Jean Sarkozy, et les lemmings
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Jean Sarkozy, et les lemmings

Ah, il faut tous les entendre, tous les amoureux de la jeunesse

, à l'heure du café, se précipiter à la rescousse du jeune-mais-la-valeur-n'attend-pas-le-nombre-des-années Sarkozy. Pas d'affaire ! Circulez ! Rien à voir ! D'abord, il a été élu ! Et Raffarin encore, à RTL, de dégainer l'argument qui tue : et la modernisation de la vie politique, qu'en faites-vous ? Tapis rouge. Il est exceptionnel qu'un intervieweur leur objecte les simples faits contredisant l'argument massue de l'élection, et que rappelle Libé de ce matin : c'est sur intervention directe de la présidence, que le décret qui aurait permis à Devedjian de rempiler au delà de la limite d'âge à la présidence de La Défense, a été retoqué ; et le brave maire de Meudon (92) dont la démission du Conseil d'administration va permettre l'élection triomphale du Dauphin, va être nommé au Conseil Ecoomique et Social par Sarkozy père.

Donc, le spectacle continue. Joli spectacle, de voir toute la meute des fayots présidentiels se jeter ainsi du haut de la falaise, les uns derrières les autres, comme des lemmings. Tiens, encore, pour le plaisir, un nommé Thierry Solère, vice-président du Conseil général des Hauts de Seine : Il «est le fils d'un génie politique, il n'est pas étonnant qu'il soit précoce. Quand vous êtes l'enfant d'un pianiste de grand talent, ce n'est pas étonnant que vous ayez vous même des aptitudes et si vous êtes le fils de Zidane, que vous jouiez bien au foot»

La question qui se pose, plus tourmentante encore que d'habitude, au matinaute ensommeillé, est celle-ci. Croient-ils à ce qu'ils disent ? Sont-ils conscients, que la France ébahie les regarde plonger dans le précipice ? Quand ils sortent du studio, quand ils partagent le café-croissants, tous micros éteints, avec les journalistes, défendent-ils encore bec et ongles l'hérédité du génie dans certains cantons des Hauts de Seine, ou bien s'épongent-ils le front, vaguement désespérés, en maudissant les devoirs de la solidarité umpéiste ? Dans les deux cas, c'est inquiétant. Pour eux.

Note : désormais, abonné au site ou non, vous pouvez choisir de recevoir chaque matin cette chronique dans votre boîte mail. Pour s'inscrire, c'est ici.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.