Porte : enfin Guillon !
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Porte : enfin Guillon !

Partager cet article Commenter
110
110 commentaires
Remonter en haut de fil
Commentaires

Porte : enfin Guillon !

Derniers commentaires

Dans le 'vite dit' intitulé "Inter : suppression de l'humour dans la matinale (Hees/le Monde)", je lis ceci :

Ainsi se conclut (provisoirement ?) notre dossier : humoristes, les pieds dans le débat.

Peut-être est-ce surtout l'occasion d'intégrer l'entièreté de ce dossier à un autre, plus large et moins centré sur nos deux chroniqueurs préférés :
http://www.arretsurimages.net/dossier.php?id=145


Le cas des chroniqueurs de la matinale, dont on fait - à juste titre - grand cas, tend à faire un peu trop vite oublier le contexte général, cette appropriation par expropriations de France Inter (et bientôt de l'entièreté de Radio France ?).

Pour cette raison, il ne me semble pas inutile de rappeler un peu partout que, là où on se mobilise pour Guillon, il faudra toujours dire un mot à propos des producteurs qui viennent d'être tout bonnement virés du service public (!), souvent après des dizaines d'années passées à la maison de la radio.
(Et rappelons nous que "viré de France Inter" signifie "interdiction légale de travailler pour l'entièreté de la maison de Radio France tant que seront versées des indemnités de licenciement" !)

In Memoriam, donc :

Esprit critique, de Vincent Josse,
Parking de nuit, de Sophie Loubière,
Allô la planète, d’Éric Lange,
Dormir debout, de Philippe Debrenne,
Nocturne, de Brigitte Palchine,
Au clair de la lune, de Marjorie Risacher et
La Nuit comme si, de Sylvie La Rocca.


...
Tiens, et Mermet ?
Combien de temps croyez-vous qu'il va tenir ?
[sub]Finalement mon intervention convient mieux dans ce forum que celui consacré à Woerth. Quoique ?[/sub]
J'ai un scoop ! J'ai fait des enregistrements pirates du président. Le bougre il parle même en dormant !
"Au mois de juin, j'ai demandé à mes petits valets de faire une annonce provocatrice par heure. Il faut mater ce peuple que je haïs plus que tout. Celui qui se moque de ma taille, celui qui se moque de mon langage, celui qui raille mes mensonges. Tout cela doit disparaître. On met le pays en rage ! Qu'il se défoule demain dans la rue. Moi j'ai le fric et le pouvoir, je peux durer. Je vais tous les mettre à genoux.
A la rentrée changement de cap, j'annonce quelques mesurettes populaires, je parle partout, j'occupe le terrain.
Tout sera vite oublié, comme après une grosse colère. Trop tard, plus d'énergie pour la retraite à 67 ans, enfouies sous le sable les histoires de mains dans le pot de confiture, la censure, la corruption.
Les médias me mangent tous dans la main, ça va être d'un simple !
A droite, on avait déjà eu ce plan en 2003 avec les fonctionnaires. Les profs lessivés, on a plus eu d'embêtements après ça, fallait les voir. Un des plus beaux épisodes de ma vie.
Ça passe ou ça casse, si ça casse j'aurai fait tout le sale boulot et basta, si ça passe à moi 2012 pour la suite du plan.
On m'appelait Talonnetto, le peuple français va les avoir dans le derrière mes talonnettes.Je veux rentrer dans l'Histoire. L'homme de Fer et ses hommes de paille."
Une chronique de Porte sur @si c'est envisageable? L'humour c'est du décryptage aussi, non?

Di-dier avec nous, Di-dier, avec nous!
Bel hommage de Daniel Mermet à Porte à L'instant : Je suis vieille et je vous encule !
Quel pays, quel média va pouvoir ou vouloir accueillir nos artistes en exil !
Ils ne sont plus sur France Inter. Qu'importe ils ont un nombreux public. Nous les suivrons partout et sur le net, nous les diffuserons, nous leur apporterons le plus d'audience possible, tel des résistants de l'humour. Nous n'attendons que l'appel !
"L'humour ne doit pas être confisqué par de petits tyrans." - ah ?

"Ce qui ne fait pas rire à 7h55 ne me fera pas plus rire à 3 heures du matin." - uh ?

"Quel patron d'une grande entreprise accepterait de se faire insulter par un de ses salariés sans le sanctionner." - oh ?

Je n'écoute pas la radio. Je n'aime pas du tout Guillon. Je ne connais Porte que par @si. Même la finesse de Morel m'était inconnue avant cette Ligne Jaune (en dehors de sa technique finesse d'acteur, s'entend). Et de Val, je n'ai retenu que la période "Font et".

Donc, pas d'impact sur mon quotidien, mais j'en reste un peu trop hilare pour ne pas ajouter ma goutte d'eau dans le torrent asinot qui va se déverser là-dessus. D'abord je me demande à quelle époque et comment Hees a pu se lier d'amitié avec Val, dont l'humour était à la base un concentré de Porte et de Guillon en plus gratuitement vulgaire. Ensuite je comprends mal la logique du patron qui ne se laisse pas insulter par un salarié, dans ce contexte. Il me semble que, dans un (grand) média, le rapport entre le patron et l'employé doit être impersonnel, c'est-à-dire que le fait qu'une insulte ou une critique porte sur le patron ne devrait pas être différent d'une insulte ou critique vers l'extérieur. Cet argument-là, qui en fait un cas particulièrement grave, ou justifiant particulièrement une mise à la porte, fait un peu sourire, d'autant que "patron" peut désigner beaucoup de monde en remontant la chaîne de hiérarchie... Je m'interroge aussi sur l'argumentaire qui généralise ouvertement "ce qui me fait rire" à "ce qui fait rire les gens", la rhétorique qui cible le cas de Guillon mais prétend justifier des décisions dont Porte fait tout autant les frais, et le renversement du pouvoir qui placerait les petits chroniqueurs éjectés dans le rôle de tyrans imposant la définition de l'humour sur toute l'antenne...

Tous ces points vont être bien développés par des forumeux plus concernés que moi. Mais comme je ne m'attendais pas à ce que l'affaire débouche sur du rigolo de ce calibre, je laisse échapper ce gloussement étranglé.

Tout ça me remet en humeur fontevallesque. Je suppose que quelqu'un a déjà placé On s'en branle sur ces forums (Quand on m'a dit vous n'passerez plus à la radio, j'ai répondu au réalisateur : Coco, on s'en branle). Dans le même élan, je viens d'enchaîner avec un morceau qui concluait un de leurs spectacles (en 1992 ?) :

On s'en va, mais c'est pour de rire
Gardez trois mots de nos chansons
Si, si, gardez-les, ça nous fait plaisir
On en a d'autres à la maison

On part mais on r'viendra un jour
Avec des grosses bêtises nouvelles
Soyez tranquilles ça pousse toujours
Dans les palais, sur les poubelles
Les nouvelles statues à la mode
Qui croyent réinventer l'avenir
Avec des trucs vieux comme Hérode
On les tuera d'un éclat d'rire
Un petit coup de fluide glacial
Le long d'la colonne vertébrale
Evidemment que c'est banal
Mais d'temps en temps ça fait pas d'mal
D'orner d'une plume incongrue
Le derrière austère des statues

On s'en va, mais c'est pour de rire
Gardez trois mots de nos chansons
Si, si, gardez-les, ça nous fait plaisir
On en a d'autres à la maison

La prochaine fois oui c'est juré
On s'ra beaucoup plus distingués
Mais Popaul derrière son piano
Ce n'est qu'un déluge de gros mots
Binet, lui, dès qu'il lâche sa basse
C'est pour dire un truc dégueulasse
Quant à Baudouin, à la régie
Quand c'est pas zézette c'est zizi
Nous, sans cet entourage craignos
On s'rait aussi classes que Bedos
C'est l'environnement qui déteint
Ce qu'il nous faudrait on l'sait bien
C'est l'équipe à Chantal Goya
Qui fait ni pipi ni caca

On s'en va, mais c'est pour de rire
Gardez trois mots de nos chansons, si si
Gardez-les, ça nous fait plaisir
On en a d'autres à la maison

Merci on a eu du bonheur
On a passé un bon moment
Vos bravos nous vont droit au cœur
En plus on a gagné d'l'argent
On n'peut pas vous dire qu'on vous aime
Ça fait trop pute et puis c'est con
Oui mais on vous aime bien quand même
Si si mais non mais si mais non
Les projecteurs vont décliner
Petit à petit, en silence
Nous allons tous nous transformer
En personnages sans importance
Comme tout le monde, qui pleurent et qui rient
Qui font ce qu'ils peuvent de leur vie

On s'en va, mais c'est pour de rire
Gardez trois mots de nos chansons, si si
Gardez-les, ça nous fait plaisir
On en a d'autres à la maison

On s'en va, mais c'est pour de rire
Gardez trois mots de nos chansons, si si
Gardez-les, ça nous fait plaisir
On en a d'autres à la maison
Il est le seul à avoir encore de la gueule : La belle réaction de Stéphane Bern

Je suggère à tous d'envahir les boîtes mails de France Inter de messages de protestation.

Le prochain sur la liste, c'est Mermet.
Cette éviction des humoristes d'inter est insupportable et j'en suis à me demander s'il faut boycotter ou continuer à écouter (car après tout n'est ce pas la suppression à petit feu de France Inter qui se cache derrière tout ça).
Hallucinante intervention en direct de Hees dans le journal d'Inter !
Philippe Val qui est donc le mètre-étalon de l'humour aux côtés de Hees. Ca fait rêver.
Monsieur Val a t-il tellement d'égo qu'il ne se rappelle pas avoir laissé passer des dessins vraiment peu drôles, voire limites dans son ancien journal ?
Mais plus que l'éviction particulièrement "sale" de Porte, surtout après son écartèlement en direct sur une chaîne privée (appuyer sur ce mot), c'est le changement de la grille qui effraie. Plus d'humour dans la matinale, plus de mise en perspective saine par des humoristes irréguliers, certes, mais de talent. Plus d'esprit critique et plus d'Esprit Critique. La France a vraiment la gueule de bois. Plus d'envie, plus de coopération, plus de but. Chacun piétine dans son coin sans liens ni manière de les construire. Comme quoi, la déroute footballistique est peut-être un signe du temps.
Je suis en colère. EN COLERE! Quelle bande de salauds ! Hees qui ose qualifier les humoristes d'Inter de "petits tyrans". Exit Porte, Guillon, Morel, le parking de nuit et toutes les surprises de la rentrée : en un an, les roquets de garde ont détruit Inter. Entre Woerth, la retraite, la censure et tous les scandales qui s'accumulent jour après jour, la liste de ce qu'il faudra hurler demain dans la manif n'en finit plus. Il va falloir se préparer à la bagarre, et pas avec des banderoles ! mais des casques de motard, des battes de baseball, des pavés et des grenades.
Bysonfutée, vous étes sur que c'est le Monde, et pas "le Monte" ???
http://i80.servimg.com/u/f80/11/40/28/12/nicola11.jpg
Entendue la chronique de Guillon, lue la chro de DS, très bien, pas connectée aujourd'hui. Je me suis souvenue tout à coup, il serait temps, il y a environ deux mois et demie, trois mois, un mercredi, à Paris au relais H, quelle précision, en première page du monde, une photo gigantesque de deux corps nus surmontées de la tête de Sarko, au rez-de-chaussée, si vous voulez et Villepin juste au-dessus, tous les deux avaient l'air ravi. Photo montage évidemment, je me suis demandée si je rêvais, mais non et plein de gens s'arrêtaient, prenaient le journal en main et le reposaient en regardant si personne ne les voyait. Les plus timides marquaient un temps d'arrêt, estomaqués. Si quelqu'un se souvient ? J'aurais du l'acheter tiens. Conclusion c'est Le Monde, pas diplomatique du tout qui a commencé. J'ai peut-être loupé la remarque dans les forums, mais je ne crois pas. La photo-montage d'enchosage serait moins grave que le mot ?
la chronique de Guillon était en effet assez réussie.
Porte sur @si, Porte sur @si, Porte sur @si !!!
Bravo à Stéphane Guillon, toujours excellent. Et qui a pris son temps pour une raison qu'il prend soin de taire : Didier Porte disait de lui, publiquement il y a quelques mois, qu'il "ne le trouvait pas très drôle !"

Ce qui était son droit, mais pas franchement gentil...

En matière d'humour, chacun ses goûts. Tout en haut du tableau il y a les morts : Devos ou Desproges par exemple, et puis il y a Bedos, Anne Roumanoff et quelques autres (pas beaucoup)...

Et pour finir Stéphane Guillon, Didier Porte et François Morel. Pour ma part c'est Guillon que je préfères, mais je ne voudrais pas me passer de Porte ou de Morel. Laurent Gerra, trop pipi-caca à mon goût ou Canteloup, trop Club-Med, peuvent rester sur leurs antennes périphériques, ils y sont parfaits !

Maintenant il est indispensable de parler de sodomie, et même d'enculage (de mouches, naturellement).

Et là je trouve que Didier, ausi bien que Stéphane sont un peu petite bite : pourquoi ne pas dire combien il serait souhaitable d'utiliser du sable et du verre pillé ? Ou, à défaut, des graviers...

Et il reste une question : qui va gagner ce bras de fer ? Le très répugnant Val ou les excellents Porte et Guillon ?

Les vacances si sacrées dans le sévice public de la maison ronde sont une occasion inespérée de procéder discrètement à toutes sortes de saloperies, hélas !

***
Je me demande si l'affiche de Val (et du ministre de la culture) a indigné monsieur le président de la république et son épouse (amie dudit Val).
excellente chronique de Stephane Guillon, très drôle....... même si le comique est plus un comique de situation qu'un comique de mots ou de personnages.... quoique !!

je n'écoute pas trop de radio qui blablate (égoïstement, pourvu que mon FIP tienne bon dans la tourmente !) mais j'avoue que ça me fait caguer de savoir que l'audiovisuel public va se retrouver par terre peut-être pour la seule raison qu'il est squatté par le ou les (?) [s]ex[/s] potes de CBS, cadeau de monmari à son amoureuse !!!
http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2009-06-18-Philippe-Val

tant que le suprême nommera, le copinage primera !
Dommage qu'il n'ait pas évoqué le comportement des ses collègues de la matinale dans le grand journal. J'aurai aimé voir Demorand "reprendre après ça"
comme disent les jeunes : lol
trop fort le Guillon sur ce coup :)
[quote=Emmanuel Berretta, Le point]Tout l'enjeu consiste désormais pour Guillon à provoquer une sanction qui lui permettrait de briller auprès de ses fans comme le "champion de France" de l'irrévérence. Une façon d'accréditer la thèse selon laquelle lui, Guillon, a disparu de l'antenne après une intervention politique... Tomber en martyr de la liberté d'expression, histoire de remplir à ras bord ses salles de spectacle dans les deux ans qui nous séparent de la présidentielle. Quand l'humour se confond avec le calcul de la recette.

Tout à fait d'accord avec cela. Ca n'a que trop duré. J'espère qu'enfin Guillon sera viré et on pourra passer à autre chose et... réfléchir enfin ? au delà de certains égos et carrières personnelles.
Excellent Guillon ! Mais combien de fois a-t-il sodomisé tôt le matin ? Le papa du petit va devoir lui expliquer ce mot, je sens que Demorand doit être désespéré, l'oeil sombre, la mâchoire crispée, la voix sévère, je l'imagine sur le plateau de canal. Que de petits plaisirs, certes un peu mesquins je ne vais tout de même pas employer "que du bonheur'", qui ne tarderont pas à nous être interdits.
Il y en aurait, il y en aura, je ne sais quel temps employer, du boulot à faire pour reconstruire tout ce que cette idéologie en place s'acharne à détruire.

DS persiste et signe. Pourtant, le rédac chef de Marianne a bien essayé de le remettre sur la bonne voie!
Mais l'important n'est pas de plaire aux faux-cus de la profession, c'est de permettre aux asinautes d'être informés. Merci


Il manque un "l" à votre "cus". Ce n'est pourtant pas faute d'en parler, de cul, sur @si. Et c'est drôle. Ne dites plus : on se dilate la rate ; dites : on se dilate l'anus.
Je tire mon chapeau à Stéphane Guillon.
Au courage, il ajoute l'élégance, car il montre qu'il a su passer l'éponge sur les petites vacheries que Didier Porte lui a balancées il y a quelque temps (souvenez-vous, Guillon avait "attrappé la grosse tête").
"Enfin Guillon !". Drôle de titre... Quand François Morel a évoqué avec autrement de malice que le lourdingue Guillon la question de "l'instrumentalisation de l'antenne à des fins personnelles", vous n'avez pas titré "Enfin Morel !". C'était vendredi dernier, et c'est à revoir ici

La chronique de Guillon (lundi 14) n'est pas subversive ni humoristique, elle est stupide et d'une servilité sans borne à la loi du buzz. Elle devient longue, la semaine, à attendre le rire intelligent et poétique du vendredi matin, qui n'en est pour les deux mêmes raisons que plus subversive (parce que le fond peut subvertir [dire quelque chose qui fâche], mais la forme largement autant, et la parole précieuse de Morel raffermit davantage nos cerveaux que la parole calibrée et sans finesse de Guillon).
Jouissive cette chronique de Guillon !
Il n'y a pas plus terroriste avec la cigarette qu'un ancien fumeur.
Grâce à P. Val, je sais aujourd'hui qu'il en est de même avec l'humour...
DS persiste et signe. Pourtant, le rédac chef de Marianne a bien essayé de le remettre sur la bonne voie!

Mais l'important n'est pas de plaire aux faux-cus de la profession, c'est de permettre aux asinautes d'être informés. Merci
Le mail de la direction d'Inter et cette réponse si douée de Guillon aujourd'hui prouvent, s'il en était besoin, que vous aviez entièrement raison, Daniel, de sonner l'alarme sur ce qui se passait et d'annoncer la censure en route.
J'avoue que je suis fière d'être @sinaute, parce qu'être abonnée à un site qui sent venir le vent, c'est faire partie de la communauté des gens bien informés.

http://anthropia.blogg.org
Merci à Guillon. J'ai beaucoup aimé son papier qui est bien plus qu'une nécessaire défense de Porte.On a là une mise en cause de la gestion de Val et au-delà,une critique pointue de la politique de Sarkozy,l'humour en prime et il est ravageur!
Guillon est définitivement moins bon et percutant que Porte, mais sa chronique du jour est assez réjouissante. Mais pour le coup j'ai pas l'impression que Demorand ait beaucoup rigolé.
Guillon se lâche car il sait que tout cela est terminé, Val va nettoyer sa matinale et va se tenter un ultime plaisir en virant Porte de chez Bern.
Par contre si il est fort pour hurler et pondre des notes ils semblerait qu'en pur professionnel de directeur des programmes Val soit un peu à la ramasse (retard dans la constitution des grilles, incertitudes)...
Guillon qui a bien chargé Val, mais qui a fait la bise à Demorrand comme tous les matins en entrant dans le studio.
Pour Berretta c'est qu'une histoire de pognon : Quand l'humour se confond avec le calcul de la recette.
J'étais en train de commenter le Guillon sur la ligne jaune quand j'ai vu que le 9 : 15 en remettait une couche.
Une chose :
Pourvu que ça dure !
A bas la censure !
Que Val et ses pairs soient complètement tétanisés à l'idée que leur moindre petit doigt sur la couture du pantalon soit dénoncé par des rigolos qu'ils paient ;o)).

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.