Arnault la frite, repoussoir national
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Arnault la frite, repoussoir national

Ce qui n'a pas été assez souligné sur Bernard Arnault

, première fortune de France et amateur de frites, c'est que son groupe est aussi... un des tout premiers annonceurs français. Le moins que l'on puisse dire, avec sa manchette en col mao, que Sartre aurait adorée, c'est que Libé ne craint donc pas pour ses budgets publicitaires. C'est avec ces lunettes-là, qu'il faudra aussi lire les hebdos de cette semaine sur l'affaire Arnault, hebdos qui dégoulinent de pubs pour les différents produits de la maison LVMH.

Quelles qu'en soient les motivations, la demande de nationalité belge de Arnault va donc agir comme un aimant sur les polémiques fiscales nationales. Après Johnny, après les sportifs helvètes ou monégasques, il manquait un grand repoussoir national: il s'est désigné lui-même. L'image est aussi belle, aussi facile, que les trente milliards d'économies annoncés dimanche soir par Hollande, et qui seront donc supportés par la trilogie nationale. Un tiers en économies de l'Etat, un tiers pesant sur les entreprises (ou sur les profits, au choix), un tiers sur les ménages. C'est beau comme une réunion des Etats généraux, où les trois ordres décideraient, ensemble, de mettre la main à la poche. Sublime allégorie: l'Etat, l'Entreprise et le Contribuable se donnant la main pour sauver le pays. C'est beau comme les trois couleurs, la devise nationale (Liberté Egalité Fraternité, pour les incultes), ou encore les plus grandes envolées lyriques (c'est beau, c'est grand, c'est généreux, la France). La France sera sauvée par le ternaire.

Mais loin des symboles, ce sont les ingrates mesures fiscales, dans leur aride complexité, qui diront la réalité de la politique du gouvernement. Ce qu'il faudra observer pour savoir si Hollande est véritablement décidé à faire porter l'effort sur les revenus du capital, c'est par exemple "la non-déductibilité des intérêts d'emprunts afférents aux titres de participation". Nous vous en parlions ici. Ah, c'est barbare, hein ? C'est moins rigolo que Bernard la frite se faisant la malle. Pas d'inquiétude: on suivra pour vous.

Mise à jour - 17 heures : Bernard Arnault vient d'annoncer dans un communiqué qu'il allait porter plainte contre Libération. Sans doute pour "injure", même s'il semble peu probable qu'il gagne, le journal pouvant plaider avoir produit un document relevant du débat public.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.