Comment dit-on "parler mal" en espagnol ?
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Comment dit-on "parler mal" en espagnol ?

Les piques de Sarkozy à ses collègues, dans la presse européenne

La presse espagnole s'émeut, nous apprennent les revues de presse du matin.

Alerte ! Sarkozy aurait déclaré que Zapatero n'est "peut-être pas très intelligent". Juré, craché : la citation figurerait dans un article de Libération. L'Elysée démentirait. On se précipite donc sur les pièces du dossier, tout prêt à croire que la presse française, comme d'habitude, a sorti des phrases de leur contexte, et fait du sensationnel.

De la difficulté de rapporter à l'écrit une conversation de table. Que dit l'article de Libération du 16 avril ? Titré "Sarkozy se voit en maître du monde", il raconte un repas entre le susdit et une vingtaine de parlementaires, de gauche et de droite. Au dessert, Sarkozy se vante d'avoir été cité en exemple par le gouvernement espagnol, qui vient de supprimer la publicité sur les chaînes publiques. A partir d'ici, je cite Libé. "On peut dire beaucoup de choses sur Zapatero" remarque Emmanuelli. "Il n'est peut-être pas très intelligent. Moi, j'en connais qui étaient très intelligents et qui n'ont pas été au second tour de la présidentielle" s'amuse Sarkozy en allusion à Lionel Jospin." Fin de la citation. Libé ne valorise pas particulièrement cette citation (ni les autres, aussi libres, concernant Merkel, Obama, ou Barroso), ni dans les titres, ni dans les intertitres.

Il y a deux manières, de lire cette phrase sur Zapatero. Le lecteur habitué au style oral de Sarkozy (par exemple, le lecteur français familier du site d'@rrêt sur images) y lira, sous la concession ironique à Emmanuelli, un éloge de Zapatero, d'autant plus cohérent avec le contexte que Sarkozy l'oppose à Jospin. Un lecteur moins habitué à la musique des phrases sarkozyennes, ou ayant très envie de chatouiller Zapatero (par exemple le correspondant d'un journal de droite espagnol) pourra au contraire y lire une vacherie. Fallait-il reproduire ces phrases de Sarkozy, de la même manière qu'il faut laisser intactes, dans les retranscriptions, ses barbarismes et ses fautes de grammaire ? C'était notre débat du mois dernier, sur le "parler mal" présidentiel. Certains, comme notre confrère de Libé Jean Quatremer, ou le député blogueur François de Rugy, convive dudit déjeuner, pensent que non : on risquerait de tarir l'abondante source. Personnellement, je pense que oui. Je ne vois pas au nom de quoi cacher au lecteur le vrai Sarkozy. Au risque de voir le présidentiel locuteur se surveiller davantage, et fournir moins de copie à la presse ? Courons ce terrible risque. Dans cette improbable hypothèse, au moins pourrait-elle parfois parler d'autre chose.

_________________________________________________________________________________________________

Bonus, par Gilles Klein : les répercussions de l'article de Libé dans la presse européenne

_________________________________________________________________________________________________

Les petites phrases prononcées par Nicolas Sarkozy et citées par Libération dans son édition d'hier, sont souvent reprises dans la presse européenne, en page intérieure, à l'exception du quotidien britannique The Guardian qui traite l'information à la Une.




"Lent, sans expérience, hors sujet" - le verdict de ses Sarko sur ses collègues"






La Une du Gardian du vendredi 17 avril 2009

La Vanguardia (Espagne) : "Sarkozy humilie Zapatero". Il Giornale (Italie, pro-Berlusconi) estime que Sarkozy a fait des compliments sur Berlusconi, alors qu'il a a critiqué tous les autres leaders "Zapatero peu intelligent, Obama indécis, Merkel obligée de copier, Barroso hors sujet"



Diario de Noticias (Portugal) "Sarkozy ridiculise les autres leaders". Pour ABC (Espagne) c'est "La phrase du jour" : "Il se peut que Zapatero ne soit pas très intelligent".


Il Corriere della Sera (Italie) : "Sarkozy en roue libre «Zapatero ? Peu intelligent»". Die Welt (Allemagne) titre "Sarkozy sur Obama : «manque d'expérience»".




Il Messagero (Italie) en sur-titre : "Gaffe présidentielle" Le titre signale le démenti de l'Elysée. L'article commence par citer le titre du papier de Libération "Sarkozy se voit en maître du monde".

El Pais (Espagne) titre son article "Sarkozy provoque une polémique en Espagne en s'interrogeant sur l'intelligence de Zapatero"


Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.