Orlando, horreur lointaine des radios
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Orlando, horreur lointaine des radios

Ne dérangez pas les radios du matin !

Bruno Retailleau, Gérard Collomb, Henri Guaino, Jean-François Copé : ce sont les invités des Matinales radio de RTL, France Info, France Inter et RFI. On papote sondages, parrainages, primaire de la droite, candidature de Hollande. Pendant les massacres, le petit cirque franchouillard de la présidentielle poursuit ses représentations. Comme la semaine dernière, comme la semaine prochaine.

Les Matinales radio, cet espace médiatique ultra-minuté, sont traditionnellement un des terrains de lutte de l'information et de la communication. Du côté de l'info : les dernières nouvelles en date, les plus fraîches, de préférence celles de la nuit, même si elles ne sont pas toujours d'une importance essentielle. Du côté de la com : les messages plus ou moins remis en forme des institutions, politiques, économiques, sportives, culturelles. Le véritable travail journalistique (enquêtes, reportages), c'est ailleurs, à d'autres moments de la journée ou de la semaine, moins convoités, moins exposés.

Comme un seul homme, ce matin, quatre grandes radios ont donc décidé de privilégier la com sur l'info. Et cette unanimité perturbe. Après Orlando ("la plus grande tuerie sur le sol américain depuis le 11 Septembre" répètent-ils pourtant en boucle), pas un seul des intervieweurs matinaux de ces quatre radios n'a cru bon de décommander l'invité politique programmé. Certes, la tuerie d'Orlando (50 morts, 54 blessés dans une boite de nuit gay) fait les premiers titres des journaux radio. Mais on s'en tient là, aux premiers titres. Il faut faire aussi de la place à nos dingues à nous, les supporters britanniques et russes et, tout de même, aux résultats des matches.

Les gays latinos d'Orlando (grande majorité des victimes) cumulent les handicaps. Ils sont latinos, communauté américaine que les médias français n'ont pas encore véritablement découverte. Ils vivent en Floride, contrée dont nous sépare un décalage horaire qui perturbe d'éventuels duplex. Circonstance aggravante, dans la Floride profonde, et même pas à Miami : à Orlando, localité où ne se trouvent habituellement que peu d'envoyés spéciaux étrangers. Et puis, disons-le, ils sont gays. Une catégorie certes digne de sollicitude, mais à part. Davantage à part que le lycéen américain, l'amateur de hard rock parisien, ou le voyageur aérien bruxellois. D'où cette impression diffuse de massacre assourdi, d'horreur lointaine.

Seule radio du matin, France Culture s'attarde sur les racines de l'homophobie. Origines et manifestations comparées de l'homophobie et de la lesbophobie, homophobie des intégristes chrétiens contre homophobie des intégristes musulmans, interprétations comparées de Sodome et Gomorrhe : pour une fois, avec le psychanalyste Serge Hefez, et le militant anti-discriminations Louis-Georges Tin, c'est France Culture qui a sauté sur l'actualité, et nous dit ce qu'on a besoin d'entendre, ce matin-là, à ce moment-là.

Orlando massacre

Orlando massacre, by Google images

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.