Charlie contre Mediapart : bien joué, les attardés !
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Charlie contre Mediapart : bien joué, les attardés !

Une semaine déjà que je ne vous ai pas parlé de LA guerre. Parce qu'il y a une guerre

, puisque tout le monde le répète, puisque BFMTV en fait des bandeaux, puisque Le Monde interroge des spécialistes d'Oxford. Non pas que je m'en désintéresse. Je suis comme vous. Je regarde siffler les balles. J'écoute les belligérants se traiter de nazis ou d'assassins. J'observe les supplétifs accourir de tous les recoins de Twitter, dans le tumulte joyeux de la mobilisation générale. Je cherche les mots pour simplement dire ce qu'on voit. Je ne les trouve pas. Alors je me tais.

Hier, pour la première fois depuis plus de deux ans, j'ai acheté Charlie Hebdo. Le fameux numéro où Riss explique que Plenel sera responsable de son assassinat. C'est celui qui vient après la couverture Plenel, lequel venait lui-même après la couverture Ramadan. Je l'avais lu partout en ligne, cet édito, mais je voulais voir le reste. J'ai peiné à le trouver. Deux kiosques étaient en rupture (on n'était pourtant que mercredi soir). Hé, ça paye, la guerre !Ça marche ! C'est vendeur. Ils doivent aussi crouler sous les abonnements, à Mediapart. Ce n'est pas nouveau. Elle le sait depuis toujours, la presse, que la guerre paye. C'est pour ça qu'elle l'aime tant. Et qu'elle s'en fabrique des fausses, faute de vraies.

Bref, j'ai fini par le trouver. A côté de l'édito de Riss, donc, en pages deux et trois, un long texte de Fabrice Nicolino. Nicolino nous a rejoints au printemps, après nous avoir convaincus qu'un site comme le nôtre devait parler régulièrement d'écologie (il faut dire qu'on ne demandait qu'à se laisser convaincre). C'est évidemment l'écolo historique et sans concession, que nous avons recruté. Pas l'éclopé du 7 janvier 2015. J'ai voulu croire qu'on pourrait dissocier les deux.

Mais dans ce long texte, Nicolino ne parle pas d'écologie. C'est une longue charge anti-Plenel. Elle commence par une héroïque attaque contre Romain Rolland, écrivain français mort en 1944. Pourquoi Romain Rolland ? Parce que Plenel l'a appelé à la rescousse dans un de ses fameux tweets où il sait si bien monter aux tours. Alors que Romain Rolland, le savait-on, fut un idiot utile du stalinisme. Je ne rêve pas. Ce qui pousse Nicolino à se lever le matin, en ce moment, ce n'est pas l'aluminium dans les vaccins, ni la chimie hors de contrôle, ni les hydrates de méthane, qui sont peut-être la catastrophe climatique de demain. C'est de régler son compte à Romain Rolland, écrivain français mort en 1944. Je comprends mieux pourquoi on n'a plus de nouvelles de lui depuis quinze jours. Trop occupé à enfiler chaque matin et à défaire chaque soir son uniforme de réserviste d'on ne sait trop quelle der des ders, avec sa gourde et son paquetage. La guerre les rend fous.

Je ne sais pas s'il y a "une gauche Mediapart" contre "une gauche Charlie", comme l'affirment les gauchologues. Naïvement, je pense que beaucoup de combats pourraient les rapprocher. Le climat. Les pesticides. Les abus sexuels. Les minorités. La corruption. La formidable révolution de la prise de parole des femmes. Et des réflexions, aussi. L'urgence d'une réflexion sur l'intelligence artificielle et le transhumanisme. Bref, des choses aussi futiles que la planète et l'humanité. Mais non. Il faut qu'ils s'empaillent à propos d'une bande d'assassins moyen-âgeux, que les Etats occidentaux ont tous les moyens de contenir, faute de les réduire. Dans bien des guerres (pas toutes) vient un moment où personne ne sait plus pourquoi on se bat. On se bat d'abord parce que le sang a été versé. Et puis, de sang en sang, on se bat parce qu'on se bat. Bien joué, les moyen-âgeux.

Accessoirement, dans son texte de Charlie, Nicolino me réquisitionne au passage, en rappelant comment Plenel, parmi tous ses forfaits, m'a viré du Monde en 2003, à l'occasion de la crise dite de "La face cachée du Monde". Hé, sympa, Fabrice, de me filer à moi aussi un uniforme, mais non merci. Je n'ai rien demandé. Je vais essayer de me cramponner à mes priorités à moi. D'ailleurs, tu vois, je flotte dedans. Je reste en civil, ça ne protège de rien, mais c'est plus seyant.

Romain Rolland (1866-1944)

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.