le trafiquant d'armes et la peau des murs
De Rembrandt à Tarzan
De Rembrandt à Tarzan
chronique

le trafiquant d'armes et la peau des murs

Réservé à nos abonné.e.s

L'homme est un bipède qui aime à se raconter des histoires : rumeurs légères rasant le sol comme hirondelle avant l'orage, douteuses vérités coulées dans le bronze des déclarations officielles, peu importe. L'homme est un conteur qui s'en laisse parfois conter.

La dernière histoire en date concerne cette photo d'Arthur Rimbaud dont le patron vous causa par là.


Retrouvée, nous disent Le Figaro et L'Express, dans une brocante par deux libraires, elle montrerait le poète trafiquant d'armes attablé à la terrasse de l'Hôtel de l'Univers à Aden. Le cliché daterait, dit-on, des années 1880-1890. On notera l'imprécisio...

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.