54
Commentaires

2010 : quand les médias bashaient Bachelot

En pleine pandémie de grippe H1N1, certains médias moquaient déjà la ministre de la Santé d’alors, Roselyne Bachelot, qui avait commandé deux milliards de masques et 94 millions de dose de vaccins. Les critiques médiatiques et politiques n’ont pas cessé… jusqu’à ce début d’année 2020.

Commentaires préférés des abonnés

Quel est le but de cet article ?


Nous rappeler que les médias lèchent, lâchent, puis lunchent ? Et éventuellement relèchent, comme avec Bachelot ces temps-ci ?


Ou contribuer à la réhabilitation du soldat Roselyne ?

Soldat qui a largement contribué, en t(...)

Donc l'erreur de la ministre de 2009 qui a pris des dispositions totalement disproportionnées par rapport au danger réel, est lavé par l’erreur du gouvernement de 2020 qui n'a pris aucune disposition face a un danger cette fois bien réelle ? Heu(...)

R BACHELOT : PARLER DES MASQUES POUR NE PAS PARLER DU VACCIN H1N1


A quoi sert un article mettant en scène la polémique opposant R Bachelot et certains média qui lui reprochaient, plusieurs mois après l'épidémie, l'achat inutile de masques et de &(...)

Derniers commentaires

Si ma mémoire ne me fait pas défaut, je n'ai jamais entendu que l'on reprochait à Madame Bachelot d'avoir acheté des masques, il s'agissait d'achats de vaccins. Les lois Bachelot ne sont-elles pas la conséquence de ce qui arrive aujourd'hui à l'hôpital public? Cette Dame veut se refaire une santé, c'est un peu gros et plutôt indigeste.

Il y avait surtout une sacré controverse, s'agissant d'argent publique, sur le secret qui entoura le montant du contrat signé avec le labo GSK (pas encore de secret des affaires à cette époque en théorie), mais peut-être que c'est ma mémoire qui me trompe.

Je reconnais avoir bien bashé Bachelot à l'époque.  Ce stock énorme de masques et de vaccins me paraissait ridicule. On lui reprochait ses liens avec Big Pharma.  Cela dit, le risque du H1N1 avait  été surévalué. Mais il ne faudrait pas passer du bashing à la contrition sur Bachelot. Soit, elle avait anticipé le pire mais avec le Covid-19, le problème est différent. Le vaccins n'existe pas et l'arme la plus efficace est la dépistage massif des groupes à risques associé au traçage des porteurs de virus. Pas sur du tout que Bachelot aurait été plus à la hauteur que les décideurs d'aujourd'hui avec un système de santé publique qu'elle a contribué à demanteler

La meilleure réponse que j'ai à donner (qui ne glorifie pas Bachelot puisque la stratégie date d'avant elle) est  celle-là . Cela confirme que le bashage de Bachelot a été néfaste à la stratégie globale : les basheurs, obnubilés par leurs objectifs politiques/médiatiques ont tout jeté, sans voir ce qui était bien dans la politique de Bachelot. Etrangement, vous ne voulez pas reconnaître votre erreur en ne mettant pas les masques dans les solutions efficaces...

Bachelot qui reçoit le soutien des réseaux sociaux grâce à sa présence médiatique et des journalistes à la mémoire courte, n'a fait que mettre en place les dispositions du gouvernement précédent (voir votre lien)  et suivi les alertes très alarmistes de l'OMS. Mieux vaut ne plus  parler de Sainte Bachelot comme l'appelle Daniel.  Attention aux effets de balancier de l'opinion publique dus à l'émotion du moment.

Sauf que en faisant du dénigrement politique, on tourne en rond et on va repartir vers les mêmes erreurs à savoir juger les problèmes avec des angles politiques. Cela n'apportera aucune solution efficace. Vous ne retenez de mon lien que le fait que cela avait été prévu avant, mais ce que je retiens c'est que l'attaque politique contre Bachelot a jeté à la poubelle aussi ce qui avait été bien appliqué par elle. Ni sainte ni bouc émissaire, ceux qui l'ont attaqué politiquement sont aussi coupable du fait qu'ils ont rendu craintifs sur la trop grande anticipation sur des alertes très alarmistes selon vous (en regardant cela après coup...).

MERCI ! Enfin !

Et bien sur, sur les chaines d’infos, qu’elle squatte à longueur d’antenne, en pérorant sans complexe, en affirmant les choses et leur contraire, aucun journaliste n’a trouvé un interstice pour lui rafraîchir la mémoire sur sa loi scélérate ! Bingo, comme d’hab !

Quant à notre « chef de guerre », lui aussi pérore dans les médias italiens (une de ses spécialités : s’exprimer vers l’étranger) pour justifier la justesse de sa stratégie en France

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/coronavirus-macron-se-defend-d-un-eventuel-retard-francais-20200328

(voir aussi les commentaires...).

Tout cela est renversant, de l’ordre de l’insensé. !!


Le véritable problème qui nous éclate à la gueule c'est,que toutes tendances confondues,ceux qui gouvernent depuis 40 ans ont fait de la France un champ de friches industrielles au nom  de la mondialisation heureuse .


Si ,sur le territoire national,existaient des infrastructures capables de fabriquer des masques,des tests,des médicaments,du matériel médical, la question des stocks ne se poserait pas à chaque possible épidémie avec une telle acuité avec,en outre cet autre avantage non négligeable,que le taux de chômage serait sûrement moindre.


je ne défends pas Mme Bachelot que j'éxècre surtout pour avoir initier la tarification à l'acte qui dévasta le système hospitalier et j'enrage de la voir pérorer sur les chaînes d'info ,comme tous ceux qui nous ont amenés là et qui prétendent,aujourd'hui,nous expliquer comment en sortir.Il ne peut pas y avoir de décision intelligente dans un système qui ne l'est pas.


Quant aux médias,c'est aussi un effet de système:on ne peut pas tenir l'antenne 24/24 sans dire un nombre proportionnel de conneries.


Qu'ils s'en aillent tous! comme dit l'autre....


 


R BACHELOT : PARLER DES MASQUES POUR NE PAS PARLER DU VACCIN H1N1


A quoi sert un article mettant en scène la polémique opposant R Bachelot et certains média qui lui reprochaient, plusieurs mois après l'épidémie, l'achat inutile de masques et de  doses vaccinales en 2009,  sans  résumer  les éléments factuels du débat de l'époque sur le vaccin dès l'été 2009.

Alors on va s'y mettre :

  1.     
  2. 1) Sur l'épidémie de grippe H1N1     variante porcine, le monde médical était partagé en deux camps.

       

    - D'un côté le camp de « la     pandémie mortelle pour laquelle il faut un vaccin »:

       Avec Madame Margaret CHAN Directrice  générale de l'OMS pour l'international.   

       Avec pour la France, plusieurs  experts chargés de conseiller la Ministre, tous connus pour leurs  liens avec la firme      SANOFI-PASTEUR : Bruno LINA, Pr FLAHAUT,     Claude HANNOUN...etc.

       

    - De l'autre côté pratiquement tous  les autres médecins, puisque la chronologie de l'épidémie  permettait à tout un chacun de suivre son développement sur  internet (en cherchant les bonnes informations).

    Quelques noms importants :

       

    Dr Martin WINCKLER  « Une     escroquerie à l'échelle planétaire » 12/09/2009

    Professeur GENTILINI «  la     pandémie de l'indécence »   

    Docteur Marc GIRARD (expert auprès     des Tribunaux)  « L'effarante efficacité des lobbies,     l'impuissance des politiques ».

  3. Professeur Tom JEFFERSON, épidémiologiste.

    « Toute une industrie qui espère une pandémie » Der Spiegel du 21/07/2009.


  4. 2) Rappel de la chronologie de  l'épidémie.



  5.    Début avril 2009, au Mexique, des cas  de grippe apparaissent, localisés près d'un élevage de porcs. Quelques cas    importés sont comptabilisés dans la Californie  voisine.
       Le virus est rapidement identifié  comme un Virus H1N1 « variant » d'origine porcine.
       Le H1N1 est connu (sans doute celui de 1918, réapparu dans les années 50).
       Dès ce printemps, on constate que ce  H1N1 « variant » est plus contagieux que le virus  saisonnier H3N2 qui prévalait dans ces années là, mais plutôt  moins dangereux.
       De fait, profitant de l'automne , il  descend dans l'hémisphère sud (Amérique du sud, Australie  notamment), et en septembre 2009 nous aurons un recul de 5 mois pour  considérer cette épidémie . Dès l'été on savait que cette     épidémie n'était pas plus grave que les grippes saisonnières  précédentes.
       Une explication : Ce H1N1 était  plus contaminant pour les jeunes que pour les personnes âgées ( On a émis l'hypothèse que celles-ci avaient pu être immunisées dans  les années 50).
        

       

    3) Alors pourquoi cette obstination,  encore en septembre, à annoncer pour l'automne dans l'hémisphère  nord une pandémie terrible et cette propagande ministérielle  pour la vaccination de masse.
     Incidemment je rappelle que la  polémique ne concernait pas les masques mais bien le vaccin
       

        
  6. 4) Parlons donc du vaccin.

    Concernant les vaccins de la grippe, 2  firmes se partageaient le monde :

      - GSK fournissait le continent  américain, le Japon et l'Australie.   

      - SANOFI-PASTEUR-MSD avait  l'exclusivité pour l'EUROPE, entre autres.

       

    Il faut maintenant remonter à 2005 :

    Certains virus grippaux peuvent se transmettre du porc à l'homme puis d'homme à homme.

    D'autres peuvent se transmettre d'un  oiseau à l'homme mais pas d'homme à homme.   

    En 2005, en Asie du Sud Est, sont   apparues quelques petites « épidémies » de H5N1 par  contact direct entre l'homme et des oiseaux d'élevage.

       

    Cette « grippe aviaire »     transmise à l'homme était assez grave avec un taux de mortalité  relativement important.

    Le bruit s'est répandu que si ce  virus H5N1 « s'humanisait » l'humanité devrait faire   face à une pandémie catastrophique. Les firmes se lancèrent donc  dans la mise au point d'un vaccin H5N1.   

    SANOFI- PASTEUR bénéficia de l'aide  de l’État français :

       

    Le 16 novembre 2005, une mission  d’information de l’Assemblée nationale entendait Didier HOCH     Président de SANOFI sur le contrat de recherche et développement  signé avec l'ETAT.

    Ce contrat portait sur l'achat de 1 400 000 doses de vaccin H5N1.   

    Et surtout sur 28 millions  de  traitements ( comprenant une ou deux doses) pour   UN  FUTUR  VACCIN PANDEMIQUE .

       

    Deux usines dédiées à cette  fabrication on vu le jour , en 2008 aux Etats Unis et en France en  2009.

    Pour SANOFI le vaccin H5N1 était un  « vaccin prototype » qui permettrait de mettre  rapidement en fabrication un vaccin à partir du virus mutant   « pandémique » tant attendu. 
  7.    
  8. 5) Ce virus mutant tant espéré ne  fut pas le H5N1 mais seulement le « gentil » H1N1     porcin.

      Qu'à cela ne tienne, les industriels  étaient prêts pour fabriquer et vendre du vaccin.   

    En 2005, devant la commission de   l'Assemblée, les responsables de SANOFI disaient que s'ils  mettaient en place une usine de vaccins « c'était pour  qu'elle tourne ».

       

    6) Et c'est ainsi que , bafouant  l'évidence, la propagande médiatique s'est mise en marche avec  Rosine Bachelot au premier rang pour convaincre le peuple que la   vaccination de masse était sa seule chance de salut.

     On connaît la suite : Le  franc succès rencontré par cette vaccination et le discrédit qui  s'est attaché durablement à la parole des ministres et des experts  en cette matière.



Références :

Pour Martin WINCKLER : http://martinwinckler.com/article.php3?id_article=973

Pour Tom JEFFERSON : https://www.spiegel.de/international/world/interview-with-epidemiologist-tom-jefferson-a-whole-industry-is-waiting-for-a-pandemic-a-637119.html

Pour la mission de l'Assemblée nationale  (16/11/2005) : http://www.assemblee-nationale.fr/12/miga/05-06/c0506008.asp

Pour Marc GIRARD : http://www.rolandsimion.org/spip.php?article47



  1.     


Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

94 millions de doses de vaccins pour 67 millions d'habitants alors qu'il suffit d'atteindre un taux de vaccination de 45% pour stopper une contagion.  C'est-à-dire que 30 millions de doses auraient suffi.

 

Donc l'erreur de la ministre de 2009 qui a pris des dispositions totalement disproportionnées par rapport au danger réel, est lavé par l’erreur du gouvernement de 2020 qui n'a pris aucune disposition face a un danger cette fois bien réelle ? Heu… Nop !


A la limite j'aurais pu pardonner a une Bachelot qui aurait reconnu s'être planté de bonne foi. « Oui j'ai dépensé un milliard pour rien, mais je préfère ça, face à l'autre possibilité d'avoir voulu faire des économies et me retrouver responsable d'une épidémie mortelle en France ».  

J'aurais pu respecter une telle prise de position. Mais non ! Elle n'a jamais admis s'être planté. Même le nez dans le caca elle continue de te dire que ça sent bon.


Et ce gouvernement est taillé dans le même moule. Ces gens-là non JAMAIS tord ! Et c'est une des nombreuses raisons pour lesquelles on ne peut pas leur faire confiance.

Après le bashing, le Panthéon ?


Pourtant, elle devrait se faire toute petite, mais elle n'y arrivera pas : à l'impossible , nul n'est tenu !

Quel est le but de cet article ?


Nous rappeler que les médias lèchent, lâchent, puis lunchent ? Et éventuellement relèchent, comme avec Bachelot ces temps-ci ?


Ou contribuer à la réhabilitation du soldat Roselyne ?

Soldat qui a largement contribué, en tant que parlementaire et en tant que ministre, à la déconstruction des services publics et de la protection sociale.


Autant Macron et son gouvernement ont eut la main légère (et c'est un euphémisme), en matière de prévention (j'ai rappelé ailleurs, le rapport de 2019 qu'ils ont rangé dans un placard), autant Bachelot a eu la main lourde et dépensière ; quand dans le même temps elle serrait les cordons de la bourse aux hôpitaux avec sa loi HPST de 2009. 


Un procès en incompétence des uns ou des autres, ne doit pas faire oublier qu'il y a dans les deux cas une propension à faire passer les intérêts privés avant l'intérêt général. Ceux de l'industrie pharmaceutique dans l'affaire du H1N1, du CAC 40 dans la situation actuelle.



Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Une seule chose ne change pas depuis 10 ans, le mécontentement quasi général de la population française. 

D'ailleurs, il est facile de critiquer le gouvernement quand gère celui avec lequel on n'est pas d'accord mais est ce que celui pour lequel j'ai voté aurait mieux géré? Regardez les chinois, ils n'ont pas moufté et aujourd'hui il y a une insurrection. Je recommande à chacun de se reposer

J'ai fait un méa-culpa , le jour même de la prescription de Tamiflu qui sauva ma fille ... notre médecin n'avait pas tenu compte des ragots médiatiques , sitôt le diagnostic à son cabinet réalisé la décision a été prise . Bachelot n'est pas de mon bord , mais au moins , elle avait le job !

Gouverner est toujours un art difficile.

C'est toujours l'Histoire qui juge.

C'est pour ça que je m'abstiens de juger maintenant nos Dirigeants. Ce qui ne m’empêche pas de penser à ce qui aurait pu et du être fait...

N'oubliez jamais que le formatage culturel et idéologique est efficace; ceci expliquant cela, nos Dirigeants ne peuvent faire autrement que ce qu'ils font... et nous sommes responsables de ça.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.