Du bon usage d'Aphatie : humble conseil à Ruffin
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Du bon usage d'Aphatie : humble conseil à Ruffin

Honte sur nous, sur nos soupçons, nos arrière-pensées, notre négativisme

, notre sale manie de voir le mal partout : ce sont deux pleines pages, que consacre Le Monde à Merci patron ! le film de François Ruffin. Deux articles (ici et ) si débordants de qualificatifs élogieux que je renonce à les citer. Pour toutes sortes de raisons, on redoutait l'étouffement du film, dans la presse sous perfusion publicitaire de LVMH. On avait tort. Dont acte. Et la maison Arnault aura bien du mal, cette fois, à se livrer aux représailles publicitaires qu'elle affectionne. Comme quoi il arrive que les trains arrivent à l'heure. Très bien, mais il ne faudrait pas recommencer trop souvent. Qu'est-ce qui nous resterait à raconter, ici ?

Ruffin Le Monde

Si Le Monde a simplement fait son boulot en accordant à cet excellent film la place qu'il mérite, en revanche, depuis quelques jours, c'est la radio de Lagardère qui assure le spectacle de promo. Après le film, le film continue. Après avoir désinvité Ruffin de l'émission de Taddei vendredi matin, quelques heures avant notre propre émission avec lui (l'avez vous vue ?), Europe 1 l'a précipitamment réinvité. Au cours du week-end, François Ruffin a appris qu'il serait le bienvenu au micro de Jean-Michel Aphatie mercredi (demain) à 12 heures 45. Ah, il rigole bien, le Ruffin, et nous avec. Mais quel sens trouver à l'épisode ? Ruffin en tire la conclusion que la direction de la station l'a repêché, et l'a imposé à Aphatie. Mais non, François Ruffin ! On n'impose rien au fier Aphatie ! C'est lui, certainement, en farouche défenseur de la liberté d'expression, qui a souhaité, en vous invitant, montrer à sa direction, et au pleutre Taddei, de quel bois il se chauffe. Et seule sa modestie l'empêche de s'en enorgueillir sur son blog -tiens, c'est vrai, Aphatie n'en dit rien sur son blog, de ce hold up sur Ruffin ; étrange. Bref, Ruffin serait en train de travailler à un bonus Lagardère pour le DVD de Merci patron ! que je n'en serais pas étonné.

Donc, Ruffin fait le fierot (ce qu'il fait très bien, d'ailleurs). Ce matin, sur le site de Fakir, Ruffin des Bois donne ses amicaux conseils à Aphatie pour demain, conseils qui peuvent se résumer ainsi : bas les pattes ! En arme de dissuasion, Fakir a ressorti... une interview de Bernard Arnault par Aphatie, en 2008. Sur les sept minutes et vingt secondes que dure cette interview, Aphatie, note Ruffin, pose... sept questions. Soit en moyenne une question à la minute. Un vrai tapis rouge, en pleine tranche du matin, en pleine tranche de rush, de speed, où il s'agit de réveiller l'auditeur, de l'empêcher de filer sur la radio d'en face. Moralité : il s'endort, l'auditeur, ce qui m'est encore arrivé ce matin, en réécoutant ce grand moment de radio de 2008. Très fort pour faire des films, ce Ruffin, mais la radio commerciale, il faudrait lui expliquer comment ça marche. Si Aphatie soporifise ainsi Arnault, c'est justement un acte de résistance populaire, pour neutraliser le discours patronal ! Le meilleur service que pourrait vous rendre Aphatie demain, ce serait de faire vraiment le chien de garde, de vous harceler de sa réplique favorite -"où sont les preuves ?" (c'est vrai, à propos, où sont les preuves ?) Si Aphatie mitraille, ce sera pour la cause. Ne me remerciez pas, c'est gratuit.

Fakir Aphatie
Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.