec les islamistes. Cette caricature n'est donc pas "juste" une caricature mais aussi une accusation extrêmement grave au plan moral et même pénal ; il faut vraiment être une sous-merde pour tenter de s'en sortir par un "hinhinhin caricature", et une sous-sous-merde pour invoquer dans la foulée la mémoire de ses camarades assassinés.
Dernier point concernant le "camp" Charlie : observez la composition des plateaux où la polémique est évoquée. Au mieux, on avait un défenseur de Mediapart, contre parfois 5 à 6 laudateurs de Charlie (ou dénonciateurs de Mediapart, on ne sait plus très bien). Sur certains plateaux (je me suis tapé pas mal d'extraits hier soir) c'était à sens unique : pas de contradicteur pour défendre ou ne serait-ce que sortir un argument en faveur de Plenel/Mediapart.

2/ Côté Mediapart, on a des journalistes indépendants, qui ont "emmerdé" les mondes politique et médiatique à plus d'une reprise, ont un nombre limité de soutiens inconditionnels et de "croisés" prêts à aller au charbon (ses journalistes ont dû aller eux-mêmes sur les plateaux pour défendre leur journal, face à des chroniqueurs et des journalistes en posture d'agression). Mediapart a dû faire face, par le passé, à de nombreuses accusations de "complicité" avec les musulmans / islamistes / terroristes. La Une de Charlie sort ; Plenel choqué répond par un communiqué un peu grandiloquent (c'est sa marque de fabrique) mais replaçant la Une de Charlie dans le contexte de la vague d'islamophobie actuelle. Ca met de l'huile sur le feu ; Riss qualifie le communiqué d'"appel au meurtre" tandis que Valls dit vouloir "faire rendre gorge" à Plenel (cherchez l'erreur). Les experts se relaient sur les plateaux pour affirmer que le gauchiste Plenel a trouvé chez les musulmans ses nouveaux damnés de la terre, et autres poncifs réactionnaires.

En conclusion : Il n'y a pas de "guerre" entre Mediapart et Charlie. Il y a une agression caractérisée, surfant sur un contexte puant dans lequel un politicien de bas étage (Valls) tente de retourner la récente et formidable prise de parole des femmes à son profit, de la part d'un journal qui bénéficie de ressources symboliques, médiatiques, politiques, infiniment plus élevées que le journal qu'il agresse.

Denis Sieffert a clairement exprimé son soutien et celui de Politis, à Mediapart.
Daniel Schneidermann reste neutre.
Très bonne chronique. Pas belle mais bonne. Et qui montre que vous avez du courage.
« Non ragionam di loro ma guarda e passa »
Cette « guerre » avec ses outrances aura eu le mérite de révéler la nature profonde de certaines personnes ; rien de tel que l’instinct, le réflexe de survie, la susceptibilité pour la faire remonter.

Une attaque ad-personam injuste, fielleuse jouant de l’émotion du public pour les malheurs d’infortunées jeunes femmes.

En réponse on se victimise et on n’hésite pas à se comparer à de vrais martyrs, cela fait l’effet de violation de sépulture.

Nous savons maintenant que leurs mots, leurs valeurs, leurs buts ne sont pas les mêmes que les nôtres alors « ne raisonnons pas d’eux, mais regardons et passons »
d'accord que c'est quelque part un peu ridicule et que ça occupe dangereusement l'espace médiatique (mai il y a toujours quelque chose pour occuper inutilement l'espace médiatique, non?), surtout que la libération de la parole des femmes, dont est partie cette affaire, est complétement oubliée pendant ce temps.
Par contre pas possible de renvoyer dos à dos tout le monde, ni de parler de "guerre de gauches", surtout si dans un "camp" vous avez Manuel Valls et Caroline Fourest. C'est eux, avec Charlie Hebdo, qui ont déclaré la guerre à l'intelligence. Vous pouvez trouver éventuellement vaguement agaçante la défense des gens chez Mediapart mais la mauvaise foi et la bêtise n'est certainement pas de leur coté, et d'autre part ça fait des années qu'ils en prennent plein la gueule pour les mêmes raisons, l'affaire Ramadan était l’événement rêvé pour la fine équipe des intégristes de la "laïcité républicaine" pour se lâcher (s'ils savent encore ce que ça veut dire à force de le répéter comme un mantra). ça aura aussi permis de voir la belle hypocrisie de ce petit monde qui n'en a jamais rien eu à faire des victimes de viol (en particulier Valls qui à l'époque défendait le pauvre DSK victime d'une cabale). Pendant ce temps là chez Mediapart, on peut pas dire qu'on fait pas le boulot (là dessus en tout cas):
https://www.mediapart.fr/journal/france/151117/violences-sexuelles-le-systeme-tariq-ramadan
Un petit rappel aux belligérants : la problématique, la vraie, est ce que subissent sexuellement les femmes, parfois des hommes, face aux gens de pouvoir, bien souvent des hommes.
Ce n’est pas très sympathique que de détourner les regards et les mots de cela pour une fois encore garder la surface des échanges aux mains de la mâlitude...
Mais qu'ils sont cons...
"Hé, ça paye, la guerre !Ça marche ! C'est vendeur. Ils doivent aussi crouler sous les abonnements,"

Vous êtes sûr de ça ? Je pense qu'au contraire, cette guerre coute à Mediapart, ça pèse sur leur image, etc... Mais sur le fond je suis d'accord, j'ai toujours été d'accord, marre des guerres fratricides, marre de la gauche qui ne sait pas s'unir...
Bon, si je comprends bien, on ne verra plus Fabrice Nicolino sur ce site dans des vidéos sur l'écologie. Mauvaise nouvelle !
En complément à la chronique : Charlie Hebdo et sa « canaille » grimacière sur la 5 contre Mediapart.
Introduction :
Le Grand Soir a très peu de raisons de défendre Médiapart. Tout ce que LGS peut attendre de Plenel, un de ces quatre, c’est un missile inattendu et immérité.
Cependant, comment se taire quand, dans la polémique qui l’oppose à Médiapart, Charlie Hebdo se vautre dans le n’importe quoi, sans scrupule, pariant (à juste titre) que les mensonges proférés en direct ne seront pas contredits et que, s’ils sont découverts ensuite, ils ne seront pas relevés, surtout s’ils visent le camp qu’il faut viser ?
Merci Daniel.

J'étais une fidèle du blog de Fabrice Nicolino, j'ai acheté, je crois bien, tous ses bouquins. mais j'ai cessé de le lire à cause de ça, justement, la manière dont il prend feu soudainement contre une certaine gauche à laquelle il voue une haine infinie, venant manifestement de très profond et qu'il argumente de façon complètement déraisonnable. Au point qu'on le dirait parfois d'extrême droite, ce que je sais bien qu'il n'est pas. Sur Asi, on savait au moins qu'il n'allait pas se déchaîner, puisque ce n'était pas le sujet, contre les bolchéviques et leurs malfaisants héritiers.

Pour Charlie, c'est différent, j'avais cessé de le lire depuis longtemps, son obsession du sexe côté macho me dégoûtait. Les anciens de Hara Kiri n'étaient pas des anges, une joyeuse misogynie leur servait souvent de liant, mais (me semble-t-il? ou c'est l'illusion des vieux qui croient toujours que l'herbe était plus verte autrefois?) ce n'était pas glauque à ce point.

Pour Médiapart, je trie. Certains articles, certaines enquêtes, sont irremplaçables (chouette, voilà un vrai adjectif neutre!). Edwy Plenel... bof. J'ai trouvé ennuyeuse leur guerre contre Charlie, où ils sont plusieurs à s'être sentis obligés de participer. Du coup je n'en ai rien lu. Et je m'en félicite.

On dirait, en effet, qu'il n'y a pas suffisamment de combats où nous pourrions tous converger, et qu'on a besoin de s'entre-tuer au bénéfice global de ceux qui nous écrasent. Je boycotte désormais tous les Militants Majuscules qui passent plus de temps à ces guerres picrocholines qu'à notre combat principal, celui qui concerne notre vie même.
Bravo

j’espère que cette chronique ne signifiera pas pour autant la fin des interventions de Nicolino sur ce site , ce qui serait un dommage collatéral dont nous pourrions vraiment nous passer.

Pour le reste il y a moyen de peut être pour ASI de creuser la question sur comment les bien pensants mainstream mettent le paquet absolu pour discréditer/monter des polémiques sur toutes et tous qui ne pensent pas comme eux que ce soit:
- les député-e-s et représentant-e-s de la FI (cf les attaques sur toutes les interventions de Obono et Garrido, Melenchon bashing , etc)
- les personnes qui essaient d'avoir une vision mesurée sur l'islam en France

Tous ca pour comme dit Daniel ne pas parler des vrais sujets comme le changement climatique, la fraude fiscale ,les violences sexuelles, etc
Dialectiquemen Charlie se gourre en attaquant la grosse masse proletarienne qu est les musulmans de france pour une defense de la "liberte d expression" nouvelle arme de la bourgeoisie depuis plus de cents ans...c'est aux 18 eme siecle que la defense de la liberte d expression etait progressiste...tient tout comme la classe bourgeoise.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

chronique un peu maladroite et un peu brutale ( mais n'est ce pas ce que l'on aime chez Daniel Schneidermann ) mais total soutien.
Comme d'hab' : chronique impec'
Cette " guerre " m'insupporte ...
Merci Daniel. Dans la même veine, ce coup de gueule de Guillaume Meurice :
Extrait : "Pendant que vous vous bouffez la gueule, ça défiscalise, ça optimise, ça détourne du pognon dans le plus grand des calmes. Les conséquences ? Des gens qui meurent, faute de soins, de logements, de justice, suicidés sur leur lieu de travail, bref, en silence, pas dans le fracas d’un attentat, mais qui crèvent quand même."
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.