Chez Georges

Ancien enquêteur dans d"honorables journaux (Rouge, Le Canard enchaîné, Le Monde, entre autres) Georges Marion revisite périodiquement d'anciennes ou de nouvelles affaires, oubliées ou non.

pechiney
chronique du par

Du bon usage du démenti et de la difficulté à le rédiger

Comment une information vraie devient fausse. Avant de redevenir vraie.

Avoir raison trop tôt est une maladie journalistique qui accompagne souvent la fringale de scoops. Problème : lorsque l'on a raison trop tôt, on s'expose au démenti. Et pour un journaliste, le démenti est un coup de massue. Pourquoi ce démenti arrive-t-il alors que l'on est sûr de nos sources au moment de la publication d'un papier ? De l'affaire Péchiney à celle de Koh-Lanta, la mécanique du démenti est toujours la même. Récit.

Aux yeux du lecteur, cela n’a l’air de rien un démenti, un détail qui ne lui procure guère d’émotion, hormis celle d’y croire ou de ne pas y croire. Mais pour un journaliste…Et je ne vous dis rien de son patron.

Le démenti est une hantise. Bien sûr, le journaliste peut toujours faire le fier, le prendre de haut en clamant que cela lui est indifférent ; que celui qui dément est un coquin dont on ne pouvait espérer autre chose. Il n’empêche: un démenti reste un démenti, arme plus sournoise que franche et, à ce titre, toujours difficile à encaisser. Tout journaliste s’est trouvé, ou se trouvera un jour, face à un démenti. Et certains sont plus douloureux que d’autres.

Le mien m’est tombé dessus dans les premiers jours de 1989. François Mitterrand occupait alors l’Élysée et Michel Rocard sous-louait Matignon. Le Monde où, avec Edwy Plenel, je m’occupais d’investigation, suivait assidûment un dossier financier dans lequel des hommes d’affaires avaient acheté des dizaines de milliers d’actions d’une société américaine, American Can, spécialisée dans les emballages en aluminium. Quelques jours après ces emplettes, Péchiney, alors entreprise nationale, annonçait vouloir prendre le contrôle d’American Can et lançait une offre publique d’achat (OPA) des actions en circulation. /media/article/s61/id6035/original.62257.jpg

Avant cette annonce, leur valeur plafonnait à 10 $. Péchiney qui, depuis des mois, négociait en secret avec les propriétaires américains, en offrait brusquement 56 $. Pour tous ceux qui, tels nos...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Le site par mots-clés

Les incontournables

Commentaires d'utilité publique

Georges Ibrahim Abdallah, et les aventures de Super Souris

Je rejoins cette indignation -- quoique je commence à m'essouffler, c'est peut-être bientôt fini. On part sur une ...

Par gemp
le 26/10/2013

Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Faire un aussi long article pour un argument aussi mince, la lettre, sans tenir compte des "bizarreries" de ladite lettre, ...

Par Aldus
le 19/06/2013
Tous les forums >