Impôts des patrons : le spectacle, et le hors champ
Éconautes
Éconautes
chronique

Impôts des patrons : le spectacle, et le hors champ

Réservé à nos abonné.e.s
La révolte des pigeons, deuxième. Depuis plusieurs jours, les patrons rejouent la scène III de l’acte II tout étranglés qu’ils sont par la politique fiscale du gouvernement. Las. La pantalonnade n’aura pas duré longtemps. Après quelques voix rappelant que le budget 2014 est clairement en faveur des entreprises, ce matin Libération lève le masque avec quatre pages qui dénoncent l’indécente pleurnicherie des patrons. Eternel spectacle, comme au temps de Mitterrand et du CNPF, mais spectacle suranné : le jeu se déroule ailleurs que sous nos yeux.

Tous aux abris ! Les patrons sont à deux doigts de péter un boulon. Depuis le rassemblement de 2000 chefs d’entreprises mardi soir à Lyon, la rumeur de leur exaspération embrase les micros des radios et les colonnes des journaux. Trop de pression. Trop d’impôts. Le gouvernement les étrangle. Ainsi dans le journal de huit heures de France Inter hier matin a-t-on entendu un patron installé dans la Loire – le département, hein, pas le fleuve – affirmer que la France était "le dernier pays stalinien et communiste du monde". Et ce sont ses clients chinois qui le disent ! Dans Le Monde, le patron de la CGPME, Jean-François Roubaud, menace : "nous nous bat...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.