117
Commentaires

Camp contre camp, le retour

Commentaires préférés des abonnés

 " Radio  Paris ment , Radio Paris ment

  " Radio Paris est Lallemand "

Nous ne sommes pas dans le même camp

Ben oui, c'est évident


Nous n'avons jamais été dans le même camp

et c'est heureux car sinon, 

nous serions coupables d'avoir matraqué Loïc Prud'homme député de France

nous serions coupables d'avoir usé de stratégi(...)

Les Gilets jaunes, même ultra-minoritaires dans la population, constituent un phénomène politique sans précédent.


"Ultra-minoritaires", cher DS ? Même quand 80% de la population française soutenait le mouvement pendant des mois ? Même quand plus d'un (...)

Derniers commentaires

Le préfet de Paris MENT, le préfet de Paris est LALLEMENT.

"Le retour" ?


J'avais pas vu que c'était parti ?

Des questions sans réponses , des soupçons quelque peu fondés ? https://twitter.com/i/status/1196348933859094528

Est-il vraiment pertinent de parler de referendum anti-privatisation ? Il y a certes des motivations hautement probables chez les signataires de la pétition. Mais d'une part un referendum est par nature ouvert à deux réponses possibles, et donc il n'est pas utile d'écrire le résultat avant la consultation proprement dite (surtout quand la survenue de celle-ci est incertaine). D'autre part, la question portée par la pétition est de savoir si ce choix devrait être soumis au referendum, qui peut - et devrait - avoir sa vie propre indépendamment de la position sur la dite-privatisation.

Hommage au préfet Lallement.


Si tous les GJ avaient sa lucidité, sa pugnacité et sa compétence en combats de rue, le gouvernement ne tiendrait pas une semaine.

Dans quel "camp" se croit-il? On aimerait qu'il précise...Ce serait savoureux, j'imagine...

La neutralité de l'Etat ? qu'est-ce à dire ? Aux oubliettes ! Camp contre camp, bloc contre bloc,  Telle doit être la gestion pour l'équipe au pouvoir. Tenez-le vous pour dit. Sans compter la régionalisation qui rétablit le système d'allégeance, la féodalité. Sans compter les tribunaux d'arbitrage qui ne tiennent pas compte du droit mais des intérêts des parties prenantes, véritable justice privée. L'avenir risque d'être rude. Au moins arrêt sur Images le souligne, sans doute s'en indigne. Mais combien ailleurs s'en préoccupe ?

Les camps , bientôt : https://www.facebook.com/streetmedics21/videos/545346932698831/

Nous ne sommes pas dans le même camp

Ben oui, c'est évident


Nous n'avons jamais été dans le même camp

et c'est heureux car sinon, 

nous serions coupables d'avoir matraqué Loïc Prud'homme député de France

nous serions coupables d'avoir usé de stratégies indignes de la République contre les Gilets Jaunes

nous serions coupables d'avoir remis en place les pelotons voltigeurs à motos dont on connait les tristes méfaits

nous serions coupables des mains arrachées, de la mort de Mme Zineb Redouane, etc


quelle chance que ce monsieur le reconnaisse

nous ne sommes pas dans le même camp

nous sommes aux côtés de ceux qui sont méprisés

nous ne sommes pas à la solde des nantis

...Il ne va pas tarder à être bien tard....trop tard...

De toute manière, dès qu'on a vécu un certain nombre de manifestations gilets-jaunes, on sait à quoi s'en tenir. Le moindre prétexte est bon pour justifier des attaques massives de lacrimo, de LBD, de grenades de dés-encerclement... Cela a provoqué le retrait des gilets, ce qui est une réussite pour le gouvernement. On ne parvient plus à s'identifier dans les rues de Paris même lorsque nous sommes de toute évidence nombreux comme ce fut le cas samedi, mais dispersés et chassés par les motards armés jusqu'au dent et à l'attitude glaçante dès que 10 personnes convergent... 

En ouvrant en ligne la presse dite papier, ce samedi, à savoir ni les radios ni les télés, j'ai été agréablement surpris de l’hommage implicite rendu au mouvement des Gilets Jaunes.

On a pu lire des articles sur le traumatisme engendré pas la répression policière  les gardes à vue préventives, entassé.e.s dans des geôles puantes après avoir été arrêté.e pour détention d'un gilet jaune, la vie après une blessure au LBD. L'injustice de voir sa plainte classée sans suite après que son visage ait été défiguré, les techniques de l'IGPN pour ne jamais retrouver le fonctionnaire coupable.

On a pu lire des textes racontant la tactique de Macron et Philippe pour traumatiser une grande majorité de manifestant.e.s qui désormais restent chez eux et faire monter la haine chez ceux qui ne lâchent rien et résistent avec violence afin de les stigmatiser sur les télés d'infos, leur complices officielles.

Enfin, on a lu la dérive totalitaire d'une élite et la prise de conscience sociale des populations, tout ça dans Libération, le Monde, l'Obs, l'Express, etc. Il y a donc un mouvement informel de résistance - ou de juste faire (encore) son travail - dans ces journaux détenus par des milliardaires. C'est salutaire. Merci pour ça. 

A quand un défilé de CRS marchant au pas sous l'Arc de Triomphe ?

Face a l'épouvantail Le Pen, il est probable que Macron sera réelu en 2022 , la seule élection qui compte en France. Hélas ! La présidentielle a été taillée pour de Gaulle en lui donnant les pleins pouvoirs, lesquels sont aujourd'hui utilisés par un représentant du capital ne disposant pas de plus de 10 à 15% d'assentiment réél à sa politique par les électeurs.  Voter une fois tous les 5 ans  n'est pas la démocratie. Les puissants tiennent le bon côté du manche, mais peut-être les luttes déboucheront-elles sur une convergence ... On peut en douter. Nuit Debout avec Lordon pour emblème n'avait aucune revendication mais un important corpus intellectuel. A l'opposé les Gilets Jaunes n'ont que des revendications qui ne remettent pas en cause le système. La jonction ne s'est pas faite entre ces deux mondes. Si le libéralisme s'effondre, il mourra de ses propres excès.

A l'opposé les Gilets Jaunes n'ont que des revendications qui ne remettent pas en cause le système.


Je ne serais pas aussi péremptoire que vous à ce propos. Vous semblez oublier les nombreuses revendications portant sur les inégalités d'une part (ISF, services publics, salaires, etc.), et sur le système politique d'autre part (RIC, démocratie directe, etc.), les unes comme les autres remettant bien en question le "libéralisme"...

Ce ne sont pas des remise en cause profondes du libéralisme, simplement des rustines. Les 10 milliards annoncés par Macron étaient un enfumage. Lors d'un reportage Médiapart s'est déplacé en janvier pour interroger des Gilets Jaunes. A la fin du long entretien, un sociologue leur demande pourquoi ils ne demandent pas une augmentation des salaires. Tous semblent tomber des nues ... Le partage équitable de la valeur ajoutée suppose des propositions radicales: salaire minimum de base, lourdes sanctions au niveau européen contre la fraude fiscale, arrêt des aides telles que le Cice aux grandes entreprises,  etc.  Autant de points qui doivent être pensés et portés, sur le terrain avec tous les acteurs, syndicats,  associations, etc. le chemin sera long.

la logique des mouvements révolutionnaires est de toujours commencer par des revendications "réformistes". Ce fut le cas de la révolution française et de la révolution russe (une simple manifestation de femmes). Vouloir séparer "l'intellectualisme" de nuit debout des revendications "économiques" des gilets jaunes c'est se condamner à ne rien comprendre à ce qui unit souterrainement ces mouvements, la destruction de l'ordre libéral, à ce qui fonde la dynamique d'un mouvement révolutionnaire. Ce qui différencie aussi l'acteur du commentateur (ou spectateur).

Parfaitement, vous m'ôtez les mots de la bouche (ou des doigts ?) !  ;-)

C'est un simple constat, difficilement réfutable. que cette séparation  Ajoutons-y Occupy Wall Street en2011 qui ne revendiquait rien.  Les syndicalistes et autres mouvements représentatifs ne comprennent pas cette absence de revendications. Les gouvernements  n'entendent que le rapport de forces. Si rien ne réunit les classes en lutte d'une société comment avancer ?

Je viens de relire "14 juillet" d'Éric Vuillard...

Une bonne goulée d'optimisme ;-)

Réélu avec Le Pen comme Premier ministre.

L'épouvantail Le Pen fait moins peur que d'habitude quand on met Macron en face.


Le "barrage républicain" avait pour argument de ne pas laisser passer l'extrême droite car ça représentait des risques de violence de l'Etat contre le peuple avec tout l'imaginaire fasciste derrière.

Macron a fait sauter tout ça : aujourd'hui, c'est difficile de dire "votez macron pour éviter le fascisme" vu la trajectoire qu'on a emprunté.

Même sans ça, en 2017 j'étais persuadé que le président élu, quel qu'il soit, serait la dernière chance avant le RN. Et c'était avant toutes les violences et les réformes.


Pour moi il faudrait un miracle pour que Le Pen ne soit pas élue en 2022 (d'autant plus que le reste du paysage politique est complètement ravagé).

C'est tellement vrai qu 'aux Européennes, j'ai le sentiment qu'une partie des électeurs a appliqué l'idée du vote-utile en choisissant un bulletin FN contre Macron pour dénoncer sa violnce. Fou.

Arrêtez de vous faire peur avec le RN, démographiquement le Pen n'a aucune chance de gagner tout comme Trump sans un système alambiqué n'aurait pas pû etre Président (3 millions de voix en moins minimum que Clinton), Bolsonaro sans fraude etc... 

L'extrême droite est forte sur le papier mais lorsqu'elle s'approche a chaque fois du pouvoir des forces bien plus puissante s'y oppose, le RN a par exemple moins d'élus au parlement que n'importe quel grand parti français, pas une région/département, lorsqu'elle fait des manifs personnes n'est là etc...


La peur du RN est un moyen aussi pour sidérer la gauche alors que mathématiquement et historiquement, cette famille politique a le vent dans le dos depuis plus d'un siècle mais pour le voir il faut je le répète sortir de cette sidération fictive.


La France qui vote RN est celle dite "périphérique" cette France ne représente plus grand monde en terme comptable la France étant un pays d'urbains et en plus relativement jeune, le RN sait bien tous cela et joue ces dernières carte avant que la bataille ne soit définitivement perdue, c'est cela que l'on voit aujourd'hui une droite qui se radicalise devant le vent de l'histoire qui rend évident pour tout le monde que le capitalisme est mort.

Je pense que vous vous trompez lourdement. La même erreur que beaucoup et depuis très longtemps en fait.


Vous oubliez les leçons de l'Histoire. Quand l'oligarchie sent qu'elle risque de perdre le pouvoir, elle s'en remet aussitôt au fascisme, seul garant de ses prébendes et de ses privilèges.

C'est ce qui s'est passé dans les années 30 en Europe, dans la seconde moitié du XXè siècle en Amérique latine et en Afrique, et exactement ce qui se passe aujourd'hui de nouveau en Amérique latine, et demain en Europe...


En d'autres termes : Le capitalisme est mort ! Vive le capitalisme !!! (à moins qu'on ne lui "coupe la tête" définitivement...)  ;-)

Pfff... C'est vrai qu'on avait compris que la police, la justice, la majorité des médias était dans le même camp.  Mais cette chronique avec le rapprochement du Musclor d'opérette et la bécasse de France info (qui rappelle une autre https://www.arretsurimages.net/emissions/arret-sur-images/campagne-macron-2017-sur-ce-reportage-ma-liberte-etait-proche-du-neant ) est consternant.


Bon tant pis, je fuis et regarde l'excellent François Boulo et la dame en treillis: gardons espoir.

Ce qui est sûr c'est qu'il n'est pas du même côté du manche de la matraque ...


Cet appel soudain au "devoir de réserve" de la police me semble un peu hypocrite et malsain. Hypocrite dans un contexte de manifestation où des efforts sont faits pour dégager la police de sa "neutralité" ("la police avec nous", négociations pour faire comprendre aux humains en uniforme qu'ils devraient sortir de leur rôle codifié d'instruments aveugles). Malsain parce que ce double standard est vraiment en train de se généraliser comme façon de penser. Et c'est assez grave, ce réflexe de faire feu de tout bois, sans aucune réflexivité, sans jamais se demander si (du moment qu'il va "contre" la bonne cible) l'argument est juste ou si l'on n'a pas utilisé l'argument diamétralement opposé trente secondes auparavant, dans un contexte où il nous arrangeait.


C'est quelque chose qui me débecte quel que soit le sujet, et je vois ce mécanisme rhétorique proliférer partout ces jours-ci, notamment dans la pensée twitter qui envahit le monde, les forums et jusque dans les articles d'@si.

Les Gilets jaunes, même ultra-minoritaires dans la population, constituent un phénomène politique sans précédent.


"Ultra-minoritaires", cher DS ? Même quand 80% de la population française soutenait le mouvement pendant des mois ? Même quand plus d'un Français sur deux continuent de le soutenir un an après ?


Allons Daniel, reprenez-vous !  ;-)

Camp contre camp. C'est connu depuis le départ pourquoi s'en étonner pourquoi  faire semblant de découvrir ce truc, 

cette chronique enfonce une porte déjà largement ouverte. Lallement lutte contre les manifs, quel scoop !


Pourquoi ne pas fustiger ces groupes paramilitaires déguisés en noir. 

Pourquoi cette bienveillance par omission pour ces groupes (bloc noirs) , à l'évidence habilement manipulés par le pouvoir pour discréditer et faire peur ?



Lallement, le berger allemand qui blesse très fort et parle aux chiens de garde du pouvoir... la boucle est bouclée non ?

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

France inter,  ce matin est tellement de droite dans ses questions que j'ai cru que rachida dati l'invité politique était de gauche! radio collabo! 

quant à lallement , il confirme qu'il est en guerre et que les médias servent sa propagande.


L'info du JDD d'hier, qui fait passer les membres de la rédaction du Gorafi pour des petits joueurs :

Impressionné par le film "Les Misérables" de Ladj Ly, Macron demande au gouvernement de se dépêcher de trouver des idées pour améliorer les conditions de vie dans les quartiers. 



Glaçant mais qui confirme ce qu'ont déjà compris dans leur chair GJ, pompiers, soignants, écolos et tout citoyen qui pensait" Liberté, égalité, fraternité"

l'état et toutes ses institutions, médias compris, sont en guerre contre la République Française et son peuple.

On vote pour gagner une guerre ?

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

La femme est vêtue d'une sorte de treillis… :D


Avec en arrière-plan le Maréchal Juin, l'image est forte :

 " Radio  Paris ment , Radio Paris ment

  " Radio Paris est Lallemand "

Et Lallement poursuit sa route, fier de sa réplique, paradant dans son bel uniforme et sous sa casquette d'officier, roulant de ses frêles épaules dans Paris occupé par ses troupes.

"pas dans le même camp" ? Fort heureusement ! donc nous sommes en "guerre"  ? fort bien, il est lucide au moins ! 

france info télé est devenu la pravda, mais une pravda involontaire par l' absence totale de connaissance des présentateurs qui ne font que répéter le politiquement correct


sont ils vraiment journalistes ? et comme le dit l'interviewé de quelle autorité tirent ils le droit de donner leur opinion, même si je supppose qu'ils n'en ont en fait pas  

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.