le candidat, l'ascension et la chute
De Rembrandt à Tarzan
De Rembrandt à Tarzan
chronique

le candidat, l'ascension et la chute

Réservé à nos abonné.e.s
nouveau media
35
35 commentaires
Remonter en haut de fil
Commentaires

le candidat, l'ascension et la chute

Derniers commentaires

Avec tout ça, auriez-vous pô oublié les précurseurs travaux du canadien Mac Laren (1914, 1987) ?
Merci beaucoup pour cette chronique sur la Linea, dont les aventures me font toujours penser à la Panthère Rose pour le côté absurde, et pour le rappel du travail d'Alexeieff que je trouve extraordinaire, et que j'ai découvert grâce à vos chroniques précédentes ; comme Marc serot ci-dessus, j'ai pensé à son travail en voyant la pub de l'Audi A4 http://blogopub.tv/musique+a4+audi entièrement pompée dessus ; et à chaque fois je suis partagée entre : quels plagieurs infects ces pubeux ! et c'est sympa ces rappels indirects, ça permet de revoir les originaux sur internet, chez mon chroniqueur préféré :-)
ne manque t-il pas un petit dessin du grand Saul Steinberg pour parler de la ligne et du trait ?
cette page de libé souligne d'un trait l'absence de profondeur du personnage donc!! votre article m'a éclairé!!merci
Contrairement à ce que vous affirmez, Môssieu-je-sais-tout-sur-la-bédé-et-s'il-y-a-quelque-chose-que-vous-voulez-connaître-sur-la-peinturlure-demandez-le-moi, l'expression "ligne claire" ne fut pas inventée par le dessinateur néerlandais Joost Swarte, mais par la dessinateuse française Brétécher.
Rien que pour m'avoir remis en tête la Linea, merci, vraiment, merci !
Ça m'horripoile ce terme de "claire".
La "chambre claire" de Barthes, ok la chambre noire pour développer les photos, par opposition la chambre claire, inutile de faire un dessin.
Mais "la ligne" ça veut déjà dire un trait continu. Pour dire qu'elle est ombrée il faudrait ajouter un adjectif. Sinon, ce n'est pas la peine d'en rajouter.
Et puisqu'elle est noire, si on veut le spécifier on n'a qu'à dire la ligne noire.

(Ligne claire, ça fait aussi penser aux huitres. La claire c'est un bassin pour faire dégorger la bestiole.)

Le Holbein, on dirait un coloriage, un p'tit concours de coloriage pour nous occuper pendant deux semaines de vacances?

Ça m'horripile mais pas tellement quand même, disons que plus ça va plus ça m'échappe..., la ligne claire.
Ah que c'est beau tout ça, merci Magic Korkos.

Dans un autre style de lignes, plus cassées mais chacune faite souvent d'un seul trait de pinceau, cette chronique m'a fait penser au talent magique de Fan Zeng (ici ou , ou par là, avec tout en bas une "ligne claire" pour un livre de Lu Xun).
De retour début avril donc ?
Très chouette chronique!!

Le film Metadata sur ioutoube: http://www.youtube.com/watch?v=vkxrVpzPK4U
J'ai pensé plusieurs fois à ce procédé ces jours-ci, à cause d'une pub pour une marque de voitures (je ne sais plus laquelle) où l'on voit de nombreux pistons en mouvement.
Tout simplement merci pour toutes ces chroniques. A chaque fois, un véritable moment de décrochage avec le reste.
Dans la première diffusion de La Linea les épisodes se terminaient par "FINE" et non "FIN", comme dans mon préféré https://www.youtube.com/watch?v=JD_UlliXZIo

« il est grand temps pour le chroniqueur de ces lieux d'envisager une mise en éventail de ses doigts de pied pour une durée incompressible de deux semaines »
c'est bien discret comme annonce ça, t'as honte ou quoi ? ;-)
Oui Une ligne ! Nne Ligne Claire ! N'est-ce pas ce dont nous avons tous besoin ?
Le petit personnage qui ne vit qu'en deux dimensions, qui ne voit pas l'épaisseur et la diversité du monde.

Oui, le parallèle de Libé est formidable.
Merci Alain,pour l'ensemble de la chronique et surtout pour le joyeux moment de la Linea . Quant au mauvais fond du dessinateur de la une de Libé,je le partage à cent pour cent et en plus j'en suis fière.
Ah la Linea. Et la voix, donc...

Pour la chute, pas trop vite !
Parallèles

On va, l’espace est grand,
On se côtoie,
On veut parler.
Mais ce qu’on se raconte
L’autre le sait déjà,
Car depuis l’origine
Effacée, oubliée,
C’est la même aventure.
En rêve on se rencontre,
On s’aime, on se complète.
On ne va plus loin
Que dans l’autre et dans soi.

Perpendiculaire

Facile est de dire
Que je tombe à pic.
Mais c'est aussi sur moi
Que l'autre tombe à pic.

Eugène Guillevic

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.