Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Après une bourde, Hugo Clément débarqué de Quotidien (Pure Médias)

Par le - 14h55 - lu

Départ anticipé pour un des visages de Quotidien. Le journaliste Hugo Clément, en partance pour le site Konbini, quitte de manière anticipée l'antenne de Quotidien (TMC/groupe TF1). Selon les informations de Pure Médias, il aurait été débarqué avant la fin de son préavis, fin décembre, et ne réapparaîtra plus à l'antenne. Son tweet alarmiste, au cours de la visite du président Emmanuel Macron à Ouagadougou, au Burkina Faso, mardi, pourrait être en cause.

Alors que la délégation présidentielle se rendait à l'université pour un discours devant les étudiants, Hugo Clément a posté un message alarmiste, depuis Paris, sur son compte Twitter : "Le convoi de la délégation qui accompagne Emmanuel Macron au Burkina vient d'être attaqué. Selon un témoin direct, des centaines d'assaillants avec des caillaisses. Voitures détruites. Les membres de la déleg (sic) réfugiés dans l'université. Tirs entendus. On ne sait pas où est Macron."

nouveau media

Partagé plus d'un millier de fois, ce tweet a suscité nombre de réactions paniquées, provoquant un démenti, sur Twitter également, du porte-parole de l'Elysée Bruno Roger-Petit : "Lors du déplacement de ce jour, à Ouagadougou, un véhicule de la délégation a fait l'objet d'un jet de pierres. Mais ni centaines d'assaillants, ni voitures détruites. Lorsque s'est produit cet incident, le président Emmanuel Macron s'entretenait avec son homologue, le président Kaboré."

nouveau media

nouveau media

Hugo Clément a fait suivre son tweet, une trentaine de minutes plus tard, d'un message rassurant, affirmant que "tous les membres de la délégation vont bien. Petite panique au moment du caillassage. Aucun problème avec le convoi présidentiel lui-même. Le président avait beaucoup de retard mais continue son programme normalement." Trop tard, néanmoins, puisqu'il a été forcé de supprimer son tweet initial, et de s'excuser.

nouveau media

Quelques mois plus tôt, @si révélait que le journaliste de Quotidien prêtait son image pour une marque de chemises parisienne, Hast.fr, au déplaisir de la société de production de Quotidien, Bangumi.


Abonnez-vous !
|