17
Commentaires

"Censure" à l'université : l'Express s'énerve contre Médiacités

Dans un éditorial au vitriol destiné à promouvoir le dossier de la semaine sur "la censure" à l’université, la directrice déléguée de l’hebdomadaire attaque une enquête du site Médiacités qui évoquait les propos tenus par un médecin enseignant en sciences sociales à l’université Lyon-Sud. Celui-ci aurait été totalement dédouané par une enquête administrative. C’est un peu plus compliqué que ça. Explications.

Commentaires préférés des abonnés

Un cancérologue écrivant les épreuves de sciences sociales, est il aussi dangereux qu'un sociologue écrivant celles de cancérologie ?


Espérons que leur professeur d'EPS propose ce sujet pour celle philosophie.

Merci pour cet article que j'ai ouvert d'un clic nonchalant pour, ensuite, hausser un sourcil intéressé et, enfin, me retrouver avec 10 onglets ouverts pour vérifier et appréhender au mieux le sujet. C'est exactement ce type de publications que j'att(...)

J’ai beaucoup apprécié cet article.


Mais un truc me chiffonne : 

«  ASI n'a pas été en mesure de joindre Anne Rosencher ou Gilles Freyer dans les délais impartis à la publication de cet article. »


Priorité au direct ??? On est sur BFM ici ?&nb(...)

Derniers commentaires

J’ai beaucoup apprécié cet article.


Mais un truc me chiffonne : 

«  ASI n'a pas été en mesure de joindre Anne Rosencher ou Gilles Freyer dans les délais impartis à la publication de cet article. »


Priorité au direct ??? On est sur BFM ici ? 


Moi j’aurais bien aimé connaître leurs arguments, et je peux attendre jusqu’à mercredi prochain pour les avoir... ou apprendre qu’ils refusent de vous répondre . 


C’est comme quand une émission dure 1 heure et que tout le monde trouve qu’un point aurait mérité d’être approfondi «  mais il n’y avait pas le temps « . 


Ou quand DS, une seule fois, certes, écrit trop vite et seulement sur la base d’un montage trouvé sur Twitter. 


Moi, j’ai UNE raison principale d’être abonnée : je cherche un média critique qui prend le temps de la réflexion , donc accepte de s’extraire de l’actualité brûlante. 


Le sujet de cet article est intéressant , le fond est important et ce qu’on y lit est bien bossé, mais c’est vraiment regrettable que le manque de ce qui n’y est pas soit justifié par les délais de publication. 


Quelle est la nature de cette urgence à publier un super début d’enquête mais sans la fin ?  

Qui la décrète ?

Qu’est-ce qui la justifie ? 


Faut la suite maintenant : le professeur et l’éditorialiste. 

Sinon ça reste un super début. Pas achevé. 


Il va devenir interdit d'être con.

Problème.!

Tout le monde sait ce qu'est un con. :-)

Mais qui va définir le concept pour la Loi?

La France va mal...

Dans certaines écoles privées post-bac, ce sont certains élèves qui tiennent des propos racistes :
- "les roms sont des privilégiés car ils ne se font pas contrôler dans le tram"
- "Hitler, c'était une belle utopie mais qui a mal tournée, je l'ai lu sur un blog"
Si vous faite un cours problématisant ces positions et contrariez ces élèves, vous perdez votre boulot.

Autre élément intéressant   dans un article de Mediapart de septembre 2019 il est écrit 

"l’Inspection générale ne s’en sont pas tenus au cas de Gilles Freyer. Ils ont également orienté leur mission sur notre journaliste, à laquelle ils consacrent une sous-partie de leur rapport, intitulée « Mme Béatrice Kammerer : journaliste engagée »

Journaliste engagée,  cela ne vous rappelle rien?  Et le Dr Freyer n'est pas un professeur engagé ????

Première année de médecine, fac de Lyon, amphi bondé d'étudiants en marche pour la sélection, la vraie, celle des premiers de cordée.

C'est déjà assez violent comme contexte pour les futurs 80% recalés.

Un enseignant qui profite de la situation pour tenir des propos homophobes, sexistes, racistes.

Pas une personne "progressiste totalitaire" dans l'amphi prête à renoncer de suite à sa possibilité de carrière, s'étonne hypocritement l'enseignant

"Car c'est bien dans l'altérité qu'on façonne les nuances de sa réflexion" défend A Rosencher.

Il est clair que leur réflexion sera nuancée, voire teintée d'amertume pour un certain temps.

Un cancérologue écrivant les épreuves de sciences sociales, est il aussi dangereux qu'un sociologue écrivant celles de cancérologie ?


Espérons que leur professeur d'EPS propose ce sujet pour celle philosophie.

Effectivement je me suis posée exactement la même question et n'est trouvé dans le parcours de cet éminent professeur de cancérologie aucune mention de formation en sciences sociales ni humaines.. cela interroge sur les choix de l'université de Lyon Sud quant à cet enseignement : visiblement ils n'ont pas choisi les diplômés en sciences humaines et sociales, ils ont plutôt  préféré  les opinions pourquoi pas mais dans cas il faudrait une diversité d'enseignants et donc d'opinions,  a priori pas le cas non plus. Ce qui est inquiétant c'est qu'aucune presse n'interroge ces choix ce qui serait tout à fait légitime et ouvrirait le vrai debat 

Je n'ai trouvé,  désolée pour la faute

J’ose espérer que ce sont les sujets d’examen en lien avec son cours ... mais quand bien même ...on pourrait imaginer qu’en France en  première année de médecine chaque cours est assuré par un spécialiste de la matière enseignée ...

Je dirais que ce très sympathique Dr Folamour a deux circonstances atténuantes : il enseigne en fac de médecine et dans une université lyonnaise ! Esprit carabin, quand tu nous tiens...

Merci pour cet article que j'ai ouvert d'un clic nonchalant pour, ensuite, hausser un sourcil intéressé et, enfin, me retrouver avec 10 onglets ouverts pour vérifier et appréhender au mieux le sujet. C'est exactement ce type de publications que j'attends d'une source d'infos comme ASI.

charmant personnage tout à fait raccord avec l'idéologie de "ceux qui travaillent et ceux qui ne sont rien"...avec quelques relents par-ci par-là d'"anti-communautarisme". bref : dans l'air du temps!

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.