Avatar, ou la bêtise désirable ?
Sur le bout de la langue
Sur le bout de la langue
chronique

Avatar, ou la bêtise désirable ?

Après Debray, promenade dans les pas d'un candide en terre saine

Réservé à nos abonné.e.s

C’est Régis qui nous a donné l’idée : revenir sur Avatar. En venant fureter D@ns le texte, Debray nous a confié avoir écrit pour le prochain numéro de sa revue Médium un éloge du film de Cameron : un véritable "dithyrambe" sur ce "très grand film", cette "œuvre majeure" : "tout notre imaginaire collectif est là" disait-il.

Quand je lui ai opposé le "carcan narratif de l’industrie hollywoodienne" dans lequel le film se trouvait englué à mes yeux, il a (comme toujours), renvoyé à l’Histoire: "comme Homère était dans le carcan narratif de l’épopée de son &ea...

Il vous reste 97% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.