Bouffe de la pub, Lola, c'est pour la télé !
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Bouffe de la pub, Lola, c'est pour la télé !

Coup de théâtre à l'Assemblée : les députés écolos ont bien fait adopter la suppression de la pub

dans les programmes pour enfants de France Télévisions. On sait que le gouvernement et les socialistes étaient contre, se retranchant derrière la nécessité d'une nième étude pour évaluer l'impact de cette mesure sur les finances de France Télévisions. On vous le racontait hier. Mais en pleine nuit, les écolos ont lâchement profité du sommeil innocent des députés socialistes, pour faire adopter leur amendement, en se présentant -les fourbes !- à dix-huit dans l'hémicycle. Pas de panique : Fleur Pellerin fera tout ce qu'elle pourra pour faire annuler l'amendement, et la procédure parlementaire lui en donne toutes les possibilités (il y a des précédents récents, et mémorables). Donc, on n'est pas près de cesser de promouvoir l'obésité sur les chaînes publiques, comme sur les chaînes privées.

Cette surprise nocturne est le premier titre du journal de sept heures trente de France Inter. Tiens. Il est rare que le journal de France Inter s'intéresse à ces sujets. Mais ce matin, il y a une raison, nommée Vincent Lindon. Le comédien est l'invité spécial de la matinale. Bonne idée a priori. Qui n'a pas envie de se réveiller avec Vincent Lindon ? Il parait qu'il est arrivé à quatre heures du matin, pour la conf de rédac. Avec Rebecca Manzoni (auteure d'une délicieuse et subtile chronique musicale quotidienne, on ne le dit pas assez, quoique située un poil trop tôt dans la grille, si on peut se permettre), il a évoqué avec des mots très justes Morgane de toi, le tube de Renaud. Et c'est lui qui a insisté pour traiter le sujet de l'amendement qui supprime la pub pour les enfants. On imagine donc qu'il va approuver les députés écolos, au nom du droit de Lola, et de toutes les Lolas à venir, à ne pas être gavée comme une oie par les spots de corn flakes.

Pas du tout. Si Vincent avait été député, il n'aurait pas, mais alors pas du tout, voté l'amendement écolo. Attention à l'argumentaire. D'abord, Vincent "veut bien" que la pub pour les enfants soit néfaste. OK. Merci Vincent. Trop sympa. On a progressé. Mais si on la supprime sur les chaînes publiques, alors il faut aussi la supprimer sur les chaînes privées. "Il n'y a pas de filtres de néfasterie" (rires du studio). De toutes manières, les enfants en verront le soir, de la pub, ils se couchent de plus en plus tard. Et sur leurs tablettes. Et de reprendre, lui aussi, l'argument Fleur Pellerin, sur les finances précaires de France Télévisions.

Bref, au nom de la défense de la télé de service public, et particulièrement -même s'il ne le dit pas- de la possibilité de France Télévisions de co-produire d'excellents films, forcément citoyens, avec Lindon, Vincent recrache sans broncher tout l'argumentaire de l'industrie agro-alimentaire. Bon. Vincent, France Inter vous adore, je vous adore, la France entière vous adore, c'est une affaire entendue, mais s'il faut choisir entre le montant de vos cachets, et la santé physique et mentale des Lolas, le choix sera tout de même vite fait.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.