Mobile d'abord
La vie du site
La vie du site
chronique

Mobile d'abord

Les plus attentifs d'entre vous l'ont peut-être remarqué, nous n'avons pas été très productifs en fin de semaine dernière. Mais on a une excuse : toute la petite équipe faisait chauffer ses méninges dans les riantes terres de Touraine. Objectif, entre dégustation de viennoiseries locales (photo ci-dessous), et inoubliable baignade caniculaire dans la Loire (pas de photo, il y a des limites) : s'extraire du flux virtuel quarante-huit heures, pour se poser toutes les questions qu'on n'a pas le temps de se poser dans l'année.

Cela fait un bout de temps que nous dressons, de temps à autre, ce constat accablant : notre site est parfaitement incompréhensible pour ceux et celles qui le découvrent. Constitué de briques empilées au fil des années au gré des envies et des affinités des uns et des autres, briques laissées en tas par les départs : ses indéniables qualités de sincérité et d'authenticité se paient d'un certain hermétisme pour ceux qui ne partagent pas notre histoire commune. Des exemples ? Ils foisonnent. Les intitulés des chroniques sont mystérieux : Chez Alain, chez Georges, etc : qui sont-ils ? Pourquoi existe-t-il trois intitulés de chroniques signées du boss ? Que vient faire une émission sur les jeux vidéo dans un site de critique de medias ? Pourquoi est-elle si rare ? Qu'est-ce qu'un "observatoire" ? Qu'est-ce qui le distingue d'une "enquête" ? Depuis quand notre nuage de tags, sur la home, n'a-t-il pas été mis à jour ? Que signifie, toujours sur la home, le mystérieux intitulé "Dossiers en cours" ? Etc etc.


Or une communauté comme la nôtre, si soudée soit-elle, n'a de sens que si elle est ouverte, accueillante, intelligible aux nouveaux venus. D'autant que La Presse Libre, notre nouvelle plateforme d'abonnements communs (on l'espère) va attirer de nombreux nouveaux venus.

Sur mobiles et tablettes, de plus en plus nombreux

Ce constat (interne) s'est doublé d'un autre (externe). Vous êtes de plus en plus nombreux à nous consulter sur mobiles (smartphones et tablettes), et rien n'indique que la tendance doive s'inverser. Or, on ne consulte pas un site sur mobile, comme sur ordinateur. On n'y vient pas à la même fréquence. On n'y reste pas le même temps. On n'y arrive pas par les mêmes chemins. On n'y a pas la même circulation.

Il se trouve que notre site a été conçu, en 2007, pour être consulté sur l'écran d'un bon vieil ordinateur. Lorsque nous avons fait ensuite le choix, plutôt que de construire et d'entretenir de coûteuses applis, de le passer en "responsive design", autrement dit de le rendre consultable sur tous supports, nous avons créé une version simplifiée (selon les plus éminents experts que nous avons consultés, il y a moins de place sur un petit écran que sur un grand), en supprimant des rubriques et des données pour les écrans plus petits, mais sans toucher à l'empilement de base de la version "ordi".

Ces deux constats, si nous les lions, nous dictent la voie à suivre : emprunter le chemin inverse. Autrement dit, plutôt que d'élaguer les rubriques inutiles à la recherche d'une problématique "simplification", nous allons réinventer notre site en "mobile d'abord". Il sera "d'abord" conçu pour être consulté sur mobiles. Et la version ordi sera enrichie de données, d'entrées, de rubriquages, réinventés, avec souci de clarté et de cohérence.

C'est la principale idée issue de notre séminaire. Mais ce n'est pas la seule. Pas plus tard qu'hier, je vous glissais un mot de la campagne électorale qui commence. On en a évidemment parlé aussi. Je vous en dirai davantage prochainement. Pas tout le même jour !

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.