Iran : douze ans de prison pour une caricaturiste
De Rembrandt à Tarzan
De Rembrandt à Tarzan
chronique

Iran : douze ans de prison pour une caricaturiste

Réservé à nos abonné.e.s
Atena Farghadani est une dessinatrice iranienne de vingt-huit ans qui réalisa, il y a quelques mois, une caricature montrant les membres de  l'assemblée consultative islamique iranienne (c'est-à-dire le parlement) avec des têtes d'animaux.

Ce dessin, nous apprend Amnesty International, fut rendu public lors d'une exposition à la mémoire des personnes tuées « dans le cadre des opérations de répression qui ont suivi l’annonce des résultats contestés de l’élection présidentielle ». Il « tournait en dérision les efforts déployés par le Parlement pour adopter une loi visant à ériger en infraction la stérilisation volontaire et à restreindre l'accès à la contraception et aux services de planification familiale ».

Accusée d'avoir insulté le "guide suprême" et plusieurs fois emprisonnée à partir d'août 2014, Atena Farghadani s'est défendue sur Facebook ainsi que dans une vidéo visible par là (en persan, évidemment), dont voici une copie d'écran. La jeune femme pose, ironiquement, d...

Il vous reste 54% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.