63
Commentaires

Bebelo-attristés et bebelo-indifférents

Commentaires préférés des abonnés

"Malheureux le pays qui a besoin de héros." Bertolt Brecht

C'est étrange ces morts de personnalités déjà âgées, voire très âgées, qui quelque part sont déjà morts artistiquement parlant. La tragédie, c'est quand l'artiste nous quitte en pleine force de l'âge, alors que ses fans attendaient un nouveau film, u(...)

D'après ce que j'ai entendu cette nuit, c'est El Senior Presidente Emmanuel I (ou Napoléon IV) qui va organiser une cérémonie d'hommage.


Remercions le ciel (if any) d'avoir ainsi hérité d'un président omniscient, omniprésent, efficace, évolutif, perfo(...)

Derniers commentaires

il y a celui a qui on rend hommage , et ceux qui rendent hommage .Et pour une fois je vais citer Charlie " c'est dur d'être aimé par des cons " C'est quoi cette société où l'on rend hommage a un acteur ?

Belmondo faisait ses cascades lui-même.  C'est pas Saraht Bernhardt qui pourrait en dire autant.

Vous me direz : "Elle était handicapée". Ce à quoi je réponds : "Pour se suspendre sous un hélicoptère, on n'a pas besoin de ses deux jambes".

Quant à Louis Jouvet, lui, il n'a aucune excuse.

Malgré son passé de cégétiste, je suis définitivement plus Omar que Bebel.

J'ai accueilli sa mort avec beaucoup d'émotion, non pas seulement pour ses qualités d'acteurs, mais aussi car il incarnait avec beaucoup d'autres une grande période du cinéma français et plus généralement européen, qui était, et désolé si ça sonne réac facho que-sais-je mais c'est factuel, quand même un exemple et un modèle à suivre pour énormément de grands cinéastes, qu'ils soient Américains, Japonais ou Honk-Kongais... Bref l'époque où le cinéma français populaire, puisque Belmondo l'est avant tout, un cinéma de grande qualité, perfectionniste, audacieux, que ce soit ses comédies ou ses films noirs...


Y'a pas de mal à regretter une époque où on respectait un minimum le spectateur moyen... 



Mon Bébel, il m'avait "saisie", adolescente, dans "Léo Morin prêtre"... après, il m'a énervée... 

Je n'en reviens pas que tout soit devenue maintenant, objet de récupération... de Zemmour à... l'occupant de l'Elysée... J'ai entendu que c'était l'Elysée qui pilotait la cérémonie d'hommage à Belmondo... Mais bon sang, on a une Ministre de la Culture, richement payée pour... ne pas aider les cinémas, désertés par les anti-Pass (en tout cas moitié moins occupés qu'avant le Pass) ! Eh bien non, l'autre petit prétentieux en campagne récupère lui aussi le Bébel des uns et des autres mort !

Je supporte de + en + difficilement ces "gens se croyant les propriétaires des cerveaux des Français"... Comment les éliminer, tous... de gauche à droite ? Y en a-t-il un de sincère parmi eux ? Bah, non évidemment ! Et qui accorde du crédit à ces récupérateurs ? Boh, pas grand monde à mon avis... Nous sommes encore et toujours dans le pathos ! J'en ai marre de ce spectacle de merde qu'ils nous imposent (car je le fuis... et il me revient par votre intermédiaire, Daniel)... Va-t-il falloir que je cesse de vous lire pour ne plus avoir ce goût amer dans la bouche ?

Bon ! Bébel c'était toute une époque, bien lointaine, mais passionnante.


Je pense que la mort de Carrie Fischer, à jamais la princesse Leia, la combattante de Star Wars qui jamais n'accepta la défaite, m'a beaucoup plus affectée.
Parce qu'après tout, elle était Leia, et à jamais, parce qu'aucun autre rôle n'a brouillé notre vision d'elle.

L'incarnation parfaite...


Bébel était un mercenaire...



Les Invalides pour Belmondo....


Delon est entrain  de répéter pour le Panthéon !

Au fait, Theodorakis est mort.

Les polémiques sur les hommages quand une star meurt, c'est une grande tradition nationale. 

Son sobriquet de "Bébel" parait étrange si l'on songe à l'mage de costaud-macho curturiste à gros biceps qu'il s'est forgée.

Quoique... Si on songe au timbre de sa voix qui rappelle le chant de la brebis ...

La disparition de Jean-Paul Belmondo m'a ému. Il m'a accompagné, bien sûr de loin, pendant 60 ans de ma vie.

.

L'occasion d'une pensée aux autres grands acteurs récemment disparus (je ne parle ici que des hommes) et qui me manquent eux  aussi: Blier, Galabru, Marielle, Noiret, Piccoli, De Funès, Serrault, Carmet, Rochefort... et d'autres encore.

en regardant les photos des journaux representant un Belmondo d' il y a 50 ans pour la plupart..; j' ai relu l' acteur d ' Harcourt  dans les mythologies de Roland Barthes .....

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Merci, pour une fois, de penser à nous, toutes et tous ceux qui n'avons rien à foutre des morts de telle ou tel relique décatie. Que ce soit Johnny, Belmondo ou tous les autres, pourquoi je devrais m'attrister de la mort d'un inconnu ? Pourquoi cette injonction à trouver immédiatement mille qualités (qu'ils avaient peut-être, là n'est pas la question) à n'importe quel connard dont le hasard, la fortune ou la classe sociale a imposé la gueule à la téloche ?


Je me suis fait traiter d'inculte il y a quelques mois dans les commentaires d'une chronique précédente, parce que je découvrais un quelconque acteur avec sa mort. Ravi de voir que cette fois notre indifférence est ramenée à sa banale normalité.

Belmondo ? Un acteur médiocre.

Il l'a compris assez vite d'ailleurs. Après avoir contribué à gâcher des films qui auraient pu être de bons films, tels que Stavisky et La Sirène du Mississipi (qui ont été des flops, le public de Resnais et de Truffaut ne s'y étant pas trompé), il a entamé une carrière pépère en faisant du Belmondo dans des films où on lui demandait de faire du Belmondo.

La presse française et le gouvernement bébêlent en choeur.....

C'est étrange ces morts de personnalités déjà âgées, voire très âgées, qui quelque part sont déjà morts artistiquement parlant. La tragédie, c'est quand l'artiste nous quitte en pleine force de l'âge, alors que ses fans attendaient un nouveau film, un nouvel album, etc. (ex : le club des 27, Balavoine, Coluche, Desproges, voire Eastwood qui a 90 ans continu à sortir des films.)


En revanche l'œuvre de Belmondo, qui ne tourne plus depuis longtemps, s'est  comme séparée de sa personne physique. Bébel passe à la télé très régulièrement. Le fait que son cœur ait cessé de battre ne change rien pour nous. Le manque au quotidien concerne sa famille, ses proches, mais pas nous. Rien de triste pour moi. Le singe en hiver est toujours et sera toujours là.



"Le manque au quotidien concerne sa famille, ses proches, mais pas nous. Rien de triste pour moi. Le singe en hiver est toujours et sera toujours là."


Merci.


Pierrot le fou, Michel Kovaks ou Laszlo Poiccard (ou c'est l'inverse), tous deux à bout de souffle, seront toujours là aussi.

 


S'il n'avait pas eu son AVC en 2001 il ne serait peut-être pas "mort artistiquement parlant".

Adieu Bebel je t'aimais bien.

Je ne comprends pas bien cette nostalgie des droitards, on a des acteurs merveilleux aujourd'hui (et des actrices aussi, mais ce n'est vraisemblablement pas le sujet), on ne va pas tous les citer, mais entre Omar Sy, François Civil ou Pierre Niney qui, comme Bebel réussissent autant dans la comédie que dans l'action que dans le drame, je ne vois pas quoi regretter, si ce n'est peut-être un certain virilisme qui n'aura pourtant pas attendu OSS 117 pour s'autoparodier, notamment dans le Magnifique ou James Bond lui-même que ce soit dans les Diamants sont éternels ou la période Roger Moore...  Bref, la tristesse, bien sûr, les regrets, pas sûr.

Je crois que je vais reprendre deux fois des moules, tiens…

mince, c'est dans ce billet que j'apprends la mort de Omar...

mythique figure de mon adolescence, dont le charisme et la puissance restera toujours dans un coin de ma mémoire..

bien que je sois attristé par les deux disparitions, c'est toujours plus blessant de voir une vie fauchée avant son terme..

D'après ce que j'ai entendu cette nuit, c'est El Senior Presidente Emmanuel I (ou Napoléon IV) qui va organiser une cérémonie d'hommage.


Remercions le ciel (if any) d'avoir ainsi hérité d'un président omniscient, omniprésent, efficace, évolutif, performant, opérationnel, bienveillant( non, pas bienveillant)  et j'en oublie sûrement.


Ah si, j'ai oublié omniprésent, omniprésent et omniprésent.

"Malheureux le pays qui a besoin de héros." Bertolt Brecht

J'ai remarqué que les nécrologies d'artistes "  à bout de souffle " étaient toujours dithyrambiques.


J'attends  ( sans impatience excessive ) le jour où l'on présentera Bernard Tapie  comme le digne successeur de l'abbé Pierre ...


( vous m'avez rappelé, ce matin, Jean Maitron, qui a été mon prof' de français, au lycée. C'était un homme remarquable, un vrai " Professionnel ", pas un " Guignolo " . Certains, plus que d'autres , mériteraient les honneurs de la République. )

La mort par vraisemblable overdose de Michael K. Williams, le Omar de The wire, autre justicier déjanté, flic et voyou à sa manière, faisant sortir du bois d'autres attristés, restés silencieux sur Bebel 


Je dois avouer que je suis de ceux-là, et ce,  bien que Bebel ait marqué mon adolescence, bien qu'ayant revu récemment les Borsalino; le très bon Léon Morin et le mythique A bout de souffle ( que je n'aime décidément pas ) ... 


mais moi non plus je ne suis pas là pour parler de moi, même si chacun ira, je pense, de son souvenir  comme quand un monstre de cinéma nous quitte


Salut Bebel et merci


Depuis hier c'est journée sans média mainstream pour ma part, j'attends que ça passe, un peu comme un orage.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.