Comment Lenglet, Denisot, Barthès et les autres, disqualifient les partisans du retour au franc
Éconautes
Éconautes
chronique

Comment Lenglet, Denisot, Barthès et les autres, disqualifient les partisans du retour au franc

"Et pourquoi pas la vie sur la lune ?" Episode 4

Réservé à nos abonné.e.s
Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan : voici les deux seuls leaders politiques nationaux qui préconisent sans équivoque la fin de l'euro, et le retour au franc. Non sans essuyer le tir de barrage et les plaisanteries des journalistes et des animateurs de l'audiovisuel qui s'engouffrent dans leurs failles et dans leurs approximations, parfois réelles, parfois supposées. En oubliant parfois leurs propres éditoriaux passés. De Lenglet à Barthès, en passant par Denisot, petit florilège de duels disqualificatoires...

Ce soir-là, c'est à Marine Le Pen de passer dans les griffes (et les graphes) de François Lenglet. Dans son projet électoral, la présidente du FN envisage une fin ordonnée de l’euro "bien préparée, concertée avec les autres nations européennes". L’Etat serait perdant ? Qu’à cela ne tienne, "une taxation exceptionnelle des actifs extérieurs libellés en euro détenus par les banques sera établie pour compenser les coûts pour l’Etat de sa dette résiduelle en euro, dans l’hypothèse très peu vraisemblable où l’euro existerait encore". Mais du projet rédigé au p...

Il vous reste 97% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.