De quoi #lagifle est (peut-être) le nom
Le matinaute
Le matinaute
chronique

De quoi #lagifle est (peut-être) le nom

C'était prévisible. Certains d'entre vous (peu nombreux) nous reprochent de consacrer trop de place
Gifle Adjani Ventura
Partager cet article Commenter
92
92 commentaires
Remonter en haut de fil
Commentaires

De quoi #lagifle est (peut-être) le nom

C'était prévisible. Certains d'entre vous (peu nombreux) nous reprochent de consacrer trop de place

Derniers commentaires

Ca peut sembler hors sujet (ça l'est)... mais SVP ne parlez pas de Game of Thrones!!!!!!!!!!!!!!!!!
J'ai entendu sur France Info, hier, qu'Obama s'était fait filer la nouvelle saison en avant-avant première!!! Au secours!
Et quand je repense à Iglesias de Podemos qui s'était illustré sur le fameux trône, ça me désespère............
et la photo en fin d'article que vous avez tweete en plus, est symptomatique de votre machisme. Dans l'histoire c'est deux mecs et là bien sur vous mettez une femme. Montrer la violence , l'humiliation subit par une femme ne vous gêne pas Daniel, mais d'un mec (ce qui est le cas là) c'est trop pour vous, triste de ne pas voir sa propre partie sombre.
Tout à fait d'accord avec vous ! Ça ne m'enchante pas d'entendre parler d'Hanouna, mais cela fait partie des médias, futiles ou non. Qui décide d'ailleurs de ce qui est futile et ne l'est pas ? Est-ce qu'une émission comme celle-là, et tout le cirque autour, ne dit pas autant sur notre société que Nuit debout ? Hanouna c'est Bolloré, Bolloré c'est des médias puissants en pleine recomposition, les enjeux sont là aussi...
Je vous remercie de votre travail, @si, même lorsque vous parlez des insupportables/insignifiants.
Pour ma part, je ne sais pas ce qu'est "hanouna" si c’est une personne ou un nouveau gadget électronique à la mode.
Je n'ai pas la tv, et ainsi me protège.
Mais Tudieu, la gifle de Lino à Isabelle, ça c'est une calotte !
Et y'en a qui se perdent, des gifles, et même que ça démange ...
Bonne suite & encore merci.
Quand daniel cite Bourdieu je me
délecte en repensant a l exelent "toujours pas vu" de pierre carles... Que de chemin parcouru depuis une époque ou j aurais bien offert un os...
C'est le rôle d'@si de commenter ces émissions aussi ineptes soient-elles. Lire ce billet https://humeursnumeriques.wordpress.com/wp-admin/
Qu'@si parle d'Hanouna et de #LaGifle, ça me paraît normal. Par contre d'en parler de cette façon c'est hyper décevant. Aucun recul n'est pris. On a le droit à deux editos contradictoires (avec un fond très léger) et un article type 20min. Soyez inventif. Allez chercher 2-3 vérités sur Hanouna et TPMP plutôt que balancer des billets d'humeur qui donnent plus l'impression d'avoir envie de participer au buzz qu'autre chose.
En fait, on pourrait voir cet épisode comme une allégorie de ce qu'il se passe "en vrai" (IRL):

Les rôles :
Hanounah : les "grands médias" et le gouvernement (deux organes de propagandes quoi)
Joey Starr : la banlieue (aka la france du bas, aka la classe honnie)
Gilles verdez : la classe moyenne
Bolloré : l'oligarque en coulisse

il était une fois, dans un payasage médiatique rayonnant et tranquille, quoique quelques nuages s'amoncellaient au loin, un gouvernement un peu foufou très ami du patron (PS/medef == hanounah/bolloré). Malheureusement, ce gouvernement était de plus en plus mal aimé (personne ne crois plus au PS / Hanounah perd de l'audience). La classe d'en bas, travaillant aussi pour le même patron (boloré, l'oligarchie), se sentait accepté dans ce monde étrange du théatre de guignol qu'était la télé, parcequ'on lui donnait un peu de sous (rsa / salaire de joey star).

Un jour, le gouvernement a eu l'idée, pour faire regarder sa chaine et faire plaisir au patron (gagner les élections 2017,casser le droit du travail == faire remonter l'audience) envoie la classe moyenne taquiner le bas de l'échelle (la loi travail / gilles qui va embrasser Joey). La classe du bas, un peu de méche avec la classe moyenne va protester (gifle == nuitdebout). Alors que firent les médias (/le gouvernement/hanounah) ? Au début, ils en rirent ("oh c'est rigolo ces gens sur la place,qui se taquinent, ce spectacle démocramique -c'est comme ça qu'on dit?- est assez sympathique !"). Mais assez vite, voyant que ça pouvait devenir sérieux, ils s'offusquèrent de ce geste de rebellion (Hanouna crie au scandale/PAUV' CONNE.! eructa Finkie). Se rappelant a ses obligations de faire le spetacle tout en montant les classes moyennes contre les classes les plus opprimées qui menacent d'utiliser la violence, Hanounah, défendit la classe moyenne, en réclamant à cors et a cris, qu'il ne travaillerait pas tant que les pauvres ne se seront pas excusés (la défense de Finkelkraut).

Mais ce geste était lui-même un geste de rebellion ! Pensez-vous : comment peut-on croire 5 minutes qu'on pourrait décider unilatéralement d'arrter de travailler ? de faire "greve" ? Voyons, on est [s]des esclaves[/s] sous contrat, et il faut le rappeler à la populace : non, même Hanounah ne peut pas organiser une greve générale, même si des salauds de pauvres utilisent la violence. Bolloré veilla a faire passer le message (CRS - sabotage) : ok pour vous battre entre vous, mais faut continur à bosser les feignasses !

Alors, le lendemain, la classe moyenne regarda là nouveau le spectacle (waouh, ça c'est du spectacle de qualité ! s'écria-t-il in peto, en voyant ces 2 gestes de rebellion, ce combat de gladiateurs - un peu minable mais ils ne s'en aperçurent pas, tellement ils avaient l'habitude de boire de la soupe infâme). Ils écoutèrent comme on leur avait appris depuis tout petits. Et ils comprirent la leçon : rien ne sert de se rebeller, c'est toujours l'oligarchie qui gagne tant qu'on se bat entre nous, mais faut quand meme bosser. Et tout se beau monde rentra tranquillement dans sa niche, pendant que Bolloré allait savourer son jacuzzi au champagne/truffes/caviar. Et tout le monde vécu opprimé (sauf 1) et ils eurent beaucoup d'enfants.

fin... jusqu'au prochain épisode ! car il se murmure qu'il restait des rebelles au fin fond de la galaxie...
De quoi #lagifle est le nom, de quoi se foutre la trouille (désolé pour les sous-titres)
Quel est son role initial ? la critique des médias, ou bien favoriser la liberté de parole (et je dis bien parole !!!!) ( ne confondez pas avec la liberté d'expression qui est une invention Voltairienne à la manque ...)

Message à daniel, par contre si c'est Limites que tu veux inviter, ne me présente pas sous mon nom ... utilise l'un de mes pseudo ... (avec mon nom, son racisme inconscient lui ferra perdre la tête, elle ne viendra pas ... )
Au plaisir de bavarder avec vous les amis !
Adrien B. ;) c'est très bien, c'est même parfait !
Et puis tu peux, je pense même mettre justine comme chroniqueuse, on va bien se marrer... ;)
Alors à la prochaine,
Pour moi le RDV est pris ...
trouver des choses intelligentes à dire sur Prince, le jour de la mort de Prince

Exemple, partager une (déjà vieille) reprise sensible et bien à propos...
http://www.dailymotion.com/video/x36lb9t
ASI a parfaitement raison de parler du "Saint-Cyril".

Tapez simplement "cyr" dans Google, et la première proposition sera... Cyril Hanouna.
Tapez "cyril" dans ce même Google, et la première proposition sera... Cyril Hanouna.

Voilà, exit par exemple le Cyrille co-inventeur de l'alphabet du même nom, ce qui est important c'est le Saint-Cyril de la télé française du XXIe siècle, le sacre de l'Idiocratie de nos sociétés occidentales.


Comme dirait un certain Georges : "Monde de merde !"
Bonjour
Pour ma part, je pense qu'ASI fait son boulot en décryptant cette histoire de #lagifle (fait-divers médiocre de la tété médiocre).
C'est même son rôle premier...
En revanche, est-ce le rôle du site de traiter de "Nuit Debout, des trahisons d'Hollande à ses électeurs, des primaires américaines"?
Tout simplement non.
ASI a (eu) pour vocation de nous éclairer sur la façon dont lémédias traitent des sujets de politique, de société, de faits-divers, etc,
en aucun d'être un média miltant comme il tend à être (pourtant je soutiens volontiers les mêmes causes...Merci M. Ruffin, au passage).
Si ASI nous parle dont la façon dont lémédias présentent Nuit debout, les trahisons d'hollande, etc, alors OK. Mais traiter de Nuit debout
et des trahisons de Hollande en tant que tel, non, c'est hors-sujet...qu'ASI se recentre sur son rôle initial...(enfin, c'est un souhait
qui n'engage que moi...)
Ce papier de dédouanage, DS, ne me convainc pas.
Fallait-il parler de cet anecdote piteux?
Pourquoi pas, si ça vous détend...
Mais, sans rejoindre les joyeux lurons mélenchonistes d'Acrimed, contempteurs des "chiens de garde", dans leurs analyses "politico-sociologico-politiques" je trouve qu'ASI , à la différence d'eux, est en train de verser doucement dans le futile, dans la bagatelle, à un moment où le travail critique sur les médias (au delà du "décryptage") est plus que jamais nécessaire...
Fidèlement.
J'allais me fendre de quelques lignes mais finalement il le dit beaucoup mieux que moi.

PatriceNoDRM (et NoPuBSurRadioFrance)
J'ai pas bien suivi: quelqu'un a giflé Hanouna, et il arrête définitivement son émission de peur de se prendre un coup de pied au cul?
Le phénomène Hanouna est intéressant à décrypter.
Ça reste un cas unique, il me semble, d'un animateur qui devient le réel patron d'une chaîne.
C'est intéressant de voir que Bolloré lui a offert un pont d'or pour débiter des blagues de cul et ridiculiser ses collaborateurs.
Vraiment, je ne crois pas qu'un site dont la mission est de décrypter les médias puisse faire totalement abstraction d'Hanouna.
Si vous cherchez une idée de sujet à traiter, on en connait un qui plaira à vos lecteurs ;)

Documentaires sur le traitement médiatique du 11-Septembre
Bonjour,
N'ayant aucun compte sur les réseaux dits "sociaux", je n'aurais jamais entendu parler de cette histoire de gifle laquelle, après visionage de la séquence n'en est en fait pas une mais tout au plus un geste fait pour éloigner un intru.
Ce qui me gêne, c'est qu'il n'y a pas un qu'un, ou deux, ou trois articles sur le sujets. Il semble que (presque) chaque journaliste d'@si ait eu envie de mettre son grain de sel explicatif sur ce sujet.

Au salaire où est payé monsieur Hanouna, laissez-le donc faire son mariole avec ses fans : son équipe, ainsi que les voyeurs des rézosocios qui se la pêtent et sont fiers d'ajouter leurs avis sur de telles stupidités qui n'en sont pas pour eux.

Finalement, si @si veut contribuer à chaque fois (après les nouilles, et la "gifle") a reprendre ces stupidités de "buzz"(*) soit. Mais à ce compte, je pourrais aussi me limiter à lire Acrimed.

Quant à monsieur Bolloré, il a raison de déglinger "Les guignols" pour favoriser la bêtise.

Bonne journée.
"il se trouve que [...] cette gifle dit des choses."
Et voilà comment notre matinaute matutinal s'expose à l'@si bashing et au #tékonhouquoi de grande envergure.
C'est que l'@sinaute est chatouilleux sur la question de la hiérarchie de l'information décryptée.
Et du coup, notre matinaute de convoquer Bourdieu pour légitimer sa chronique.
Bourdieu c'est bien.
Mais Barthes c'est mieux.
Parce que, que dit la gifle, au fond, que n'ait dit Barthes dans sa première des Mythologies, le Catch?
Dans un entretien avec Dumayet, à la sortie des Mythologies, Roland Barthes (RB) décrit le Catch, très populaire à la fin des années 50, comme une représentation de la Justice, une improvisation autour d'une scénario mettant en scène les thèmes ancestraux du Combat, du Triomphe, de la Défaite, du Supplice et surtout, insiste RB du "paiement", où le public crie "Fais-le souffrir", car il s'agit de "faire payer le salaud".
Dans le catch on a le gentil et le méchant qui use de procédé déloyaux , mais qui in fine, est puni, dans la mise en scène de la Vengeance, réclamée par le public.
Dans le Catch, souligne RB, les protagonistes sont forcément caricaturaux (RB les compare aux personnages de la Comedia del arte), et le méchant "étale dans sa chair les caractères de l'ignoble, car son rôle est de figurer ce qui, dans le concept classique du « salaud » [...] se présente comme organiquement répugnant".
Le gentil, quant à lui, " qui souffre sous l'effet d'une prise réputée cruelle (un bras tordu, une jambe coincée) offre la figure excessive de la Souffrance; comme une Pietà primitive, il laisse regarder son visage exagérément déformé par une affliction intolérable".
Bon alors, vous reconnaissez le méchant et le gentil, là? Le méchant "organiquement répugnant", la figure du bad boy aux fausses dents toutes pourries, au nez épaté et aux cheveux en pétard, vous voyez qui c'est? Pour le gentil , pas de problème: la tempe en sang (!) et la Souffrance contrôlée ("c'est rien, c'est rien") en font la victime innocente à qui la Justice devra être rendue.
Car ce que nous dit RB c'est que "ce que le catch est surtout chargé de mimer, c'est un concept purement moral : la justice". Et il indique bien que "à ce degré, il n'importe plus que la passion soit authentique ou non. Ce que le public réclame, c'est l'image de la passion, non la passion elle-même".
Voilà ce que nous dit aussi la Gifle, qui envoie, en définitive, la Télévision à son rôle historique de Machine à Mythes. Jusqu'à ce qu'Internet la remplace?... Faut voir.
Après ce que le Mythe, en l’occurrence ici, trimbale , ben vaut peut-être pas trop creuser. Parce que le coup du méchant voyou qui nique sa mère et nègre de surcroît, ça fait un peu réchauffé.
En même temps que la Télévision nous ressorte ce Mythe tout moisi, aujourd'hui faut peut-être quand même creuser.
Non?
Et si @si ne creuse pas, qui va creuser?...
Bien sûr, vous etes libres de traiter les sujets de votre choix.
Mais alors, il faut pleinement assumer.

Par exemple, éviter de toujours chercher des 354 éme degrés politiques et/ou sociétaux aux sujets les plus dérisoires.Un peu comme celui qui va au cinéma porno en expliquant à la sortie que "c'etait par intéret sociologique".

Les journalistes aiment bien justifier leur plus-value par rapport à Internet en évoquant la hierarchisation ( et donc la sélection) des thèmes pour mieux se distinguer des "buzz" d'Internet.
En reprenant les thèmes d'Internet, ils ne font que démontrer le contraire.

En plus, ils font exactement ce qu'on attend d'eux : contribuer à la notoriété de l' évenement.
C'est un peu comme si vous quittez la cuisine en laissant un morceau de viande sur la table : le chien ou le chat sait qu'il ne faut pas voler mais il ne peut pas s'en empecher.
Voilà : le journaliste sait ce qu'on attend de lui en relayant le fait dérisoire, mais il ne peut pas résister...
Jamais un adepte du Pastafarisme ne débarquera sur le plateau de TPMP, armé d'une kalachnikov, pour se venger du blasphème des nouilles dans le slip.
Les Pastafariens ne sont pas djihadistes, et pour le coup, c'est fort regrettable.
Et re re #lagifle
Connais pas Hanouna sauf d'avoir vu un extrait avec l'histoire des nouilles
et je me suis senti aussi à l'aise que dans un club de vacances quand une assemblée de quadra/quinquagénaires décident de se désinhiber et faire des blagues comme quand ils étaient gosses avec le désastreux effet que le naturel et l’acné ayant disparu, leurs blagues sont de la connerie à l'état pur. Apparemment la belle équipe de Hanouna fait dans la blague de potache, visionnée par des jeunes du modèle c.. de chez c.. qui rient au clap "RIEZ"

Connais pas Joey Starr non plus
Alors n'vais pas me révolter ni en faire une montagne, surtout que ça ne concerne finalement personne en termes d'audimat.
Bon, la Nuit Debout ne concerne directement guère plus de gens mais un mouvement qui prend naissance même chez quelques uns est une aventure plus importante pour l'humanité qu'une gifle entre débiles.

Il n'a fallu que quelques hommes pour découvrir l'Amérique et changer la face du monde en dévoilant sa face cachée, tandis que des baffes, il doit y en avoir au minimum autant que de naissances puisque les nouveau-nés s'en prennent une pour commencer.

Non ce qui m'intéresse plutôt dans le genre décryptage des médias c'est comment des journaux comme Le Monde nous fournissent du #Macron tous les jours. Et là en l’occurrence, il y a des paires de baffes qui se perdent
ceci dit, après l'avoir vu au PJ : quel pied de claquer cet abruti au nom de tous les crétins de la même espèce médiatique!
...et puis, après tout, Flaubert a bien écrit "Bouvard et Pécuchet", et Sartre "L'Idiot du Village"!!!
Bonjour
Grève générale !!!
Comme vous le relevez vous-même, cher lider maximo, sujet de la plus haute importance.

A propos, on écrit pas la mort de Prince mais #lamortdePrince. Sinon, plus personne ne s'y reconnait.
Entrer dans la loge de JoeyStarr avec une perruque blonde, j'oserais pas.
Finalement, Verdez s'en tire plutôt bien. Un malentendu est vite arrivé. Il aurait pu se produire bien pire. Je vous fais pas un dessin à cette heure de grande écoute.
raz-le-bol

Signification: En avoir assez ou être fatigué de faire quelque chose
Origine: Expression française très usitée et mais reste vulgaire et obscène et pour cause: Le terme bol désigne bien un récipient mais reste attesté en argot avec le sens de "anus" ou "cul".
Pour revenir aux définitions, l'adjectif ras se définit dès la fin du XIIème siècle par une mesure remplie mais sans dépassement de limites pour devenir au début du XVIIème siècle synonyme de la locution "très près".
Selon une autre interprétation et afin d'enlever le caractère vulgaire de cette expression, il fut créé une confusion entre les termes bol, cul et tête pour en faire un rapprochement avec d'autres comme "en avoir par dessus la tête". De ce fait c'est le rapport bol/tête qui a pris le dessus et celui bol/anus n'est plus soupçonné.
L'expression familière "en avoir ras le bol" a connu ses lettres de noblesse et un franc succès lors du "ras le bol général" de mai 68!
Rallebol, rallebolloré, rallebolloréderavel.
Est-ce qu'on peut dire que le receveur a une tête à claques et que le donneur déteste qu'on le cherche. L'affaire pourrait être ainsi résumée.
Comme j'aimerais qu'on rebondisse sur le scandale du pognon que nous coûtent les ex-présidents.!!!
Si @si n'en eut pas parlé, je n'eus rien su de la gifle de Joey avec [s]son coup de poing américain[/s] ses bagues.
Le succès d'une image qui dit "je ne vais pas t'expliquer mais tu vas comprendre" est normal, c'est jouissif, c'est la faute à Joey et certainement pas la faute d'Hanouilla qui ne fait que complaire et surfer sur des pulsions dont certains ont tellement peur qu'on doit, qu'@si doit, les tenir à distance. Je ne me sens pas si démunie, personne n'est si démuni, qu'il faille des oeillères! Si le fait qu'on en parle sur @si a fait la gloire d'hanouilla, que le grand cric me croque.

Surtout qu'à côté il y a les articles sur le Brésil qui mis en parallèle (faut une équerre, attention au bout pointu) avec l'article sur Nicole Ferronickel, Ferronickel ? non cher corrigeur: Ferroni, est assez éclairant. Et encore on tient pas compte du Figaro... Pour ne pas faire de pub à Z. très en verve, à fond comme tout le magazine pour une droite avant-guerriste du plus bel effet.
Qu'est-que ça présage? La lucidité ne suffit pas, on l'a vu en relisant certains qui savaient. Mais si on pouvait éviter la méthode à la Joey pour se faire comprendre, hein? Comment faire peser les mots?
Bonjour,

Alors, quitte à en parler et à aller jusqu'au bout, c'est une autre question qui me turlupine : jusqu'où était-ce bidonné ?

Car le voyeur que je suis n'a pu s'empêcher de regarder la fameuse séquence et… j'ai été très déçu !

Ce qui m'avait été vendu comme la gifle du siècle n'était qu'une petite tape un peu appuyée délivrée par une patoune un peu molle. Ce qui m'avait aussi été vendu, c'était la promesse de flots de sangs giclant de la tête du (faux) livreur de pizza (très mal joué soit dit en passant) ! Que nenni, il a fallu que je scrute attentivement son front, après qu'Hanouna et sa bande se soient exclamés un truc du style "Mais tu saignes !", pour apercevoir une marque rouge (Hanouna et sa bande ont des yeux de lynx dirait-on…).

Bref, je m'attendais à voir un dérapage d'anthologie violent et saignant, et j'ai vu un machin nul, mal écrit et mal joué.

Bref, j'ai l'affreux sentiment que TOUT - vous entendez bien - TOUT était bidonné de A à Z !! Autrement dit, que nous avons été…manipulés ! Grands dieux, est-ce possible ? Quel grand reporter osera se lancer dans cette périlleuse aventure de recherche de la vérité dans la jungle de D8 au péril de ne pas en sortir indemne ? Mais de me permettre de retrouver le sommeil…

Bon courage,
Frédéric
Bon aller soit, le point sur "la toute puissance d'une animateur contre une chaine" m'a convaincu (enfin il suppose que tout ça n'est pas une comédie préparée délibérément comme du temps de Dechavanne...). Mais alors pourquoi ne pas le traiter vraiment sous cet angle ? Un titre genre "Hanouna peut il vraiment menacer de "ne pas rendre l'antenne" ?"
Daniel nous met une baffe: ça va pas se passer comme ça ! TA TA TIINNNN!!!
Les rézosocio avec moi!
#désabonnementDansLaMinute
On croit que ce sont les journalistes qui font le buzz, alors que c'est bien plutôt le contraire.
#lagifle serait un fait divers. Au même titre que 500 morts de plus pour célébrer le retour des beaux jours en méditerranée.
Impressionnant comme quelques mois après que la photo d'un petit enfant noyé ait fait croire qu'on pourrait faire un pas en avant, le sujet est repassé dans le bruit de fond ambiant. Ah ouais, y'a eu des morts, ça fait un chiffre. Ah tiens y'a eu un attentat dans un pays exotique, 50 morts, OK.
Voilà, cette habituation, la relation mort-km, ce n'est pas nouveau et on pourrait arguer que tout a peut être déjà été dit. J'ai un peu l'impression que sur la télé poubelle aussi.

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.