téléphonie mobile : le gouvernement a-t-il bien tout compris ?
Éconautes
Éconautes
chronique

téléphonie mobile : le gouvernement a-t-il bien tout compris ?

Orange, Bouygues et SFR accusent Free de leurs déboires. Pas si simple.

Réservé à nos abonné.e.s
Des pertes d’emplois chez Bouygues et SFR ? Une panne chez Orange pendant près de dix heures un vendredi ? Le mauvais temps qui persiste ? Ne cherchez pas, c’est la faute de Free. Coupable idéal car sans foi ni loi, Free est-il pour autant responsable de la débandade dans la téléphonie mobile ?

Que Xavier Niel, le patron de Free, soit honni par les opérateurs dit historiques, ce n’est pas un scoop. Vilain petit canard, coucou qui s’installe dans le nid des autres, l’homme et sa société sont régulièrement affublés de noms d’oiseaux. Faut dire que Free, quatrième opérateur de téléphonie mobile depuis janvier (événement qui avait valu une émission d’@si) a fait fort avec des prix défiant toute concurrence. Justement, les concurrents n’ont pas vraiment apprécié, et depuis le début de l’année, avec une accélération sensible en juin, SFR, Bouygues et Orange ...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.