25
Commentaires

Booba/Kaaris : pourquoi les spécialistes rap boycottent les médias mainstream

Ils étaient partout : Booba et Kaaris, se battant violemment devant un magasin duty-free de l'aéroport d'Orly ce 1er août. Ils n'étaient (presque) nulle part : les spécialistes et experts du rap, qui auraient pu apporter un point de vue différent sur ce fait divers dont se délectent les grands médias, et ils s'en expliquent, notamment dans une longue interview au site Hypebeast. Pourquoi ces journalistes et fondateurs de sites spécialisés boycottent-ils les médias "mainstream" ?

Commentaires préférés des abonnés

je ne voudrais pas être désagréable avec Rébecca Manzoni, mais je remarquerai que le rock est né dans les années 50 et le rap dans les années 70. Ils n'ont que 20 ans de différence, ce qui n'est pas énorme.


Que le premier ait fini par être accepté tan(...)

Approuvé 2 fois

À l'inverse, le rap est principalement écrit par et pour les non-blancs, comme l'était exclusivement le jazz à ses débuts. Il me semblerait donc plus judicieux de comparer le rap et le jazz. Et dans ce cas, l'Histoire pourrait vous donner raison : il(...)

Derniers commentaires

C est quoi encore que ces fausses phrases, le web morne plaine ? pardon ? c est la tv la,morne plaine, qui doit mettre el son a fond pour nous saouler, sur le web, c est interet qui nous pousse aaller au bout d un article , d une video. ensuite c est quoi ce ´ site specialisé ´ pour des specilistes du Rap ? ha oui c est qui les specialistes du rap ? les amateurs de RAP , non ? votre phrase donne a penser que seuls qq érudit pourraient comprendre les debats sur ces sité alors qu il suffit daimer le rap'... pas plus. 

je ne voudrais pas être désagréable avec Rébecca Manzoni, mais je remarquerai que le rock est né dans les années 50 et le rap dans les années 70. Ils n'ont que 20 ans de différence, ce qui n'est pas énorme.


Que le premier ait fini par être accepté tandis que le rap est encore honni, quarante ans après sa naissance, n'indique en rien que le rap serait destiné à la notoriété générale. C'est un peu tard.


Cela n'enlève rien à la valeur du rap, mais il restera sans doute la musique et la culture des banlieues et de la "racaille", la pure émanation de cultures de dominés qui veulent exister en tant qu'eux-mêmes. Et il y réussit admirablement.


Après, comme toute culture, elle a ses galères et ses brebis galeuses...

Très bonne décision des journalistes rap de ne pas aller dans les médias mainstream. 

D'ailleurs, si je ne me trompe pas, en 2017, il y a eu seulement 4 artistes français (sur toute la scène musicale) qui ont eu un disque d'or en moins d'une semaine et c'était 4 rappeurs. Personne n'en a parlé.

Merci ASI. Enfin un article honnête sur le rap

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.