Libé et le (s) "visage (s) du mal"
De Rembrandt à Tarzan
De Rembrandt à Tarzan
chronique

Libé et le (s) "visage (s) du mal"

Réservé à nos abonné.e.s
La une du Libé de ce jour a au moins un mérite, elle aura fait parler d'elle. Les critiques des lecteurs ont fusé et Johan Hufnagel, directeur en charge des éditions, a cru devoir expliquer ce choix dans un "making of" : « Oui, Abaaoud souriait. Oui, ce sourire est gênant. Parce que l’homme, que certains présentent comme un des pires tortionnaires de l’Etat islamique, n’a pas la gueule du salaud qu’il a été. Le "visage du mal" n’existe pas. C’est une vérité qu’il faut connaître. Les salauds n’ont pas des gueules de salauds et ils peuvent ressembler au mec d’à coté. »
nouveau media

Il vous reste 42% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.