Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Pétition pour un débat entre Dominique Seux et François Ruffin

Par le - 16h58 - suivi

Et si Dominique Seux débattait avec François Ruffin ? Invité lors de la matinale de France Inter le 14 décembre, le rédacteur en chef du journal picard Fakir a interpellé le directeur délégué de la rédaction des Echos qui tient une chronique économique quotidienne sur la radio du service public. En cause : la vision patronale de Seux, jamais contredite à l’antenne. D’où l’idée d’organiser un débat entre les deux journalistes soutenue par une pétition mise en ligne par Fakir.

"Quand un patron parle, c’est de l’économie. Quand c’est un syndicaliste, c’est trop engagé !" La formule reprise sur le site de Fakir par son rédacteur en chef François Ruffin – également réalisateur de Merci patron ! et candidat potentiel à la législative de 2017 dans la Somme – résume sa dernière initiative : nuancer voire contrecarrer la vision patronale du directeur délégué de la rédaction des Echos Dominique Seux et auteur de la chronique économique quotidienne sur France Inter.

Ainsi Ruffin a-t-il profité de son invitation au micro de Léa Salamé mercredi dernier pour suggérer l’organisation d’un débat entre lui et Seux – débat qui pourrait être animé par Salamé ou Patrick Cohen. Comme le notait notre matinaute, personne n’avait l’air vraiment emballé dans le studio de France Inter – hormis Ruffin évidemment. Lequel en remet une couche sur son site et invite les auditeurs de la station ainsi que les lecteurs des Echos (propriété de LVMH et donc de Bernard Arnault, le héros de Merci patron !) à signer une pétition pour que ce débat ait lieu. L’objectif des 5 000 signatures est quasiment atteint à cette heure.

Fakir

Ce n’est pas la première fois que Ruffin sollicite la station pour laquelle il a longtemps travaillé aux côtés de Daniel Mermet dans l’émission Là-bas si j’y suis. Fin 2014, le journaliste et l’équipe de Fakir lançaient la campagne De l’air à France Inter (suivie par @si) afin d’inciter la station à donner davantage de voix aux classes populaires aujourd’hui sous-représentées. Une campagne restée… en rase campagne.

Aujourd’hui Ruffin appelle à davantage de pluralisme sur les questions économiques abordées par Seux et souhaite "non pas un monologue tous les matins, avec de fausses répliques […] mais oui, de la confrontation, du conflit, des désaccords. On insistera parce qu’il faut démonter, démontrer, la fausse neutralité de sa «Chronique Eco»". De fait, comme nous le révélions à la rentrée, Seux n’a plus aucun contradicteur depuis que France Inter a choisi de renoncer au débat contradictoire du vendredi qui opposait Seux à l’économiste "atterré" Benjamin Coriat.

Quels sont les sujets qui pourraient être abordés pendant ce débat Ruffin/Seux ? Sur son site, le journalise de Fakir donne le ton : "par exemple, la France, pas seulement Paris, traverse un «pic de pollution», on déconseille à nos gamins de faire du sport, on s’habitue à ça, hier on annonçait que le Pôle Nord avait battu des records de température, plus 20° par rapport aux normales saisonnières, eh bien, tout ça, c’est de l’économie. C’est le fruit d’un système de production. Mais ça ne figure pas dans les chroniques de Dominique Seux parce que, pour lutter vraiment contre ce réchauffement, il faudrait remplacer le «Travailler plus pour gagner plus pour consommer plus » par un « Répartir mieux, consommer moins»."

Question pic de pollution, notons, comme nous le racontions ici, que Seux a pris position pour la thèse de la responsabilité des centrales à charbon allemande – un débat qui revient chaque année et qui rend visiblement un peu dingo. La pollution (et la disparition des hirondelles en Picardie) sont par ailleurs un des thèmes abordé dans le premier bulletin de la chaîne Youtube que Ruffin vient de lancer dans le cadre de sa pré-campagne pour les prochaines législatives à Amiens. Une chaîne toute neuve qui, en termes d’audience, ne rivalise pas (encore) avec celle de Jean-Luc Mélenchon disséquée dans notre émission de la semaine.

>> L’occasion de voir ou revoir notre émission autour du film Merci patron! avec François Ruffin et Frédéric Lordon puis de vous précipiter, si ce n’est déjà fait, sur notre émission de la semaine consacrée aux chaînes Youtube des politiques.


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Ruffin : de Fakir à l'Assemblée

nouveau media

Sous le maillot de Ruffin

chronique publié(e) le 08/12/2017 chez les matinautes

Bien joué. Après la chemise qui s'évade du pantalon, la dernière ruffinade en date, c'est le maillot de foot, fièrement arboré à la tribune de l'Assemblée. Ce maillot de l'Olympique Eaucourtois, le club d'Eaucourt-sur-Somme (80), a valu à François Ruffin une retenue d'un quart de son ...

nouveau media

Du bon usage de Ruffin par les medias (et vice-versa)

chronique publié(e) le 27/06/2017 chez les matinautes

Deux dommages collatéraux de l'explosion en chaîne Ruffin, dans la journée d'hier. Premier effet : les copains insoumis sont bien embarrassés par le sacrifice financier du nouveau député de la Somme, qui a annoncé qu'il se paierait au smic. Dès le matin, sur RTL, Elizabeth Martichoux -c'est ...

Matheux

Ruffin blacklisté aux Echos : les journalistes protestent

lu publié(e) le 26/06/2017 par la rédaction

Une phrase d'une chronique publiée sur le site des Echos a été retirée parce qu'elle évoquait François Ruffin, réalisateur de Merci Patron !, le film qui ridiculise le patron des Echos, Bernard Arnault. Le rédacteur en chef du journal dit vouloir faire "le moins de publicité possible" au ...

Tous les contenus de ce dossier >