76
Commentaires

Bayrou à Demorand : "vous êtes journaliste, mais aussi citoyen"

Invité de France Inter le 4 juin, François Bayrou a mis en cause les sondages qui donnent le MoDem en baisse, et implicitement reproché au présentateur Nicolas Demorand de n'avoir pas réagi contre le nouveau système de nomination du président de Radio France par l'Elysée.

Derniers commentaires

Bien, bien.
Les sondages mentaient, Monsieur Bayrou.
On allait voir ce qu'on allait voir, et entendre ce qu'on allait entendre.

Il se peut, bien sûr, que le Ministère de l'Intérieur soit aussi vendu que les sondages.

Mais jusqu'à preuve du contraire, je crois que vous avez pris une branlée.
ouaouf violent le bayrou, pas habitué a cela, moi qui le croyais mou... pas deçu du voyage.
Le culte de la soi-disant neutralité de l'information semble rendre les journalistes aveugles et déraisonnables, incapables de juger de ce qui est sain ou non dans un régime démocratique digne de ce nom. Entendre le pauvre Demorand, qui, si l'on en juge par son CV, n'est pas le dernier des idiots, raconter à ce point n'importe quoi, avec une si grande légèreté, paraît assez inquiétant. Pire, il persiste et signe lorsque Bayrou le lui fait remarquer.

Qu'est-ce qu'il faut pas faire pour garder son poste...
j'ai été également assez stupéfaite de l'insistance de nicolas demorand à vouloir absolument dire à françois bayrou qu'il n'y a (et qu'il n'y aurait) aucun problème du fait que le directeur de radio france soit nommé par le pouvoir en place ; c'est si lourdement appuyé que ça en devenait louche ! mais je n'arrive pas à savoir dans quel sens !!!.... juste un sentiment de malaise à 9h car j'apprécie plutôt ce journaliste.
il faudrait qu'il s'explique : c'est la seule solution !
Annie
Qu'en est-il réellement des relations de Daniel Cohn-Bendit avec le pouvoir et nottement Sarkozy? En tout cas en ce qui concerne HADOPI il s'est battu jusqu'au bout pour le paquet télécom...
wouh!! Cohn Bendit sur inter ce matin, puis Colombe Schneck avec un débat sur les sondages, décidément Bayrou est à la fête!
A la suite du débat "à vous de juger" on peut légitimement se poser la question: Bayrou se prend-il pour obelix?

Tu me fais les poches, tiens une baffe! Tu m'invites au 20H de la blonde et tu veux pas que je critique TF1, tiens une baffe! Tu m'invites à 7h50 sur RTL et je peux pas parler de mon programme, tiens une calotte! Tu m'invites à 8h20 sur inter et la nomination de ton boss par le président ne te pose pas de soucis, tiens la v'la ta baffe! Tu es devant moi dans les sondages? Tiens une méga-baffe (foireuse celle-là) pour ta pomme.

La baffe est devenu l'image de marque de Bayrou, comme obelix, comme les gaulois, bref une vraie reflexion de marketing politique basée sur les racines de notre peuple ^^.
Pour ifon, je viens de tomber la dessus : observatoire-des-sondages., le scoop de François le révolté en preview ?
Ce qui aurait ete énorme et qui aurait surement été à peine croyable c est que N Domoraud réponde : " écoutez vu le poids de ma hiérarchie et la filière directe entre tous les directeurs ( de JL Hess a P Val etc ) et nous journalistes nous allons être prudents et faire attention à nos propos , être impertinent devant l opposition et très prudent ( consciemment ou pas ) devant le pouvoir ...."
Imagine t on cette réponse ou alors dans le non verbal ....
Tout le monde sait que l'on peut faire dire aux sondages à peu près ce que l'on souhaite. Deux sondages sortis le même jour peuvent donner des résultats différents. Selon les questions posées, ou selon l'organisme qui le demande. Les sondages du Figaro ne sont pas vraiment les mêmes que ceux de l'Humanité, et les instituts de sondage appartiennent bel et bien à des groupes financiers ou d'intérêt (comme Bolloré) qui vont donc "sonder" là où ça va faire mal aux autres, ceux d'en face, ou au moins ceux qui gênent aux entournures. Je ne crois pas du tout à la déontologie ou même à la simple honnêteté là dedans, surtout quand il est question de pouvoir.

Je ne soutiens pas Bayrou, qui est pour moi un homme de droite, et je ne voterai jamais pour lui. En revanche, je trouve qu'il a parfaitement raison.

Les médias sont bel et bien complices de la désaffection des gens.

Extraits de l'article d'Acrimed cité plus haut :

Plusieurs facteurs expliquent sans doute le confinement à une quasi-clandestinité de ces élections. S’agit-il d’une nouvelle et volontaire mise en quarantaine médiatique de l’information et du débat démocratique, à l’instar de ce que nous avions déjà constaté l’année dernière sur la ratification par voie parlementaire du Traité de Lisbonne ?

Quel journaliste s'est indigné à l'époque de la manière dont le gouvernement s'est purement et simplement assis sur la volonté des français de refuser l'Europe libérale, et non pas l'Europe tout court ? Pas grand monde.

Ou plus simplement d’une préoccupation de diffusion et/ou d’audimat, comme l’explique sans détours Franz-Olivier Giesbert, dans Le Point du 7 mai : « C’est une chose connue dans les métiers de la presse. Mettez le mot Europe à la une d’un journal ou à l’affiche d’un débat télévisé et vous ferez fuir les lecteurs ou les téléspectateurs. Il est donc écrit que la campagne des élections européennes ne fera pas recette  »  ?

Eh oui, hein, c'est pas comme le crash des airbus, c'est pas vendeur, l'Europe, l'audimat baisse, ça fait chier, on n'y comprend rien, de toutes façons ça changera rien (ce qu'on nous martèle à longueur de JT), ben tiens, dimanche, on ira à la pêche...

Notons au passage que ce raisonnement – qui fait bon marché de la campagne référendaire sur le Traité Constitutionnel Européen – a le mérite de faire voler en éclats les récurrentes et belles proclamations sur la mission première des médias [3] : informer avec rigueur et de manière contradictoire les citoyens – ce qui ne saurait exclure, d’ailleurs, les prises de position tranchées de certains éditorialistes.

Ça on attend toujours... Et ça remet en cause l'honnêteté de la "classe journalistique" finalement. On le constate de plus en plus, dans les "médias dominants". On trie les infos, celle dont on peut parler, et celles dont on décide qu'elles ne sont pas "intéressantes". Ils sont le "quatrième pouvoir", et ils entendent bien le garder, ce pouvoir, en étroite "collaboration" avec le gouvernement. Pas étonnant que Demorand l'ait pris de cette manière, il s'est senti personnellement attaqué...

Facile de demander à Bayrou comme le fait Aphatie, "allez dites le nous, vous êtes comme tout le monde, l'Europe on s'en bat les flancs, en fait ce que vous visez, c'est 2012, et les présidentielles... " J'appelle ça du journalisme "vendeur", "racoleur", et je suis polie...Je rêve de voir les Aphatie et Demorand demander à Sarkozy "Vous la mettez pas un peu trop en avant, votre Carlita" pour faire parler de vous ?" A mon avis, c'est pas pour demain...

Mais si le désintérêt de la plupart des médias pour le contenu de la campagne européenne (sondages d’intention de vote mis à part) a sans doute des causes multiples, un constat semble s’imposer : il est tout à fait bienvenu de déplorer le « désintérêt des Français » pour ces élections.

Parce évidemment, une forte abstention dimanche ne fera que conforter notre gouvernement à continuer dans la droite ligne de ce qu'il a commencé, le résultat étant pour lui comme une bénédiction de la part des français. Et même s'il ne s'agit que de 20 % des français.

En clair, je pensais aller à la pêche dimanche, et ben j'irais voter, et à gauche, toute. Na. Merci M. Bayrou.
Moi j'ai beau le voir et le revoir, je le trouve balaise ce Bayrou...

Il reprend un fond de vérité : évidemment que les sondages sont "orientés" par l'acheteur, par les questions posées, par les corrections statistiques....Giacometti est un conseiller de Sarko par exemple. Et puis avant de lacher une proposition de loi, c'est bien connu, on commande un sondage qui tombera 2 jours après l'annonce pour un effet couperet : les français sont d'accord...alors a quoi bon lutter ?

il reprend un fond de vérité sur les sondages, il noircit le trait avec un gros coup de stabilo et résultat, on a plus envie de le croire lui que son pourfendeur et en plus il s'accapare la tunique du justicier masqué (mais qui a oublié son masque pour aujourd'hui). 1 point pour lui.

Idem pour la nomination de J.L.H. Bien sur que c'est une catastrophe, et il renvoie Demorand dans les cordes avec son devoir de citoyen qui n'a rien fait pour empecher ça.... que voulez vous répondre ???? rien . Résultat 2-0

Fin du match.
Est-ce le Nicolas Demorand qui s'opposait au projet de modification du mode de nomination des présidents de l'audiovisuel public ? Celui-là n'était pas dupe des conséquences conscientes ou inconscientes, affichées ou insidieuses du nouveau mode de nomination par le président de la République.

Ou bien est-ce le Nicolas Demorand rapidement interviewé dans Chomsky et Compagnie, qui ne doute pas une seule seconde, comme bon nombre de journalistes médiatiques, de son indépendance et de sa totale liberté de ton ?

Le post de Daniel de ce matin résume parfaitement la situation. Le "circulez, y'a rien à voir" de Demorand est un peu court voire malhonnête. Une des questions de Daniel était : "Et si elle est intrinsèquement mauvaise [cette loi], pourquoi ne pas continuer à le dire aujourd'hui, comme on le disait hier, et pourquoi s'effaroucher aussitôt que quelqu'un le dit ?"
Et si une tentative de réponse était que le journaliste en démocratie doit se méfier de lui même plus que de quiconque et que la certitude de son indépendance est une illusion qui ne tarde souvent pas à se révéler dangereuse ?
Une ou deux questions (à peine "orientées") que j'aimerais poser aux journalistes de France et de Navarre :

- En quoi les sondages nous éclairent-ils sur les idées et les programmes des candidats ?

- Comment peuvent-ils n'avoir aucun doute sur l'honnêteté des sondages qui leurs sont communiqués ? (Car ils les utilisent tant... et je ne peux pas croire qu'ils feraient la part si belle à des chiffres qu'ils estimeraient "trafiqués"... hum)

- Débattre sur des chiffres de sondages pré-élections, est-ce du journalisme ?

- N'ont-ils pas l'impression que petit à petit, les commentaires de sondages pré-élections ont pris, sinon toute la place, du moins une place prépondérante dans "l'analyse politique" ?
Raisonnement par l'absurde : s'il y avait encore plus de boîtes à sondages, et par conséquent de sondages, resterait-il encore du temps pour parler de Politique autrement ?
- N'ont-ils pas l'impression que tout le temps passé à interroger les uns et les autres sur les chiffres du jour, c'est autant de temps perdu en terme de débat d'idée ? (=> retour à la première question ci-dessus)
question du sondage : êtes-vous pour le contrôle des élèves "suspects" (késako?) ?

résultat dans les médias : les Français favorables au contrôle des élèves !!!

au même moment le gouvernement veut faire une loi qui autorise la fouille des élèves, étonnant non ?

alors oui certains sondages ne sont pas neutres

pas d'accord ?
Dans l'échange de ce matin entre Demorand et Bayrou, je n'ai pas réussi à faire la part entre la susceptibilité de Demorand qui court-circuite ainsi toute critique du mode de désignation du président de Radio-France, (mode de désignation qui tend la perche à un abus de pouvoir par un gouvernement, maintenant il ne reste plus qu'à attendre quel sera ce gouvernement), et la volonté de Bayrou de faire du populisme sensationnel (le coup de gueule, la provocation et l'anti-élitisme sont de bonnes recettes sur les plateaux).
Enfin bref, ce fut une conversation pas très saine à mon sens.
Je suis étonnée de la naïveté de certains quant aux sondages et à leur utilisation et quant à la pratique journalistique qui consiste à recopier des "sondages" à longueur d'article plutôt que de faire du journalisme d'investigation comme c'est le cas dans d'autres démocraties...
.
Il faut tout de même revenir sur les manipulations des présidentielles en 2007. J'en ai vécu deux en direct sur mon PC. La plus salée étant le pseudo-sondage publié le vendredi soir avant l'élection vers 23h30, alors que tous les sites des médias devaient se figer à minuit.
.
Pendant tout le week-end des élections, est ainsi resté en ligne une grosse première page:
"Le Pen passe devant Bayrou". Le message était clair "Voter utile!"
.
Et cela a marché pour des centaines de milliers de personnes qui ont eu tout simplement peur de voter Bayrou et de se retrouver avec Le Pen. J'en connais parmi mes amis.
.
Il y a eu une excellente analyse des manipulations faites par CSA - le "pseudo-institut" de sondage qui appartient à 100% à Vincent Bolloré sur ce site:
http://genevievetabouis.blogspot.com/2007/04/manipulation-dopinions.html
.
En effet, CSA est le seul qui a fait monter artificiellement Bayrou en 2007 à 24% - alors qu'il n'y était jamais, pour le faire "chuter" immédiatement après. Chaque article de presse et chaque JT commençait donc ainsi:
.
"Malgré sa CHUTE dans les sondages, Bayrou..."
ou bien
"Bayrou, en CHUTE dans les sondages..."
.
La pire des manipulations a été celle du vendredi soir avant l'élection, vers 23h30 est apparu un "dernier sondage" qui indiquait: "Le Pen passe devant Bayrou". Une "erreur" de 6% - hors de la marge des potentialités.
.
Tous les sites des médias - qui devaient arrêter de publier à partir de minuit - ont gardé ce message tout le week-end des élections. Cette "annonce" a disparu aujourd'hui des médias nationaux, elle était partout, sur Libé, Le Nouvel Obs, Le Monde, Le Figaro, etc....
.
On ne la retrouve plus guère aujourd'hui que sur les médias étrangers comme:
http://www.levif.be/articles/index.jsp?articleID=2684§ionID=5&siteID=38
ou sur ceux qui ne l'ont pas effacé:
http://www.jeanmarcmorandini.com/article-4854-le-dernier-sondage-choc-le-pen-devant-bayrou.html
.
Dans l'article de blog Sarkozy sur le yacht de Bolloré et le sondage CSA suspect du 20 avril, la blogueuse Sophia analyse depuis Montréal:
.
[quote=Sophia]Je lis avec étonnement aujourd'hui que l'échappée belle de Sarkozy se fait sur le Yacht de vincent Bolloré.
.
Le nom Bolloré m'est apparu la première fois sur google le soir du 20 avril à Montréal. Je lisais le journal Le Monde qui me donnait quelques boutons, non seulement à cause de son parti pris pour Sarkozy mais aussi à cause du traitement négatif que le journal et sa direction avaient réservé, et continuent de le faire, à François Bayrou, le candidat que j'avais décidé de soutenir.

Or ce soir là, alors que l'interdiction de publication de sondages était déjà entrée en vigueur, je lis sur le site du Monde* qu'un sondage CSA donne Le Pen devant Bayrou (16,5% Le Pen et 16% Bayrou). Depuis plusieurs jours le Monde faisait des allusions à une possible percée de le Pen alors qu'aucun sondage ne corroborait cette prévision. Dans mon esprit, le seul effet qu'une telle information, publiée juste avant l'entrée en effet de l'interdiction de la publication des sondages, pouvait avoir, était d'effrayer certains électeurs de centre gauche votant Bayrou et les pousser au vote utile pour Royal. L'effet serait similaire chez les électeurs de droite tentés par le vote Bayrou. L'impact essentiel d'une telle information était de pousser au vote utile Royal/Sarkozy sous le spectre de le Pen et ne pouvait nuire qu'à l'autre alternative que les électeurs avaient, Bayrou.

J'étais piquée, ce sondage sentait mauvais pour moi. Il était presque minuit à Montréal quand je me décide à écrire sur le sujet. Je commence donc une recherche frénétique sur CSA, son conseil d'administration, etc...Après une demi heure je tenais mon bout. Vincent Bolloré était devenu actionnaire important de CSA en septembre 2006, y avait introduit même deux de ses proches collaborateurs au conseil d'administration, avec une clause pour y devenir devenir majoritaire en 2008. J'avais alors intitulé mon article 'Un des gros actionnaires de CSA au secours de sarkozy?' Je n'avais évidemment aucune preuve de relations directes chaleureuses et amicales entre les deux hommes puisque je découvrais juste ce soir là le nom et le profil du premier.

Maintenant nous avons la preuve de cette relation directe et suspecte. Évidemment, avec Sarkozy, les hommes d'affaires se permettent tout, et Sarkozy en retour se permet tout. Celui qui paie la facture c'est le peuple français. Pauvre France, leurrée par un démagogue sans scrupules.

Lire ici le récit de la 'retraite de Sarkozy'. Il semble que Bolloré ait tout payé, y compris le jet privé. La France s'est offert un président people. Pourquoi pas Paris Hilton tant qu'on y est ?

Il nous faut une enquête immédiate sur ce sondage.

*Le journal Le Monde et Bolloré sont associés dans le lancement d'un journal d'information gratuit dont ils ont annoncé le lancement en Décembre 2006. Plus d'intoxication pour les esprits et plus de candidats pour les patrons de France. Les jeux de l'argent-information-pouvoir se font au grand jour en France et personne ne s,en offusque. Je n'ai rien contre le business mais je ne pense pas que c,est une manière saine de faire du business en accaparant le tout et en limogeant la libre entreprise et la concurrence. Ce n'est même pas du libéralisme économique leur truc c'est de l'autoritarisme et du fascisme, consenti et approuvé par 53% des français.
.
.
Les Français attentifs - une minorité malheureusement - ont vu cette manipulation en direct, impuissants, puisque toute réaction était impossible en une demi-heure... à minuit, tout s'arrêtait.
.
Et PERSONNE n'a condamné ces pratiques crapuleuses et malhonnêtes. Les instances sensées contrôler les sondages - toujours a posteriori - sont dirigées par les amis du pouvoir... Aucune chance.
.
Chat échaudé craint l'eau froide...
.
Bayrou a-t-il tort ?
Demorand c'est juste un grand comique en fait, non ?

Parce qu'affirmer que la nomination du boss des médias publiques par le président n'est pas un problème parce que lui n'est pas pied et poing lié, c'est juste risible... Surtout quand ça fait à peine quelque mois que cette loi est passée...

Le problème n'est pas maintenant, Sarkozy n'est pas assez stupide pour utiliser ce pouvoir à peine la polémique "retombée". Il pourra l'utiliser beaucoup plus tard, en disant bien, "nan mais regardé pendant X ans c'est mois qui ai nommé et ça n'a pas posé de problème, c'est un faux procès que vous me faites".
Et ce jour là, Demorand sera le premier a dire qu'il a raison surement !

Sauf que le jour où un président s'en servira a des fins anti-démocratique, ça va poser un très gros problème, et Demorand n'aura que ses yeux pour pleurer et ça sera bien fait pour sa pomme !
Arf, j'ai attendu impatiemment l'arrivée de Saint Jean-Luc (car J-L Hees a une auréole au-dessus de la tête, si vous n'avez pas remarqué) ce matin, juste avant 9 heures... Mais non. Pas cette fois.

Sinon, journal de 13 heures, France Inter : invité, le directeur général adjoint de la TNS-Sofres. On passe un extrait de l'interview de Bayrou du matin même.
Première question, tout en nuance, de la journaliste : "vous venez d'entendre Mr. Bayrou, alors, vous êtes un manipulateur ?".
Yeah.
Après RTL, hier, où il s'est plaint de l'interview de Jean-Michel Aphatie qu'il [François Bayrou ] a jugé "trop centrée [...]

c'est un comble !
Pourquoi les journalistes se préoccupent-ils uniquement dans leurs commentaires de la course entre le PS , le MODEM ,Europe Ecologie ?
Pourquoi aucune analyse sur le score de l'UMP ?
Au premier tour des présidentielles Sarkozy fait 31,18 % des voix ,entre les deux tours il reçoit le soutien des centristes qui quittent Bayrou et rentre dans la majorité présidentielle ,puis quelques ex -socialistes les suivent et créent leurs mouvements dont j'ai oublié les noms .Aux municipales ,d'autres centristes vont à la soupe sarkozienne.Sarkozy a deux ans de pouvoir pendant lesquelles il a usé et abusé des médias,
années pendant lesquelles il a également fait voter des dizaines de textes de lois.Sarkozy a bénéficié (si j'ose dire) de six mois de présidence
de l'Europe , pendant toute cette période ,il a éte porté aux nues par les médias (pour certain comme le Figaro ,c'était tellement gros que s'en était comique).Sarkozy c'est même engagé à fond dans la campagne en faveur de son parti (discours de Nimes) ses ministres candidats sont
restés à leur poste jusqu'au bout , se servant sans vergogne de leur poste pour faire campagne (n'est-ce pas Barnier).
RESULTAT LE SCORE ATTRIBUE PAR LES SONDEURS POUR L'UMP EST DE : 25 à 27 % des voix. PERTE NETTE entre 4 et 6%.
BRAVO l'artiste !
Les voix prises au FN à la présidentielle seraient elles reparties au FN : et non le FN faisait 10,44 % au premier tour il est donné autour de 6%
aux européennes ,peut être alors sur De villiers ,non plus ,De Villiers plus Nihous à la présidentielle c'est 3.38% Libertas qui regroupe les deux
est donné à 4%
En rajoutant les 1% de la liste Debout la République , de la droite à l'extrème droite le total est donc de :36 à 39% des voix contre 45% au premier tour des présidentielles
Ces voix seraient donc parties sur le Modem ,non plus Bayrou fait 18,57% à la présidentielle ,là il est donné entre 11 et 13% ( il talonne le PS comme disent les commentateurs objectifs ) je rappelle que le PS est donné entre 20 et 22% des voix et perd donc entre 4 et 6% ( 25,87% pour Royal au premier tour de la présidentielle.
Dans la bouche des commentateurs "bien intentionnés " avec 5 à 6 points de retard sur l'UMP ,le PS est largué . Mais avec de 8 à 9 points de retard le Modem talonne le PS.
Enfin ,il doit bien y avoir des gagnants dans cette affaire et bien oui ! les gagnants sont :
Les écologistes ! Bové plus Voynet à la présidentielle = 2,89% Europe Ecologie = entre 10 et 13 %
Le PC avec l'aide de Mélenchon reprend des couleurs MG BUFFET 1,93% Le Front de gauche : 7%
PS , Front de Gauche, Ecologiste ça fait un socle de ; entre 37 et 42% des voix contre 30,69% à la présidentielle.
En 2012, si on restait dans cette configuration ,le NPA et Bayrou devront dire STOP ou ENCORE à Sarkozy !!
Messieurs et Mesdames les journalistes si vous n'avez pas cette lecture des sondages ,rassurez-vous les conseillers de Sarkozy l'ont depuis un moment ,sinon pourquoi les thèmes de la sécurité , de la Turquie , du complot d'extrème gauche seraient remis sur le tapis.
Si on laisse un instant de côté l'homme politique Bayrou qui utilise cette "manipulation" des médias et des sondages pour porter sa campagne et si on s'intéresse un peu à l'accusation portée, on se rend compte qu'il n'a pas tort.

Nicolas Demorand peut bien argumenter sur l'impartialité gardée de radio france, il n'en est pas le président, il ne peut parler qu'en son nom. Qu'il aie toujours son indépendance et sa liberté, c'est bien.
Cependant, si l'on regarde, le nouveau directeur de radio france s'est cru bon d'intervenir inopinément dans la matinale de demorand pour bien faire savoir qu'il n'était pas le joujou de Sarkozy. Cette intervention totalement inopportune, pour se justifier, est pour moi la preuve même que la question dérange, hors ne dit-on pas "il n'y a que la vérité qui blesse" ?
Quand on voit le contenu des journaux télévisuels, quand on voit les tentatives de muselage de l'internet (appel d'offre du ministère de l'éducation nationale l'année dernière par exemple), on est aussi en droit de s'interroger sur l'impartialité des sondages, commandés le plus souvent par des partis politiques.

Que M. Bayrou s'en serve pour sa campagne, c'est peut être un acte politique, mais ça n'en demeure pas moins une vérité dérangeante. Le pouvoir exécutif a maintenant les pieds dans tous les médias les plus populaires (publics et privés via les grands "amis" de Sarkozy). Gesticuler dessus a au moins le mérite de mettre le doigt sur le problème.
Tourner un tel sujet à la dérision, c'est à mon avis grave, car cela conforte l'idée que les choses vont mal, mais qu'il ne faut pas que ça se sache.
Question intéressante et bonne chronique, merci.

On renvoie facilement dos à dos de soi-disant paranoïaque du complot médiatique et de l'autre des naïfs qui croient encore à la liberté d'expression et de la presse.

Comme souvent dans les débats interminables, la vérité est probablement plus nuancée : il n'y a pas de conspiration au sens où l'entend Demorand, pas de réunion de la presse dans un bunker, sous l'Élysée, pour fabriquer l'opinion, ni de Docteur NO qui manipulerait les esprits depuis son bureau en caressant son chat blanc.

Mais en même temps, il y a des connivences implicites, des ententes, des petits marchés au cas par cas. Dans un pays où la commission de déontologie est tout bonnement snobée concernant la nomination scandaleuse de Pérol, dans un pays où le porte parole du gouvernement s'attaque au statut de l'AFP, pour cause de non relais d'une information du pouvoir (cf. chronique de Justine), la question de la liberté d'expression peut être légitimement questionnée sans tomber dans le conspirationnisme.

D'ailleurs, conspirer c'est cum spirare, c'est respirer ensemble.

Ça se fait tout seul, chacun dans son coin, porté par les mêmes valeurs ou les mêmes intérêts, c'est dans "l'air du temps".
Décidément, François Bayrou pique une colère chaque fois qu'il se trouve face à un journaliste qui le contredit (Chazal, Aphatie, Demorand). Quelle confiance accorder à un homme politique qui rêve d'un destin national et qui ne sait pas contrôler son humeur (je n'imagine pas que ces colères soient simulées)?

Demorand ne sort pas grandi non plus de cette confrontation. Il est inutilement hargneux (contagion ? ). Et nous fait une belle démonstration de langue de bois par omission : il affirme et réaffirme qu'il est entièrement libre, mais se garde bien de dire s'il approuve ou non le principe de la nomination du président de Radio France par le Président de la république (question que ce balourd de Bayrou aurait pu lui poser, mais il était sans doute trop occupé à regarder son nombril).
Et si on arrêtait de lui faire de la pub ? On pourrait alors préparer une vraie alternance de la gauche plurielle, social-démocrate, mouvementiste et écologiste, en 2012

http://www.lepost.fr/article/2009/06/04/1563580_europe-ecologie-devant-le-modem-une-bonne-nouvelle-pour-la-gauche-plurielle_1_0_1.html
Et voilà un exceptionnel exemple de contre-productivité !

L'État (et même le PS pour faire bonne mesure) sont les principaux clients des instituts de sondage...

Est-il improbable qu'ils exigent de leurs fournisseurs des infos un peu truquées pour mettre le concurrent gênant dans une spirale d'échec ?

La haute moralité et le sens de la déontologie qu'on leur connaît les met-il à l'abri de ce genre d'accusation ? Combien de condamnés ces derniers jours pour corruption passive, recel et autres billevesées ?

Bon ! Soyons clair : je pensais m'abstenir, je déteste cette Europe et tout ce qu'elle représente.

Je vais me déplacer et aller voter Bayrou (MODEM), histoire de chier dans les bottes des manipulateurs et des escrocs !

Gagné les gars !

P.S. : Princen, vous pouvez aller dire ça à votre chef.

***
Demorand peut toujours s'insurger , c'est Bayrou qui a raison sur la nomination des dirigeants de l'audiovisuel publique.
Mais quelle mouche a piqué Demorand ? Je veux défendre Bayrou mais j'aimerais bien voir les journalistes d'Inter plus vigoureux quand il s'agit de mettre un ministre ou un grand patron sur certaines affaires judiciaires par exemple.
La prestation de Bayrou sur France Inter ce matin vaut vraiment le coup d'oreille. Entre complot médiatique, crainte pour l'indépendance de France Inter balayée par Demorand (un peu naïf sur ce coup-là, mais il défend son employeur) et surtout l'accusation de manipulation des sondages dont Bayrou affirme détenir des preuves qu'il révèlera à la presse si vraiment Europe Ecologie passe devant le Modem, il a fait une crise de paranoïa carabinée en direct. J'ai comme l'impression qu'il perd pied, le François, seul dans son parti...
Apathie est souvent contradictoire :
il reproche aujourd'hui aux personnels politiques de n'envoyer que des "seconds couteaux" au Parlement européen, ce qui expliquerait un certain désintérêt pour ces élections.
Il voulait quel candiat alors : ceux qui sont déjà connus, en charge de responsabilités, c'est à dire élus et souvent cumulant plusieurs mandats ? Mais n'est ce pas ce même Apathie qui dénonce avec vigueur le cumul des mandats ?
Il voudrait plus de têtes connues mais par ailleurs il dénonce la personnalisation de la politique !
Les médias n'ont pas suivi la campagne car ils ont attendus que l'UMP se mette en marche sous la bannière de Sarkozy, c'est à dire lors du discours du Président début avril. Là, les journaux et commentateurs ont annoncé : l'ouverture de la campagne, enfin !
Mais il suffisait d'écouter les autres partis, de droite natioanle et de gauche, pour savoir que eux, avaient déjà engagé la campagne : programme (comme le Manifesto du PS prêt depuis janvier ; sauf le MODEM qui n'a arrêté son programme, à part 12 puis 14 propositions que tout début mai).
Ensuite, M Aptahie a reçu ses invités pour commenter la façon dont ils faisaient la campagne, et pas pour présenter et débattre des programme.
Alors qu'il ne vienne pas aujour'dhui donner des leçons, pas plus que les autres éditoriales d'ailleurs, qui pendant des mois n'nt parlé de l'Europe que sous l'angle : vin rosé, prix du lait, et où sont les programmes, où est Ségolène Royal, Bayrou attaque Sarkozy, les socialistes seront ils devant l'UMP, qu'a dit le Président....
Encore Bayrou ! pitié... son numéro sur le complot médiatique fait sourire.

Pendant ce temps Europe Ecologie fait campagne... sur l'Europe. Qui en parle ?
Qu'importe, les électeurs/trices pourraient bien faire une surprise verte le 7 juin.
Aphatie n'a pas tort de dire entre les lignes que Bayrou fait une campagne médiocre.

Mais Bayrou a 100% raison de pointer la responsabilité écrasante des médias français

C'est une autre leçon de 2005 : la campagne référendaire a été violente, chaotique, dans chaque camp on ne s'est pas privé de sortir les pires énormités sans courir le moindre risque d'être plus contredit qu'un autre. Ce qui a rendu au passage à peu près inaudibles ce qui avaient des choses intéressantes mais plus modérées à dire, et là encore on en trouvait dans chacun des camps. Que la grande majorité des gens se trouve fort dépourvue pour dégager le possiblement vrai du complètement faux, voilà qui a prouvé de manière définitive le fiasco de l'information française sur l'Europe.

Faites l'expérience de lire Quatremer (les coulisses de Bruxelles) pendant un mois. Tantôt il vous énervera, tantôt il vous étonnera, tantôt il vous ravira, mais il est impossible d'échapper à la question : mais enfin pourquoi on ne m'a jamais parlé de ça auparavant, c'est dingue !

Du contenu bon sans, du contenu !
Continuons avec nicolas ! La France ne peut pas aller plus mal qu'avec un autre ! Vu que c'est nicolas qu' il nous faut ! Les français, 20 % dit on porteront l' UMP à la victoire ! Belle démocratie en effet, où 20 % de la population décide pour le Pays tout entier, m^me le roi fainéant n'avait pas osé, lui venait d' ^tre plébiscité par 80 % de nos compatriotes !

nicolas afin de se trouver seul sur la photo, veille d'élection ! oublia d'inviter la Reine, qui résista sous les bombardements, le Général demanda asile à la famille Royale et parti se réfugier à Londres avec d'autres compagnons.

Heureusement nicolas vient d'être humilié par Obama, l'Homme de couleur ! qui s'éleva contre cette faute d'Etat. Le futur roi d'Angleterre remplacera la Reine Mère aux cérémonies. Il était impossible à la Reine d' accepter une telle Humiliation.

Au nom de L' Etat Français, je présente toutes mes excuses à la Famille Royale Anglaise ainsi qu' à son Peuple.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

françois bayrou veut être président ce n'est pas un scoop
je pense que pour parler de l'europe il faudrait que on explique aux gens a quelle sauce il vont être manger.
le problème c'est que vous n'intéresserait personne avec l'europe.
prenon la chaîne d'Info continu Euronews elle arrive avec ses reportage a rendre "europe" pour le coup très vivante.
Excellent article dans Marianne:
http://www.marianne2.fr/UMP-et-PS-instaurent-le-double-discours,-europeen-et-national_a180206.html
qui confirme ce que j'écrivais plus haut. Je cite une partie:
.
[quote=Marianne:]Le manifesto a ouvert la voie du double discours. Les socialistes défendent des idées contradictoires dans leur pays respectif mais signent un texte commun conformiste et libéral. Sarkozy et Merkel font de même et excellent tout autant dans l'hypocrisie politique.
La communication politique vient de franchir une nouvelle étape dans sa course à la vacuité. Après l’exercice de triangulation qui consistait à s’approprier les thèmes de l’adversaire, puis les grands discours où les envolées lyriques sont sans lien (ou carrément contraires) avec les propositions qui suivent (spécialité Sarkozy-Guaino) et les textes programmatiques à bases d’oxymores (spécialité socialiste), voici désormais la stratégie du manifesto !

Elle consiste à produit deux textes, l’un international qui tient lieu d’engagements formels, écrit dans une langue aride, pour ne réaffirmer que les dogmes de l’ordre économique mondial, l’autre interne, censé l’interpréter dans une langue électorale, mais qui s’en écarte sur l’essentiel pour tenir un discours quasi révolutionnaire. On avait déjà eu un aperçu de ce mécanisme de propagande à lors du dernier G20 qui avait permis à Sarkozy d’annoncer fièrement la fin du modèle anglo-saxon, alors même que le communiqué final réaffirmait solennellement les grands principes de la mondialisation néolibérale.

Pour une fois, le Parti socialiste a été l’avant-garde de cette innovation. Après avoir, fort louablement, attaqué la campagne par l’élaboration d’une plate forme programmatique commune avec ses partenaires européens, qui s’est avéré n'être qu'une synthèse molle et consensuelle de tout ce qui fait la pensée unique communautaire en forme d'hymne enthousiaste à la construction européenne, le PS s’est doté d’un texte complémentaire censé exprimer sa pensée avant tout compromis, dans toute sa pureté socialiste, un texte très à gauche, avec des accents antibéraux, qui se promet de changer l’Europe et même la mondialisation !

Intellectuellement, c’est honteux, mais stratégiquement, c’est génial ! La stratégie du manifesto permet de dire à son électorat exactement ce qu’il a envie d’entendre, tout en crédibilisant le propos par un accord international qui laisse à penser que le projet pourra être mis en œuvre rapidement et sans difficulté. La stratégie du manifesto cumule les avantages du discours démagogique et contestataire avec la posture institutionnelle de ceux qui sont en responsabilité et parfaitement raisonnables. Les partis socialistes européens ont construit et géré l’Europe en parfaite harmonie avec la droite. La plupart se sont ralliés à l’idée de reconduire Barroso. (Les socialistes espagnols, allemands et autres)... Qu’à cela ne tienne ! Le PS promet l’alternance, la rupture, le changement, la révolution !

Sarkozy aurait bien aimé s’afficher avec ses acolytes de la promotion du modèle anglo-saxon, Gordon Brown et José Luis Zapaterro, avec lesquels il comptait au début de sa présidence former un axe alternatif au couple franco allemand. Problème : ils sont « socialistes ». Prendre une initiative avec son sulfureux alter-égo italien étant exclu, il ne resterait plus que son amie Angela...

La suite sur l'article de Marianne.
.
CQFD, et les médias font de même, puisqu'ils soutiennent soit le PS soit l'UMP... pour la grande majorité.
Il faut écouter la première question d'Apathie, toujours la même depuis des semaines de la part de la quasi-totalité des journalistes... comme pour encourager l'abstention... qui ferait plaisir à l'UMP.
.
D'ailleurs, presque à chaque interview les mêmes questions: l'abstention et les présidentielles. Aucune question sur l'Europe ni sur le travail des députés européens, sur les enjeux...
.
Triste
.
Au moins il faut laisser à Apathie le mérite de laisser parler F. Bayrou, car ce n'est pas toujours le cas. Comme lors de la dernière interview sur "RadioJ" où les journalistes n'ont pas cessé de parler, lui coupant constamment la parole...
.
Quant aux sondages évoqués, celui de CSA - appartenant à Vincent Bolloré - donnait Le Pen devant Bayrou le vendredi soir avant l'élection, vers 23h, alors que tous les sites devaient rester figés à partir de minuit. Le message est ainsi resté tout le week-end de l'élection sur tous les médias:
.
"Le Pen passe devant Bayrou". Le message - en soutien à l'UMP - était clair: "Votez utile"... il n'y a qu'en France que ce terme est utilisé... pays qui n'est pas une démocratie mais une monarchie républicaine où le terme "alternance" ne signifie que passer du PS à l'UMP au niveau national ou vice-versa et le contraire au niveau local... Ces deux partis se partagent le pouvoir depuis des décennies et sont toujours sûrs d'y être, un coup au national, un coup au local...
.
Que Bayrou dérange qui veut mettre fin à ce petit manège - qui se rejoue à Bruxelles où UMP et PS votent allègrement la même chose pour le partage du pouvoir - qu'il dérange, c'est une évidence. Copé appelle le PS à contrer Bayrou et Barnier décerne à Cohn-Bendit un diplôme d'Europe, lui qui ne joue plus aucun rôle dans son pays où il n'a plus aucune crédibilité. On ne lui tend plus les micros. Mais en France, l'UMP en a besoin, alors on lui tend les micros...
.
Et à Bayrou, on parle de présidentielles et d'abstention... comme Apathie ce matin
Je me demande si les politiques, ou les plus au fait d'entre eux, n'ont pas inclus l'importance du "off" vis à vis de JM Apathie. Je m'explique : JMA a pris l'habitude sur son blog de relater les échanges entre l'invité et lui apres ses interview matinales radio. Son blog est lu, on peut donc imaginer qu'un invité le sache, Bayrou ici, et pese ce qu'il dit à JMA apres l'interview, hors micro, dans le plus ou moins secret espoir d'avoir un "rab" de temps de parole.
En l'occurence, ici je donne raison aux deux : les médias ont décidé de ne regarder de cette campagne que ce qui est "à coté" : l'absention, l'enjeu de la présidentielle, les guerre de clan ... il faut fouiller pour trouver des brides d'article ou d'interview sur le parlement européen. Bayrou a raison de le souligner. Le problême est qu'il n'est pas le plus habilité à le faire, ayant lui même jouer sur ce décalage via son livre et ses interventions récentes.
Bonjour la France,

Bon papier, merci.

Sans être des clients de JMA et écrit néanmoins des réalités pour le coup.

Ce cher François, roi des tracteurs et des chevaux de courses (naisseur pour les pros !), vient de s'en prendre plein le pif et écrivons avec gourmandise, c'est très bien ainsi !

Sans gommer le talent de ce cher François et sa grande culture, il paye avec ce fait mineur l'ensemble de ses gesticulations qui perdurent depuis des années. Son seul souhait étant de devenir le premier des premiers face aux Français.

François, à force de mentir car il sait mentir le bougre (les autres aussi), il découvre que l'effet boumerang est efficace et que devant un JMA qui lui fait mordre un peu la poussière du terroir de France, il peut redécouvrir que ses tactiques et manœuvres qui ne font en définitive que de la très petite politique, il redécouvre que lui aussi peut subir des attaques et qu'il n'est pas au dessus des autres...

JMA ne pouvait point écarter ce rendez-vous si facile à faire, il a gagné. François lui ne peut que s'en vouloir à lui même.

A plus et courage.

JD
l'Equipe
gueualnte.fr & battresarkozy.fr

PS : C'est note Nicolas princen ?
Il y a une semaine, Acrimed traitait de la même question de la poule et de l'œuf. Et cette fois-ci, c'est l'Express qui était en cause.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.