Elle : Le féminin dans tous ses ébats
Sur le bout de la langue
Sur le bout de la langue
chronique

Elle : Le féminin dans tous ses ébats

Promenade épilée dans le magazine féminin, entre Aristophane et Lars von Trier

Réservé à nos abonné.e.s

Ça se passe dans la salle d’attente de mon ophtalmo ; je patiente en attendant de me soumettre à l’examen dit du "champ visuel", parce que je souffre d’un problème d’hypertension oculaire. Déjà, songé-je pour faire passer le temps invariablement plus long que prévu, avoir l’œil hyper tendu quand on est chroniqueuse Arrêt sur images, ça ressemble un peu à une maladie professionnelle, voire un syndrome d’époque en plein cœur de notre hypermodernité saturée d’images – sauf que je sais que chez moi c’est juste héréditaire et que je suis bien la fille de mon père.

CouvElle

Et ...

Il vous reste 97% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Magazines féminins : l'emprise de la pub se resserre (encore)

"Maintenant, on vend des consommatrices potentielles à des annonceurs"

Dopage : la clé USB qui fait trembler le monde de l'athlétisme

Qui est Hajo Seppelt, le "Monsieur Propre" du journalisme allemand ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.